Doom Patrol : Votre avis sur l’épisode ‘Subconscious Patrol’ [3×08] + le teaser du prochain épisode !

7

Que dire… C’était du grand art. J’étais sur le point de râler car Doom Patrol nous propose un énième épisode dans la tête de ses personnages ; sauf qu’il s’agit de l’épisode ultime que l’on peut faire dans la tête de personnages ! La rencontre entre Cliff Steele et Robotman justifie à elle seule ce ‘Subconscious Patrol’. Et plus sérieusement, quelles superbes performances de Brendan Fraser et de Matt Bomer. (Précisons que Fraser était en pleine transformation physique pour son rôle dans The Whale.) C’était génial de voir toute l’équipe ensemble ! A ce propos, il manque tout de même quelque chose dans cet épisode : Niles Caulder. En effet, le nœud maléfique de cette saison repose sur la relation Madame Rouge/The Chief, relation qui n’est malheureusement jamais montrée à l’écran. Bref, la voix-off de la machine à voyager dans le temps est-elle la cousine de Gideon (Legends of Tomorrow) ? Et comment la série va-t-elle pouvoir continuer avec un Robotman parkinsonien, une Crazy Jane recentrée et un Cyborg humain ?

Doom Patrol – Saison 3 – Episode 8 – ‘Subconscious Patrol’ : Alors que le brouillard obscurcit plus que l’air, Vic, Cliff, Jane et Larry doivent revivre leurs moments les plus honteux jusqu’à ce qu’une percée se produise et que Rita commence à mieux comprendre Madame Rouge.

————————————————–

Doom Patrol – Saison 3 – Episode 9 – ‘Evil Patrol’ : Avec Madame Rouge en lice pour récupérer son ancienne place dans la Brotherhood of Evil, la Doom Patrol se prépare à leur imminente visite.

﹡﹡﹡﹡﹡

﹡﹡﹡﹡﹡

La série Doom Patrol est diffusée chaque jeudi sur la plateforme HBO, avec Timothy Dalton (Dr Niles Caulder/The Chief), Brendan Fraser (Cliff Steele/Robotman), Matt Bomer (Larry Trainor/Negative Man), April Bowlby (Rita Farr/Elasti-Woman), Diane Guerrero (Crazy Jane) et Joivan Wade (Victor Stone/Cyborg).

7 COMMENTAIRES

  1. ############SPOILERS###############

    Lorsque Cliff « talks his shit out » et se lâche sur la sensation d’être « spécial » qui surpassait tout, ça m’a donné la sensation d’entendre parler trois personnes: Cliff, Subconscious Cliff, et Brendan Fraser. J’sais pas, y avait une telle intensité que j’avais l’impression que le discours était plus que joué, il était sincère. Clairement, Matt Bomer et Brendan Fraser sont à eux seuls une bonne raison de voir Subconscious Patrol. Mais Diane Guererro en Adult Kay continue d’explorer un jeu d’actrice en milles nuances, à tel point qu’on ne parvient plus à vraiment donner un âge à Kay.
    Et c’est un brise-coeur que d’entendre Kay souhaiter la mort de Jane, alors qu’elle est profondément l’Alter qui se soucie le plus de Kay.
    On a enfin l’explication de l’autre Rita de Vacay Patrol, il s’agissait bien de Rita et pas de Madame Rouge métamorphosée. Je ne sais pas d’où sort vraiment ncette voix-off, qui a un relan d’omniscience à la Mr Nobody, d’autant que Rita interagit avec la voix off, mais ça donne une aura de mystère supplémentaire à cette foreuse à voyager dans le temps. Une foreuse qui s’enfonce dans le sol par le bas alors que les cônes sont tournés vers le haut… toute cette machine m’échappe magnifiquement.

    J’ai une étrange impression qu’hormis Larry, personne ne ressort véritablement grandit de l’Eternel Flagélation. Les « traumas » ne sont pas véritablement réglés (à part Larry, encore une fois), j’ai plutôt l’impression qu’au-lieu de dépasser et vaincre leurs traumas, ni même un « let go », la Doom Patrol va devoir plutôt se dire « voilà, tu connais ton trauma, tu le comprends, tu sais où tu as merdé, tu ne pourras jamais rien y changer, maintenant faut que tu vives avec au lieu d’être coincé avec ».

    Toute la série est dans l’introspection et chaque épisode donne la sensation de s’enfoncer un peu plus profondément dans la psyché des personnages. Et le nom de Madame Rouge a été enfin prononcé.

  2. Je fais un petit addendum en rapport avec les interviews qui suivent la bande annonce du prochain épisode : Jeremy Carver explique que le plan de la Sisterhood of Dada consistait à faire en sorte que tous le monde dans… ben, dans le monde, voit les blessures des autres pour que chacun puisse plus facilement se reconnaître dans les autres et mieux se faire confiance. De la même manière que les « Sub » de la Doom Patrol se rencontrent les uns et les autres, la même chose est supposée se passer pour le reste du monde. Il ajoute que l’explication de l’Underground Avenue n’est jamais donnée dans la série mais l’idée est présente en off : Durant son incarcération en asile psychiatrique, Jane/Kay a été isolée et pour passer le temps, dans la mesure où Kay restait une enfant, elle avait une télévision qui lui permettait de regarder des show pour enfant (comme Sesame Street) et qu’elle a idéalisé le monde, en s’imaginant ce que c’était que de vivre dans une émission pour enfant. C’est donc pour ça que le moment subconscient de Jane/Kay n’est pas un souvenir mais un fantasme d’enfant, car il s’agit du prisme par lequel Kay s’imaginait le monde « dehors ».

      • On remarquera même des emplois « d’outils » assez similaires d’un show à l’autre, d’un film à l’autre, d’un univers cinématographique à l’autre: Legends of Tomorrow avait déjà fait le coup des marionnettes (déjà fait aussi dans le passé dans Scrubs, Community, et sans doute d’autres séries), l’usage de la période de l’entre-deux guerres dans LoT, Agents of SHIELD et Doom Patrol…
        J’ajoute qu’il s’agit simplement de synchronicité (des éléments reliés par leur effet et non par leur cause), en ce qui me concerne, il ne s’agit pas de redite ou d’avoir « pompé » l’idée sur un autre, ce sont des outils scénaristiques et de culture populaire, c’est assez normal de voir ces éléments venir et revenir dans les fictions (un peu comme les épisodes « jour sans fin » ou « fantômes des noels passés/présent/futur). Ce qui compte, c’est la façon dont le show s’en sert. Et en ce qui concerne Doom Patrol, on sera tous d’accord pour dire que c’est probablement la chose la moins what-the-fuck que le show ait employée.

        Parlant de what the fuck, j’avais oublié de le dire, mais l’échange de « What The Fuck » entre Robot Man et Sub Cliff, c’est tellement « Cliffien » que j’ai éclaté de rire.

        Bref. Tout ça pour dire que c’est quand même intéressant de relever cet effet d’écho entre les oeuvres.

  3. C’est souvent ça et ce n’est pas du plagiat pour autant, sinon tous les films le son (le gentil qui arrête le méchant, le voyage du héros, le jour sans fin, le tueur masque, le voyage dans le temps….etc…).
    C’est bien la manière de faire qui compte, la mise en scène et le développement de l’idée.
    Au-delà des échos j’aime l’idée des films ou séries (Univers créatifs) qui se rejoignent, se répondent ou se poursuivent. Exemple, c’est comme les films sur les I.A/Robots classé par chronologie : Terminator, I Robot, Caprica/Bsg, Blade Runner, Matrix,… etc… On peut placer tout les films sur les robots/I.A sur une frise faite de films et séries qui n’appartiennent pas au même univers, mais plutôt au même thème, et qui pourtant se répondent ou poursuivent l’idée de départ.
    Autre exemple : Interstellaire, la guerre des mondes, The Expanse, Aliens, Star Trek, etc….)
    Je suis hors sujet et je galère à développer ce soir mais l’idée est là 😉

    Doom Patrol est une série puissante qui fait plaisir 😉
    (Quelqu’un a regardé la série Chucky? Une tuerie 🙂

  4. La série utilise un peu trop ces procédés où les personnages se retrouvent dans leurs têtes, il faut avouer que celui là était vraiment spécial et a permis à Brendan Fraser et Matt Bomer de pouvoir jouer sans se contenter de leurs voix.
    Mais du coup si Rita a pris la machine à voyager dans le temps comment Madame Rouge s’est retrouvé dans le temps présent ?

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here