Star Wars : Le premier spin-off sera réalisé par… Gareth Edwards (Godzilla) !

22

star-wars-casting-episodevii

MonstersGodzilla, Star Wars… quel début de carrière ! C’est officiel, Gareth Edwards réalisera un spin-off Star Wars ! La sortie de ce long métrage indépendant est annoncée pour le 16 décembre 2016 aux États-Unis. Soit un an après la sortie mondiale de Star Wars : Episode VII (18 décembre 2015). L’avenir dira si Avatar 2 se positionne le même mois (la date n’a toujours pas été fixée) ! Au scénario, un certain Gary Whitta (Le livre d’EliAfter Earth, les jeux vidéo Prey et The Walking Dead).

Qui sera le héros du premier spin-off Star Wars ? C’est un mystère. Depuis plusieurs mois, Han Solo et Boba Fett font figure de favoris (sans oublier les rumeurs ‘Yoda’ et ‘Luke Skywalker au temps de la Rébellion’). Officiellement, deux spin-offs sont en cours de développement depuis février 2013, l’un écrit par Lawrence Kasdan (Star Wars : Episode V : L’Empire contre-attaque), l’autre par Simon Kinberg (X-Men : L’affrontement finalX-Men : Days of Future Past).

Le film réalisé par Gareth Edwards est peut-être l’un de ces deux spin-offs, réécrit par Gary Whitta. Sachant que Disney a révélé l’existence d’un troisième long métrage au début du mois. Ce projet inédit a-t-il pris le pas sur les deux autres ? C’est le flou total ! La promesse d’une production Star Wars par an est donc tenue. Et décembre semble être le nouveau mois de ralliement imposé aux fans. Qui sera le héros de ce blockbuster ? Que pensez-vous du choix de Gareth Edwards ? Se dirige-t-on vers un spin-off sur Boba Fett… avec Boba Fett présent à l’écran 15 minutes (lire ci-dessous) ? A vos claviers !

————————————————–

[Concernant l’inévitable débat sur MUTO – The Movie, Godzilla, c’est le moment ou jamais pour une mini-critique : je n’ai pas accroché. Ce n’est pas mauvais en soi – rien à redire concernant la réalisation -, mais je ne suis pas rentré dans l’histoire. Pas assez de Godzilla. Amorcer un combat et l’expédier sur un écran TV est frustrant. Sans compter une certaine difficulté à adhérer au couple marié-un-enfant-de-cinq-ans formé par Aaron Taylor-Johnson et Elizabeth Olsen. Pourquoi des personnages si jeunes ? Le héros n’a jamais l’initiative (il subit l’action). Les militaires agissent en dépit du bon sens. Bref, l’anti-Pacific Rim. Godzilla est réaliste. Le film de Guillermo del Toro est généreux. J’adhère plus volontiers à la seconde dénomination. Mais je comprends l’enthousiasme suscité par Le Retour du Roi (des Kaiju). Et puisqu’il est question de Godzilla, la suite a récemment été annoncée. Sans surprise, le papa de Monsters rempile. D’après les producteurs, il était bien prévu qu’Edwards tourne un autre film entre les deux opus. Seulement, on voit mal Legendary Pictures/Warner attendre 2018 pour Godzilla 2…]   

22 COMMENTAIRES

  1. Je vois pas pourquoi la Warner (enfin, surtout Legendary qui produit le film à 75%, et Universal risque d’être sur le coup vu que Legendary est sous contrat Universal actuellement – Ils produisent Jurassic World, Dracula Untold et Warcraft) ne pourra pas attendre 2018.

    Une suite n’est pas obliger de sortir 2 ans après la sortie du premier opus. Pirates des Caraïbes 4 est bien sortie 4 ans après le 3e opus malgré son titanesque succès (plus de 960 millions de dollars, sans 3D), le 5 va sortir bien 5 ans après le 4e opus malgré son milliard. Avatar 2 va sortir 7 ans après le premier opus, 300 Rise of an Empire est sortie en 2014 malgré le carton du premier en 2007, voir même les Dark Knight Nolan…The Dark Knight Rises est sortie 4 ans après TDK malgré son milliard car la Warner à attendu Nolan qu’il fasse son Inception. Des exemples comme cela il y a n’a plein. D’autant plus que Star Wars spin off va sortir en Décembre 2016 donc le tournage sera pour 2015 logiquement. Edwards doit être sur le projet depuis quelque mois je pense (façon Treverow sur Jurassic World. Annoncer courant 2013 alors qu’il bosser depuis la mi-2012 dessus), surtout qu’il parler vachement de son amour envers Star Wars durant la promo de Godzilla. Bref, suffit juste qu’il bosse sur la pré-production de Godzilla 2 en même temps que Star Wars Spin off pour qu’il tourne Godzilla 2 dès 2016. Ridley Scott ou Spielberg sont spécialise dans ce genre de chose.

    Bref, Godzilla 2 (et 3 car le boss de Legendary confirme Edwards pour le 3 aussi) sera sans doute sur les écrans pour l’été 2018.

    Sinon, superbe nouvelle vu que j’ai adoré Godzilla. Le mec possède une incroyable force visuel, gère magnifiquement bien les effets spéciaux, et il filme très très bien. Autrement plus excitant que avec le réalisateur de Mission Impossible 3 ou de Star Trek Into Darkness. J’espère que le spin-off sera sur Boba Fett. Par contre le scénariste ne rassure pas : After Earth…

    • Il y a une différence majeure entre franchise établie (qui peuvent de permettre d’attendre pour le 3ème, 4ème, 5ème épisode) et franchise en devenir. Selon l’adage, il faut battre le fer tant qu’il est chaud. Attendre trop longtemps n’est jamais bon. Quand une suite déçoit, le délai de sortie entre les deux premiers opus est souvent mis en avant (300, Star Trek). Quatre ans, c’est long…

      PS : commencer une phrase par ‘Avatar a fait/Bienvenue chez les Ch’tis a fait’ = le point Godwin du cinéma = le raisonnement ne peut pas être valide en prenant comme exemple des anomalies ^^

      • Oué enfin bon, vu le carton de Godzilla, qu’il sorte 3 ou 4 ans après, va rien changer, Thomas Tull qui déclare que Edwards va réalisé Godzilla 2 et 3, et Tull est le boss de Legendary qui finance le 3/4 du budget de Godzilla. Et comme le contrat avec la Warner va toucher à sa fin dès cette année (Legendary sera plus producteur des DC Comics apparemment), la Warner n’aura pas le pouvoir de pouvoir faire quelque chose. Comme par exemple engager un autre réalisateur et sortir un Godzila 2 dès 2016. . Legendary est le studio majoritaire qui possède les droits. Donc si le boss est OK pour l’attendre après Star Wars, le film sera sur les écrans fin 2017 ou en 2018. Le 2 sera très attendu surtout vu le succès critique du film (même si certain râle que Godzilla est pas le méchant de l’histoire – alors qu’il était rarement le méchant dans la franchise – ou qu’il est surtout vers la fin….sans connaître visiblement les intentions du réalisateur qui annoncer prendre la même démarche que Spielberg sur Jaws).

        Exactement pareil pour Pacific Rim 2. Le film va sortir pour quand ? 2017 sans doute, vu que le prochain Del Toro va sortir pour fin 2015. Donc 4 ans après le premier opus qui pourtant n’est pas un carton en salle.

  2. Par contre, 16 Décembre 2016…hum…

    Bon, Avatar 2 n’est pas certain à 100% d’être sur les écrans en Décembre 2016 mais Cameron est bien partie pour réalisé la nouvelle trilogie cette année.

    Comprend pas pourquoi Disney va le foutre en compétition direct avec Avatar 2…

    Car les détracteurs de Cameron on beau lui chier dessus pour Avatar, son film reste très bien apprécier par le grand public si j’en juge les avis et autres moyenne, sans même parler du bouche à oreille qu’il à obtenu car des films qui claque 2,7 milliards de dollars dans le monde dont rien que 750 millions sur le sol américain, un score exceptionnelle.

    Rien ne dit que Avatar 2 va reproduire le carton historique du premier mais même si il marche moins bien, il sera sans doute très proche. Simple, même avec -50% de recette que le premier, il fait plus de 1,3 milliards de dollars. Même La Menace Fantôme avec la ressortie 3D fait juste un petit milliard.

    Star Wars VII sera sans doute un carton, mais rien ne dit qu’il va faire un carton historique car bon, La Revanche des Sith, censé être le déblockbuster ultime de 2005, au final il fait même pas 900 millions alors que l’année d’après, le 2ème Pirates des Caraïbes dépasse le milliard. Star Wars à été un phénomène entre 1977 et 1980, mais dès Le Retour du Jedi le box-office est en baisse. Aucune chance je pense contre Avatar 2.

    • Pour juger et comparer les scores des films entre 1977 et aujourd’hui il faudrait se baser sur le nombre d’entrée plutôt que sur les recettes en millions de $.
      Le prix du ticket de cinéma a beaucoup changé en quelques années.

  3. Passer de Godzilla à (peut-être) Boba Fett. Au moins ça ne serait pas dramatique si le Sarlacc n’y apparaissait que furtivement. ^^

    Pour Godzilla, il faudrait penser d’abord à réhabiliter la version de Emmerich, très fun blockbuster, très bien rythmé, mais vilipendé d’office par la profession cinéma, comme solidaire envers Spielberg pour le teaser montrant sa patte écraser un squelette de T-Rex avant les séances de Men in Black. Ce n’était qu’un petit gag, pas une attaque contre Jurassic Park sur l’air de « on est les plus gros, les plus forts ». C’est après qu’on a eu droit à un Mulder urinant sur l’affiche d’Independence Day, à des jouets Godzilla attaqué par un chien dans Armageddon, au slogan « Size does matter » (« c’est la taille qui compte ») parodiée en « Size is not everything » pour Small Soldiers ». Et, beaucoup plus drôle, en « plot does matter » (« c’est le scénario qui compte ») pour… Star Wars épisode 1. On a vu le résultat des critiques pour ce film là. ^^

    Et bien au final celui de Garreth Edwards est quasiment un remake de celui de 98. On commence là aussi par un générique fait d’images d’archives sur un grosse musique. Des scientifiques qui enquête sur des traces bizarres immenses. Et on suit à nouveau une bête géante basique, occupée comme n’importe quel animal à se nourrir et se reproduire, pas un monstre méchant qui veut détruire le monde entier (style ceux de Pacific Rim ou Smaug). La différence, c’est que Godzilla n’est pas le monstre principal, 3ème par ordre d’importance après les humains et les Mutos alors qu’il est censé être le rôle titre. Et qu’à l’instar du Kal El de Man of Steel, il apparaît plus comme un dieu vengeur, qui intervient en faisant autant de dégâts que de bien. Que penser d’un public qui l’acclame à la fin, alors que pour sa première apparition à Hawaï, il provoque un tsunami qui ne peut avoir épargné tout le monde, vu ce que représente de nos jours cette vague géante ? On pense alors au Noé d’Aronofsky, genre « seuls quelques innocents
    choisis (par le scénario) survivront à la colère divine etc… »

    Mais c’est aussi un film étonnamment représentatif de son époque. A savoir que l’idée de monstre géant ne peut tenir la cap pour le public friand de destructions face à celle de catastrophe naturelle, plus proche de la réalité. Le genre du film se rapproche alors plus, au mieux, de la Guerre des Mondes de Spielberg, au pire de World War Z. Avec un père plus occupé à faire le chemin pour retrouver les siens tout en essayant de se battre face à/avec la nature elle même. Le réal est même assez contre l’idée de caméra numérique, faisant selon lui « sortir le spectateur du film » par son esbroufe.

    Le film par contre n’arrive pas à renouer avec la dramaturgie et la poésie de son premier film Monsters. Un peu normal, son couple d’acteurs sur le film a vraiment fini par tomber amoureux, faisant bien passer le romantisme après le fait que les créatures soient le plus possible à l’arrière plan derrière les simples traces de leur passage, simplement très évocatrices.
    Et niveau action si le contrat est très bien rempli, c’est surtout du coté des humains. Pour les fights de monstres ça ne commence vraiment qu’à la fin, comme si l’humain ne pouvait pas assimiler ce genre de chose dans la réalité et ne pouvait que détourner le regard.
    Pourtant quelques incohérences filmiques viennent appuyer le fait que ça devait bien être un divertissement au départ. Certaines explicables – les monstres mettent trois plombes pour atteindre le continent, mais ils ont aussi une masse énorme à déplacer. D’autres bien fantaisistes, comme le fait que le héros principal survive à chaque fois par miracle (et que ses parents au contraire disparaissent très facilement), ou que les créatures se dirigent pile là où vit sa petite famille.

    Mais ce film respecte au final bien le caractère nippon du Godzilla original (un peu artificiellement à travers le perso de Ken Watanabe), qu’on retrouve aussi dans nombre de gros films japonais jusqu’à Miyazaki. Le fait que la nature doit être elle aussi respectée de peur qu’elle se retourne contre vous. Et la peur du nucléaire comme puissance pas assez naturelle pour être assez maîtrisée, rejoignant enfin Pacific Rim pour le fait qu’une bonne bagarre mano a mamo est mieux que de tout régler en faisant une grosse bombe.

    Le meilleur pour finir étant aussi au niveau coïncidences cinématographiques:
    le fait que le couple de Godzilla finissent par devenir frère et soeur dans le prochain Avengers, même avec juste deux papouilles, ça doit enlever une épine du pied de Whedon pour l’ambiguïté de leur rapports;
    ou que Juliette Binoche ait refusé Jurassic Park il y a 12 ans pour avoir 10 minutes ici;
    ou bien que David Strathairn traque des « Mutos » après avoir chercher des « Alphas ».

    Bon film quand même, mais dur d’accès au départ.

    • Etant donné qu’elle est bancale depuis la sortie ciné des Special Edition (1997, si je me souviens bien) et qu’elle file un p****n de mauvais coton depuis l’Episode 1, je ne vois pas ce qui pourrait être pire !
      A part revenir à moins de CGI et un peu plus de mythologie, ça ne va pas être simple de la sauver du côté obscure !

  4. Excellente nouvelle pour Gareth Edwards!
    Je pense que Star Wars est entre de bonnes mains, Flo je ne suis pas d’accord avec toi au sujet de la version de Roland Emmerich, à l’époque cette version m’avait déçu car à aucun moment on ne retrouve  »le véritable esprit Godzilla »,
    on aurait pu mettre un t rex à la place, le résultat aurait été identique,

    La nouvelle version plus respectueuse donne un sacré coup de vieux à celle d’Emmerich (bien meilleur dans le jour d’après)
    j’ai l’impression que les gros clichés sont dépassés (les cases, le découpage,l’impérialisme..) dans un cinéma complètement mondialisé,
    Les gros films font plus de recettes à l’étranger que sur le territoire américain et Hollywood l’a bien compris
    (Omar Sy dans DOFP et bientôt Jurrasic World)
    le dernier à utiliser ces ficelles est Micheal Bay et ses Transformers, un film comme Independence Day viellit mal,
    mais cela n’engage que moi!

    La maturité du cinéma européen (France, Angleterre) n’est plus à démontrer et le fait que Hollywood fasse confiance
    à un jeune metteur britannique très prometteur est une très bonne nouvelle pour l’avenir.
    Georges Lucas a toujours privilégié les acteurs anglais ( Sir Alex Guiness, Ewan Mc Gregor, Terence Tramp..)
    qui bénéficiaient d’une grande expérience théâtrale.

    J’ai beaucoup aimé le message vidéo de JJ Abrams en direct d’Abou Dabi, on le sent humble et soucieux de la tache qui l’attend
    Il est conscient que des millions de fans scrutent le moindre mouvement de sourcils mais Georges n’est jamais très loin….

    • Avoue au moins qu’on s’amuse plus avec la version d’Emmerich, ça fait au moins une autre variation plus légère du monstre originel (avant qu’il devienne gentil).

        • Je me souviens avoir beaucoup ri en voyant les services secrets français si caricaturés à travers le personnage interprété par Jean Reno
          il ne manquait plus que le béret!

          • Au moins son personnage se rachète (ainsi que la bêtise des essais nucléaires français en plein cinquantenaire d’Iroshima) en étant le courageux héros « physique » du film, là où Matthew Broderick est le héros « malin ».
            Toutes proportions gardées, le même genre de modèle que… la relation de « grand frère » de Han Solo avec Luke. En bien plus simplifiée évidemment.

  5. un spin off sur Qui gon jin, rendons lui sa place !

    le choix du réal est parfait selon moi, l’approche qu’il a su donner dans Godzila m’a vraiment séduit

  6. moi je dis je dis « l’avenir de l’UE entre les mains du réalisateur de Monsters, film a la réputation très surfaite pour un long métrage sommes toutes aussi lent qu’ennuyeux. »

  7. En parlant de l’UE. Je possède près de 140 romans de l’UE.. Quel sera l’impact économique sur ma collection ..? Le facteur d’appartenance oui, mais les roman s’ils sont réédités en «legend» vont t’ils perdre leur valeur économique ?

    • Voyons, on parle de Star Wars, la seule franchise qui a durablement de la valeur depuis 1977 😀

      Posséder une collection complète sans la bannière Legend va devenir un défi pour tous les collectionneurs (perso, j’ai pris mes précautions en début d’année ^^).

      • tu ne crois pas que le fait de rééditer livre en legend (si je comprend bien ils veulent le faire) ou sa sera simplement pour les édition à venir ?

        Parce que rééditer un roman qui n’est plus en vente fera baisser sa valeur (offre et la demande) ??

  8. J ai pas vu monster mais pour Godzilla même si je suis globalement déçu (vraiment pas assez présent pour un film qui porte son nom) il y avait quelques fulgurances photographiques sur le thème nippon que j ai vraiment trouvé poétiques..

    wet & see il s’est plutôt bien débrouillé pour un premier film à gros budget.(sans en faire un chef d’oeuvre)

  9. Globalement moi, j’avais vraiment aimé l’univers de monsters.
    Pour ce qui est de de Godzilla, si on enleve tout les passages ‘humain’ le film passe vraiment bien.
    Et puis quand j’étais jeune, j’adorais vraiment l’anim’, et pour le coup, le coté gentille bébête qui defend les gens, est bien présent, et ca me fait plaisir.

    Pour ce qui est d’une ( plusieurs ) suites, ok, mais alors faudra vraiment penser à creuser un peu niveau scenar’ et mise en scene humaine.

LAISSER UN COMMENTAIRE