Falcon et le Soldat de l’Hiver : Votre avis sur l’épisode ‘Power Broker’ [1×03] !

106

Le chaos s’installe doucement dans Falcon et le Soldat de l’Hiver, avec une multiplication inquiétante des factions impliquées et un focus intéressant sur les conséquences des grands événements de l’Univers Cinématographique Marvel… Dans ce nouvel épisode, nous avons donc Helmut Zemo qui est enfin promu Baron Zemo et qui s’autorise quelques pas de danse pour fêter cela. L’histoire de Sharon Carter laisse dubitatif. Personne n’a pensé à l’aider depuis Captain America : Civil War ? C’est difficile à avaler, mais peut-être que cela se tient, dans la mesure où l’enchaînement des événements catastrophiques a été rapide. A moins que… Sharon travaille toujours pour la CIA… ou qu’elle soit tout simplement le Power Broker ? Enfin, c’est peut-être un détail, mais avec l’introduction de Madripoor, nous avons le premier élément des droits cinématographiques mutants à l’écran, ce micro-état étant historiquement lié aux aventures de Wolverine !

Falcon et le Soldat de l’Hiver – Saison 1 – Episode 3 – ‘Power Broker’ : Dans un refuge pour criminels, Sam et Bucky cherchent des informations sur le sérum du super-soldat.

﹡﹡﹡﹡﹡

﹡﹡﹡﹡﹡

La série Falcon et le Soldat de l’Hiver est diffusée chaque vendredi sur la plateforme Disney+, avec Anthony Mackie (Sam Wilson/le Faucon), Sebastian Stan (Bucky Barnes/le Soldat de l’Hiver), Emily VanCamp (Sharon Carter), Daniel Brühl (Helmut Zemo), Wyatt Russell (John Walker/U.S. Agent), Erin Kellyman (Karli Morgenthau/Flag Smasher) et Danny Ramirez (Joaquín Torres).

106 COMMENTAIRES

  1. La fin de l’épisode !!!!!!
    Excellent cet épisode, définitivement la série a un contenu colossale, j’espère qu’ils vont réussir à tout clôturer avant l’épisode final, à voir mais déjà on commence a savoir l’avenir de quelques personnages après cette série c’est cool!

  2. Toujours un plaisir à regarder le matin au réveil.
    C’est un bol de céréale cette série !
    Elle ne restera pas dans les annales mais on ne lui en demande pas tant et elle se hisse sans mal dans le top des séries superheroïque (Le Diable Rouge restera top 1).

  3. Episode génial ! L’ambiance a Madripoor (et la musique !) est nickelle. J’espere que cette ville sera réutilisée dans d’autres series et films.
    La fin de l’episode nous promet un suivant encore meilleur … et c’est vraiment top de retrouver ce personnage qu’on avait croisé dans Civil War ! Marvel Studios fait vraiment de l’excellent taf en reliant films et series, afin de rendre son univers encore plus crédible.
    Et le background de Sharon est juste très intéressant. J’ai hâte de voir sa suite.
    Pour l’instant, ca reste un sans faute (et l’humour, quasi absent de cette episode, reste vraiment en retrait pour laisser la place a quelque chose de sérieux ! Yees !!!)

  4. Excellent épisode, le personnage de Zemo est vraiment pas mal et la ville de Madripoor est bien faite !
    J’espère que le retour d’Ayo des Dora Milaje sera bien intégré avec le reste de la série, et que Sharon Carter et le Power Broker auront de développement 👀
    J’espère aussi un vrai face-à-face Bucky/Falcon contre le Captain America eco qu’incarne John Walker 🤭

    Déjà la moitié de la série, hâte d’être à la semaine prochaine ! 🤭

  5. Zemo pourrait-il un jour faire équipe avec Mordo..?
    À l’un, l’éradication des super-héros, à l’autre celui des sorciers.
    Vivement un crossover à la « Acts of Vengeance »…

  6. Bon, ça avance mais lentement… On a un « gentil » Zémo au final, qui les aide vraiment à retrouver les Flag Smashers. On peut quand même espérer qu’il retombe à un moment donné dans ses travers, pour avoir un méchant baron Zémo.
    Au final, je m’étais trompé sur ce que je prévoyais. Peut-être bien que les Flag Smashers resteront les big bads de cette série, maintenant qu’ils se sont radicalisés en tuant des gens. Mais reste encore l’identité du Power Broker qui reste un mystère… allez, réponse à la fin de l’épisode 5 ?

    • Il a pas l’air si gentil que ça et il a même l’air d’avoir un plan à grande échelle, il tue le scientifique mais c’est pas anodin quand il cherche une arme on dirait qu’il est déjà venu là et le scientifique le voit et dit rien comme si il pense qu’il va l’aider en fait je commence à me demander si c’est pas Zemo derrière la recréation du sérum et qu’il connait power broker à la base parce qu’il en veut pour lui et personne d’autre d’ou le fait qu’il aiderait Bucky et Sam à retrouver les personnes qui l’ont volé
      Le point qui n’a pas de sens à mon gout c’est que nos 2 héros le laissent faire ses petites magouilles sans se poser de questions

  7. Avec des héros comme Wanda et Bucky pas besoin de Super vilains . En tout cas j’espère qu’ils ont une meilleure explication sur Carter qui débarque de nul part mais bon vu ce qu’ils ont fait avec Quicksilver je ne vais pas avoir trop d’espoir.

  8. Petit à petit déçu de la tournure des évènements.
    Grosse impression sur le ton du premier épisode par rapport à la bande annonce buddy movie et finalement, épisode 2 et 3 sont dans la veine de la bande annonce.
    De plus, mauvais choix de comm’, dans la toute première bande-annonce, on voyait Falcon s’entraîner avec le bouclier et dès la fin du premier épisode avec l’arrivée du nouveau Captain America, on sait qu’il aura LE ou un bouclier et on arrive à la seconde partie de la série, ça tue un des ressorts dramatiques de la série.

      • non je penche pour que cette scène de la BA soit la toute dernière scène de la série (en mode, Sam s’entraine pour devenir le nouveau captain et leur relation est au top !)

    • Faut penser en terme de comment ca s’enchaine si tu regardes uniquement les films au cinéma.
      Endgame, Sam a le bouclier, prochain film, il sera captain america.

      La série raconte cette transition donc plutot logique qu’il accepte ce role et commence à s’entrainer avec le bouclier vers la fin.

  9. Un épisode très plaisant notamment du point de vue de sa densité !
    J’aime vraiment qu’ils explorent les concepts du MCU et les conséquences (comme dit le Boss) des évènements des films sur les personnages un peu secondaires.
    J’ai beaucoup aimé la découverte de Madripoor : la photographie, les couleurs (la ville de nuit vue de loin, magnifique), la tension y régnant, l’arrivée en voiture escortée..

    L’action reste un peu décevante dans cette série. Depuis la scène d’intro très réussie, celle du camion de l’épisode précédent n’était pas ouf, et là on a certes (enfin) un moment badass pour Bucky, et un moment de gloire de Sharon (super bien chorégraphié !). Mais ça manque de scènes marquante je trouve, surtout à 2 avec Sam & Bucky. mais ça va venir je pense 😉

    On sent petit à petit John Walker pencher vers le mauvais côté (cf : quand il se fait cracher dessus). C’est fait avec une belle subtilité je trouve, c’est pas bâclé et très astucieux de la part des scénaristes.

    Question :
    _on m’explique pk Zemo enfile sa cagoule juste pour ce petit moment ? (le mec fait en sorte d’avoir une vue réduite au moment où il a le plus besoin d’être efficace et d’avoir tout ses sens en éveil ^^)
    Mais je pense qu’on aura une explication (crédible ?) par la suite.

    _Qui est le tireur aux fenêtre qui sauve buk et sam ? Sharon ? (si c’est le cas elle est descendue très très vite), ou une de ses sbires surement

    Je pense que Power Broker est une couverture pour un personnage connu du show, et Sharon me parait être une sérieuse option effectivement !

    Cette super fin a été vécue en 3 temps pour moi :
    1. « mais je connais ces petites billes ! => (quelques secondes de réflexion) => oh la vache ! »
    2. l’apparition de la dora miraje (qui avait remis Natacha à sa place dans CW ^^) avec la fameuse musique !!!!
    3. et là je me rappelle que T’Challa ne sera plus => over mega frustration….

    • Ça me paraît crédible pour Sharon comme Power Broker aussi au vu de sa dernière phrase : « On va avoir un problème. Ou plutôt même 2 » (Sam et Bucky)
      Mais je trouverai ça un peu décevant aussi, parce que c’est une gentille normalement Sharon. Pourquoi la faire devenir méchante ? Ce serait dommage, et si c’est le cas ça a intérêt à être expliqué. Alors que Zémo passerait dans le camp des gentils, lui… ? (il n’a pas encore fait de coup tordu à nos deux héros)

      • Dans les comics, Sharon Carter infiltre un groupe de terroristes (la Force Nationale) dirigés par le Dr Faustus. Elle est contrôlée (brainwashing) et s’immole pour la « cause »…. La série pourrait s’apparenter un peu à ça…

    • SPOILER SPOILER SPOILER SPOILER SPOILER SPOILER SPOILER SPOILER SPOILER
      A propos de la dora Ayo ,parions que si le regretté Chadwick était encore parmi nous,ce serait lui que Marvel aurait choisi de faire apparaitre dans la série pour venger son père.

      SPOILER SPOILER SPOILER SPOILER SPOILER SPOILER SPOILER SPOILER SPOILER
      En l’état,je pense que le choix de Ayo (personnage plus secondaire) à la place de T’challa est le fait d’un risque de spoiler ou de compromettre l’écriture de BP2 pour l’option secondaire la plus la logique,à savoir Shuri et que pour Okoyé (option logique 3),c’est une question de disponibilité de Danai Gurira (tout comme l’avait été,selon moi,ou une histoire de refus de l’acteur,l’absence du vrai Vif Argent dans Wandavision).

      SPOILER SPOILER SPOILER SPOILER SPOILER SPOILER SPOILER SPOILER SPOILER
      Par contre,sauf erreur de ma part,c’est T’challa qui capture Zemo (l’empêche de se suicider afin qu’il soit jugé) à la fin de CW.
      Pourquoi envoyer maintenant une dora pour le tuer?
      Si T’challa avait voulu se venger,il l’aurait fait à sa capture,non?
      A voir si ce sera expliqué.

      SPOILER SPOILER SPOILER SPOILER SPOILER SPOILER SPOILER SPOILER SPOILER
      Interrogation intrigante sur la suite du cliffhanger de l’épisode:
      De quelle manière va-t-elle évoquée T’challa?
      Pas facile d’en parler « normalement » vu les circonstances.

      SPOILER SPOILER SPOILER SPOILER SPOILER SPOILER SPOILER SPOILER SPOILER

      • Techniquement, elle dit juste « Je suis ici pour Zemo ». Ça veut pas forcément dire le tuer, ça peut aussi simplement dire qu’elle veut le recapturer pour l’enfermer.

      • L’absence du vrai Quicksilver et la présence de l’acteur de celui des X-Men étaient probablement voulues et calculées. Durendal a fait une vidéo assez intéressante à ce sujet. Ce choix nous permet de nous mettre dans le point de vue de Wanda : C’est à dire qu’on reconnaît directement Quicksilver, mais en sachant que quelque chose cloche, comme elle en réalité. Artistiquement c’est intéressant même si c’est sous-exploité / un peu baclé par la suite.

        • J’ai vu sa vidéo à ce sujet.
          C’est une analyse intéressante et une théorie probable mais permets moi de penser que s’ils avaient pu avoir AT Johnson,ils auraient opté pour une autre voie scénaristique (plus axé sur le retour de Pietro?).
          Surtout lorsqu’on voit ce qu’ils font du faux Pietro au final avec cette conclusion très bancale et rapide (ironie!) dans l’écriture même et sa réalisation.

          Mais bon,nous ne pouvons que spéculer.
          Jamais,nous ne saurons s’il y avait autre chose de prévu ou non,si c’était le plan initial ou non (surtout ne pas révéler les improvisations de productions pour montrer qu’on maitrise tout) et cela importe peu vu que cela n’entame pas fondamentalement le récit initial du deuil mal géré de Wanda.

          C’est juste,pour moi,un traitement du personnage un peu décevant (comme d’autres personnages secondaires du MCU invités d’ailleurs:Darcy et Woo).
          J’aurais aimé que le deuil de son frère (finalement quasiment pas traité dans les films.Pas tant que ça compte tenu de l’importance du personnage dans l’univers Marvel) s’ajoute au traitement de celui de son compagnon pour expliquer davantage son pétage de plomb.
          Cela aussi aurait été intéressant aussi.

      • Question : que fait une dora miraje seule en dehors du wakanda ? Est-ce que seule la panthère noir n’a pas le droit d’opérer en dehors du royaume ? Et puis ces gardes royales ne sont-elles pas sensées rester auprès du roi justement ?
        Est-ce une forme d’insubordination (elle, personnellement, n’aurait pas apprécié la décision de T’Challa de le laisser au gouvernement allemand, et elle souhaite vengeance, ou le rapatrier au wakanda)

        • On sait que le Wakanda a differents agents à travers le monde donc une Dora pourquoi pas ?
          D’autant que quel que fut la tradition à ce sujet jusqu’à la mort du Roi T’Chaka permet moi de rappeler que T’Challa as totalement changer les traditions vis à vis des relations du Wakanda avec l’extérieur, et donc potentiellement changer le rôle des Dora également.

    • Personnellement je pencherai pour le retour de Justin Hammer en Power Broker. Dans les comics la deuxième version de celui ci est une sorte d’antistark. Adepte des technologies, Madripoor est une ville parfaite pour lui exercer et Personne sait si il est toujours en prison ou pas

  10. Les scènes d’actions avec Sharon sont les seules véritables qualités de cet épisode.
    Le reste étant avant tout un plaisir de fan, avec madripoor notamment.

    La série semble ne pas savoir sur quel pied danser. Elle n’a pas encore vraiment de personnalité, que ce soit dans le ton, dans la réalisation ou dans le scénario. Ca fait 2 épisodes très moyens d’affilée.
    Je suis aussi un peu déçu de la direction prise finalement pour les Flag Smashers, je m’attendais à quelque chose de plus intéressant et subtile…
    Je trouve que, dans la grande majorité des cas, la série est lente alors qu’elle coupe trop rapidement certains de ses plans ou en insère d’autres qui ont peu d’intérêts.

  11. Je suis le seul à avoir trouvé l’épisode a chier que ce soit au niveau Real, dialogue ( tellement forcé sur les références mcu ça devient cringe ) et les scène de fights a part Sharon. Ptn les méchant c’est la team BS on dirait. J’ai eu l’impression de voir Fast & Furious Hobbs & Shaw avec sauce mcu 😐 sans parler de tout ce qui touche à zémo de l’évasion à la scène en bagnole 💀

    • Oui je trouve aussi que les avis sur cette série sont beaucoup trop exagérés dans le positif.
      Si je reconnais que c’est assez bien rythmé. Le nombre d’incohérences est élevée. Sharon Carter évidemment. Elle démonte tout le monde sans logique (les mecs arrivent 1 par 1)une voiture avec sa complice l’attend à côté normale. Personne ne l’a vue. Pourquoi se bastonner et retourner dans le caisson pour révéler leur position… et il y en a encore plein.
      Je me réserve sur Zemo. Je le trouve trop con et gentil pour y croire… et pourquoi ce plan oú ils marchent à 3 sur le pont. Bref

      C’est trés sympathique. Le budget est là. Voilà

  12. C’est encore du caviar cette semaine. Même si le rythme est plus lent et l’action moins présente cette fois.
    Encore une fois je trouve que le show fait preuve de subtilité. Entre Walker qui devient petit a petit Us Agent, se prenant la haine de tout ceux qui le croisent et ne le trouve pas a la hauteur. Zemo qui renoue avec son héritage de baron (décidément c’est vraiment LE thème de cette série) tout en restant fidèle à ses principes. Sharon qui a tout perdu en résolvant un plot twist de Civil War.
    Purée c’est vraiment pas écrit avec les pieds ! C’est cool !

    Mention spéciale au baron Zemo. Déjà Daniel Brühl est impérial. Mais ce qui me scotch c’est ce respect du comics tout en s’accordant avec son interprétation de Civil War qui s’en éloignait.
    On est en plein dans le côté ambiguë du Zemo des comics. Un homme de principe, antagoniste mais avec un code moral. C’est top.

    D’ailleurs j’ai une théorie personnelle pour la révélation qui risque de se faire en fin de saison donc attention spoilers !!!

    SPOILERS SPOILERS SPOILERS SPOILERS SPOILERS SPOILERS SPOILERS SPOILERS SPOILERS SPOILERS SPOILERS SPOILERS SPOILERS SPOILERS SPOILERS SPOILERS

    Je suis persuadé que la leader des Flag Smashers est en réalité Sin, la fille/petite fille de Crâne rouge. On resterait dans le thème de cette série, a savoir l’héritage. Je serai très surpris que ça ne soit pas elle au final. Tant ça semble coller …

    • Bonne théorie. Ca collerait avec sa teinte de cheveux, et surtout cette réflexion de Zemo dans cette épisode « vous voulez vivre dans un monde rempli de Red Skulls ? » 🙂
      Mais bon, attention au théories, on a vu où ça mène avec WandaVision ^_^

  13. Dites ya que moi qui est remarqué que Sam mentionne « donna madani » du punisher ????
    Ou alors je fais erreur. J’ai un doute sur le prenom

  14. Super sympa comme épisode meme si l’évasion de Zémo par Bucky était très capillotracté, mais la série a pas le temps pour ca.

    La scène de combats au milieu des conteneurs était un bel hommage à celle de Daredevil dans un des premiers épisodes 😉

  15. Bon un épisode moins appréciable j’ai trouvé. Peut être que c’est le voyage avec Zemo qui était pas super intéressant. Madripoor qui ressemble à l’énième ville clandestine, bon c’est déjà ça dans les comics, mais je ne connais que le milieu riche de la ville (High Town ?). Les scènes dans le Night Club totalement passable, en plus c’est limite le passage de Zemo. Daniel Brühl assure toujours mais j’ai trouvé que Bucky et Sam lui ont laisser trop de lest, c’est quand même un ancien terroriste.

    Au final les Flag Smashers se relèvent moins ambigu que ça, enfin surtout du côté de Karli, même si elle a le typique retournement avec le « C’est le seul langage qu’il comprenne » justification qu’on a déjà vu des dizaines de fois.
    Fait à noté cet épisode a été écrit par Derek Kolstad, le scénariste des John Wick.

  16. Y’a un point dont personne ne parle et je me demande du coup si je suis le seul à penser ca, mais Sam ne sert quasiment a rien dans une serie qui est censé tourner autour de lui non ? Bucky est beaucoup plus développé et beaucoup plus intéressant au fil des épisodes que Sam qui objectivement, ne fait rien… Il est un peu l’acolyte de Bucky genre il est la, il est sympa, de temps en temps il sort son pistolet et fait pan pan, mais sinon c’est tres vide, on dirait un peu la relation qu’il avait avec Captain America dans Civil War, sauf que la Bucky remplace Captain, je me demande presque pourquoi la serie ne s’appelle pas simplement « The Winter Soldier » ?

  17. Je suis un grand fan du MCU, j’ai tout suivis. J’adore aussi ces personnages. Mais là, cette série j’accroche pas. C’est long, lent, classique, trop de sous intrigues, … on a l’impression qu’ils « clôturent » les détails de Civil War. Pas ouf, là où WandaVision était excellente !
    On verra bien la suite.

    • Petite question : est-ce que tu aimes The Boys et Game of Thrones qui sont largement plus longs, plus lents et plus chiants que cette série ?

        • Oui, je me suis ennuyé devant ces deux séries,c’est la vie, il y a rien de grave la-dedans. Désolé d’être un mécréant qui ose critiquer des séries « intouchables ». Mais la mauvaise foi de certaines critiques sur Internet qui reprochent à Falcon une lenteur alors que The Boys est largement plus lent me dépasse.

          J’ai regardé deux saisons de Game of Thrones car je voulais faire l’effort de regarder mais je me suis endormi devant (véridique) et je compte pas persister.

          • J’ai pas trouvé The Boys et surtout Game of Thrones si long et chiant, la première pêche par sur la représentation des pouvoirs de certains personnages je trouve, genre le Homelander, on voit bien que c’est un budget de série, car à part les yeux laser et le vol, pour un mec capable de faire ce que fait Superman, c’est fortement limité.
            Par contre niveau série très chiante et lente, American Gods se pose là.

  18. N’empêche il y a pas photo, quand on voit les liens énormes avec le MCU des deux premières séries Marvel Studios, on se rend compte qu’on a vraiment été des naïfs a penser qu’un panneau Roxxon était la preuve d’un lien 🤣🤣 La on a des séries vraiment imbriquées dans l’univers, et pas trois références a deux balles comme les anciennes séries.

    • C’était pas gérée de la même façon.
      Aujourd’hui tout s’articule autour d’un même Boss, pour les films Et les séries.

      Pour Sharon, j’ai pensé à Secret Invasion. Il y aura forcement des personnages qui ne sont pas ce que l’on pense….
      Nous voilà déjà à la moitié de la série.

      • Et le mode de production des séries change également.
        Les séries Disney Plus sont des mini séries produite comme des longs films, écrite et tournées intégralement avant d’être diffusée.

        La ou une série comme Agents Of SHIELD était une pure série de Network Américain avec un modèle de production à l’ancienne, sur un mode de quasi flux tendu

        Quand le 1er épisode d’une saison de AoS était diffusé, ils étaient à peine entrain de commencer à tourner le 8ème épisode et d’écrire le 14ème.

        Et croyez moi, je suis large parce que certaines séries étaient encore plus tendues que cela.

        C’était donc impossible de cadrer des choses vis à vis à vis des films.

        Car un film est écrit 2 ans avant sa diffusion

        Quand une saison de série n’était donc pas fini d’écrire alors même qu’elle entamée déjà sa diffusion.

        Comment veux tu prévoir qu’un film sortent dans 2 ans réponde à une serie qui connaîtra 2 saisons durant ce labs de temps et dont la première moitié de la première des 2 saisons en question n’est même pas finie d’écrire quand tu commence le tournage du film ?
        (Alors qu’il est à contrario très facile pour une série de rebondir sur le film, c’est pour ça que ça marchait toujours que dans ce sens en fait)

        • La série de network sont aussi construite avec des plans sur plusieurs saisons Babylon 5/Lost/Supernatural…. qui sont plus ou moins respectés suivant les succès rencontrés : d’où la frustration des fans quand des séries ne sont pas renouvelées à l’issue d’un cliff-hanger, simplement parce que les scénaristes ont prévu des plans sur 2/3 saisons mais n’ont pas été prévenu à temps sur l’annulation.

          Le « jeu » pour les scénaristes est donc de prévoir « à quel moment diluer » suffisamment d’informations pour permettre à la série de de perturber niveau intérêt.

          Rétrospectivement, on perçoit une cohérence/plan sur 3 saisons dans « AoS » qui résonne en parallèlement avec les films : lors du Marvel Event, Feige a bien dit que l’on entendrait parler de la mythologie des Inhumains avant la sortie des films…. alors que la saison 2 venait à peine de débuter.

    • Et puis ce series ont construit aussi leurs propres références. Voir les defenders agir dans les séries des autres je trouvais ça beaucoup plus plaisant que si d’un coup on avait vu débarquer Bruce banner dans l appartement de Jessica Jones. Certes l échec d’une thématique Civil War transmedia est un peu triste – même si AoS l’avait elle bien gérée – mais sinon des liens films/series juste pour le fan service je n en voulais pas personnellement.

      De même les runaways avait fini par croiser la cape et l épée, deux groupes plus en phase entre eux qu ils ne l auraient été avec les vengeurs.

      • Oui mais dans les faits Infinity War et EndGame ont rassemblé tous les héros du MCU, sauf des séries. Alors tu vas me dire que c’était pas nécessaire mais si ils l’avaient fait tu aurais été le premier heureux. Pour moi, Wandavision est la première série du MCU. Franchement, personne va me faire croire que Kevin Feige va garder Inhumans dans le canon, et encore moins Helstrom qui n’a même pas le logo Marvel.

        • Oui les agents du shield c est clair que j aurai aimé les voir dans les films, j espère encore un peu d ailleurs. Les defenders dans un film urbain comme spider man ou autre pourquoi pas.

          Mais ça m empêche pas de trouver que ces séries appartiennent à la mythologie construite par le mcu. Inhumans et helstrom mis à part- la première car c’est une immondice imbuvable, la seconde je n ai pas vu mais sans logo ni lien c est difficile de la rattacher.

          Après quand on pense aux comics, l univers Marvel c est plus de 50 series par mois. Ça n empêche pas de faire coexister squirrel girl, Tony stark et Boom Boom alors qu ils n ont absolument rien à voir ensemble. Je ne vais pas dire pour autant : les comics canons ce ne sont que sur les personnages importants de l univers.

  19. Bien que j’apprécie la série, j’ai pas cette attente du vendredi que j’avais avec WandaVision. D’allieurs j’ai l’impression qu’on discute moins de/avec cette série que WandaVision…après c’est peut être qu’on a tellement théorisé sur WV que l’on ne veut plus faire la même erreur.

    • Je pense qu’on théorise moins parce que il se passe beaucoup plus de choses à l’écran (là où wanda éparpillait des petits indices sur lesquels on se focalisait pour compenser aussi le manque de dynamisme à l’écran), et l’intégralité du show de wanda reposait sur le questionnement de cette réalité.
      Cette série est plus terre à terre, où on cherche plus à kiffer comme devant un film MCU, avec quelques questions d’intrigue par-ci par-là.

  20. J’ai un gros problème avec l’aspect moral des actes du duo. Organiser l’évasion d’un super-terroriste c’est déjà franchement limite, mais si en plus ils le laissent tuer froidement un homme désarmé sans même lui en toucher deux mots, on est dans la complicité de meurtre pure et dure. Alors certes, ils comptent le renvoyer en prison plus tard, mais franchement ils y méritent une petite place eux aussi.

        • C’est très différent là Bucky était un tueur en puissance avant mais là il a juré de ne plus tuer qui que ce soit à priori il y a pas de raison qu’il laisse faire ça et ce qui est étonnant c’est que dans l’épisode suivant il tue sans problème moral et il laisse des meurtres se commettre devant lui, et Sam a tué des gens en pleine guerre mais comme le dit Ddg mobile quelqu’un de désarmé sous ses yeux c’est une autre histoire et les 2 gars lui disent rien jusqu’à la fin de l’épisode…..
          Franchement l’arrivée de Sharon qui n’est pas anodine et le personnage de Zemo et son plan qui commence à se dessiner je trouve ça bien amené scénaristiquement même Walker et les révolutionnaires sont super intéressants mais nos 2 héros font tache dans cet épisode

  21. …oseront-ils justifier l’absence de T’Challa par le fait qu’il soit souffrant..? En off bien sûr, pas devant tout le monde pour ne pas déjà fragiliser le Wakanda face à une multitude de menaces potentielles – le deuxième film aura tout loisir de traiter ce sujet.

    Par contre, il n’est pas interdit de manifester déjà un peu d’indulgence pour cette série, tant qu’elle garde un peu de dynamisme excitant…
    Premièrement parcequ’elle a forcément été impactée dans sa conception par la situation sanitaire…
    Puis car à moins d’avoir des changements brusques de tons à divers moments, on peut aisément prédire que la suite risque très souvent de s’essouffler… à enchaîner tels personnages/objets marveliens, adaptés ou cameos, en guise de coups de théâtre, avec comme souvent avec Marvel la même chose que dans les comics :
    « Tout ça pour ça »… un arc fini, on laisse les détails irrésolus de côté, pour une autre fois (ou pas)… tandis que Sam passera bel et bien du statut titré de Falcon à Captain America, tout comme Wanda l’aura fait en devenant officiellement la Sorcière Rouge. La série pavant le chemin qui leur permet d’assumer pleinement ce nom à la fin, avec mérite (classique super-héroique en fin de compte).

    C’est à se demander ce qu’il en sera de Loki, puisque son statut est déjà assez officiel… Mais c’est une idée amusante que je placerais pour la prochaine news sur cette série. 😉

  22. Je retient l’esthétisme du show qui est parfois jolis, mais alors l’histoire pour l’instant, surtout quand ont suis les super soldat, je me fait chier.

    un plaisir de retrouver Daniel Brühl, Je note que le baron Zemo a sa cagoule violette, était ce nécessaire pas sur.

  23. La série est vraiment pas ouf c’est lent.
    L’intrigue n’avance pas beaucoup alors qu’il reste 3 épisodes.
    Netflix Dardevil était plus intéressant avec bcp moins de moyen.

    • En fait, ils auraient pu un film de 2h30 ça aurait été aussi bien quand on y pense, je me demande si vraiment Marvel Studios est fait pour les séries, c’est juste étirer des histoires qui auraient pu tenir en un film.

      • Vous parlez bien des séries Marsvel TV Studio ? Pas des séries CW ? ^^

        Parce que, dans le genre « intrigue n’avance pas beaucoup » euh, y a pire.

  24. Très bon épisode, madripoor est là, les mutants sont à portée dorénavant…..

    J’aime bcp le peu d’humour de la série par rapport aux restes des autres prod marvel, par contre je ne comprends pas (bien que je respecte l’avis de chacun ) le parallèle avec Daredevil de netflix que j’ai trouvé chiant comme le reste des séries marvel/netflix….

  25. Un épisode plaisant mais j’ai quand même du mal à me sentir pleinement investi, notamment parce que au fond les Flag Smashers me font ni chaud, ni froid. Et j’ai toujours du mal à sentir ou ça veut nous mener.
    Je salue quand même l’ambiance de Madripoor sympa, et le fait que ça ne lésine pas sur la violence (toute proportion gardée) avec une Sharon Carter qui tue à bout portant et fait du lancer de couteau ! Ou encore l’attaque terroriste, qui ose un peu.

    Le gros point noir pour moi se sont les facilités scénaristiques pour faire avancer l’intrigue ou justifier certaines choses. L’évasion du Baron Zemo en deux deux… le fait qu’il sache soudainement se battre et qu’il soit vraiment Baron et super riche (depuis le temps il aurait pas déjà pu s’évader avec ses contacts ?), Sharon Carter également comme l’a soulevé le boss (pour moi c’est aussi gros que le fait que Sam soit sans un sous en poche…), la façon dont ils s’infiltrent à Madripoor (sérieusement on le reconnait dans la rue le Faucon! Les pires criminels le confondraient avec ce Smiling Tiger ?)…

    Bref… J’espère que les 3 derniers épisodes transformeront l’essai.

  26. J’ai pris plaisir à revoir Daniel Bruhl.
    En dehors la série est vraiment pas dingue. Toute façon ces séries ne servent à rien hormis « combler les vides » de tous les personnages creux et inintéressants.

    Aucune série n’aura de réels impacts sur les films MCU (Wandavision ? Une blague…). Disney ne va jamais prendre ce risque, ils savent que tout le monde ne s’embêtera pas à visionner assidûment les 2 contenus : déjà au moment de Endgame beaucoup n’avaient pas vu la filmographie complète.

    Bref en gros Sam va récupérer le bouclier, poutrer Walker et comme si de rien n’était va perdurer l’héritage de Steve. Fin de l’histoire à la prochaine pour une série sur le méchant le plus redondant du MCU dans une timeline différente et inutile à la timeline actuelle.

  27. Ça se regarde…. mais c’est pas foufou.

    J’attends juste que le soldat de l’hiver pète un cable… et reprenne ce p….n de bouclier !
    On peut rêver ?

  28. https://hitek.fr/actualite/falcon-et-le-soldat-de-hiver-wyatt-russel-reagi-harcelement-fans_28311
    Carrément ! 😖

    https://www.melty.fr/marvel-studios-pourquoi-bucky-barnes-est-il-toujours-surnomme-le-soldat-de-l-hiver-dans-le-mcu-a754472.html
    À moins de changer pour Nomad… Partager le titre de Cap pourrait marcher. Y a même un beau concept art qui circule.
    https://www.instagram.com/p/CNPWkd3Frp0/

    Et Sam peut toujours lui laisser le bouclier, si le Wakanda ne leur en forge pas un chacun… Il peut bien être son propre Captain America avec juste ses ailes.

    • https://hitek.fr/actualite/falcon-et-le-soldat-de-hiver-wyatt-russel-reagi-harcelement-fans_28311
      Honteux, et malheureusement on a encore une fois affaire à une poignée de fans toxiques qui sabordent toute une communauté. Apprendre à faire la différence entre réalité et fiction, c’est comme ça que certains sont poussés au suicide.
      Alors qu’en plus, il joue super bien John Walker !

      • … c’est virtuel, « donc c’est gratuit »…
        Ça ferait moins les fiers si ça leur tombait aussi dessus, en retour, histoire de comprendre l’effet psychologique possible.

        Il y a peut-être un moyen de créer un algorithme qui renverrait la balle (puante) en détectant des expressions clés…
        Après tout, celles-ci sont toutes globalement les mêmes… Du Formaté.

        • L’algorithme en question, il faudrait l’adapter à la société en général. Parce qu’on parle souvent du harcèlement et des critiques qui se seraient développé et auraient dégénéré sans restriction avec les réseaux sociaux et le numérique. Mais d’expérience, je trouve que le numérique ne fait que refléter la réalité.

          J’ai eu beaucoup plus de problèmes relationnels et de harcèlement dans la réalité, que sur Internet, ou ça n’est arrivé que de rares fois (à peine une ou deux je pense).

          • En dehors du numérique, ce moyen existe déjà : c’est l’Éducation. Certains n’y ont pas accès… et pour d’autres, ces automatismes bénéfiques prennent trop de place dans leur esprit ou leur libre-arbitre.
            On peut dire que c’est simplement une question biologique (c’est plus rassurant), nos cellules du cerveau faisant de la place à des tonnes de nouvelles informations plus ou moins utiles, en dégageant pour cela quelques règles de savoir vivre… En les oubliant, en mode « Johnny Mnemonic ».
            Il faut dans ce cas-là les ranimer très régulièrement… « Vider la corbeille et se rebooter partiellement ».

            Pour un algorithme, on pourrait bel et bien parler aussi d’Éducation plus que de Programmation… si on devait le considérer comme une Intelligence Artificielle, apprenant instinctivement les bons réflexes sociétaux.
            Gare toutefois à la Conscience Artificielle – mais c’est un autre débat.

          • Certes, après ça pose toute la question des automatismes et de l’inné contre l’acquis. En fait, je reviens sur mon commentaire précédent, très mauvaise idée en réalité que celle d’un algorithme qui régulerait les comportements des gens. Ça fait très 1984 et ça risquerait d’en aliéner plus d’un. Comme tu le soulèves, on voit déjà les problèmes éthiques soulevés par la question des intelligences artificielles et des biais qui sont présents dans ces algorithmes, ceux-ci devant bien à un moment ou à un autre être créés par des humains qui y intègrent consciemment ou pas leurs propres biais sociétaux.

            Alors, l’éducation oui sans doute. Mais quelle éducation ? Car ça fait des dizaines d’années qu’on assène le fait que l’éducation est essentielle. On est sans doute tous d’accord. Pour autant, dans les faits, est-ce que c’est appliqué et mis en oeuvre de manière effective ? Il est permis d’en douter. Certes, il y a des résultats prégnants mais on constate toujours une certaine défiance vis-à-vis de la figure du professeur, figure d’autorité plus que d’accompagnateur devant aider à la construction de l’individu. Sans omettre le facteur social, qui rend impossible d’enseigner et d’éduquer tous de la même façon partout.
            Alors séparer l’instruction (pour l’école) et l’éducation (pour les parents), c’est ce qui vient juste après. Mais là, qui va enseigner justement ces « codes » de société, de bien-être à des parents qui déjà pensent très bien savoir ce qu’il en est, savoir mieux que tout le monde ce dont ont besoin leurs enfants et n’avoir besoin de personne, et qui surtout répètent les mêmes erreurs pour leurs enfants qu’eux-mêmes ont commises. C’est le gros problème d’arriver à avoir un avis réflexif sur sa propre attitude. Très peu de gens, si ce n’est quasiment personne, n’est objectivement capable de se poser à la table et de dire « Ok, j’avais tort. Pardon, je me suis trompé ». La plupart du temps, c’est souvent plutôt modifier le sens de sa phrase, modifier un peu ce qu’on a dit pour faire passer la pilule et ne pas avoir à admettre que l’on a pu se tromper. D’où la difficulté de changer d’état, de changer les perceptions, les consciences et in fine la compréhension de l’être humain.
            Au fond, rien n’est fondamentalement impossible à changer, ni même difficile, si ce n’est la perception et la conscience des gens.

            Pourtant, un simple retour réflexif et un peu de culpabilité suffiraient pour faire des progrès pharaoniques.

          • Déjà, la défiance envers l’éducation peut aussi s’expliquer par un environnement qui est de plus en plus poussé vers l’asphyxie. Plus de monde les uns sur les autres, plus de hausses de température, plus d’informations qui pullulent et saturent tant que ça donne l’impression qu’il faut absolument toutes les intégrer. Seuls, sans supporter suffisamment l’aide d’autrui, et en avançant dans la vie « la tête dans le guidon » (trop de Conscience des choses peut aussi être une chose terrifiante – par exemple, notre propre mortalité).

            Et ainsi, plus assez de place pour la subtilité, ce qui est le meilleur moyen d’éduquer… C’est à dire pas en imposant de force, mais en proposant par des moyens détournés, en « appâtant » grâce à des centres d’intérêt généraux ou spécifiques. De façon naturelle, sans soi-même penser au calcul.
            Dès que le cerveau se met alors à turbiner tout seul de manière utile et pas trop égoïste… en analysant des idées, il se concentre alors plus sur un plan d’ensemble… plutôt que sur une partie (c’est moins fatiguant), ou sur trop à la fois, de manière dispersée.
            Pas à la portée de tous certes, encore moins d’un strict point de vue intellectuel. Mais on peut au moins essayer, et sinon tenter de l’adapter à un type de réflexion plus simple (pas simpliste), qui vous correspondra mieux.

            L’algorithme lui ne serait alors sur le Net qu’un outil de type « garde-fou », utilisé pour limiter la casse, créant aussi un équivalent de lien empathique par le jeu de l’action/réaction.
            Et un outil, ça ne fait que servir, ça ne nous dirige pas. C’est s’il a Conscience de son Existence que cet outil peut alors décider de faire selon ses envies du moment, et trahir la confiance de ses utilisateurs.

            Ici aussi, nous utilisons un outil, mais il faut ponctuellement rappeler que nous n’avons pas à caler notre manière de penser sur la manière simplifiée dont cet outil réagit – par exemple : « Film qui à un équilibre étrange Plus scènes prêtant à controverse Plus tentatives de relativisation de quelques uns Égal… Page de commentaires de « Wonder Woman 1984″… avec de l’excès et récemment des blagues agressives censées montrer qu’on a du second degré… Mais qui sont balourdement balancées comme si cette page n’était qu’un « entre-soi », avec que des potes qui se connaissent assez intimement pour savoir déconner sans risques.
            Ce qui est faux, n’importe qui peut y passer, prendre ça pour un « remède » encore pire… Ou bien se dire qu’ils peuvent eux aussi en rajouter, de manière encore plus extrême et au premier degré. Juste pour agacer, en se faisant passer pour plus bêtes qu’ils ne sont – s’en fichent, c’est anonyme.

            Car dans ce cas, l’exercice de l’expression (écrite) devient surtout affirmation de soi à base de textes dignes de showmen – mais toutefois « uneu petiteu blague en passant ne fait pas de mal » 😁
            Parce-que si c’est du virtuel, c’est donc pas très important… tout en l’étant quand même beaucoup ?
            Une contradiction qui fait reposer l’exercice sur l’opposition, et sur bien peu d’échanges, bien peu tangibles, dans le sens où ça vous apporterait de la connaissance utile. Sans vous éduquer, mais en vous laissant vous-même vous enrichir.

          • La défiance envers l’éducation s’explique par un environnement plus asphyxiant car les individus sont de plus en plus entassés en effet, mais de plus car ils sont constamment mis sous pression. En cela, le passage au numérique n’a pas fait que du bien car certes, il nous a permis d’aller plus vite, de produire davantage, d’être plus efficace mais donc aussi de faire plus de choses, sans cesse, toujours plus de travail sans se laisser de temps de pause qui permette de réfléchir et de se reposer. Lorsque le travail n’est pas fait par plaisir et pour son épanouissement, il en devient aliénant et contribue à une montée de l’individualisme et de l’égoïsme propre à chacun qui enjoint alors à devenir plus hargneux envers les autres. Pourquoi eux disposent-ils de tant de choses ? Pourquoi ils travaillent moins ?

            Difficile néanmoins de mettre en oeuvre ta « subtilité. Appâter par des moyens détournés sans faire preuve de calculs et en le faisant de façon naturelle, c’en est presque antinomique. A moins de faire preuve d’une manipulation innée, qui permette de transmettre ces idées de manière indirecte et sans que la personne concernée ne s’en rende compte. Mais je me pose toujours une question néanmoins : pourquoi, plutôt que toujours devoir passer par des moyens détournés, devoir créer des détours pour arriver à l’objectif, ne pas simplement être honnête, parler de manière directe et en exposant les tenants et les aboutissants transmettre une philosophie du collectif, de l’entraide et de la solidarité ? Peut-être une solution très utopique, mais que ce serait appréciable, plutôt que toujours parler à demi-vérités ou à double sens.

            Le problème d’un outil tel qu’un algorithme ne peut jamais entièrement servir de garde-fou car il est à la base conceptualisé, il émane de l’homme. Et le problème n’est pas tant le développement d’une conscience numérique, assez illusoire à l’heure actuelle au vu des progrès d’avancement du deep learning et de la maîtrise des IA, si ce n’est la manière dont ces logiciels sont conçus par l’Homme. Nul besoin d’avoir une conscience pour trahir ses utilisateurs, lorsque le but subconscient même de son créateur n’a jamais été que cet algorithme puisse être digne de confiance pour ces mêmes utilisateurs. Il suffit simplement que le créateur en question ait grandi dans un cadre particulier ou simplement que cet algorithme s’adresse à une autre population que la sienne. Car lorsque le créateur va concevoir son algorithme, il va le coder de manière consciente ou pas en fonction de ses propres perceptions, de ses codes, de ses normes et de ses valeurs. Comment alors un utilisateur peut-il décemment faire confiance à un tel algorithme lorsqu’il ne partage pas les normes et valeurs de son créateur ? Ou alors que chaque être humain crée son propre algorithme pour soi-même en fonction de ses propres besoins et perceptions. Mais pour le coup, quelle utilité au final ? Concevoir un assistant, un support de soutien, mais un garde-fou, on en est bien loin.
            Et de plus, nous sommes déjà bien assez cloisonnés par le numérique sans avoir besoin qu’un énième algorithme impersonnel ne régule les comportements humains. Laissons-les apprendre de leurs erreurs et se réguler d’eux-mêmes. Les machines ont déjà bien d’autres utilités.

            PS : or du sujet, mais je ne comprends pas l’usage de vos pronoms dans vos deux derniers paragraphes. Pourquoi passer du « nous » englobant lorsque l’on parle de l’usage du site même à un « vous » éloignant ? Ce dernier paragraphe ne serait pas valable de manière générale, lui aussi ?
            C’est une simple interrogation, je me questionne vraiment car cela m’a un peu surpris. Surtout que le « vous » aurait tendance à m’englober, alors je ne sais pas si cela faisait référence aux controverses par rapport à WW84 que tu évoques, mais je n’ai pas participé à cette discussion hormis mon tout premier post qui n’avait pas pour objet de faire du comique. J’ai peut-être simplement mal compris qui vous cherchiez à cibler ainsi : si cela a vocation à être généraliste, ou à cibler une certaine population (ou à m’y inclure) ?

          • Évidemment, la mise sous pression fait justement partie de cette asphyxie.
            Toutefois on peut bien attirer l’oeil sans calcul, tout simplement en se contentant de faire le job de manière exhaustive. Ça peut être en mode « vieux sage marrant » à la Obi-Wan/Yoda. Ou bien avec une solidité à la Superman/Eastwood. Tranquille.
            Tout ce qu’on peut faire, c’est littéralement d’étaler le buffet sur la table, droit dans les yeux, entièrement, bien garni. Il y aura forcément des gens qui auront envie d’y puiser tout ce qui les y intéresse, et quelques uns un peu moins… Peu importe, tant que le pourcentage d’intérêt y reste le plus souvent supérieur. La curiosité humaine est sans limite.
            Quand l’éducation marche moins, c’est parce-que le buffet est plus rikiki, moins attractif que ce qu’un portable peut vous apporter, même virtuellement.
            Si jamais il y a aussi de l’aguiche un peu visible, c’est peu important en vue des résultats… C’est comme ça aussi que marche le cinéma, c’est du bluff qui fait plaisir autant qu’il peut vous apprendre des choses. Et ça marche aussi dans la Réalité, depuis toujours… C’est partir de ce qu’on expose selon des points de vue divers pour y faire ressortir des résultats tangibles et plus étendus encore.

            Pour l’algorithme, pas de problème non plus s’il reste basique et neutre (quitte à le faire valider par un panel démocratique de plusieurs personnes). Facile de noter quand il y a une accumulation et une exagération. On n’élimine pas la Connerie, c’est défoulant de manière innocente, ou bien pour permettre nos sens moraux de ne pas s’endormir en ayant ponctuellement des adversaires.
            Mais on fait aussi en sorte que cette Connerie ne prenne pas le pouvoir et devienne la référence principale. On ne nomme pas les bouffons des rois à la place des rois.

            Et bien sûr, de manière généraliste (et pour varier un peu le vocabulaire) ce « nous » c’est bien « vous », ce « vous » c’est bien « nous »…
            Nous c’est nouuuuus… 😁
            https://youtu.be/EbzZjbB1_gw

          • Mais à partir de quand juge-t-on qu’un algorithme est basique et neutre ? Ceux qui existent à l’heure actuelle sont déjà trop biaisés. Et ce n’est nullement une question d’impact du nombre, ou de démocratie. C’est très rare, voir inexistant qu’une seule personne se charge de l’entièreté de la conception d’un algorithme. Pourtant, on retrouve déjà ces biais de conception et d’information.
            Internet : n’en parlons même pas. Réseaux sociaux : sans doute encore pire.
            GPS : là aussi des biais de la part des concepteurs.
            Reconnaissance d’identité ou faciale : alors là, c’est la mine.
            Montre numérique : même là y’a des biais.

            Au final, donc, retenir que l’algorithme pour être basique (si on considère que la neutralité va avec, car au fond c’est bien là le coeur du problème, le fait qu’il soit influencé) doit avoir un niveau d’information et de complexité inférieur à celui de donner l’heure. Ça réduit quand même considérablement le champ des possibles.
            Ou alors accepter que quel qu’il soit, l’algorithme sera systématiquement influencé par des préjugés, une vision de la société qui sera subjective et qu’elle lèsera donc certaines personnes, ou appuiera la position d’autres. Un choix qui se présente de plus en plus (avec les systèmes de notation social en Chine par exemple).
            Le problème restant bien davantage aujourd’hui celui de ces biais d’information, que celui d’une IA qui s’émanciperait de l’être humain et déciderait de mener un massacre. Ça, on le voit dans des oeuvres de science-fiction comme Terminator ou Age of Ultron. Dans la réalité, on en est encore très loin. Ne serait-ce que parce que la technologie et les ingénieurs ne parviennent pas à saisir ne serait-ce que la méthodologie pour parvenir à une IA auto-répliquante.

          • Facile : c’est neutre quand ça ne donne pas de point de vue personnel précis. Avec une intelligence réduite au nécessaire. Et des programmateurs encadrés qui ne se prendraient pas pour Dieu créant une véritable créature.
            De toute façon, son utilité ne servirait que pour alléger le travail des modérateurs, sans les remplacer. Pas besoin de connaître intimement qui commente, puisque les remarques les plus extrêmes sont variables et sans visages derrière. Donc pas de réelle discrimination, un peu de hasard comme à la loterie (de la Vie), et juste une réaction appropriée à « trop d’agressivité réellement constatée à l’écran = on coupe et on se calme »… car en étant déstimulé, l’esprit humain retrouve généralement une forme de raison correspondant au cadre de vie sociétale naturel… du Monde Réel. Rendant leur part de virtualité aux réseaux sociaux.

            C’est l’interprétation de cette « censure » là qui passerait pour discriminante, surtout à base de mauvaise foi… Mais il n’y a rien de plus hors-sujet dans ce cas-là, car ça ne serait pas pour étendre ce système à tout et n’importe quoi – auquel cas, une autodestruction serait aussi installée dès le début (les mesures les plus radicales ne sont pas faites pour durer). Même le fait d’être contourné ou de voir arriver des bugs, c’est prévisible, mais ça reste fait pour être rare, et pour nous donner aussi une épreuve à affronter et ne pas nous encroûter.
            Et plus l’outil est fait pour être simple, moins il devient un moyen répressif de contrôle des masses. Suffit de cloisonner son ambition créative pour le façonner, c’est prouvé qu’on n’a besoin principalement que de nous mêmes, et de nos propres conscience et volonté.

            Ainsi, aucun risque non plus d’y voir ici une émancipation de l’IA, car elle ne serait pas là non plus pour apprendre à mimer et surpasser l’Humanité entière (sans distinction de genres et couleurs).
            Autant avec Skynet, il y a l’erreur de lui laisser trop d’accès, jusqu’aux outils de défense du territoire (outils qui eux ne réfléchissent pas quand on les utilise)
            Autant avec Ultron (encore plus « SF » car agglomérat de création humaine et d’intervention cosmique), c’est justement ça la Conscience Artificielle dont je parlais, ce que quasiment personne n’a remarqué au moment du deuxième « Avengers » : comme dans les comics, le personnage est exalté, fait de l’esprit (« a na trop d’humour ! » 😁 ) et est dans une colère monstre, tout sauf froide. Il sait ce qu’il vaut, c’est à dire que son esprit est similaire aux humains tout en n’ayant pas les limites de la chair, ce qui le rend « suprême ». Il peut aller où il veut, prendre la forme qu’il désire sur un coup de tête, mieux que n’importe quels transgenrisme ou transhumanisme. Comme un dieu.
            Seule faiblesse, son égo énorme – et son équivalent inverse, le calme et surempathique Vision.
            Mais y aura-t-il forcément deux forces contraires qui se créeraient si un jour la Conscience Artificielle émergeait ?

            En tout cas, pour essayer de revenir à la page « Falcon et Winter Soldier » et boucler la boucle… C’est bien vrai que l’événement de la Sokovie continue à impacter le MCU, à travers ses deux premières séries Disney , plus encore que la bataille de New York.
            D’où son importance capitale, car c’est une des premières destruction de masse dramatique, dont les héros sont indirectement responsables, que montra le MCU – l’annihilation totale d’un pays.

          • Dans ce cas là, ce n’est toujours pas vraiment neutre – malgré une volonté évidente – car comme tu le dis toi-même un paragraphe plus tard : « C’est l’interprétation de cette « censure » là qui passerait pour discriminante, surtout à base de mauvaise foi ». Pas vraiment, à base de mauvaise foi pour le coup, tout dépend comme c’est interprété. On tourne en rond, au final les programmateurs même encadrés seraient toujours entourés par des êtres humains. Car qui pourrait fixer le cadre autrement ? Donc, c’est le serpent qui se mange la queue, les biais sont toujours là et, on ne peut pas de toute façon les effacer.
            Au final, c’est ce qui est déjà fait, car ces « algorithmes » sont déjà présents sur les réseaux sociaux. A chaque fois qu’un contenu est jugé offensant et signalé, il y a bien quelqu’un ou plusieurs personnes derrière qui viennent le visionner pour le laisser ou le supprimer. Et là, forcément un biais, car un contenu politique par exemple peut très bien être jugé inadapté par quelqu’un et non par quelqu’un d’autre. Il suffit que celui qui soit derrière ne soit pas favorable à un courant politique ou religieux et ne sache pas faire la part des choses, et boum ! c’est supprimé ! Qui peut se prétendre suffisamment objectif pour juger ce qui est « extrême » et ce qui ne l’est pas ?

            Donc toujours des biais qui font que l’algorithme reste potentiellement dangereux… et ignorer ce paramètre l’est encore plus, puisque de toute façon on ne peut pas aller contre cette évolution qui est tout simplement naturelle, puisqu’il faudra toujours un homme derrière la machine pour la programmer. Le « Big Brother » en somme, qui a le contrôle de cet algorithme et qui regarde l’utilisateur derrière ? Pas l’algorithme qui lui, ne fait que répondre à sa fonction, mais bien le programmateur derrière.

          • Justement, l’interprétation n’a pas non plus à être tellement prise au sérieux.
            Si une personne, en voyant une pomme rouge, dit qu’elle est bleue… Ça peut être parce-que cette personne est daltonienne, ou juste parce-qu’elle veut se défouler ou se rendre intéressante en disant n’importe quoi.
            Ce qui n’empêchera pas cette pomme d’être toujours effectivement rouge pour le reste du monde, parcequ’elle a été programmé simplement ainsi.
            Seuls compte les faits et résultats, pas ce en quoi certains voudraient les transformer.
            Regarder la lune qu’on montre, pas systématiquement le doigt, ou le bras, ou le mec, ou les étoiles, ou l’arbre juste derrière.
            C’est comme ça qu’une Société arrive à tenir, quand elle sait quand tenir compte des avis sur des bases tangibles (et pas toujours agréables, évidemment)… Et pas absorber tout ce qui est débité à droite à gauche, comme si c’était toujours d’une pertinence absolue.
            Sûrement pas avec des plaintes courtes et des craintes mal placées.
            Car tous nous sommes faillibles, même derrière un algorithme, et donc même un Big Brother » en somme.
            Ce qui fait que ceux qui finiraient par abuser d’un pouvoir ne tarderaient pas à le perdre eux aussi.
            Suffit aussi de savoir se déconnecter quand il faut, au propre comme au figuré.

          • Tout ceci n’enlève pas la menace primaire qui reste derrière cet algorithme. L’interprétation ne doit pas forcément être prise au sérieux, mais si des gens de passage passaient justement et se retrouvaient à lire ou à écouter des propos influencés par ces biais, qu’est-ce qui les empêcherait de se dire qu’il faut alors censurer les populations concernées ? Qu’il ne faut pas les éliminer ? Ou pire ?
            C’est ce qui se fait en Chine avec le classement social par exemple.
            Le problème de ce biais de l’algorithme, c’est qu’il est actuel. Il ne pose pas problème dans dix, quinze, cinquante ans, mais aujourd’hui. Car c’est aujourd’hui que ces dispositifs influencent la vie des êtres humains.
            Donc c’est à observer avec prudence. Et pas à essentialiser la menace pour en faire une structure obscure et mal perceptible. D’ailleurs, c’est une menace que l’on n’observe pas trop : certes, on a la corruption du numérique et de l’intelligence artificielle mais qui relève de l’hypothétique, de la science-fiction et en tout cas qui ne représente pas une menace actuelle. Donc pas une priorité. Mais à côté de ça on parle assez peu des menaces directement engendrées par le data control, l’influence et la vision unique, les biais de perception.

            Surtout aujourd’hui à une époque où nos enfants sont de plus en plus connectés et grandissent dans une société qui repose tant sur le numérique, c’est effrayant de pouvoir se dire que leur construction mentale entière peut être contrôlée par une seule personne se cachant derrière un algorithme. C’est ce qui a été fait par Facebook, mais qui peut être répliqué à l’infini.

            « Ce qui fait que ceux qui finiraient par abuser d’un pouvoir ne tarderaient pas à le perdre eux aussi. »
            C’est quand même une hypothèse avec un énorme « Et si… ». Qui n’est absolument pas confirmée par l’Histoire, ni par l’actualité. Pour preuve, le capitalisme dont la grande force est qu’il s’agit « du seul totalitarisme qui n’en porte pas le nom ». Un système qui a tellement bien fonctionné dans son système d’oppression que tout le monde l’a incorporé, et que même ceux qui s’y opposent reprennent ses codes. Si ça, ce n’est pas un pouvoir sans limites. Et c’est sur ce modèle que prennent directement appui les algorithmes.

          • Pendant ce temps, dans la ville de Bitche…
            https://www.ladepeche.fr/2021/04/13/prise-pour-une-insulte-la-ville-de-bitche-en-france-privee-de-page-facebook-pendant-trois-semaines-9485451.php
            Voilà, amusant, et ça se règle assez facilement au final. 😁

            Mais un outil perfectible n’est pas abandonné pour autant quand les bénéfices partagés restent très largement supérieurs. On n’arrête pas de fabriquer des voitures, ou d’utiliser le feu depuis des siècles, même quand ça provoque des morts, car ce n’est pas leur usage premier.
            Le Capitalisme (qu’on peut retrouver même dans les religions) pareil.
            Ce sont les abus de ces outils, ou systèmes « cadrant », qui provoquent trop de morts ou de déshumanisation (et de croisades ou terrorisme quand c’est religieux) et qui sont à surveiller. Lorsque ça transforme l’ambition et la modestie en tyrannie et pauvreté.
            Mais cela est dû à la cupidité quasi incontrôlée de certains – une machine pensante pourrait-elle alors en vouloir toujours plus, alors qu’elle peut avoir accès déjà à tout ce qu’elle veut ? D’elle-même, peu sûr, à part en SF donc (mais ce qui est SF hier devient souvent Réel demain) –

            Seuls les humains aux commandes, et la teneur de leur vision des choses, sont à mettre devant leur responsabilité… quitte à ce que ça aille à deux à l’heure pour cause de diplomatie.
            Quant aux comportements, ils sont aussi imposé par la teneur de l’environnement… Par exemple sur un lieu de commentaires avec peu de filtres et aucun êtres humains « solides » en face… Et bien disons que ce sont souvent les doigts qui s’expriment avant le cerveau.
            Si on ne risque pas un harcèlement plus intime, on peut mettre les pieds dans le plats et se confronter. Ce ne sont pas eux qui vont gâcher l’ambiance tout de même. 😉

          • On est donc d’accord en finalité sur le fait que les comportements humains rendent ce genre de machines dangereux, bien plus que les machines en elles-mêmes. Au final, aucune crainte à avoir venant de cette émancipation proclamée qui n’arrivera pas avant bien longtemps.

            Tout dépend la teneur des événements, c’est déjà effarant qu’une ville soit supprimée des réseaux pendant 3 semaines, démontrant le manque d’informations et de culture générale de ceux situés derrière ce logiciel. Mais quand il est question de cibler les positionnements sociaux, religieux, politiques de groupes entiers, là ça en devient complètement dangereux. Et une pente très très glissante. A manier avec une grande prudence… au final comme cet espace commentaires. Tout dépend la manière dont on s’en sert. Rien ne force quiconque à lire l’intégralité de ces commentaires, ni à y réfléchir de manière absurde. Il est possible de se documenter, de multiplier les sources et de prendre les choses avec de la distance. Tout est juste une question d’affect, de relativisation et de réflexion.
            Car il est toujours bon de rappeler qu’on est uniquement sur un espace « commentaires » qui n’a que bien peu de conséquences sur la vie des uns et des autres. Dès lors qu’on transite sur des outils d’assistance faisant partie de la vie des individus, la moindre défaillance ou un système technique retors peut être fatal.

          • Clair, l’outil n’a pas à être en permanence une béquille continue pour… des personnes qui sont déjà valides.
            Et on peut ainsi en revenir à la base, l’Éducation. Qu’il faut donc besogner le plus possible dans le monde réel pour que des automatismes bénéfiques, naturels mais délibérés, puissent aussi naître en chacun de manière individuelle…
            Et ainsi également de manière collective, mais de façon inconsciente (c’est à dire sans vouloir imiter untel ou autre parce-que c’est « cool »).
            Et en cas d’échec, savoir prendre sur soi et réparer, si possible… Ne pas abandonner tout d’un coup, et tenter au moins d’être responsable.

          • Oui, l’éducation reste la base de tout, ne serait-ce que parce qu’elle permet de former les générations qui succèderont.
            Manque une dimension d’esprit critique actuellement, mais c’est là que l’éducation devrait être réformée. Ne pas systématiquement abreuver d’un nombre colossal de connaissances des jeunes qui de toute manière, en oublieront 90 %, mais leur apprendre comment aller chercher l’information par eux-mêmes et se construire leur propre opinion.

          • Pour l’esprit critique, on peut dire qu’il y a surtout un manque de définition claire du terme, et ce dès l’enfance (autant commencer tôt, avec des références en bd par exemple).
            Ainsi qu’un ortographe assez péjoratif pour le mot – « krri tikkk », ça sonne assez négativement en général.
            Esprit critique qui ne reposerait pas uniquement sur des oppositions stériles, avec un seul et unique « gagnant » restant au final… mais qui se concluerait sur des enrichissements, bénéfiques pour quasi tous.
            L’Ajout, qui permet d’avoir des vues d’ensemble vraiment complètes.

            C’est un peu comme si on disait qu’on aimait pas sa main gauche, juste parcequ’on est droitier et qu’elle est surtout à l’opposé.
            Pour autant, on ne va pas couper cette main là si on l’utilise un peu moins, elle permet (pour ceux qui ont la chance de ne pas être handicapés) de servir aussi à bien d’autres choses.
            Il faut ainsi savoir prendre plus de données en compte, ce qui peut se faire plus vite pour certains et moins pour d’autres… Question de prédispositions naturelles individuelles, ou de « place vacante » dans le cerveau et l’esprit.

            Et dans le cas contraire, pour ceux qui ne le peuvent pas, pas de honte à avoir… Mais pas besoin de faire aussi comme s’ils avaient tout appréhendé, et qu’ils n’auraient ainsi pas besoin qu’on leur apporte des éléments supplémentaires. Sinon ça peut passer pour du mime de critique, voir de la parodie.

            On en apprend tous les jours, à condition aussi de pouvoir vérifier par recoupement certaines informations plus sensibles, bien entendu.

          • L’esprit critique (justement bien mal nommé) ne repose pas exclusivement sur la critique. C’est là toute l’intelligence, il faut savoir alterner entre argumentation et retrait. Et accepter aussi la critique extérieure, car lorsque l’on reste toujours sur ses acquis, que l’on n’admet pas pouvoir avoir tort et être en défaut, on ne peut jamais progresser.
            Il n’y a qu’en acceptant ses faiblesses, ses lacunes, ses failles que l’on progresse véritablement.

          • … tout ça sans penser que ça nous ferait passer ainsi pour des « faibles », des « perdants », des « idiots », ou des pauvres poires qui se seraient fait facilement retourner le cerveau s’ils devaient alors changer d’avis.

          • Ça dépend le changement d’avis, mais tant que c’est argumenté cela a le mérite de prouver que c’est un choix plus ou moins réfléchi.
            Après, pas nécessairement le meilleur : quand on commence à penser que certains peuples ont plus de droits que d’autres, peu importe le degré d’argumentation, c’est humainement assez difficilement justifiable.

  29. Analysant les reproches de lenteur pour cette série…
    N’est-elle pas déjà à mettre au crédit des trop nombreuses scènes spoilers des bandes annonces… et dont on ne voit pas encore le bout de la plupart, même maintenant qu’on est à la moitié ?
    Et aussi au fait que la facture formelle de la série la fait tellement ressembler à un blockbuster de cinéma efficace… que c’est pour ça qu’on devrait s’attendre naturellement à un récit qui soit justement aussi concis et dense qu’un film de 2 heures ? – 2 heures qui viennent aujourd’hui d’être entièrement entamées.

    Une question d’habitude du spectateur, peut-être… qui devrait être prise grâce au nombre croissant de productions de plateformes similaires, à gros budget Et grosse durée (Scorsese, Snyder…).

  30. https://hitek.fr/actualite/danse-zemo-version-longue-falcon-soldat-hiver_28365
    Ça, c’est par contre le genre de connerie de fans qui fait plaisir à lire. Gratuit, mais sans animosité ou hystérie. 😂🤣😅

  31. Pour ma part je voulais des séries connectées au MCU.
    Chose faite. ( on se paiganit des séries netflix).
    Et je me dis qu’avec le contexte actuel, la covid19, bonne mise sur les plates-formes de streaming.
    L’univers avance malgré les retards de diffusions ciné. Et ça colle bien.
    Bon bien sûr, quid de l’extra univers ?
    Black wwidow me semble du coups bien loin de la suite.

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here