Interstellar : La (puissante) bande annonce finale en VOST + VOTRE AVIS !

70

interstellar-christopher-nolan

La bande annonce finale d’Interstellar est en ligne et… Vous sentez la liste des classiques de la science-fiction s’allonger ? Vous sentez le plus grand film de Christopher Nolan à ce jour ? Vous sentez la partition épique d’Hans Zimmer ? Vous sentez la pluie de nominations aux Oscars ? Vous sentez les heures de débat et les dizaines de théories à venir ? J’espère que oui ! Pour la petite histoire, ce trailer a été découvert grâce à un nouveau jeu. Trouvez la Terre et vous trouverez la bande annonce…

Un voyage interstellaire héroïque qui repousse les limites de nos connaissances scientifiques actuelles.

PS : pour ceux qui recherchent la musique de cette bande annonce, il s’agit du morceau ‘Final Frontier’ de Thomas Bergersen. On lui doit notamment le magnifique morceau ‘Sonera’ (bande annonce de Cloud Atlas).

———————————————-

Une featurette sur Kip Thorne, le physicien qui a participé à la conception du film :

Interstellar est réalisé par Christopher Nolan et sort en France le 5 novembre 2014, avec Matthew McConaughey (Cooper), Anne Hathaway (Brand), Jessica Chastain, Bill Irwin, John Lithgow (Donald), Casey Affleck, David Gyasi, Wes Bentley, Mackenzie Foy (Tina), Timothée Chalamet, Topher Grace, David Oyelowo, Ellen Burstyn et Michael Caine.

70 COMMENTAIRES

  1. Ah.. nouveau morceau de Zimmer.. bon sinon Nolan ne lâche rien hein.. et c’est mieux comme ça au final.. y aura beaucoup plus de surprises à l’arrivée !

    • En fait il s’agit de Thomas Bergersen – Final frontier. La partition Hans Zimmer, on la decouvrira en regardant le film. A moins que la musique du premier teaser trailer (tres bonne au passage) soit tirer du film…

        • Il s’agit de ‘Final Frontier’ de Thomas Bergersen en effet. Le nouvel album ‘Sun’ vient tout juste de sortir. Je vous le conseille vivement ! Ce morceau va tres bien avec le trailer !

        • Thomas Bergersen, ça fait longtemps qu’on le connaît… C’est lui qui se cache derrière une grande partie des morceaux de Two Steps From Hell!

          Mais ses albums solo sont encore plus puissants. « Illusions » et « Sun » sont juste à tomber à la renverse!

      • Ah ok.. connaissais pas le morceau ^^.. en revanche oui, je connais ‘Two Steps From Hell!’. Bon b’in, comme tu dis, on la découvrira en voyant le film.

  2. Le sujet a l’air de rejoindre Inception en ce point : Le maximonde, l’épique, confondu au microcosme d’une expérience relationnelle personnel (le dernier ‘couple’ étant Leonardo Dicaprio et Marion Cotillard, ici, il semble être Matthew McConaughey et sa fille). La problématique restant au fond : Entre ces deux mondes du fort et du fragile lequel prend la pas sur l’autre ? Et nos instants passés ont-t-il plus de conséquence que notre présent etc…

  3. MON DIEU QUE C’EST INTRIGANT !!!
    Ca fait plaisir de revoir une promo aussi épurée, ça faisait longtemps ! Au moins, in est certain que la surprise sera quasi-totale en salles.

    • En même temps, ça n’est pas non plus un film qui rentre dans la catégorie des super-héros et des productions ultra-médiatisés ou grande saga que promeut, d’habitude, le site des toiles héroïques.
      Car si on sort de ce lot, tu verras qu’une promotion limité à trois bande-annonces et quatre affiches différentes est tout à fait convenus.

    • Argh… C’est ça aussi le problème avec les réalisateurs connus qui tentent autres choses que du Badaboum, ont leurs reproche de se la péter plus haut que leur cul…
      Même si ça passe évidement pour un ‘sous-2001’, ça me parait toujours plus intéressant qu’un Transformers. Un peu d’ambition ne fait pas de mal dans les milieux artistiques, même lorsqu’ils sont commerciaux…

  4. Ce qui va se passer après la sortie , c’est qu’il va y avoir le camp de ceux qui pensent que c’est un chef d’oeuvre intemporel et l’autre camp qui dira que c’est surfait,etc… Ca va s’étriper sec

  5. Etant fan de Nolan (certains de ces films « memento, le prestige, inception » sont pour moi des chef d’œuvre), j’avais pas du tout, mais alors pas du tout aimé TDKR…

    Du coup j’attends le retour du grand Nolan sur ce film ^^

  6. Tout ça reste sobre sur un petit écran. Le but de Nolan aurait-il été de faire se déplacer les foules pour mieux en profiter sur la grande toile blanche, sa vraie place initiale ?
    Assurément oui, car pour ce qui sera du concept scientifico-machin, ça ne touchera que peu de gens au final, et pas sûr que ce soit un truc inédit (rappelez-vous de « cette idée jamais vue » dans Prometheus – trop d’amnésiques ?).

    • Sauf qu’il s’agit de Nolan là, et que nombre de ses films ont le mérite d’être novateurs: Memento, The Prestige, Batman Begins (pour le nouveau traitement apporté à la mythologie du Dark Knight) et surtout Inception ont été pour un véritable souffle de nouveauté!
      Bref, ajoutez à cela la participation de Kip Thorne et je pense que l’on est en droit de s’attendre à – si ce n’est de l’inédit – une découverte de concepts forts en astrophysique que le public non féru de science ne connaît probablement pas!

      • La notoriété de sa trilogie du Dark Knight lui a permis d’apporter un concept peu exploité pour le ‘grand public’, en combinant 30 % de concepts ‘philosophique’ ultra vulgarisé pour 70 % d’action et de badaboum restant (oui, dans Inception, l’action suit vraiment un quota assez iritant).
        Souffler à un public ‘non-initié’ des thèses déjà maintes fois exploité par le cinéma ou la littérature etc (et en mieux d’ailleurs !) est certes louables. De là a appeler ça un ‘souffle de nouveauté’… Je vais dire qu’il ne faut pas non plus exagérer et que Nolan n’est pas du tout un novateur de la culture pop comme l’ont pus être Spielberg ou Lucas en leur temps, par exemple. C’est un bon réalisateur du système Hollywoodiens, comme JJ.Abrams et d’autres, qui ne sont pas des génies mais qui apporte une qualité supérieur comparé aux cinémas Transformers et autres. Mais on ne va quand même pas aller jusqu’à dire que que Nolan fait du cinéma ‘intellectuel’, là, on pousserait le bouchon trop loin.

        • @Chupu: Seulement quand on connaît bien les caractéristiques de l’inconscient humain, l’origine des rêves et leur composition, et qu’on a de bonnes connaissances en psychanalyse, peut-on se rendre compte à quel point Inception est juste.

          « oui, dans Inception, l’action suit vraiment un quota assez iritant »
          C’est ton avis, perso le rapport action/réflexion me convient bien.

          « De là a appeler ça un ‘souffle de nouveauté’… »
          Oui, j’appelle cela comme ça car ses films me donnent chaque fois une impression que je ne retrouve que rarement au cinéma.

        • « Mais on ne va quand même pas aller jusqu’à dire que que Nolan fait du cinéma ‘intellectuel’, là, on pousserait le bouchon trop loin. »
          Et je ne dirai pas qu’il fait du cinéma intellectuel, mais plutôt qu’il s’agit de cinéma profond.

          • Pour poursuivre cette discussion, je prendrais aussi en considération les réponses que tu as fournis à Flo. Je trouves ton point de vue intéressant, et je suis toujours très heureux de voir qu’un spectateur puisse avoir trouvé, dans un film ‘divertissement’ ou ‘grand public’, de la profondeur, des réflexions intellectuel, et des émotions fortes etc… Tel est la magie du cinéma et c’est tant mieux ! Je pense que tu t’es plus nourrit de ce film que moi. Mais je continus à trouver ça un peu hypocrite de prêter à ce film une vocation ‘profonde’. L’intérêt du réalisateur pour les milieux du rêve est clairement drapé par des scènes d’actions traditionnels qui rappel un film de James Bond, on ne peux quand même pas nier cela. Peut être es-ce ce que tu appel innover alors? Du James Bond versus Psychiatrie? Pourquoi pas. Plusieurs Comics de super-héro cher aux lecteurs de LTH ont d’ailleurs plusieurs fois fait un détour par ce processus, Batman en tête notamment. Mais je reste sur mes 30 % ^^ et ça n’est pas parce que ces 30 % sont denses en idées et qu’ils peuvent menée à débats longs qu’ils ne sont pas, quantitativement parlant, faible dans la longueur du film (qui s’intéresse énormément à une puissance visuel, et rappel, par moment, plus le milieu du jeu vidéo que du cinéma… Avec son système de ‘niveau’ trop clairement défini notamment).
            Ce que je trouves le plus problématique dans le terme de l’innovation, c’est que la thématique du rêves ou de l’inconscient doit être au moins aussi vieille que le cinéma lui-même et qu’elle fait sont entré dès les premiers chef d’oeuvres (charlie chaplin en a aussi usé etc…)
            Alors, j’aimerais éloigner un débat genre ‘film d’auteurs versus film hollywoodien tout public’… Bien sur que le cinéma à petit budget d’un Jarmush ou d’un Godard etc… Excelle dans l’intellectualisme, bien plus qu’un film qui lorgne le grand public. Mais même, et c’est ce point qui m’intéresse, dans le cinéma ‘tout public’, les grands réalisateurs ont déjà franchit le pas d’une narration plus profonde, et même attaqué le genre du rêve, et ce d’une manière moins ‘badaboum’ que Nolan. Je pense à What Dreams May Come de Vincent Ward (avec Robin Williams décédé, hélas, il y a peu) , à la systématique obsession pour les névroses de Hitchcock, au cinéma, populaire de Terry Gilliam, même son dernier L’Imaginarium du Docteur Parnassus, le dernier film d’Heath Ledger, aborde le sujet d’une manière profonde et documenté sans ajouter des scènes d’actions de blockbusters formatés. Ces films ont fait des scores honorables propres aux films ‘grand public’. Que dire de Eyes Wide Shut de Stanley Kubrick ! Il mène au paradoxe de la réalité et du rêve en évoquant directement la question du fantasme sexuel (sujet prépondérant en psychiatrie et étrangement très absente du film de Nolan… Peur de la censure ?).
            Et si on s’éloigne un peu de ce système, on trouve tout de même des réalisateurs très connus, qui font certes moins d’entré qu’un Kubrick, mais qui sont tout de même très célèbre et encré dans l’industrie du cinéma (hors du cinéma d’auteur donc!).
            David Lynch par exemple est LE réalisateur qui s’intéresse au monde du rêve et des fantasmes etc… Du manière très profondes sans tenir un cotas d’actions. Michel Gondry, avec Eternal Sunshine of the Spotless Mind également et les exemples sont nombreux (2046 de Wong Kar-Wai.. Les films sortent tous seul sans que je réfléchisses tellement ils sont nombreux)…
            On en reviens donc à ma théorie initial. Soit dit que Nolan puise dans toute ces ressources et l’accouple avec de l’action badaboum. Cela n’est pas mauvais, attention je n’ais jamais dit ça, et j’aime beaucoup son cinéma, vraiment, mais je ne vais pas le mettre au même niveau que David Lynch, ou de Terrence Malick par exemple. Sans mettre à défaut tous les concepts que tu colles à Inception ou toutes les émotions que tu en as reçus. Ça reste, celons moi, un film ‘pop’, qui lorgne vers une dimensions plus profonde, mais qui a, celons moi, ‘raté’ sa vocation.
            Le seul, a mon sens, qui en ai réussi l’exploit. Le ‘grand écart’ entre cinéma ‘tout public’ et ‘intellectuel’, tout en construisant une culture populaire, ça reste, pour moi, Ridley Scott. Avec Blade Runner notamment, ont est ici en présence d’un véritable chef d’oeuvre a la fois populaire et très élitiste dans sa manière de présenter les concepts philosophique etc…
            Mais peut être que Nolan arrivera a marquer le cinéma de cette façon également, c’est l’un des meilleurs et c’est un grand espoir aussi. Mais pas pour Inception en tout cas. (Interstellar peut être ?)

          • Je ne connais pas la plupart des films que tu cites, donc je ne m’étendrais par sur ceux-ci.

            Par contre, on peut affirmer objectivement que dans Inception il n’y a pas 70% d’action et 30% de réflexion. Il te suffira de chronométrer pour te rendre compte que ton impression est faussée.

            D’autre part, j’avoue être un peu agacé par cette manie de cataloguer tout film présentant de grosses scènes d’action comme film « pop ». Les critiques pros tombent déjà largement dans ce travers, je trouve cela dommage d’y succomber également en tant que spectateur… Un film peut tout à fait avoir de la profondeur ET proposer du grand spectacle. Et en ce qui concerne Inception, il ne s’agit pas d’un cours de psychanalyse mais les concepts sont bel et bien présents et exploités à des fins scénaristiques qui plus es (la métaphore du coffre, les totems…). C’est assez rare de nos jours en dehors du cinéma d’auteur!

            Concernant le fait que toute sexualité soit absente d’Inception, je pense qu’il s’agit tout simplement d’un thème très absent du cinéma Nolanien. Je m’étais déjà fait la réflexion il y a quelques temps: le sexe est très rarement évoqué ou même suggéré dans ses films. Cela soulève d’ailleurs des questions intéressantes concernant le rapport au sexe des frères Nolan, mais c’est un autre sujet! ^^

            Enfin, Inception pose un certain nombre de questionnements que je trouve personnellement profonds concernant le rapport de l’Homme à la réalité: après tout, il nous propose de suivre un homme qui s’accroche à la réalité alors que l’illusion le rappelle à elle, quand même.

            [Au passage, autre chose à ajouter à la liste des concepts de psycho utilisés dans Inception: la dominance des déterminants émotionnels dans le comportement humain]

          • Je ne vais pas m’étendrais trop longtemps puisque je suis d’accord avec toi sur tes interprétations. Vivre un film et voir des choses qui te touchent personnellement est une chose très positive et je ne suis jamais revenus là dessus.
            « j’avoue être un peu agacé par cette manie de cataloguer tout film présentant de grosses scènes d’action comme film « pop ». (…) Un film peut tout à fait avoir de la profondeur ET proposer du grand spectacle. » Je ne dis pas le contraire. Pour moi ‘pop’ ne veut pas dire manque de profondeur, ça veut dire être populaire, connus, inscrit dans ‘l’inconscient collectif’, donc proposer un message qui peut être compris pour ‘tous’, mais a différent niveau.
            Si tu relis mon message précédent, il est peut être un peu confus, mais c’est ce que j’essaie de te dire. Des films populaire qui on marqués l’histoire du cinéma (Kubrick, Chaplin, Hitchcock…) En proposant à la fois une vision complexe et des films pour tous.
            Ce que je voulais dire (et que j’ai dis dès le début) c’était que Inception n’était pas un ‘souffle de nouveauté’ ou une innovation dans le cinéma. C’est un film, et il peut être bon sans innover. On ne peut pas prêter à Nolan une invention dans son propos puisqu’il est déjà repris plein de fois et, celons moi, en mieux traité (même si tu n’as apparemment pas vue les films que j’ai cités). La seule chose qu’on peut dire, c’est qu’il rajoute à ça beaucoup de scène d’action et de fusillades, peut être même plus que dans ses films Batman (ce qui pourrait être un comble tout de même !). Pour moi ça n’est pas un plus, c’est une faiblesse. Beaucoup de réalisateurs ont réussis à apporter des concepts complexe dans des films et à les rendre populaires sans avoir recours à la facilité du badaboum toutes les dix minutes. On a l’impression que Nolan a peur que l’on s’endorme !
            Tu pourras toujours me démontrer d’autres de tes interprétations, je ne les critiquerais toujours pas et je continuerais de trouver ça très bien, mais ça ne changera rien au fait que les scènes d’action dans Inception ont un quotas purement attractif et sensationnel, aucunement intellectuels. Cela ne l’empêche pas d’être un bon film. Un film que l’on peut vraiment aimer, ça n’est pas ce que j’ai dis.

          • L’innovation dans Inception j’en ai traité avec Flo plus bas: à moins que tu n’aies un exemple de film mêlant « film de casse » et onirique, tu n’as pas d’argument objectif sur cette question. Car oui, faire quelque chose qui n’a jamais été fait est bien la définition d' »innovant », et en l’occurrence je n’ai jamais vu ce mélange au cinéma avant Inception.

            Concernant le quota d’action, il s’agit là de quelque chose de purement subjectif: personnellement je l’ai trouvé bien dosée, toi non, c’est très personnel.

          • Parfait, nous sommes donc d’accord !
            Nolan n’invente rien dans son propos, il a juste rajouté des scènes d’actions là où on avait pas l’habitude d’en voir, ce qui le ramène à ce que j’avais écrit précédemment : ‘du james bond V psychiatrie’. Et ce qui ramène également les films précédent, qui tiennent pour propos le rêve ou la psyché, bien plus profond que celui de Nolan. Maintenant, ce n’est pas parce-que personne n’allonge un bon vin avec de l’eau que le premier à le faire innovera.
            Subjectif ? Bien sur que je le suis et que je l’ai toujours été sur ce site. Je donne un avis personnel, et tes interprétations sur le film le sont tout autant (principe de la métaphore). Maintenant, ça n’empêche pas d’avoir un rapport intéressant en confrontant nos points de vue etc…

          • Non, nous ne sommes pas d’accord Chupu.
            La métaphore du coffre, elle est là et c’est une symbolique récurrente en psychanalyse des rêves. Cela ne dépend pas de mon jugement, c’est un fait. Mais cela démontre bien que Nolan a étudié le sujet en profondeur et que son Inception en témoigne très largement (le nombre de concepts de psycho présents le confirment, on peut les compter et démontrer que ce n’est pas que survolé, c’est objectif).
            De plus, ce n’est pas de l’action des films de casse que je parle, mais des thématiques et du schéma narratif (en partie: identification d’une cible, élaboration du plan, préparatifs, puis lancement de l’opération). Et donc je maintiens que oui, ce concept – pénétrer le subconscient d’un individu à travers ses rêves avec un objectif d’espionnage industriel – et CE mélange des genres n’avait jamais été fait au cinéma à priori (jusqu’à preuve du contraire évidemment, si tu me la présente je me raviserai sans problème!), il s’agit donc bien d’innovation (là encore, c’est une question de définition, mon avis personnel n’a rien à voir là dedans ;))

            PS: oui, plaise ou non le premier qui « allongera du bon vin avec de l’eau » aura innové, et ce même si le résultat n’est pas fameux (la qualité du résultat n’étant pas un critère de définition de l’innovation).

          • Bon, puisque tu repars dans tes symboliques, à mon tours d’y retourner ! ^^
            La métaphore du coffre est très belle dans Inception, je ne dis pas le contraire. Ce que je dis c’est qu’il n’a rien inventé.
            Je t’avais parlé de Mulholland Drive de David Lynch (et d’autres)… Et bien voici un extrait de dix minutes qui est repris similairement dans Inception : http://vimeo.com/44062322
            Dans ce film, suite au décès de sa copine Rita, Betty décide de la réinventer dans ses rêves qui deviennent alors plus ‘vrai’ que la réalité (comme dans Inception, sauf que c’est un couple hétéro chez Nolan, ce qui est déjà plus consensuel…).
            Vivant son amour virtuel, elle se rend, dans la scène que je te montre, au ‘club silencio’. S’en suit alors un numéro qui tente de démontrer à Betty que son amour est faux et qu’elle ne vit pas dans la réalité, et que sa vie est un théâtre. Lors d’une chanson truqué qui se poursuit même après l’évanouissement de la chanteuse, le couple pleur alors son amour déchu, qui ne peut se retrouver même en rêve (comme dans la scène final avec Marion Cottiard, ou Leonardo lui dit qu’il n’a pas réussi à la recréer). S’en suit alors une scène ou Betty sors une boite bleu, cette même symbolique qui est montré dans Inception.
            Le rêve se détruit alors peu à peu, Betty Disparait, et Rita se retrouve a nouveau happé par la boite (parceque Rita détiens le ‘Totem’ de Betty qui lui sert de clé). Cette scène est l’une de mes préféré, elle est sublime, belle à en pleurer. Qu’es-ce que le réel ? Es-ce ce dont on a envie ou ce dont nous sommes confronté sans pouvoir y faire face (comme le décès) ?
            Inception reprend cette idée (et Nolan a le droit de le faire !) et rajoute simplement des scènes de bastons pour faire de l’audience. (oui, je me lance dans l’uchronie, mais je pense que Inception sans les scène d’actions aurait moins bien marché d’un point de vue lucratif).
            Après, tu pars dans des détails. Alors oui, si c’est la réponse que tu attends, si on associe tout les détails du film. Inception est un film qui n’existait pas avant Inception. Il n’y a AUCUN film qui a fait COMME Inception… Mais dans ce cas TOUT les films sont des films novateurs (exempté les remake, a la limite…). Green Lanterns est un film novateur parcequ’il n’y a pas d’autres films avec un type qui a un anneau magique qui tire des rayons verts, Batman et Robin est un film novateurs parcequ’il n’y a pas d’autres films qui associe mr.Freeze avec Poison Ivy etc… et bien non, les films qui innovent existe peu.
            Lorsque Copolla présente pour la première fois le gangstérisme du point de vue mafieux comme une réponse à une société corrompue avec le Parrain et prend des risques à s’attaquer à un système encore en vogue à son époque : il innove.
            Lorsque Kubrick sort 2001 avec une justesse dans la science fiction en montrant, pour la première fois, un trajet spatial cohérent a une époque où l’homme n’avait toujours PAS marché sur la lune : il innove.
            Lorsque Godard film des scènes en extérieur à une époque ou tout le monde fait des film en studio : il innove.
            Lorsque Nolan reprend des films existant (David Lynch, Terry Guiliam, Kubrick…) et les sert avec de l’espionnage james bondien, il n’innove pas. Et ça n’est pas un souffle de nouveauté que de faire soufflé, en même temps, plusieurs souffle ‘ancien’.
            De même, et pour reprendre mes métaphores culinaire ^^ :
            Je dirais lorsque Stéphanie Tatin invente la tarte Tatin, elle innove. Mais servir une tarte Tatin avec des frites du McDo n’est pas innover. Ça reste servir une tarte Tatin avec des frites du McDo, même si personne n’avait fait ce mélange avant.
            Bon, Inception n’est pas non plus au cinéma ce que McDo est à la cuisine. Je l’ais déjà dit dans mes commentaires précédents, et je le répète, c’est un bon film. Je l’ais aimé, sans doute moins que toi, mais aimé tout de même et je le respecte tout comme je respecte ses symboliques. Mais là où je ne suis pas d’accord, c’était de dire il innove ou c’est un ‘souffle de nouveauté’. Tu as toi même avoué ne pas avoir vu beaucoup des films que je citais, mais comment peut tu savoir ce qui innove si tu connais moyennement ce qu’il y avait avant Inception ? J’ais connus des débats sur LTH où je changeais d’avis, je ne trouves pas que ce soit humiliant de retourner sa veste lorsqu’on a tors. Mais là, je reste sur ma position de dépars, dès ma première réponse je disais : « Souffler à un public ‘non-initié’ des thèses déjà maintes fois exploité par le cinéma ». C’est ce qu’est Inception. Peu de gens on vue Mulholland Drive de David Lynch, beaucoup on vue Inception de Nolan (parcequ’il y avait des effets spéciaux vendeur), c’est tout. Offrir un concept que l’on a pas inventé au plus grand nombre est une cause respectable mais ça ne fait pas de Nolan l’inventeur, juste le ‘vulgarisateur’.

            Ps : regarde vraiment l’extrait que je te propose. J’aime tes interprétations et ton approche du film Inception, et je pense donc que celui-ci pourrait te plaire.

          • Je ne suis malheureusement pas dans un contexte me permettant de regarder cet extrait, mais j’y jetterai un œil dès que possible.

            Je tiens juste à préciser une chose: je n’ai jamais dit que Nolan avait inventé la métaphore du coffre contrairement à ce que ton précédent commentaire sous-entend. Pour preuve voici ce que j’ai dit: « La métaphore du coffre, elle est là et c’est une symbolique récurrente en psychanalyse des rêves. »

            Je pense que tu as ta propre définition du mot « innovation », qui n’est clairement pas celle du dictionnaire français. Ce que tu décris tiens plus de la révolution que de l’innovation. En cela, j’admets bien volontiers qu’Inception n’est pas révolutionnaire (un film peut-il vraiment évolutionner le cinéma de nos jours?). Mais il est innovant (selon le dictionnaire français, encore une fois), puisqu’il mêle deux concepts, et ne fait pas que les juxtaposer comme tu le suggères avec ton exemple de la tarte tatin et des frites mcdo (qui en soit n’est pas de l’innovation, en effet). Dans Inception, les concepts du film de casse et du film oniriques ne sont pas que posés l’un à côté de l’autre (encore une fois, je ne parle pas des scènes d’actions, je ne comprends pas pourquoi tu y reviens…), ils sont véritablement combinés grâce notamment à la métaphore et à la symbolique (raison pour laquelle j’y suis revenu ^^): la scène du crime est l’esprit de la cible, l’objet du crime une idée, etc.

            PS: quand je me remet Inception et que je n’ai pas beaucoup de temps, je passe la grande majorité des scènes d’action et devine quoi… je kiffe! 😉

          • « Ce que tu décris tiens plus de la révolution que de l’innovation. »… Ha oui, j’ai peut être affirmé une confusion. Dans le dictionnaire Le Robert, à innover, je trouve ça : ‘Introduire qqch. de nouveau dans une chose établie’. Révolutionner artistiquement, ça serais, donc j’imagine, plutôt inventer complètement quelque chose, tandis qu’innover, ça reviendrais à emmener un domaine préétablie plus loin. Inception peut donc rentrer, en ces termes, dans un contexte d’innovation ! (mais encore une fois, ça reviens aussi à dire qu’un très grand nombres de films innovent, voir quasi-tous… Ça entache un peu le mérite d’innover.)
            Et voilà, encore un petit débat sympatoche sur LTH où j’aurais appris un truc important ! ^^
            « la grande majorité des scènes d’action et devine quoi… je kiffe! ;)» Grrrr… Je t’envie ! moi j’ai trouvé ça lourdingue, presque un manque de liberté de la part du réalisateur. Ou peut-être j’ai été frustré de voir qu’avec un concept intéressant, le réalisateur n’allait pas à 100 % dans du pur intellectualisme.
            Bah, notre petite discussion ma donné envie de revoir le dit film, ou d’en lire une analyse complète. C’est déjà ça !

          • Effectivement, cela permet de se rendre compte que l’innovation est bien plus courante qu’on ne le pense. Ceci-dit, je pense que l’on peut rapidement distinguer les innovations qui marchent de celles qui ne fonctionnent pas, que ce soit sur des critères quantitatifs ou qualitatifs. Et à mon sens les innovations majeures restent quand même assez rares! ^^

            Je comprend ta frustration en tout cas, il est clair que Nolan ne pousse pas l’intellectualisme à fond, et il s’agit à mon avis d’une question de positionnement. Personnellement, cela me convient tout à fait, c’est un juste milieu qui me correspond, car j’ai tendance à vite m’ennuyer devant un film vide de fond et en même temps j’éprouve beaucoup de mal à entrer dans un film purement intellectuel!

            Tiens, je viens de comprendre pourquoi j’aime autant le cinéma de Nolan, merci bien Chupu! 😉

      • Pas si novateurs les films de Nolan que explorant des versants peu usités. Il existe bien quelques « films à l’envers » comme Mémento ou d’illusionistes pour le Prestige. Et Inception mélange surtout les films de rêves et de réalités fantasmées (Altred States ou The Cell par exemple) avec les films de cambrioles.
        Quant à du film de justicier traité de manière dense mais sobre en effets visuels, orientez-vous vers Incassable.

        Heureusement qu’il filme et mélange le tout avec talent, tant que ça n’apparait pas comme trop « mécanique » (donc prévisible dans ses coups de théâtre pour ceux ayant vu un peu plus de films dans le genre).

        • Justement, ce mélange des genres « film de casse » et onirique je ne l’avais personnellement jamais vu donc j’aurai tendance à dire que oui, il s’agit bien d’innovation! Tu avais déjà vu ça avant toi?

          • Des mélanges de films de réalités fantasmées avec d’autres genres, oui (Matrix avec l’action/SF/super héros par exemple). Mais la logique avec les casses, qui sont d’entrer et de sortir d’un lieu sans se faire chopper en mettant souvent en scène des choses fausses, est implacable. Très intelligent.

            Par contre, peut-on dire que Dreamscape avec Dennis Quaid a un pitch similaire ?

          • Pas vraiment à priori. Je n’ai pas vu ce film, mais de ce que j’ai pu en lire le seul point commun avec Inception est le fait que le personnage principal puisse entrer dans les rêves des gens endormis. Mais ça on l’a déjà vu des dizaines de fois, et dans des médias divers et variés (manga, horreur, science-fiction…).
            Pour moi Inception innove dans le fait d’utiliser ce moyen comme un outil d’espionnage industriel d’une part (jamais vu avant, pour ma part). Mais également dans sa conception élaborée du rêve et des niveaux de conscience. Comme je l’ai dit plus haut, un énorme travail de recherche a été fait sur la psychanalyse et le subconscient. Quand on connaît le sujet, il est indéniable que Nolan sait de quoi il parle, et énormément d’éléments du film sont imprégnés de ces concepts (paradoxe, amalgame, symbolique, lucidité, perception, pensée intrusive, mécanismes de défense, décharge, rémanence…) , bien au-delà des 30% invoqués par Chupu.
            Je suggère souvent aux gens de se documenter sur le sujet puis de revoir le film, en général ils ont l’impression de découvrir un nouveau film. ^^

          • En y regardant plus près, cette idée de passer plusieurs couches de rêves une après l’autre dans une dilatation de temps pourrait évoquer aussi le passage de diverses étapes jusqu’au 7ème Ciel, ce genre là (si tu as déjà lu le roman Les Thanatonautes de Bernard Werber par exemple). Soit aussi la structure classique du voyage formidable d’un héros qui forme souvent une boucle avec le retour au bercail.

            Moins un film roublard qu’une aventure moderne vu sous un nouvel angle. Là, le film se raccorde plus à la tradition la plus efficace de la narration, loin de toute expérimentation scénaristique intello.
            Pas vrai ?

          • Les personnages devant avancer plus en profondeur dans l’inconscient de leur cible, c’est la structure même du psychisme qui dicte cette structure narrative. De plus, il ne s’agit là que de la seconde partie du film, car, ne l’oublie pas, avant cela les personnages font des aller-retours entre réalité et différents niveaux de subconscient. La structure du film est donc bien moins linéaire que tu ne le suggères.

            Ceci-dit, même si c’était le cas, cet argument de démontrerait pas qu’Inception n’est pas novateur. On pourrait éventuellement dire qu’il reprend une structure narrative classique, mais cela ne voudrait pas dire qu’il n’innove pas ailleurs. D’ailleurs, un film ne proposant QUE de l’innovation n’existe pas.

            PS: je n’ai pas lu Les Thanatonautes non, je ne suis pas un grand amateur de lecture (de romans, en tout cas ^^).

          • C’est juste que je penses qu’il ne faudrait pas réduire Nolan uniquement à la profondeur de son propos, car ses films restent avant tout des divertissements quasi tout public, coûtant autant qu’ils rapportent énormément.
            Ce n’est pas exactement du Kubrick ou du Lynch, c’est bien plus fun.

            Alors si certains aiment à disserter à loisir sur son signifiant, laissons ceux que ça ne touche pas juste profiter du spectacle (on ne sait pas tous comment un Tony Stark fait ses calculs compliqués, on attend surtout quel résultat super cool ça va donner). ^_^

          • Aucune remarque sur la linéarité du récit ou l’innovation Flo? Dommage… ^^

            En même temps je ne crois pas avoir dit que les films de Nolan se résumaient à la profondeur de leur propos. Je suis en fait bien d’accord avec toi sur le fait que ses films sont moins profonds que du Kubrick ou du Lynch, mais justement c’est pour moi ce qui fait tout l’intérêt de sa filmo: Nolan vise un segment particulier du public, à savoir ceux qui recherchent un compromis entre profondeur de propos et divertissement de haute volée. Comme je l’ai dit plus haut à Chupu, c’est pile poil ce que je recherche dans le cinéma: passer un super moment cinématographique ET sortir de la salle avec de nouvelles idées à explorer!
            Cependant, je ne fais pas partie de ceux qui idolâtrent Nolan, j’aime ce qu’il fait, ça me correspond, mais je ne vais pas jusqu’à dire qu’il a LA bonne formule que tout le monde devrait appliquer…

          • On peut néanmoins bien dire que le film n’a rien a envier à Star Wars ou au premier LOTR pour ça: c’est l’histoire d’un héros principal dans un contexte précis et de ses compagnons qui doivent préparer (1ere partie) puis remplir une mission avec une belle récompense à la clé (2ème partie) , tout simplement. Et c’est ça que tout le monde a aimer y voir d’abord (« est-ce qu’il vont y arriver? ») car ça reste familier à l’oeil, et c’est très bien fait.

            Au final ce que je trouve très bon avec Nolan, mais que souvent beaucoup trop d’analyses laissent de côté au profit uniquement d’une bonne réflexion sous-jacente, c’est que tous ses films peuvent se résumer à un pitch plus simple et efficace sans aliéner le plaisir du spectateur avec sa belle complexité ajoutée.

            Ensuite son caractère novateur peut aussi être relatif à ce qu’on connait déjà dans le genre. Par exemple Avatar est-il vraiment innovant et surprenant alors que tout ce qu’on y voit a déjà été fait des centaines de fois au cinéma, en littérature ou en bd ? Pas pour certains, mais il est quand même très bien troussé comme « western de l’espace » tout public, rien n’y fait cheap, le mélange des genres prend bien. C’est ce mélange qui aurait peut-être plus valeur d’idée innovante à une époque où les gens ayant une bonne mémoire trouvent que plus rien de vraiment neuf n’a été fait dans l’art et ailleurs.
            L’Ere des remix et des mash-ups ?

            Pour le reste, il y a d’autres « dimensions » supplémentaires/complémentaires au film outre l’onirisme et le film de casse, que j’ai un peu résumé ici (en fin de com), jettes-donc un oeil:
            http://lestoilesheroiques.fr/2010/07/inception-avis-critique-commentaires-sur-le-film.html#comments

          • Quelqu’un aurait-il dit ici qu’Inception innovait sur la structure de son récit? Pas moi en tout cas! ^^
            D’ailleurs, je dirais que sa structure (loin d’être linéaire, comme je te l’ai dit plus haut) fait partie de ce qui a été repris du film de casse classique (et qu’on retrouve rarement – voire jamais – dans les films oniriques).

            Ensuite, Avatar n’es pas considéré comme novateur pour son récit ou ses thèmes – pas d’après ce que j’ai pu en lire en tout cas! – mais pour sa technologie: 3D et effets visuels. Là-dessus le film innove, clairement. Le reste est plus classique, effectivement.
            Ceci-dit, au-delà de nos expériences personnelles (ici films déjà vu) je dirai qu’un produit est novateur si rien de tel n’a jamais été fait avant. Je considère donc qu’Inception est novateur pour son alliage onirique/film de casse, jusqu’à preuve que ce cocktail ait déjà été fait au cinéma avant cela, bien entendu! 😉

            D’accord avec toi pour les autres dimensions injectées dans ce film, ton commentaire est d’ailleurs assez complet je trouve!

          • Niveau technologie Avatar… c’est juste de la Mocap et de la 3D immersive plus poussée (cad plus chère) c’est tout, on a déjà vu ça plein de fois ailleurs là aussi. Et d’un point de vue visuel, voir Miyazaki (jamais cité dans les influences de Cameron lors de ses interviews il me semble).

            Quant au coté inédit d’avant Inception (hors cinéma, mais bien réel), LTH en a aussi déjà parlé ici:
            http://lestoilesheroiques.fr/2010/08/inception-bd-picsou-parodie-un-peu-dhumour-avec-inception.html
            Pour le cinéma, je pense qu’en cherchant bien on peut trouver un équivalent proche au film, peut-être plus fauché (ou à la tv).

            Le coté « film dans le film » est d’autant plus logique dans le genre cambriole car les voleurs y ont chacun leur fonction équivalente à une équipe cinéma (producteur, metteur en scène/auteur, acteurs, équipe technique etc…).

            Et en plus regarde bien, l’allure physique de Léo D. se confond avec celle de Nolan. C’est drôle car dans le dictionnaire des rêves, le cambrioleur correspond aussi à « Quelqu’un (qui) vole son identité au rêveur : un proche ou son ego. » ^_^

          • Euh… Non quand même, Avatar était au top niveau technologie quand il est sortit, que ce soit au niveau 3D (le processus 3D que l’on voit aujourd’hui un peu partout dans les salles a été implémenté au ciné par Cameron, qui a mit au point la fameuse caméra, les écrans et les lunettes qui vont avec, innovation donc, cf. définition du dictionnaire français ^^) ou des effets visuels (il s’agit bien de motion capture mais le rendu et le réalisme de cet environnement quasi intégralement réalisé en images de synthèse atteint des sommet jamais vu jusqu’à lors je pense, qui reste encore au top par rapport à la majorité des films sortant actuellement dans nos salles).

            Concernant Inception, il paraît difficile de croire que Nolan ne connaissait pas cette BD (la ressemblance est en effet troublante) mais encore une fois, le fait d’implémenter un concept connu (casse/onirique) dans un genre nouveau (le cinéma) répond bien à la définition d’innovation. Ce n’est peut-être pas comme ça que tu entends le mot « novateur » mais c’est en tout cas comme ça que la langue française l’entendait. 😉
            Intéressante remarque concernant le cambrioleur qui vole son identité au rêveur, mais je ne trouve pas vraiment que Cobb ressemble à Nolan. Enfin, il ressemble à n’importe quel blond aux yeux bleus portant la barbe et le costume, quoi! 🙂

          • Désolé, je n’avais pas vu que c’était en français que j’écrivais « c’est juste de la Mocap et de la 3D immersive (que Cameron n’a pas inventé, il y a eu d’autres films déjà sortis avant, et aucun spectateur lambda n’en a à faire des nouveaux modèles techniques qu’il y a mis au point) plus poussée ». ^_^

            3D tellement de qualité qu’elle a poussé des films en production à l’époque à bousculer leur planning pour se convertir à la va-vite, pour des résultats visuels médiocres.
            Ou simplement commerciale pour ceux fait en amont pour qui ça n’apporte quasi rien visuellement.
            Le top de la qualité n’est pas entièrement de la nouveauté, c’est ce qu’on en fait qui en donne l’impression.

            Et si un genre se fait rare dans le cinéma, il peut bel et bien avoir existé (et même encore plus beau et profond qu’Avatar rien que dans Nausicaä de la vallée du vent), il ne faut pas occulter ce passé.

            De toute manière tout film qui sort est évidemment Nouveau, car tous les réals et équipes assemblées dans le contexte de sortie y sont uniques, tout simplement (sauf pour les rares plagiaires).

          • Non mais attends Flo, clairement tu parles de quelque chose que tu connais mal. La 3D sur Avatar, comme sur tous les films filmés en 3D (j’ai bien dit filmés en 3D, avec donc la caméra mise au point par Cameron et son équipe, il ne s’agit pas d’une meilleur version de ce qu’on faisait avant, c’est une autre façon de travailler) était de qualité. Les films convertis n’utilisent pas cette caméra 3D, et fonctionnent donc selon un autre procédé, ne mélange pas tout. Donc oui, Cameron a innové sur Avatar (encore une fois, je te ramène à la définition de ce mot, qu’elle te convienne ou non est une autre histoire), c’est un fait.
            De plus, il est avéré dans le monde de l’exploitation cinématographique (dans lequel j’ai travaillé plusieurs années, pour info) que le succès d’Avatar au box office est dû en grande majorité à cette innovation, que le public est venu découvrir en masse. Le « spectateur lambda », comme tu dis, semble donc avoir été très sensible à cette nouveauté.

            PS: je n’ai pas dit qu’Avatar avait innové sur son genre, j’ai même dit le contraire, je ne comprends donc pas trop ta remarque concernant les genres ayant disparu du cinéma et le passé…

          • Ce ne serait pas plutôt le buzz et le marketing qui a fait venir en masse des spectateurs, pendant les plutôt disponibles vacances d’Hiver au départ, plutôt que réellement un truc technique plus poussé ?

            Sinon si hommes femmes et enfants souvent en bas âges ne sont venus que pour la nouvelle caméra 3D bidule (un simple instrument au service du réal, pas une énorme révolution pour la narration et le visuel) et pas pour ce qu’elle apporte sans le savoir à l’image (et avec ses défauts lunettes lourdes etc), ça voudrait dire qu’ils se fichaient de l’histoire dans le film ? Pourtant Avatar est un divertissement, presque une attraction, fait pour le public, mais avec un scénario.

            « ta remarque concernant les genres ayant disparu du cinéma et le passé… » Encore une erreur, je n’ai pas dit ça. Ils sont bel et bien là, disponibles pour la plupart en DVD (sinon comment les citer comme exemple) mais juste rares car trop chers ou complexes à mettre en images.
            Or le leitmotiv de Cameron depuis des années semble être de faire à chaque fois le film le plus cher, et au plus gros box office, de tous les temps. Peut-il redescendre un jour ses ambitions vers des niveaux un peu plus modestes (et assumer plus directement ses influences aussi), voilà qui serait encore plus original pour le coup que le côté « toujours plus gros, toujours plus fort ». ^_^

  7. Autant la bande annonce de inception m’avait vraiment donné envie d’en voir plus autant celle d’interstellar ne me fera pas me deplacer au ciné !!
    Je sais pas si c’est le côté 2001 l’odyssée de l’espace ou le fait qu’il surf sur la vague gravity qui me gêne …mais je crois que je commence a trouver la réalisation de nolan de plus en plus molle , le premier visionage passe toujours bien mais ça se complique au deuxième ….

    • Interstellar suivrait la « vague Gravity »? Juste parce que le film se déroule (en partie) dans l’espace? Les Guardians of the Galaxy surfaient-t-ils sur cette vague eux aussi? Allons…
      Que les BA ne te donnent pas envie, c’est une chose, mais n’exagérons rien!

      • Bien sur que ça surf sur la vague , après un énorme succè comme celui de gravity , les producteurs ne peuvent qu’être moins frileux pour des projets de ce type …
        après tout c’est du business
        ps : dans mon post a aucun moment je n’ai fait d’amalgame entre ces différents films 😉

        • Le scénario d’Interstellar a été écrit bien avant la sortie de Gravity, tout comme celui des GotG au passage. Leur sortie était donc programmée bien avant le succès de Gravity.

          • Salut Archer,
            Désolé j’ai pas eu le temps de répondre avant .
            je suis conscient que les scénarios de garvity et des gardiens ont été écrits il y a bien longtemps comme beaucoup d’autres, mais ce que je voulais dire c’est qu’un film qui a généré un tel succès comme gravity attise forcement les convoitises des producteurs. Cela ouvre obligatoirement les portes aux films du même « genre » (entre guillemets car au sens large de therme ) en l’occurrence le film spacial …
            Du coup Nolan ,qui avait un scenario qui correspondait a ce critère dans ces cartons ,a pu intéressé des investisseurs ,alors qu’avant gravity peut être s’ était il vu refuser les fonds …

          • Pas de soucis darksirgon, je m’en doutais! ^^
            Mais tu es à côté de tes pompes sur ce coup là: la production d’Interstellar (début du tournage en Août 2013) a commencée bien avant le succès de Gravity (sortie fin octobre 2013!), les actionnaires avaient donc déjà fait leur choix bien en amont!

            Vérifions donc nos chiffres avant de faire de fausses déclarations, ce serait dommage d’entacher la réputation d’un film avant même sa sortie, encore plus si ce n’est pas mérité! 😉

          • touche/coule archer !! 🙂 tu m’as eu l’ami !! apres « entacher la reputation  » du film, la tu va un peu loin , faut pas exagerer …

          • Ahhhhh tu sais les rumeurs se répandent vite, surtout quand les arguments paraissent logiques (ce qui était le cas ici étant donné l’ordre de sortie des films, seule une vérification des dates permettant d’infirmer cette hypothèse).
            Ceci-dit, je reconnais avoir exagéré, après tout au pire cette rumeur aurait été répandue sur LTH et ne serait probablement pas sortie d’ici…

    • Bizarre, 2001 a une certaine grandeur amplifiée par sa lenteur rythmique. Si Nolan s’en rapproche, devrait-on lui en vouloir de « régresser » à une mise en scène pas speed du tout ?

      Même le premier film Star Wars fait « rapide », alors que pour certains d’aujourd’hui c’est « comme de la gravure sur bois » dixit David Fincher.

      A ceux qui vont y aller par curiosité et fidélité, je pense être peut-être assez raccord en leur recommandant de « prendre le temps de le savourer au ralenti ». Voir, en « apesanteur » ?

  8. Que ce soit pour les personnes enthousiasmes et ceux qui ne le sont pas, j’ai envie de dire que l’on voit pas grand chose de ce que pourrai donner le film avec ces bandes annonces, donc je pige pas trop les avis. Surtout avec les films de Nolan qui nous réserve de grosses surprises à chaque fois.
    Donc moi j’attends plutôt la sortie du film, les critique qui seront posté ce jour là, et mon petit doigt me dit que tout le monde sera surpris d’une certaine manière.

      • « j’ai l’impression qu’il déclenche également une belle vague de mauvaise foi! ^^ »

        Pas du tout mdr

        Non d’ailleurs cette BA me donne envie de voir le film……… Mais que m’arrive t’il !!!!!!!

        Note: Part en courant regarder Transformers pour reprendre ses esprits! O_o

  9. Et bien comme quoi on peut facilement changer d’avis au début je le voyait comme un gravity like mais la c’est autre chose et c’est vrai qu’il montre rien donc je me demande vraiment ce que se sera.

    • Mais Gravity était statique car centrée sur la survie de l’héroïne.
      Pas grand rapport avec un voyage hors de notre système solaire comme chez Nolan…

  10. ON verra bien…! mais je pense être agréablement surpris! comme à chaque films de nolan…!

    Apr&s pour en revenir sur le débat inception de plus haut! Il y en a un qui met 30% de réflexion et 70% d’action…!

    c’est plutôt le contraire…! dans les films de nolan , il n’y a pas beaucoup d’action… et c’est tant mieux! Il mise sur le reste!

    scénes d’action dans inception:

    – 3 minutes au début
    – la course poursuite à monbassa ( 3minutes)
    – la fusillade au premier pallier de rêve (5 minutes
    -aprés c’est plus complexe pour compter (en fonction des différents palliers de rêve)
    – et la scéne d’action en montagne (la plus longue)

    mais bon ces scénes d’actions sont génials…

LAISSER UN COMMENTAIRE