Vos écrits et autres fan-fictions

Parce qu'il n'y a pas que les comics dans la vie, voici le forum pour parler manga et bande dessinée européenne.

Messagede Rogue One » Ven 13 Avr 2018 22:46

Neimad a écrit:
Rogue One a écrit:@Neimad : eh mais c'est cool ! :) j'aime bien le fait de voir Gotham avec quelqu'un de normal.. ^^
Et de sentir l'espoir que représente Batman pour les citoyens.. ^^

Y'a juste un moment ou tu a switché a la première personne j'ai pas compris x)

Le gentil policier me fit donc un sourire, avant de me dire de faire attention en rentrant.


C'est voulu ?? :')


Mince non, de base c'était à la première personne et j'avais changé après, je l'ai oublié, je modifie ça.


En tout cas c'est hyper sympas, j'ai bien envi de savoir ce que pensent les gens de Gotham.. :)
Les petits malfrats, les simples flics, le boucher du coin, un jeune ado forçé de dealer pour faire vivre sa famille ayant peur chaque nuit du Chevalier Noir... ^^
"certains hommes veulent juste voir le monde bruler" - Alfred Pennyworth

"celui qui se transforme en bête se délivre de la douleur d'être un homme" - Las Vegas Parano
Avatar de l’utilisateur
Rogue One
Gardien Observateur
 
Messages: 2321
Inscription: 02 Nov 2017

Messagede Neimad » Ven 13 Avr 2018 22:54

Eh bien merci ! ^^
C'est sympa d'avoir une autre interprétation de son propre texte :D
Avatar de l’utilisateur
Neimad
Beyonder
 
Messages: 5917
Inscription: 31 Mar 2017
Localisation: Hill Valley

Messagede Rogue One » Ven 13 Avr 2018 22:54

Neimad a écrit:Eh bien merci ! ^^
C'est sympa d'avoir une autre interprétation de son propre texte :D


Suis d'accord.. ^^
"certains hommes veulent juste voir le monde bruler" - Alfred Pennyworth

"celui qui se transforme en bête se délivre de la douleur d'être un homme" - Las Vegas Parano
Avatar de l’utilisateur
Rogue One
Gardien Observateur
 
Messages: 2321
Inscription: 02 Nov 2017

Messagede Rogue One » Sam 14 Avr 2018 19:28

La partie 2 arrive dans très peu de temps je fais les dernières retouches et je poste ça ^^
"certains hommes veulent juste voir le monde bruler" - Alfred Pennyworth

"celui qui se transforme en bête se délivre de la douleur d'être un homme" - Las Vegas Parano
Avatar de l’utilisateur
Rogue One
Gardien Observateur
 
Messages: 2321
Inscription: 02 Nov 2017

Messagede Rogue One » Sam 14 Avr 2018 19:42

11ème mois.

Nous avons dépassés la pointe.
Le temps c’est éclaircit et nous avons pu accoster dan une petite baie. C’est le premier pas que nous faisons hors des Terre du Milieu. L’air est sec et vivifiant. C’est étrange de penser que nous avons quittés un désert pour tomber sur cette terre de steppes et de rocs. Les montagnes doivent influencer le climat.
J’ai commencé à cartographier l’endroit, ce qui n’est pas très difficile. Nul âme ne semble vivre ici, mais nous avons repérés un troupeau de bouquetins.
Les Nains nous sont d’un grand secoure, ils ont estimé que les roches de cette terre sont plus vieilles encore que celles des Monts Brumeux.
L’équipage est impressionnant. Les hommes sont efficaces et ont montés un campement en très peux de temps, selon la mode des anciennes tribus nomades des premiers âges.
Les tentes de bois et de peaux sont disposées en deux cercles, séparées par des épieux de bois renforcés de métal. Une unique entrée troue la formation, éclairée par un grand feu de bois en son centre.
Les hommes ont perdus cette habitude de dormir dehors, mais il semble que les traditions ne s’oublient pas.

Cela fais deux jours que nous avons débarqués dans la baie. Le Capitaine l’a nommée Ered Anathar, ou Baie des Explorateurs en Langue Commune.
L’expédition ne s’attardera pas longtemps sur ces terre, et la flotte reprendra bientôt son périple. Après une brève exploration des environs, il est apparus que les terres se renfoncent après la baie. Nous nous retrouverons peut être en haute mer dans les jours à venir et le Capitaine n’aime pas cette idée.


En explorant la baie, nous avons trouvés un objet étrange. Je l’ai ramassé dans un petit renfoncement de roc, près de la plage. Il s’agit d’une pointe aussi longue que ma main et trouée à sa base. De petites dents sur les arêtes me font songer à une pointe de flèche, ce qui veux dire que quelqu’un et venu ici.
Imnir, le chef de la compagnie de Nains venu avec nous, a daté cette pointe de manière surprenante. Elle viendrais du Second Age. Cela m’étonnes quelque peu, mais je me fie à lui dans ce domaine.
Par ailleurs, les elfe qui nous ont accompagnés ont décelés une trace de magie dans cette pierre. Je n’en ferais pas part au reste de hommes, je ne veux pas risquer de querelles, certains ont perdus des gens de leur familles lors de la Guerre de l’Anneau. Leur parler d’une pointe antique et magique les effraieraient plus qu’autre chose.
Notre objectif est devenu double. Nous devons trouver de nouvelles terres habitables et prospères et rechercher d’autres traces de civilisation.
Je n’établirais rien à Ered Anathar, l’endroit est trop proche du détroit et la terre est trop étrange pour y résider.
Elle me rappelle Houssaye, la région s’étendant de Fondcombe aux Monts Brumeux…
Tout au plus y laisserais je un avant poste sous la direction de quelques Nains. Bâtir une tour de garde serais judicieux, afin de guider de futures navires vers les terres accueillantes.

La flotte repris son voyage. Le vent gonfle les voiles des navires et l’eau tape contre les coques. Le ciel est dégagé et rien ne semble prédire un changement de temps.
Nous voguons sur une mer calme, la terre s’éloignant quelque. Le Capitaine a fais rectifier le cap afin de s’en rapprocher.
Nous avons aperçus au loin des dauphins. L’équipage prend ceci pour un bon présage, et les hommes sourient de nouveau. Le vent est doux et nous emporte vers l’inconnu.


12ème mois.

La flotte a atteint sa limite. Devant elle se dresse de gigantesques montagnes, et la steppe s’étend à l’infini autour d’elles, garnie de bosquets. Une rivière coule le long des collines et se jette dans l’océan en face de la flotte.
Le Capitaine doit prendre une décision. Faire marche arrière ou continuer à pied.
Les hommes sont divisés, aussi un compromis est-il décidé. Une partie restera sur le rivage et entamera la construction d’un fortin, tandis que l’autre avancera dans les terre. Un col a été repéré par les Nains, c’est par ici que commencera l’exploration et c’est à son entrée que s’élèvera le fort.
Durant les huit mois qui suivirent, le temps fila comme le vent. Le fortin est à présent terminé, construit selon les bons soins des architectes nains. En forme d’étoile et à flanc de montagne, le lieu est imposant. Ses mures de pierre ne laissent aucune prise possible et son chemin de ronde est assez large pour laisser trois hommes y circuler de front.
La tour se dressant en son centre rappelait aux hommes l’antique Amon Sûl, vestige d’un temps révolu, mais qui dressait toujours ses arches effondrées vers le ciel. Construite de manière à pouvoir prévenir toute attaque, ses mures sont percés de meurtrières, et un grand foyer est prêt à être enflammé au sommet de l’édifice.
Elle veille tel un gardien silencieux, et les hommes surent qu’une nouvelle ère commençait pour eux, loin des terres de jadis.
Au fil des mois, les membres de l’équipage se mélangent et des familles se forment. Un village se dresse au pied du fort, et les environs se couvrent de champs. Tandis que le Capitaine et ses hommes continuent leur exploration des terres sauvage, le reste de la compagnie travaille la terre, pêche ou s’attelle à préparer le terrain pour de futurs arrivées.

Cela fais un an maintenant que nous sommes sur ces terres. Nous avons poussé le plus loin possible l’exploration. Pour ce qui est des steppes, elles semblent s’étendre à l’infini. Je ne remonterais pas la rivière trop loin, elle doit prendre sa source dans les montagnes, ce serait inutile d’y envoyer une troupe risquant de s’y perdre.
Nous avons parcourus le col et j’y ai trouvé des choses intrigantes.
A environ quatre jours de marche depuis le fort, un cairn étrange est dressé au milieu de la route. En prenant de la hauteur, on distingue une sorte de figure tracée par le roc. Une pierre centrale, d’où partent huit branches, de manière recourbées.
Je ne sais ce que cela signifie mais les Elfes parlent d’un autel pour un dieu.
Ce cairn pourrait n’être pas grand-chose, mais en continuant notre route, nous sommes tombés sur un autre obstacle, autrement plus important. Le col est bloqué par un mur immense fais de glace et de neige. Rien d’étonnant à cela, nous sommes entre des montagnes et le temps y est très froid… Mais une forme est taillée dans la glace. Cela ressemble à un corbeau.
Les Elfes m’ont avertit que cet endroit est dangereux, mais en leur demandant si ils décelaient une trace de magie, ils ont dus reconnaître que non.
Je continuerais donc mon exploration au-delà du mur de glace. Pour cela, nous devrons façonner un bélier, mes hommes seront bien occupés durant un bout de temps.
Les Nains m’ont assurés que l’engin pourra sans peine briser le mur. Je n’en attend pas moins.

Ces terres m’intriguent de plus en plus. La pointe de flèche, le cairn et le mur me font douter de l’inexistence d’un peuple ici malgré l’absence d’habitations ou de traces de chasses. Nous nous trouvons si loin de chez nous que nous me semble étrange. Je n’aime pas cette sensation, j’ai l’impression d’être observer lors de mes expéditions dans le col...
"certains hommes veulent juste voir le monde bruler" - Alfred Pennyworth

"celui qui se transforme en bête se délivre de la douleur d'être un homme" - Las Vegas Parano
Avatar de l’utilisateur
Rogue One
Gardien Observateur
 
Messages: 2321
Inscription: 02 Nov 2017

Messagede Rogue One » Dim 20 Mai 2018 15:53

An 1451 – Alenor, historien du Gondor.

L’expédition était à présent installée sur ces terres depuis presque un an. Les explorations alentours se poursuivaient, toujours plus avant dans les terres.
Le bélier était à présent terminé et nombres des membres de la Compagnie s’apprêtaient à prendre la route au-delà du mur de glace.
Le corps d’exploration s’étirait tel un grand serpent dans le défilé. Les hommes se tenaient, droit et fiers dans le matin, armes et armures brillants au soleil de l’aurore. Le Capitaine traversa le col à cheval, accompagné de sa garde rapprochée.
Autour, la population, devenue grande à présent, saluait les braves partant vers l’inconnu. IL n’y eu nulle larme cependant ce jour là. Chacun avait la certitude que l’expédition reviendrait, porteuse d’heureuses nouvelles. Sous les cris, la colonne s’ébranla et entra dans le défilé. La rumeur de leur pas résonnait entre les pierres, et la clameur de leur chants s’élevait haut dans le ciel.

Arrivée au pied du mur, la colonne s’arrêta.
L’immense corbeau de glace les toisait, défiant quiconque de passer.
Sur un signe du Capitaine, on amena le bélier. Il était grand, et robuste, fais de fer t de troncs taillés, recouvert d’une grande toiture d’ardoises et de chaux. Il fallait 10 hommes pour manier les grande manivelles qui allaient faire s’ébranler l’immense tronc servant de bélier. Bardé de fer, sa tête avait été fondue dans un moule à l’effigie d’un grand loup blanc.
Dans un grondement, la machine commença à bouger. Dans un grand effort, les hommes tirèrent les manivelles et le bélier amorça un lent mouvement de balancier. Enfin, dans un grand silence, la machine commença à retomber, et la masse percuta le mur dans un bruit assourdissant. Le choc fit vaciller les hommes et effraya le chevaux, retenus avec peine par leurs cavaliers.
Par trois fois le bélier percuta le mur, et au quatrième essai, celui ci fut soufflé. Dans un fracas de fin du monde, la glace céda et la barrière s’écroula dans une pluie blanche et bleue, projetant de la poussière dans toute les directions.
Après le fracas de la chute du mur, un calme irréel s’installa dans le défilé. Personne ne parlait, impressionné par la violence de l’éboulement.
Alors, il semblât sortir du défilé un gémissement sourd. Tous furent pris d’une peur soudaine, tournant la tête et cherchant l’origine de ce cris. La note aiguë résonnait en écho entre les pierres et certains hommes commencèrent à tourner les talons vers la sortie du col.
Soudain, dans un grand bruit, résonna le cor du Gondor. Tous relevèrent la tête et virent Dorhan se dresser devant la ruine du mur.
« Ce n’est que le vent dans les pierres », leur dit-il, et devant sa détermination, les hommes se redressèrent, honteux de leur peur.
Lentement, la Compagnie se remit en marche et s’engagea derrière le mur, vers l’inconnu.

C’est ici que s’arrêta le récit des aventures de Dorhan Menethil. Personne à Nan Durilîon, la ville du bout du monde, n’entendis parler du sort de la Compagnie.
Hélas, si la Compagnie Blanche avait perdue nombre des siens, ce ne fût pas son plus grand malheur.


Je poste la 3ème partie de ma fan fiction, qui est une partie plus courte que les autres.
C'est une partie de transition, j'ai eu du mal a mettre en ordre les éléments et à raccorder les 2 parties de la théorie :')
"certains hommes veulent juste voir le monde bruler" - Alfred Pennyworth

"celui qui se transforme en bête se délivre de la douleur d'être un homme" - Las Vegas Parano
Avatar de l’utilisateur
Rogue One
Gardien Observateur
 
Messages: 2321
Inscription: 02 Nov 2017

Hal Jordan

Messagede Niffleur » Mer 20 Juin 2018 13:42

Voilà le début de ce qui devait être une série mais qui sera finalement juste un "exercice" pour voir un peu ce que je vais pouvoir faire pour une histoire que je commence dès maintenant et qui me tient plus à cœur. :)


Hal Jordan aimait une chose plus que tout : accompagner son père à son travail. Si beaucoup d'autres enfants de son âge pouvaient trouver ça ennuyant, lui adorait voir son père faire le chek-in de son nouveau jet puis s'envoler avec et repousser les frontières du ciel. Qu'il neige, qu'il pleuve ou qu'il vente, qu'il ait cours ou des devoirs à finir, il était toujours au rendez-vous pour voir son père braver les forces de la gravité. Ce jour là il faisait beau. Hal été parvenu à se faufiler devant le foule de journaliste et d'entrepreneurs. Martin Jordan, testait le nouveau modèle de jet de Ferris Industries, en le faisant virevolter au firmament. Son fils le regardait, les yeux écarquillé et rivé sur l'engin volant, si bien qu'il ne remarqua pas une petite fille à côté de lui qui le dévisageait :

"Qui es tu ? demanda t 'elle d'un ton plus accusateur qu'intrigué.
- Quoi ? répondis Hal surpris.
- QUI. ES. TU ? répéta la jeune fille avec insistance
- Je suis Hal Jordan, dit le garçon fièrement. Et c'est mon père dans cet avion !
- Pff. la jeune fille n'avait pas l'air impressionné. Mon père à moi possède toute cette base de lancement et tous les avions qu'y s'y trouve.
- Tu es la fille de M. Ferris ?! s'étonna Hal sans détourner les yeux du ciel vrombissant.
- En effet, mon nom est Carol, et c'est la première fois que j'accompagne mon père à son travail.
- Pas moi, lança Hal en souriant.
-Quand je serai grande, je posséderai toute cette base comme mon père et je..."

Le jeune garçon fut sortis de la transe dans laquelle le plongé les prouesse de son père par les cris de l'homme se tenant à côté de la fille Ferris qu'il jetait dans un petit talki walki. Cette homme, il le devina être monsieur Ferris, le patron et l'ami de son père qu'il avait déjà eu l'occasion de voir à des repas ou des réceptions. Le fait que le patron de son père criait d'atterrir glaça le sang de l'enfant, qui craignait que son père ait des problèmes. Ses craintes n'en été plus lorsqu'il entendu le nom "Jordan" sortir de la bouche de l'homme d'affaire. Il serra contre lui la veste qu'il devait rendre à son père après le vol en voyant l'avion qui l'instant d'avant vibrionnait au dessus de lui s'écraser lourdement dans la petite zone de décollage à droite de la foule. Le garçon effrayé couru aussi vite qu'il ne l'avait jamais pu, passant sans difficulté le grillage le séparant de son père. Carol Ferris tirait la manche de son père en montrant du doigt Hal, mais M. Ferris avait bien d'autres préoccupation. Quand le jeune garçon arriva en face de la zone du crache, il poussa un long soupire de soulagement en voyant son père sortir des décombre et retirer son casque. Martin Jordan regarda son fils en souriant à peine l'avait il remarqué. Hal n'avait pas eu le temps de faire de même lorsque l'avion explosa dans un bruit qui semblait déchirer l'espace. Les cendres tombèrent à terre en même temps que les genoux du jeune orphelin qui venait de voir son père partir en fumée. Derrière lui, la foule s'affolait. Il y eu beaucoup de cris et d'agitation ; des gens couraient dans tous les sens. des larmes coulèrent, mais pas celle de Hal. Il était bien trop figé pour pleurer. Un employé de Ferris Air le pris par les épaules et le tira hors de la zone du crash. Le jeune garçon était perdu, il n'arrivait pas à réaliser ce qu'il venait de se passer sou ses yeux. Tout ce qu'il faisait, c'était serrer la veste de son défunt père. Il la serrait quand il attendait sa mère sur le trottoir. Il la serrait quand il entendait depuis sa chambre des cris et des pleures dans la cuisine la nuit. Il la serrait dans l'église et en suivant son père dans sa dernière demeure...

Ainsi débute l'histoire de Hal Jordan, membre du corp des Green Lantern en charge du secteur 2814 ! :lantern:
"I'm Batman !" -Batman
"I am Groot !" -Groot
"I am Strange." -Doctor Strange
"Je s'appelle Steve Rogers !" -Captain America
"I'm Mary Poppins Y'all !" -Yondu
"BEEBO LOVES YOU !" -Beebo
Avatar de l’utilisateur
Niffleur
Beyonder
 
Messages: 5137
Inscription: 10 Avr 2017
Localisation: Coincé dans une valise...

Messagede CaptainNiglo » Ven 25 Jan 2019 13:22

Bonjour à tous, je viens vous partager mes travaux d’écriture (je ne suis pas publié donc autant que des gens le lise) et histoire d’avoir vos avis dessus ! Toute critique est bonne à prendre ! L’idée est de faire rire et réfléchir, pas d’avoir raison ou tort. Attention quand même aux grosses barres d’humour noir à 95%, les 5% de sucre restant peuvent donner des caries et des brûlures aux 2 et 3ème degré. Passons aux choses sérieuses.

Si Lucifer, l’ange déchu par orgueil, était en réalité parmi nous depuis toujours et sortait de son silence, qu’est-ce qu’il dirait ? Le mal, à bon escient, vaut-il le bien ?

Si vous voulez le savoir, laissez vous porter par la plume du diable à la première personne et son venin digital avec Les Chroniques de Lucifer

Bonne lectures pécheurs et pécheresses <3


PUBLIC AVERTI

I. Une femme qui mérite que tout le monde l’applaudisse.


« Feu d’artifice : Objet contenant une composition pyrotechnique et dont l’agencement ingénieux permet l’obtention d’un effet déterminé (lumineux, sonore, fumigène, mécanique, etc.) » Larousse, 2016

« À un moment, moi les feux d’artifices, c’était tous les soirs jusqu’à deux heures du matin ! » Larousso, 2016

« C’est joli mais c’est dangereux, un peu comme une thaïlandaise. » Moi, l’autre éternel.



Au début, je voulais commencer par : « Salut bande de cons dégénérés », mais c’était un peu trop osé.
Et puis user d’une telle outrecuidance n’eut pas été très utile pour corroborer mon propos. Non, si je suis ici c’est pour m’introduire à vous. Car il faut bien l’avouer, vous ne m’avez certainement jamais lu et c’est bien normal, je ne suis qu’un illustre inconnu. Nonobstant, j’aime à me montrer maléfiquement machiavélique en maniant les mots de manière manichéenne au moins autant que la mamie momifiée s’émeut du message moins amusant de Marine.
Toujours est-il que je ne me manifeste pas souvent, surtout depuis que les partis communistent. Car oui, d’habitude je kiffe parler politique et burkini avec des rabzouzs des té-ci et des rednecks picards, ce qui est aussi un oxymore. Mais j’ai fait mon Jospin en 2002 sauf que moi c’était en 2013. Du coup je vais plutôt vous parler du tram B de Bordeaux. Et en particulier d’une femme.
Une femme qui mérite que tout le monde l’applaudisse.

Cette femme, je pense que je ne l’oublierai jamais. Je vois encore ses beaux yeux bruns perdus dans le vide de ses bientôt 30 ans à travers la vitre du tram B entre les stations Victoire et Musée d’Aquitaine, ses cheveux d’ébène et son teint gorgé de soleil qui font la beauté des femmes méditerranéennes. À côté d’elle, sa progéniture : environ un mètre vingt de haut pour soixante de large, ce qui n’est pas mal pour un gamin de 6 ans, magnifiquement coiffé d’une casquette « Obey » sous laquelle se dessine une coupe mulet qui ferait pâlir de jalousie Günther, le tout enrobé dans un survêtement digne des Sergio Tacchini de mon enfance.

Pour ma part, je m’étais mis un bon gros Eminem des familles dans la cavité auditive, tandis que je faisais visuellement le constat du niveau de sa responsabilité parentale, si ce n’est intellectuelle, et ce malgré la ville magnifique par ce matin de printemps qui défile derrière nous.
Rien ne laissait donc présager qu’en ce jour, en restant dans ce tram, je verrai son fils lancer une page du 20 Minutes, déchirée et mise en boule par ses soins, directement dans mon visage qui pourtant n’est pas patibulaire.
C’est alors que cette femme qui mérite que tout le monde l’applaudisse, a regardé son fils, m’a regardé, et c’est avec tout le bon sens du monde qu’elle n’a rien fait, ni même dit mot.

Même après avoir montré mon désappointement à la foule avec un regard de ténèbres accompagné d’un gonflement jugulaire causé par la force musculaire exercée par ma mâchoire inférieure sur ma mâchoire supérieure, elle a choisi de rester dans sa connerie muette tandis que résonnait le doux bruit d’une seconde page de papier déchirée par la main innocente du fruit de ses entrailles fécondes.
Pendant qu’il la froisse tendrement afin d’en faire un nouveau projectile, elle l’a laissé faire en toute connaissance de cause ; puisqu’elle a été témoin de sa précédente performance, jusqu’à l’inévitable. Une seconde fois, la magnifique façade aux vitrines d’azur qui me sert de visage est prise pour cible par le juvénile orchidoclaste, tandis qu’elle restait les yeux rivés sur un smartphone qui ne lui servait certainement pas à lire Éducation Magazine.

Alors, s’étant enfin décidée à sortir de son hypnose téléphonique, elle a levé son sublime cul prolétarien pour lancer en ricanant et droit dans les yeux, non pas de sa descendance, mais bien de votre narrateur : « Excusez-le, il est hyperactif ».
Elle ne mérite même pas qu’on la blâme dans sa démarche maternelle éducative, la connerie est plus facile à transmettre qu’un peu d’esprit. Son gamin mal élevé et capricieux ne le mérite pas non plus, je peux affirmer sans me tromper qu’il est tel qu’elle l’a fait. Et j’aurais aimé pouvoir dire qu’à défaut d’avoir une tête bien pleine, il ait une tête bien faite, mais les enfants ont cette particularité d’être toujours les plus beaux, surtout aux yeux de leurs parents.

Car si je suis resté d’un calme olympien tout du long, c’est pour une raison bien simple : je savais que je tenais déjà ma vengeance. Au vu de l’éducation qu’elle semble donner à son ignoble et difforme rejeton, le constat ne devrait pas tarder à tomber : étant donné les caprices précédents non énoncés auxquels je l’ai vu céder, il est évident qu’il a tout ce qu’il désire, ainsi il grandit sereinement en pensant que le monde lui doit tout. En ricanant à ses attaques et provocations enfantines, il continuera à se croire très malin. Et surtout, elle ne lui dira jamais que ce qu’il a fait était mal, ni moi d’ailleurs. Je ne tiens pas à ce qu’il fasse un complexe de culpabilité. Comme ça, dès que quelqu’un d’autre le lui dira dans le futur, il sera persuadé que tout le monde le persécute. Et bien sûr elle prendra son parti, car tout le monde lui en veut d’être trop gros à cet enfant.
Ensemble, ils vont vivre une vie aussi bandante qu’une réunion du troisième âge où on laisse ramollir les boudoirs dans le mousseux Netto.
Ou pas.

Un camion fou a fauché net cette destinée un soir de 14 Juillet. Ils ont traversé sans regarder parce que le chiard voulait sa glace. C’est joli mais c’est dangereux les feux d’artifices, un peu comme une thaïlandaise.

Lucifer
Avatar de l’utilisateur
CaptainNiglo
Humain
 
Messages: 23
Inscription: 23 Jan 2019

Messagede Jerem » Dim 27 Jan 2019 00:36

J'aime beaucoup l'idée et j'ai pris plaisir à le lire!
Avatar de l’utilisateur
Jerem
Héraut cosmique
 
Messages: 1953
Inscription: 07 Nov 2011

Messagede CaptainNiglo » Dim 27 Jan 2019 11:52

Merci pour ce retour Jerem ! :) Si tu as des critiques je suis ouvert à toute remarque constructive :)
Avatar de l’utilisateur
CaptainNiglo
Humain
 
Messages: 23
Inscription: 23 Jan 2019

Messagede CaptainNiglo » Lun 28 Jan 2019 03:27

Chronique de Lucifer, PUBLIC AVERTI


II. Du conflit politico-religieux mondial


« À qui profite le crime, hein ? Les moutons BFM là, vous feriez mieux de vérifier vos sources. La vérité est sur YouTube en plus. » Alain Soral, 2016

« Je sais pas... », déclaration d’un inconnu à qui l’on demande comment va sa femme à côté de son cadavre encore chaud, France 2 Télévision, 14 Juillet 2016

« Je ne sais pas comment sera la troisième guerre mondiale, mais je sais qu’il n’y aura plus beaucoup de monde pour voir la quatrième. » Albert Einstein, je sais plus quand il veut pas me dire



J’ai checké Dieu. Et quand je vais vous dire où ça va vous secouer les cages à miel.
C’était par une nuit de juillet dans le médoc, sur une route longue, sinueuse et obscure qui longe la côte entre Montalivet et Soulac, pour ceux qui connaissent.
C’est dans un des virages entre les dunes, un peu à l’abri des regards et complètement dissimulé dans l’obscurité fournie par la végétation, que se tenait Dieu. Il était là, avec son vieux cul éternel moulé dans un vieux mini-short en jean surmonté d’un T-shirt vinyle en maille assez espacées comme on n’en voit qu’à la fistinière et qui avait du mal à contenir sa surcharge pondérale, posé sur le capot d’une vieille Citroën qui faisait furieusement commerce équitable, ses jambes velues étendues et croisées devant lui, les bras en arrière et la tête légèrement en avant. Son crâne dégarni laissait deviner çà et là les vestiges d’une chevelure type brosse de gros beauf et son œil pervers et perçant n’était pas sans rappeler celui du cardinal lorsque s’allument les cierges de la première communion.

Bref, il était aussi glamour qu’un pied de chaise enduit de vaseline et dégageait la même délicatesse.

- Coucou Lulu. Quel bon vent t’amène à moi par cette nuit noire et profonde de pleine lune ?
- Je sais pas. C’est mon amie la Solitude qui m’a conseillé de venir ici. Au final je me retrouve avec un vieux qui en a encore au coin des lèvres. C’est gênant.
- Allons, mon fils, il n’y en a que là. Les voies du Seigneur sont impénétrables.
- Lol.
- Je sais que tu as ris. Et tu sais ce qu’on dit ?
- Pourquoi tu laisses des mecs se faire exploser la gueule et celles des autres au nom de la tienne ?
- T’es sincère là ? Tu vas faire ton Jean-Kévin ?
- C’est pas ça. C’est que moi aussi je me suis fait des amis et tout et...
- Tu te les aies faits comment ?
- Je te vois venir, lugubre grabataire lubrique. Alors, pourquoi ?
- Bon, écoute. Et ouvre grand c’est parole de Dieu. Mdr. J’ai fait les Hommes à mon image. Bon, c’est long et chiant à expliquer mais bref, parmi toutes les créatures de ma divine récréation, je les ai choisis eux pour leur donner une conscience élevée. Et qu’est-ce qu’ils en ont fait ? À un moment, ils sont devenus juifs.
- Point Godwin ! Haha !
- J’avoue XD. Bref, donc à un moment ils sont là, et puis j’envoie Gaby, tu te souviens de lui ? C’est lui et Mich-Mich qui vous ont botté le cul à toi et tes potes ! Bah je lui dis vas-y, on tripe, on en fout une en mode gestation sans que personne l’ai touchée ils vont grave phaser haha. Et là mec, c’est parti en zgueg complet. Ils ont fini par foutre le gamin sur une croix, du coup j’ai récupéré la garde à sa mère, pour maltraitance. Et là, ces gros noobs, ils commencent pas à se foutre sur la gueule ?! Genre d’un côté t’as les juifs qui disent non c’est pas le prophète et de l’autre les juifs qui disent c’est le prophète. Et là y’a clash of clans. Et paf, ça fait des chrétiens. Du coup c’est le bad. Et puis à un moment j’ai checké un type dans le désert, un dingue le mec. Bref il revient et balance à tout le monde nos petites discutions. Et là gros c’est la giga merde. T’as les juifs qui disent que c’est pas le prophète, les juifs qui disent que c’est lui, et même délire pour les chrétiens. Boum, troisième religion qui nait. Et comme ils se reproduisent comme des lapins, t’en as de plus en plus. Et ceux qui se mettent pas sur la gueule veulent soit ressembler à Kim Kardashian ou soit se la taper. D’ailleurs évite de raconter ça, j’ai pas envie de foutre encore plus le bordel.
- T’inquiète parole. Et ceux qui croient en toi ?
- Lolilol.
- Elle est sympathique ta petite histoire, bien que pathétique. Mais elle ne répond pas à une question que je me pose...
- Laquelle ?
- Les juifs là, les tous premiers, ils ont vraiment écrit la bible pour l’argent du coup ?
- ;)
- Haha vieux briscard !
- Allez ! Toi aussi t’en as plus rien à branler, tu sais qu’ils n’ont plus besoin de nous pour se faire du mal, ou du bien. Quoique… »

Une voiture venait de se garer sur le bas-côté. Il en est descendu un géant absolument répugnant avec sa petite moustache taillée et son accoutrement de chasseur au sanglier.
Tandis que je m’éloignais à pas feutrés de cette sinistre ambiance, le grand gaillard tendit un billet de vingt euros à Dieu et s’est fait sucer jusqu’à la moelle.

C’est pourtant à l’instant T de ce divin échange bucco-génital qu’en un autre point de la création, Clément, insignifiant cloporte comparé à la toute-puissance de l’éternel, a perdu son combat contre une tumeur cérébrale : le médulloblastome.

L’insignifiant cloporte avait quatre ans et demi.

Lucifer
Avatar de l’utilisateur
CaptainNiglo
Humain
 
Messages: 23
Inscription: 23 Jan 2019

Messagede CaptainNiglo » Lun 4 Fév 2019 22:43

Chronique de Lucifer, PUBLIC AVERTI


J’aurais peut-être dû prendre des chocolatines.


« Lui, l’homme de gauche, dit en privé : « les sans-dents » très fier de son trait d’humour. » Valérie Trierweiler à propos de François Hollande, dans son chef-d’œuvre Merci pour ce moment, 2014

« Aujourd’hui, on a plus le droit, ni d’avoir faim ni d’avoir froid » Cri de ralliement des millionnaires en mal de popularité qui demandent à des smicards de faire des dons, tous les ans

« Tout ce qu’on a, il a fallu le gagner. À vous de jouer mais faudrait vous bouger. » Les mêmes millionnaires qui parlent aux jeunes en situation de précarité.



C’était par un de ces beaux matins d’été, où la légère brise matinale porte dans tout le quartier le doux parfum de la chocolaterie toute proche. Les oiseaux chantent et les chats dorment. L’atmosphère ensoleillée portait dans les cœurs une bienveillance et une sérénité propice à l’altruisme le plus aveugle.

C’est dans ce cadre bucolique que votre narrateur favori s’élançait de son pas merveilleux quoiqu’un peu chaloupé par moments. Devant moi s’étendaient à perte de vue les étales colorées et parfumées du marché municipal, dont les allées fourmillantes d’octogénaires aventuriers ne sont pas sans rappeler certains mouvements de foules provoqués par l’apparition intempestive de Franck Mickaël ou de Frédéric François.

Sans que cela ne perturbe ma bonne humeur matinale, je me frayais tant bien que mal un chemin entre les teintures bleutées des vielles et des vieux dont certains feraient mieux de prendre des bains de boue pour commencer à s’habituer à la terre plutôt que de se lever aussi tôt tous les jours pour bloquer les honnêtes gens qui aimeraient bien faire leurs emplettes tranquillement, tout ça dans le seul but égoïste de se raccrocher misérablement au peu de vie qu’il leur reste ; afin de pouvoir atteindre le stand tant désiré du boulanger et ses délicieuses viennoiseries amoureusement pétries dans le beurre à la lumière de la lune.

« Bonjour, trois croissants au beurre s’il vous plaît », dis-je au travailleur nocturne en lui adressant mon plus beau sourire, hommage insoupçonné aux manifestations dentaires de ceux qui chassent la gueuse en boîte le samedi soir passé deux heures du matin. D’ailleurs, j’ouvre une parenthèse (ici), mais la formule de politesse « s’il vous plaît » est à mes yeux aussi pertinente, car tout aussi sincère, que le genre de discours tenu par les mecs qui espèrent se faire élire à la présidence d’une république. Vous voyez le genre de gu-gus dont je parle ? Le même genre que ceux qui vous font des prêts à 15% sur 30 ans en disant que c’est avantageux pour vous. On sait tous très bien que même s’il ne te plait pas, tu ne veux pas passer pour un malpoli et tu t’exécutes docilement. Alors qu’un remerciement chaleureux et sincère sera toujours plus bandant qu’une amère supplication hypocrite. Bref c’était une parenthèse que je referme (là).

« Ah bah nan mon ptit gars, des croissants au beurre y’en a plus. Il veut pas du flan pâtissier plutôt ? » Bon, c’est pas que j’aime pas le flan pâtissier, au contraire, mais à 8h30 je me dis qu’il y a peut-être plus léger pour commencer la journée, oui car un croissant au beurre, même par trois, reste plus léger que deux cents grammes de cuisine à l’œuf, et si vous n’êtes pas contents c’est pareil. « Vous n’auriez pas plutôt des chocolatines ? » Suggérais-je.
« Oulà mais tu crois quoi ? Que j’ai enfilé les perles moi ce matin ? Ils sont tous partis les PAINS AU CHOCOLAT. Si tu veux des viennoiseries, il faut prendre la tournée de la veille », me répondit-il un brin agacé par ma demande malgré l’étale visiblement allégée de l’objet de mes désirs.

Alors la « tournée de la veille », pour ceux qui ne connaissent pas, c’est une poche (un sac pour les non bordelais et ceux qui secrètement aimeraient bien l’être) remplie des invendus de la veille. Et ici, ô miracle, c’était des croissants au beurre, et cinq pour le prix de trois en plus, je n’allais pas partir tout droit sans en acheter.
« Ça fera deux euros. » Conclut-il, voyant ma requête honorée.
« Merci beaucoup Monsieur », lui répondis je chaleureusement.

Et pendant que je m’éloignais du commerçant en m’amusant à poursuivre un papillon fragile dans sa course et tout en dégustant les viennoiseries fraîchement acquises, je me heurtais à deux vieilles endimanchées qui me faisaient front, et qui tenaient à peu près ce langage :

- « Vous avez vu ce temps radieux aujourd’hui Paulette ? Comme c’est agréable de profiter de l’air du marché le matin !
- Vous avez bien raison Lucienne, par contre quelle galère pour trouver une place ! J’ai bien tourné pendant 45 minutes avant de pouvoir me garer !
- Oh là là ne m’en parlez pas ! C’est sans doute à cause de tous ces migrants dont on parle depuis quelques temps !
- Vous pensez ?
- Bien sûr. Avant il y avait bien plus de places pour se garer, et on n’entendait pas parler de toutes ces histoires de vandales ! Tenez, pas plus tard qu’avant hier, ils étaient tout un groupe dans la rue devant chez Mme Berthier à rester là à rien faire pendant des heures ! Pas étonnant qu’ils aient dû fuir leur pays, c’est pas avec des tares pareilles qu’on gagne une guerre !
- Ça c’est bien vrai. C’est comme tous ces jeunes-là, regardez-le lui. Vous pensez qu’il a connu la guerre celui-là ? Encore un drogué, ça doit se prendre pour un artiste. Mon père Edmond avait connu la guerre lui, c’est grâce à elle qu’il a rencontré ma mère d’ailleurs. C’était un homme au moins mon père lui, on en fait plus des comme ça ! »

Effectivement, il y avait par terre derrière elles un jeune homme d’une vingtaine d’années qui avait l’air d’être affamé et plutôt démuni avec ses vêtements kakis tachés de bière, son chapeau dont les bords sont recouverts de morceaux de briquets, son chien enchaîné à lui, son gros sac sous le cul, un fond de canette découpé en guise de panier à pièces devant lui et une 8.6 dans la main.

Je m’approche de lui et lui explique que j’ai acheté cinq croissants, et qu’après en avoir mangé deux, j’ai vu deux vieilles qui m’ont coupé l’appétit. C’est pourquoi, sachant que je ne les mangerai pas, je tenais à lui faire cadeau de celles qu’il reste.
Il m’a répondu « T’as pas plutôt deux balles ? J’aime pas les croissants » …


Lucifer
Avatar de l’utilisateur
CaptainNiglo
Humain
 
Messages: 23
Inscription: 23 Jan 2019

Messagede Adanedhel » Ven 1 Mar 2019 23:17

Depuis peu sur le forum Star Wars Universe ont lieu des challenges fan-fiction, chaque participant écrit un court texte de 150 mots (+ ou - 25) selon un thème donné et il s'agit ensuite de voter pour ses trois textes préférés, le gagnant choisissant le thème suivant. C'est très sympa je trouve, 150 c'est peu donc ça a pour avantage de ne pas demander un temps trop important mais aussi de devoir travailler le style et être impactant et bref !
Je vous propose ici le texte que j'ai écrit pour celui en cours :) :



Challenge Fan-Fictions #3 : Les Jedi se cachent pour mourir

Il avait exploré la planète des jours durant. S’était connecté à la Force plus intensément que jamais. Il avait fini par la trouver, l’île abritant les vestiges antiques du premier Temple Jedi. Et pendant ce qui lui sembla une éternité il avait parcouru les textes laissés par ses illustres prédécesseurs. Cependant, ils se révélèrent… décevants.
Alors une pensée traversa l’esprit du maître Jedi. Il n’y avait plus rien ici. Pas de réponse. Pas de solution pour contrer le fléau qu’il avait créé. Et au fond de lui peut-être le savait-il dès le départ. Alors il se prit à penser, à se persuader, qu’il n’était pas venu en ce lieu sacré en quête de réponse. Mais pour y mourir, et pour y cacher sa honte et son échec. Et déjà la voix de son vieux maître, qui l’incitait à ne pas perdre espoir, lui paraissait lointaine et voilée tandis qu’il revoyait les yeux terrifiés de son neveu en cet instant qui avait fait basculer le destin de la Galaxie, et qui reviendrait sans cesse le hanter…
Image Image
Until we reach the last edge, the last opening, the last star, and can go no higher - Enfys Nest
Avatar de l’utilisateur
Adanedhel
Zack Whedon
 
Messages: 11329
Inscription: 20 Oct 2014
Localisation: En Terre du Milieu, à l'ombre des Monts Brumeux

Messagede Neimad » Sam 2 Mar 2019 13:09

Adanedhel a écrit:Depuis peu sur le forum Star Wars Universe ont lieu des challenges fan-fiction, chaque participant écrit un court texte de 150 mots (+ ou - 25) selon un thème donné et il s'agit ensuite de voter pour ses trois textes préférés, le gagnant choisissant le thème suivant. C'est très sympa je trouve, 150 c'est peu donc ça a pour avantage de ne pas demander un temps trop important mais aussi de devoir travailler le style et être impactant et bref !
Je vous propose ici le texte que j'ai écrit pour celui en cours :) :

J'aime beaucoup l'idée ! Bon par contre je dois avouer que le fait de voter me plait moins. Déjà parce-qu'on sera jamais assez ici pour que ce soir viable et surtout parce-que je pense que ça peut-être asse démoralisant pour celui qui se retrouverait sans aucun vote.
Adanedhel a écrit:Challenge Fan-Fictions #3 : Les Jedi se cachent pour mourir

Il avait exploré la planète des jours durant. S’était connecté à la Force plus intensément que jamais. Il avait fini par la trouver, l’île abritant les vestiges antiques du premier Temple Jedi. Et pendant ce qui lui sembla une éternité il avait parcouru les textes laissés par ses illustres prédécesseurs. Cependant, ils se révélèrent… décevants.
Alors une pensée traversa l’esprit du maître Jedi. Il n’y avait plus rien ici. Pas de réponse. Pas de solution pour contrer le fléau qu’il avait créé. Et au fond de lui peut-être le savait-il dès le départ. Alors il se prit à penser, à se persuader, qu’il n’était pas venu en ce lieu sacré en quête de réponse. Mais pour y mourir, et pour y cacher sa honte et son échec. Et déjà la voix de son vieux maître, qui l’incitait à ne pas perdre espoir, lui paraissait lointaine et voilée tandis qu’il revoyait les yeux terrifiés de son neveu en cet instant qui avait fait basculer le destin de la Galaxie, et qui reviendrait sans cesse le hanter…

Bien sympa en tout cas !
T'as pas eu trop de problème sur l'autre site avec ça, il me semble avoir compris qu'ils sont assez chafouin avec TLJ :paf:
Je vais réfléchir pour voir si je réussi à trouver quelque chose d'intéressant à écrire sur ce thème !
Avatar de l’utilisateur
Neimad
Beyonder
 
Messages: 5917
Inscription: 31 Mar 2017
Localisation: Hill Valley

Messagede Niffleur » Sam 2 Mar 2019 16:47

Neimad a écrit:J'aime beaucoup l'idée ! Bon par contre je dois avouer que le fait de voter me plait moins. Déjà parce-qu'on sera jamais assez ici pour que ce soir viable et surtout parce-que je pense que ça peut-être asse démoralisant pour celui qui se retrouverait sans aucun vote.

C'est sûr que c'est pas terrible, surtout pour un débutant qui fait ses armes... Et comme on est assez nombreux là bas, on ne prends pas le temps de dire aux autres ce qu'on a pensé de leur texte, ou d'écrire un petite critique constructive...

Je poste ici le texte que j'avais écrit pour le deuxième challenge, j'étais assez content du résultat. :)

Challenge Fan-fiction #2 : "Oui Maître"

En bas, les vagues viennent frapper avec fracas la falaise. Une légère brise souffle. Une de celle qui présage une tempête ; j'ai appris à les reconnaître.
Maître médite à mes côtés. Je le sens bouleversé, mais calme malgré tout.
Les gouttes de rosé propulsées vers nous par une canonnière se posant derrière m'ont fait tourner la tête, mais mon maître m'a conseillé de me raviser. Je me suis alors replongé dans ma méditation. Entre les rochers et les mouettes. Entre l'eau et le vent. Entre les bottes et les brins d'herbes foulés.
Nos yeux étaient fermés. Leurs armes chargées. Mais les mouettes volaient. Les vagues frappaient. La brise soufflait. La vie continuait.
Sans plus de mouvement, mon maître m'a demandé de partir par le chemin rocheux qui longeait la falaise. Je l'ai regardé, attendant quelque chose. N'importe quoi. Rien n'est venu. Si ce n'est les clones, dont les pas se rapprochaient. Alors, j'ai obéi.
"Oui, maître."
"I'm Batman !" -Batman
"I am Groot !" -Groot
"I am Strange." -Doctor Strange
"Je s'appelle Steve Rogers !" -Captain America
"I'm Mary Poppins Y'all !" -Yondu
"BEEBO LOVES YOU !" -Beebo
Avatar de l’utilisateur
Niffleur
Beyonder
 
Messages: 5137
Inscription: 10 Avr 2017
Localisation: Coincé dans une valise...

Messagede Adanedhel » Sam 2 Mar 2019 19:25

Neimad a écrit:J'aime beaucoup l'idée ! Bon par contre je dois avouer que le fait de voter me plait moins. Déjà parce-qu'on sera jamais assez ici pour que ce soir viable et surtout parce-que je pense que ça peut-être asse démoralisant pour celui qui se retrouverait sans aucun vote.

Oui oui j'avais pas dans l'idée de transposer tout le système ici je voulais juste partager le texte que j'avais écrit ^^

Bien sympa en tout cas !

Merci :jap:

T'as pas eu trop de problème sur l'autre site avec ça, il me semble avoir compris qu'ils sont assez chafouin avec TLJ :paf:


Vu que SWU est un gros forum il y a une ambiance très différente entre la partie film, la partie littérature, la partie fan-art/fan-fiction… Dans la partie film c'est encore une guerre de tranchée sur le film à un point que ça en devient inquiétant :paf: mais ailleurs ça va c'est plus cool ^^

Je vais réfléchir pour voir si je réussi à trouver quelque chose d'intéressant à écrire sur ce thème !

Ouais ce serait chouette :)
Image Image
Until we reach the last edge, the last opening, the last star, and can go no higher - Enfys Nest
Avatar de l’utilisateur
Adanedhel
Zack Whedon
 
Messages: 11329
Inscription: 20 Oct 2014
Localisation: En Terre du Milieu, à l'ombre des Monts Brumeux

Messagede Niffleur » Dim 3 Mar 2019 22:19

Voici mon dernier écrit sur SWU ! ^^

Challenge Fan-fiction #3 : Les Jedis se cachent pour mourrir

Ils n'ont de fratrie que le nom, et pour nom qu'un numéro. Ils traquent les lumières étouffées à travers la Force et la Galaxie. Ils sont leurs ombres. Les ordres qu'ils suivent sont donnés par les deux plus puissants.
Leurs lames sont rouges. Leurs yeux d'un jaune perçant. Un jaune qui perce à peine les ténèbres dans lesquelles ils se terrent. Ténèbres si profondes qu'il semble impossible de s'en extirper.
Certes ils excellent dans ce qu'ils font. Malgré l'éternel mécontentement de la machine qui a l'audace de les diriger. Machine se faisant appeler Seigneur. Machine bien plus semblable à chacun d'entre eux qu'à l'Empereur qu'elle sert.
Ils excellent car ils connaissent leurs proies. Proies qui n'ont pas cédé aux tentations obscures. Résignées à disparaître pour mieux frapper une fois oubliées.
Eux n'ont pas disparus. Ils sont morts. Et, ressuscités, déferlent en nuées ardentes sur leurs frères et sœurs. Sombres nuées ardentes de rage et de peurs.
Car ils le savent mieux que quiconque, enfouis au plus profond d'eux-mêmes : les Jedis se cachent pour mourir.

Si ce n'est pas très clair, ça parle des inquisiteurs ! ^^
"I'm Batman !" -Batman
"I am Groot !" -Groot
"I am Strange." -Doctor Strange
"Je s'appelle Steve Rogers !" -Captain America
"I'm Mary Poppins Y'all !" -Yondu
"BEEBO LOVES YOU !" -Beebo
Avatar de l’utilisateur
Niffleur
Beyonder
 
Messages: 5137
Inscription: 10 Avr 2017
Localisation: Coincé dans une valise...

Messagede Adanedhel » Dim 3 Mar 2019 22:24

Pas mal ! ^^
Image Image
Until we reach the last edge, the last opening, the last star, and can go no higher - Enfys Nest
Avatar de l’utilisateur
Adanedhel
Zack Whedon
 
Messages: 11329
Inscription: 20 Oct 2014
Localisation: En Terre du Milieu, à l'ombre des Monts Brumeux

Messagede Neimad » Lun 4 Mar 2019 16:44

Niffleur a écrit:
Si ce n'est pas très clair, ça parle des inquisiteurs ! ^^

Même avec l'explication j'ai pas compris :paf:
En tout cas c'est plutôt bien écrit, tu feras juste gaffe à la faute dans le titre *mourir* et "Leurs yeux d'un jaune perçant. Un jaune qui perce à peine les ténèbres dans lesquelles ils se terrent." La répétition de percer n'est pas super jolie ici.

En tout cas je m'y suis essayé, c'est sympa comme challenge, mais bon la prochaine fois faudra prendre un thème un poil moins déprimant svp :paf: Je suis pas trop mécontent du résultat, mais le fait de devoir compresser la narration rend la chose quand même assez corsée ^^

Challenge Fan-fiction #3 : Les Jedis se cachent pour mourir

Tout était si paisible ici.
Il avait tout perdu, tout. Son disciple, ses amis, son foyer, mais surtout il avait perdu sa foi. Sa foi en la Force l’avait guidé pendant toute sa vie, il lui avait tout donné. Tout. Et pourtant elle les avait abandonnés, elle les avait tous abandonnés. Une caste décimée. Une caste orpheline. Voilà ce qu’ils étaient aujourd’hui. Peut-être étaient-ils responsables de cet abandon. Peut-être avaient-ils fauté. Peut-être…
Il se saisit délicatement de son sabre qui reposait à ses côtés et lui sourit doucement. Il était tout ce qu’il lui restait. Ce sabre n’était plus qu’un vestige du passé. Ils l’étaient tous les deux.
Enfin, il s’agenouilla lentement sur le sol, tout en ouvrant quelque peu sa tunique blanche. Il leva le regard une dernière fois vers l’horizon, tandis qu’il sentait son sabre peser de plus en plus lourd dans sa main.
C’était si paisible.
Avatar de l’utilisateur
Neimad
Beyonder
 
Messages: 5917
Inscription: 31 Mar 2017
Localisation: Hill Valley

Messagede Niffleur » Lun 4 Mar 2019 17:16

Très chouette Neimad ! :bravo:
Tu comptes le poster sur SWU (ou déjà fait ? J'ai pas été vérifié...)

Neimad a écrit:Même avec l'explication j'ai pas compris :paf:
En tout cas c'est plutôt bien écrit, tu feras juste gaffe à la faute dans le titre *mourir* et "Leurs yeux d'un jaune perçant. Un jaune qui perce à peine les ténèbres dans lesquelles ils se terrent." La répétition de percer n'est pas super jolie ici.

C'est vrai qu'ils ne sont pas super connus... mais j'essaye de me démarquer par l'originalité ! ^^
Merci. :) La répétition était voulu, je trouve que ça va avec le rythme du reste du récit...
"I'm Batman !" -Batman
"I am Groot !" -Groot
"I am Strange." -Doctor Strange
"Je s'appelle Steve Rogers !" -Captain America
"I'm Mary Poppins Y'all !" -Yondu
"BEEBO LOVES YOU !" -Beebo
Avatar de l’utilisateur
Niffleur
Beyonder
 
Messages: 5137
Inscription: 10 Avr 2017
Localisation: Coincé dans une valise...

Messagede Neimad » Lun 4 Mar 2019 18:30

Niffleur a écrit:Très chouette Neimad ! :bravo:
Tu comptes le poster sur SWU (ou déjà fait ? J'ai pas été vérifié...)

Merci bien ^^
Et non pas du tout, j'ai pas de compte là-bas et je dois dire que ça ne m'intéresse pas des masses. Je dois pas être assez fan de SW

Niffleur a écrit: La répétition était voulu, je trouve que ça va avec le rythme du reste du récit...

Ah d'accord ! Je suis pas fan des répétitions, mais si c'est voulu tu as raison ça fonctionne :D

Je me demandais quand même si je suis assez clair quant à mon idée globale concernant ce texte et surtout sur ce qu'il se passe à la fin ?
Avatar de l’utilisateur
Neimad
Beyonder
 
Messages: 5917
Inscription: 31 Mar 2017
Localisation: Hill Valley

Messagede Niffleur » Lun 4 Mar 2019 20:03

Ça se comprend. ^^

Neimad a écrit:Je me demandais quand même si je suis assez clair quant à mon idée globale concernant ce texte et surtout sur ce qu'il se passe à la fin ?

Je pense avoir saisi... Et puis c'est toujours bien de garder une zone flou entre l'auteur et le lecteur où tout est sujet à l'interprétation personnelle ! :D
"I'm Batman !" -Batman
"I am Groot !" -Groot
"I am Strange." -Doctor Strange
"Je s'appelle Steve Rogers !" -Captain America
"I'm Mary Poppins Y'all !" -Yondu
"BEEBO LOVES YOU !" -Beebo
Avatar de l’utilisateur
Niffleur
Beyonder
 
Messages: 5137
Inscription: 10 Avr 2017
Localisation: Coincé dans une valise...

Messagede Adanedhel » Lun 4 Mar 2019 20:21

Très chouette ton texte Niffleur, c'est vrai qu'il a un très bon rythme :jap: (et ayant un style d'écriture assez lourd parfois les répétitions ne me dérangent pas ^^)

Neimad le tien est ouah :o très poétique et évocateur ! La fin est assez subtil, juste ce qu'il faut pour comprendre je pense... C'est vrai que le thème n'était pas des plus joyeux ce coup-ci, les deux premiers ("Espoir" et "Oui, maître" laissaient plus d'amplitude sur le ton du texte :) )
Image Image
Until we reach the last edge, the last opening, the last star, and can go no higher - Enfys Nest
Avatar de l’utilisateur
Adanedhel
Zack Whedon
 
Messages: 11329
Inscription: 20 Oct 2014
Localisation: En Terre du Milieu, à l'ombre des Monts Brumeux

Messagede Niffleur » Lun 4 Mar 2019 20:22

Adanedhel a écrit:Très chouette ton texte Niffleur, c'est vrai qu'il a un très bon rythme :jap: (et ayant un style d'écriture assez lourd parfois les répétitions ne me dérangent pas ^^)

Merci, j'ai essayé de bosser un peu plus le rythme et le champ lexical sur celui ci, j'avance petit pas pat petit pas... :D
"I'm Batman !" -Batman
"I am Groot !" -Groot
"I am Strange." -Doctor Strange
"Je s'appelle Steve Rogers !" -Captain America
"I'm Mary Poppins Y'all !" -Yondu
"BEEBO LOVES YOU !" -Beebo
Avatar de l’utilisateur
Niffleur
Beyonder
 
Messages: 5137
Inscription: 10 Avr 2017
Localisation: Coincé dans une valise...

Messagede Neimad » Mar 5 Mar 2019 18:26

Adanedhel a écrit:
Neimad le tien est ouah :o très poétique et évocateur ! La fin est assez subtil, juste ce qu'il faut pour comprendre je pense... C'est vrai que le thème n'était pas des plus joyeux ce coup-ci, les deux premiers ("Espoir" et "Oui, maître" laissaient plus d'amplitude sur le ton du texte :) )

Oh merci Ada :D
Bon je suis content si c'est compréhensible, parfois c'est dur à bien savoir, la ligne entre le subtil et l'incompréhensible est pas toujours simple ^^
Depuis ce matin je me dis que j'ai envie de développer un peu plus ce texte, mais bon c'est pas sérieux de faire ça :paf:
En tout cas faudra pas hésiter à en faire d'autres, si vous avez des idées de thèmes allez y ! :D
Avatar de l’utilisateur
Neimad
Beyonder
 
Messages: 5917
Inscription: 31 Mar 2017
Localisation: Hill Valley

PrécédenteSuivante

Retourner vers Littérature, manga et BD franco-belge

Qui est en ligne

Utilisateurs parcourant ce forum: Aucun utilisateur enregistré et 4 invités