Joker : L’Univers Cinématographique Joaquin Phoenix en couverture de Total Film !

27

[Mise à jour : Ajout de la couverture normale.] Une couverture Total Film réservée aux abonnés, une nouvelle image dans les pages d’USA TodayJoker poursuit sa promotion à quelques jours de l’avant-première mondiale (31 août) ! On écoute le réalisateur Todd Philips : « Mon objectif n’était pas de prendre Joaquin Phoenix et de le placer dans l’univers des comics. Mon objectif était de prendre l’univers des comics et de le placer dans l’univers Joaquin Phoenix. Il y a une obscurité dans laquelle les acteurs [précédents] ont probablement vécu pour jouer le Joker. Joaquin en était conscient. Je dirais qu’il est exceptionnellement à l’aise dans cet espace. »

Le film, qui relate une histoire originale inédite sur grand écran, se focalise sur la figure emblématique de l’ennemi juré de Batman. Todd Phillips brosse le portrait d’Arthur Fleck (Joaquin Phoenix), un homme sans concession méprisé par la société dans ce film qui se présente comme un récit inquiétant.

Joker est réalisé par Todd Phillips et sort en France le 9 octobre 2019, avec Joaquin Phoenix (Arthur Fleck/le Joker), Robert De Niro (Murray Franklin), Zazie Beetz (Sophie Dumond), Frances Conroy (Penny Fleck), Marc Maron (Ted Marco), Brett Cullen (Thomas Wayne), Douglas Hodge (Alfred Pennyworth) et Dante Pereira-Olson (Bruce Wayne).

27 COMMENTAIRES

  1. …manière de dire: « passez votre chemin les fans de comics… c’est pas un film pour vous, mais pour les « grandes personnes » ».
    Toujours un peu trop méprisant, trop versé dans l’idolâtrie des acteurs…
    À moins que…

  2. Je sens la branlette intellectuelle arriver…Je suis pas contre les films intelligents (au contraire), mais les films qui se regardent dans la glace en admirant leur « profondeur » ça a tendance à me faire zapper. J’espère me tromper.

    • « Je suis pas contre les films intelligents mais » : tout le reste de ton commentaire indique le contraire, pourtant.

      Ta phrase, c’est un peu comme le « Je suis pas raciste, mais »

      • Tu mélange un peu tout. Il dit simplement ne pas aimer les films poseurs qui affichent leur intelligence en étendard. Que ces dernier sont souvent en fait bien moins malin qu’ils le pensent. Et que des films a priori plus modeste dans leur propos sont souvent bien plus intelligent pour peu qu’on fasse un minimum d’effort pour gratter au delà la surface.

        • Merci Rom, tu as bien saisi le sens de mon post qui apparemment manquait de clarté ^^’
          Dans l’expression « branlette intellectuelle » c’est le côté branlette que je crains hein 😂 , je ne suis pas un bourrin n’en déplaise à mon avatar.
          Ceci dit, ce film aura au moins le mérite d’ être original! Même si ça ne suffit pas pour faire un bon film.

  3. Ouais, non… Mieux vaut revoir Split, seul grand film de super vilain…
    Car il a compris qu’il fallait un antagoniste positif pour mieux équilibrer le tout (Casey).

      • …sauf que ce n’est pas le même type de film: Glass n’est pas un film de super héros/vilains, mais un film de suspense Avec des super héros/vilains VS une Société Conservatrice « Raciste ».
        Une histoire qui fait monter la sauce de manière plus lente et dramatique, car comme le titre l’indique… c’est le personnage manipulateur et cérébral qui prépare le coup final.

        • Incassable et Glas sont des film de suspense c’est a la fin qu’on se rend compte qui prends les code de super-vilans/super-héros.

          Glass est un pétard mouillé l’univers est tellement sous exploité et resté que dans l’asile c’est dommage .
          La société conservatrice sort de nul part et ils sont mal utilisé tu n’y crois pas un instant.

          • Société Conservatrice est représenté par la psy. Hors dans Incassable ce n’est pas une réflexion qui a été suggéré les gens accepte facilement l’idée d’un super-héros il me semble .

            Il manque un film pour tout développer.
            Le huit clos est dommageable car il aurait été intéressant d’avoir la réaction du public vis a vis de cette nouvelle réalité, les conséquences. C’est frustrant je trouve que le concept est sous exploité dans ce film.

          • Incassable ne montrant aucune personnes, hors le fils de Dunn (et les enfants… sauvant Dunn), acceptant facilement l’idée d’un super-héros.
            Glass, un peu plus… avec son contre-point conservateur, sous l’excuse de rationalisme (c’est en fait une attaque contre eux, non une thérapie pour les soigner).

            Tout est là, car comme le dit la mère d’Elijah « tout ça n’était qu’une Origin Story ». Y avait rien à développer de plus (sinon, ça serait devenu un « Heroes bis », donc déjà vu)…
            Tout est dit un peu plus ici…
            http://lestoilesheroiques.fr/2019/01/glass-la-critique-du-film-votre-avis.html
            Prière de l’explorer plutôt que de continuer sur une page réservée au pseudo Joker, please.

  4. http://www.premiere.fr/Cinema/News-Cinema/Joker-deja-une-suite-de-prevue-
    Alors… un vrai One Shot original, qui donne tout et tout de suite, sans contrainte et tout à la gloire de son acteur principal ? http://www.premiere.fr/Cinema/News-Cinema/Joker-Joaquin-Phoenix-explique-comment-il-sest-approprie-le-fameux-rire-du-mechant
    On juste un autre produit commercial à base de Origin Story qui ne sert qu’à teaser un « vrai » Joker par la suite – dans ce cas, autant ne pas y aller et attendre directement la suite.
    Car on ne parle pas d’une histoire en plusieurs volets précis, là…

    Après avoir complété la filmo de Todd Philipps (ou presque) en voyant hier son War Dogs, pas du tout audacieux et original, et très « clichés dans l’épat' »… perso, j’ai encore moins de confiance en son bagout qui se la pète.

      • Allo !? Dark One Shot vs film à suite ? Quand on va exprès pour voir l’un, on veut pas y voir l’autre et inversement.
        Et puis, si tu aimes marcher dans la rue et nager dans l’eau, t’es pas obligé d’éliminer l’un des deux… bin ouais.

        Ne jamais mentir…
        Quand on est dans un Méga franchise principalement ludique pour Tous, on sait quelles sont les marges de manoeuvres, comment on peut les étirer ou pas, c’est accepté si on ne trahi pas la confiance…
        Quand c’est pas le cas et qu’on est censé par contre voir un film à potentiel plus adulte… on ne lance pas de suite qu’on veut aussi faire des suites pour gonfler la hype. Sinon, ça veut dire qu’on est plus dans de l’horreur/suspense ado/adulte, dans ce cas.

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here