Star Wars – Episode VII : Un nouveau directeur de la photographie pour la saga… et la mort d’un ancien

6

star-wars-episode-7-lens-flare

Hier, le site BobbaFettFanClub.com apprenait le nom du directeur de la photographie de Star Wars : Episode VII. Il s’agit de Daniel Mindel, qui a œuvré avec J.J. Abrams sur Mission : Impossible III, Star Trek et Star Trek Into Darkness. Nous pourrons apprécier son travail très prochainement, puisqu’il s’est occupé de The Amazing Spider-Man 2. Confirmant sa participation au projet lors d’une conférence, Mindel a également révélé que le blockbuster serait tourné en 35mm – pour les experts, sur de la Kodak film stock 5219 – et non en numérique !

Une vraie curiosité pour une saga qui a toujours été à la pointe de la technologie digitale. Troublante coïncidence ou mauvais signe envoyé par la Force, nous venons d’apprendre la mort de Gilbert Taylor, le directeur de la photographie du tout premier Star Wars, Star Wars : Episode IV – Un nouvel espoir. Avouez que symboliquement, il y a de quoi se poser des questions… Taylor est mort aujourd’hui, à l’âge de 99 ans. Il a mis en lumière plusieurs classiques du cinéma, dont La Malédiction, Docteur Folamour et Flash Gordon.

Star Wars : Episode VII est réalisé par J.J. Abrams et sortira sur nos écrans en 2015.

6 COMMENTAIRES

  1. « ou mauvais signe envoyé par la Force »
    Perso je le vois plutôt comme un symbole de l’ancien qui laisse la place au nouveau.. ! 😉

    Sinon, oui, pour le 35mm c’est très étrange d’autant que cela veut dire convertion 3D.. va falloir qu’ils assurent le coup ! 😮

  2. leurs but sur la nouvel trilogie est de retrouver l’esprit de la trilogie original c’est surement pour cela qu’il reste en 35mm c’est aussi une manière de se démarquer d’avatar. Et les deux star trek étaient tournés sous le même format et le résultat est excellent.

  3. Je veux bien qu’ils fassent des efforts pour rassurer les vieux fans insatisfaisable qui ont gueulé pendant toute la Prélogie, mais se priver du numérique pour tourner en 35mm ? Quand on sait la quantité d’effets spéciaux que demande un SW ? Je trouve qu’ils en font un peu trop, pour le coup. C’est se compliquer la vie.

    L’une des principales caractéristiques des SW a toujours été d’être à la pointe de la technologie, au summum de ce qui se fait en matière de technique et d’effets spéciaux. C’est d’ailleurs pour les SW que la caméra numérique a été conçue à l’origine.
    Même s’ils veulent coller à la Trilogie ils auraient tort de ne pas essayer de mettre la barre plus haut.

  4. De mon point de vue, la pellicule étant encore supérieure en terme de définition par rapport au numérique, je pense que c’est un choix paradoxalement intelligent pour les années à venir.

    A l’heure de l’arrivée des TV en UHD 4k (3840 x 2160) en magasin, on constate qu’un film en pellicule bien conservé peut atteindre des définitions de folies, le magicien d’oz avec judith garland, tourné en 1939 et en 35mm a été numérisé en 8K (7680 × 4320), soit une équivalence à 33M de pixel, là où la prélogie a été tournée avec des caméras filmant en 1920 x 1080, et qui donc ne pourra jamais faire mieux que cette définition.

    Dernier point et non des moindres, on parle plus de Lucas, mais de JJ abrams et ce dernier a tourné tous ses films majoritairement en pellicule

LAISSER UN COMMENTAIRE