Le Hobbit – La Bataille des Cinq Armées : La Critique du film + VOTRE AVIS !

61

le-hobbit-la-bataille-des-cinq-armees-critique

Ce titre, Le Hobbit : La Bataille des Cinq Armées, quelle promesse… On espère revivre les grandes heures du Seigneur du Anneaux, on rêve d’un final aussi épique que Le Retour du Roi, on s’attend à un grand moment de cinéma digne de la bataille des Champs du Pelennor. Il ne faut pas : Le Hobbit n’est pas Le Seigneur des Anneaux. Hier, l’idée même de comparer les deux trilogies aurait été absurde. Aujourd’hui, la situation est différente.

Peter Jackson part d’une bataille qui ne fait qu’une dizaine de pages pour en tirer un blockbuster de deux heures. Un conflit régional est transformé en bataille majeure. Forcément, les souvenirs du Seigneur des Anneaux remontent à la surface. Or, à l’arrivée, c’est la déception qui prime, la préquelle peinant à retrouver la magie de l’original. Sans doute parce que les défauts de la présente trilogie sont exacerbés dans ce Hobbit : La Bataille des Cinq Armées.

armees-hobbit-bataille-critique-avis

Le nœud du problème, c’est le dosage. Peter Jackson oscille entre le ‘trop’ et le ‘pas assez’. La première partie du film – alias ‘La préparation’ – est passionnante. Il faut conclure Le Hobbit : La Désolation de Smaug, nettoyer Dol Guldur et rassembler les différentes armées au pied du Mont Solitaire. C’est d’ailleurs cette partie qui abrite la meilleure scène du film, là où on ne l’attend pas : le Conseil Blanc en action !

Pendant quelques minutes, nous sommes dans un autre monde, avec des forces d’un niveau supérieur. Le temps d’une scène, on entraperçoit l’impossible, ce que pourrait donner l’adaptation du Silmarillion. C’est aussi court que jouissif. Arrive l’heure de la bataille des Cinq Armées, le cœur du long métrage. Cela ressemble parfois à une partie d’Age of Empires de luxe, mais le plaisir de voir toutes ces unités se déplacer à l’écran est intact.

Problème, Peter Jackson délaisse l’épique (les armées) pour l’intime (les duels). Des duels à n’en plus finir, loin, très loin de l’action principale, devenue par la force des choses, secondaire. La bataille qui donne son titre au film se révèle trop courte et l’action périphérique devient interminable. Un comble ! C’est là que les pièces rapportées du scénario se font le plus sentir : Tauriel et Legolas volent la vedette aux Cinq Armées.

critique-la-bataille-des-cinq-armees

Autant prévenir tout de suite, vous risquez de vous poser plusieurs questions pendant la bataille : « Où sont les Elfes ? Que font les Nains ? Où se trouve la Compagnie ? ». Ces questions n’ont pas de réponse. Vous risquez aussi de vous les poser après. Souhaitant bien faire, notre réalisateur kiwi adoré a voulu éviter la fin à tiroirs du Retour du Roi. Pourquoi pas. Sauf qu’il tombe dans l’excès inverse. La conclusion de cette fresque de plus de sept heures (!) est expédiée. On ressent tout juste le fait que c’est la fin de l’aventure…

Impossible de s’ennuyer devant Le Hobbit : La Bataille des Cinq Armées. L’action et le tragique sont omniprésents. Il s’agit simplement d’un problème de dosage. Plus que jamais, il faudra se tourner vers la version longue pour obtenir des réponses, pour apprécier la bataille dans son intégralité (les scènes coupées sont nombreuses), et pour avoir une conclusion qui ne laisse personne au bord du chemin. Tout cela ne serait pas si grave, s’il n’y avait ce fléau qu’est le tout numérique.

La ‘nouvelle’ maladie de Peter Jackson prend un tournure inquiétante. Tout est faux. Pire, cela est visible. En guise d’illustration, un seul exemple : le fameux plan de la bande annonce avec des elfes au visage numérique se retrouve tel quel dans le film. On ne va pas revenir sur Azog et Bolg. Nos héros affrontent des pixels pendant deux heures. Cela n’aide pas à s’investir émotionnellement dans le film (l’absence d’une partition qui remue un minimum l’âme n’arrange rien). Béni soit le temps du Seigneur des Anneaux et de ses vrais figurants !

lehobbit-critique

Heureusement, on peut toujours compter sur Martin Freeman, Richard Armitage, Luke Evans et Ian McKellen. Le Hobbit : La Bataille des Cinq Armées est le film de Thorin Écu-de-Chêne. Armitage est tout simplement excellent. Comme d’habitude, Bilbo est peu présent, mais les scènes et les silences qu’il partage avec Gandalf suffisent pour avoir un pincement au cœur. Reste Bard l’Archer, qui s’impose enfin. On aurait aimé moins de passages comiques (l’adjoint au maire d’Esgaroth) et d’ajouts discutables (Tauriel, Legolas) et plus de nains (la Compagnie), de magiciens (le Conseil Blanc) et de Beorn !

Le Hobbit : La Bataille des Cinq Armées est loin d’être parfait, mais cela reste un film qui se déroule en Terre du Milieu. C’est unique. C’est énorme. C’est magique. On ne remerciera jamais assez Peter Jackson pour cette aventure qui a débuté il y a quinze ans. L’attente était tellement grande que la déception était probablement inévitable. Il s’agit d’une fin satisfaisante bien sûr, mais elle n’a malheureusement rien d’inoubliable. Le Hobbit aurait-il gagné à être en deux parties ? Sans doute. La vision des trois versions longues permettra-t-elle de juger à sa juste valeur cette nouvelle trilogie ? Assurément.

——————————————————-

Le Hobbit : La Bataille des Cinq Armées de Peter Jackson sort en France le 10 décembre 2014, avec Martin Freeman (Bilbo Sacquet), Ian McKellen (Gandalf), Richard Armitage (Thorin Écu-de-Chêne), Orlando Bloom (Legolas), Evangeline Lilly (Tauriel), Luke Evans (Bard l’Archer), Lee Pace (Thranduil), Hugo Weaving (Elrond) et Benedict Cumberbatch (Smaug).

61 COMMENTAIRES

      • J’ai entendu dire qu’il existait des grandes salles avec de nombreux sièges, et qui projetaient des films sur grand écran. Ca reste à confirmer mais j’ai cru entendre le mot cinéma.

        • C’est un fake, une légende urbaine voyont un film que l’on regarde dans une salle fait exprès et pas sur internet, ce n’est qu’une simple légende… Désoler ^^

      • Le « enfin » c’est pour la musique, les effets, le rallongement artificiel qui passe de visible à contraignant, la pertinence du découpage, la « magie de la trilogie » qui n’est pas toujours là…

  1. Bah j’ai exactement le même avis, ce dernier opus va souffrir de la comparaison avec son « grand frère » et c’est dommage parce qu’indépendamment du seigneurs des anneaux on peut pas dire que ce soit une mauvaise trilogie. Sur certains aspect j’ai même parfois préféré le Hobbit.
    Sur ce je suis content de l’avoir vu, déçu seulement par la bataille qui se concentre plus sur les héros individuellement et non sur la bataille au sens large. 🙂

  2. Bon après un premier épisode qui m’a déçu et un 2ème satisfaisant, celui-la j’avais de grands espoirs mais maintenant en voyant la critique… et m….!

    • Non mais la critique ne s’est intéressé qu’aux points négatifs et a un peu oublié toutes les forces du film. Il y a 2-3 défauts dans le film, la critique parle de ces 2-3 défauts.

      Elle a oublié de parler de l’ambiance, de la maladie du Dragon, des séquences haletantes qui te font perdre ton souffle, du fais que PJ osait à de nombreuses reprises.

  3. Excellente analyse…Je trouve aussi que Peter Jackson est tombe un peu dans la facilite avec le Hobbit 2. Je prefere encore Braindead et Bad Taste.

  4. Malgré tout le respect que l’on doit avoir pour lui pour son chef d’oeuvre, il est peut etre temps de passer la main à un autre s’il devait y avoir un jour le silmarillion.(il sera sur nos écrans un jour ou l’autre).
    on pourrait faire un parallèle avec star wars et lucas.

    Le hobbit s’est fait malgré tous ses déboires au tout début. Et ce n’était pas gagné.

    la version longue sera évidemment d’une toute autre qualité la bataille devait durer 45 minutes à la base.
    Au moins, je suis préparé psycologiquement même si j’aurais préféré un truc qui écrase tout.

    • PJ avait prévu de passer la main et on oublie que c’est Del Toro qui devait réaliser le Hobbit.

      Cela ne s’est pas fait car il y avait des problèmes de droits et quand ceci a été résolu, Del Toro avait quitté le projet.

      PJ a donc été obligé de prendre en charge la réalisation, ce qui n’était pas prévu.

  5. Aie, pire que le 1er volet du Hobbit donc ?
    Pour le coup ça ne me rassure pas du tout … Le plus énervant pour moi étant le remplacement des figurant par du tout numérique bien dégueu. Et ça me fout surtout les boules pour Bolg … Je ne sait pas si PJ est conscient de cet échec …

    • J’aime les critiques de ce site mais fais toi ta propre idée.

      De nombreuses critiques de sites spécialisés disent que c’est le meilleur des 3 films.

      Voici deux liens :

      http://www.geeksandcom.com/2014/12/03/critique-le-hobbit-la-bataille-des-cinq-armees-realise-par-peter-jackson/#sthash.MEDOVAtN.dpbs

      http://www.ecranlarge.com/films/850252-hobbit-la-bataille-des-cinq-armees-le/critiques

      C’est comme les gouts et les couleurs, chacun à un avis différent.

      Ne pas oublier aussi que c’est en VL qu’on jugera définitivement le film, les versions cinéma seront oubliées au fil des années.

      PJ a dit que la VL devrait avoir 30 minutes de scènes en+, ce qui est beaucoup pour un film de 2h15 hors générique de fin.

      Il se peut donc que sur certains points (pas tous loin de là), le film s’améliore beaucoup.

      • Bien vu. Et merci pour les liens. Pour avoir une bonne idée, il faut toujours voir plusieurs critiques et ne pas se cantonner a une seul aussi bonne soit elle.

      • Bien sûr j’irai le voir de toute manière. Mais généralement vu que je m’accorde sur les critiques de Mr TH, ça me fait toujours un peu peur d’avance …

        • C’est sur plusieurs aspects le meilleur des trois parce qu’on ne s’ennuie pas un seul instant.

          Mais vu l’historique de la saga et l’attente, il y a quand même plusieurs points qui déçoivent. Cela reste un bon film bien sûr. Ne pas confondre critique négative et déception, c’est différent.

          Et, c’est une évidence, allez le voir ! C’est idiot de se laisser influencer par les critiques, quelles qu’elles soient.

          • Message reçu. J’espère que cette fois on aura pas d’aberration niveau scènes coupés … (Du genre on coupe les retrouvailles entre le père de Thorin dans le 2 mais on garde la chanson disney et le théorème du bonjour de Gandalf dans le 1 …)

          • Bah le problème, c’est que t’as que parlé des points négatifs. Il aurait fallut que tu parles aussi des bons côtés (et ils sont nombreux)

          • Je comprends mieux les fans de star wars qui sont déçu de la prélogie . Sans être des chefs d’oeuvre comme a pu l’être Le Seigneur des Anneaux , Le Hobbit est bien supérieur à de nombreus films du même genre qui sorte chaque année.

  6. pas encore vu! mais les deux premiers volets se révèlent bien moins décevant au fil des visionnagent.Peut etre avons nous trop attendue!? va falloir se calmer avant star wars!

  7. Est ce vraiment le tout numérique le problème? ou plutôt le « bâclé » numérique…

    SDA était la raison d’être de Weta digital mais maintenant « The Hobbit » est un de ses travaux parmi tant d autre..

    la boite monté par PJ n est elle pas victime de son succès? la productivité a dut prendre le pas sur la qualité…

    mais alors… pourquoi « Dawn of the planet of the apes » est il une réussite visuelle?

    Mystère

    Je crois que PJ a mis plus de temps et plus d amour sur SDA.

    • Le souci c’est la vallée dérangeante. Plus on arrive à faire vrai, plus la moindre imperfection devient atroce au regard (exemple: les mimiques ignobles du héros trop classe de L’Ombre du Mordor). Même en passant un temps infini sur les effets, quand ça passe pas ça passe pas, et des films hypermodernes paraissent déjà datés avant même leur sortie (King Kong a des incrustations dégueulasses, tout comme la BA de Jurassic World).

      Et tu mets le doigt sur quelque chose, les singes de La Planète font partie des meilleurs effets que j’ai jamais vu, c’est nickel à CHAQUE instant. Ne focaliser les FX que sur quelques personnages, continuer à favoriser des figurants bien organiques aurait permis d’avoir QUELQUES persos imaginés parfaits (Gollum) plutôt qu’une infinité moche (Gobelinville…)

  8. N’oubliez pas que pj a pensé, peaufiné, préparé pdt plusieurs années limite une décennie avant de réaliser le seigneur des anneaux.
    Alors que le hobbit entre les différents problèmes financiers, le désistement du réal et les soucis avec les ayant droits, on ne peut pas dire que mettre en route cette trilogie à été une chose facile d’autant qu’il ne voulait pas la realiser.

    Pj s’en sort quand même pas si mal, j’attends de pied ferme l’intégral du hobbit en vl 3d pour ma part.

  9. Je comprend pas ce choix pour du numérique. Moins cher ?
    Bon sang, si nous avions eu Azog, Bolg et d’autre avec de vrais acteurs et du maquillage à la Lurtz ou Gothmog, la trilogie aurait tellement gagnée en qualité…
    J’ai l’impression de voir des cinématiques de jeux videos, c’est vraiment dommage, ça casse tout.
    Azog, un personnage à la peau lisse, sans détail, et donc sans âme.

      • J’ai fait connaissance avec cette acteur comme avec Armitage : Dans une série que j’adore. Spartacus. Le voir en Slade Wilson était jouissif a souhait. Et pour Azog, je n’aurai pas choisis mieux.

        C’est un très très grand acteur. Qui en plus vient de la TV tout comme une bonne partie du casing 5 étoiles de la saga du Hobbit.

  10. Je pense que vous confondez absolument tout, le seigneur des anneaux est très différent du hobbit, et il a fallait s’y attendre car avant même que le hobbit 1 sorte, Peter Jackson l’avait dit et redit. Le Hobbit est un film d’aventure, d’action dans laquelle se trouve une aventure de la terre du milieu contrairement au SDA qui lui est entre autre une histoire de la TDM. Le Hobbit et le SDA sont donc très différent et il n’y as pas de déception à avoir par rapport à ce dernier car il ne doit normalement par y avoir de comparaison. Pour résumer le Hobbit est un film et le seigneur des anneaux un autre! Maintenant si vous m’auriez dit que le Hobbit 2 est bien meilleur que le 3, j’aurais compris, mais arreter avec ces comparaisons qui n’ont pas lieu d’être.

    • Il l’a peut-être dit et redit, mais il a quand même donné à cette trilogie un souffle épique, des enjeux (trop?) suprérieurs au récit original.
      D’où l’impression d’un produit bâtard, mi-conte Disney mi-Minas Tirith x10.

      • Je plusssois Forothangail

        l excuse du « ce n est pas la même histoire ni le même registre » serait plus acceptable si PJ n avait pas essayé de faire muter autant le produit de base pour que ça ait le gout et l odeur de SDA

        si c’était bien fait encore…. mais la en l occurrence il y a une dé perte de qualité

  11. Je suis d’accord il faut pas oublier que le SDA est un FILM pour les hommes (pour adulte)tendis que le Hobbit est un Disney pour ado et près adulte donc les raison du moin réaliste son la il y plus de scène cru dans le SDA que dans le Hobbit avec plus de scène couper lors des tete trancher ou meme plus d’humour.

    • ne cris pas victoire trop vite. j ai plein d exemple de réal qui ont fait des chef d œuvres a un moment donnée de leur vie et que ne sont plus arrivés aà sortir autant du lot par la suite

  12. Bonsoir .

    Je l’ai vu ce matin et euh ben j’ai super bien aimé quoi .
    Je trouve le début du film dantesque , faut pas arriver en retard par contre , c’est rythmé , épique , clair et lisible , j’ai adoré le début du film .
    J’ai également beaucoup aimé les personnages , surtout thorin en fait que je trouve monstrueux et qu’on ne voit pas encore assez .
    Sinon ben la bataille c’est une bataille quoi , c’est bien foutu , ça détend alors oui il manque le souffle épique des cavaliers du rohan mais ça reste une bataille chouette et fun .
    Avec un moment extra aussi avec la compagnie de thorin .
    La fin vient trop vite , dans le retour du roi je la trouve limite trop longue , là c’est l’inverse , j’aurai aimé en savoir plus sur certains personnages .
    Au final j’ai quand même beaucoup aimé et j’ai passé un bon moment .
    Bon et le générique de fin m’a fait un petit pincement au coeur .
    J’étais ado au moment du seigneur des anneaux , je suis adulte maintenant , j’ai poussé avec ces deux trilogies …

  13. Ooook…petite critique avec spoilers:
    le seigneur des anneaux,c’est un orgasme!Une aventure épique et sensationnelle!!Une fresque aux enjeux immenses et ou chaque plan est fait pour impressionner le spectateur dans un univers incroyable!!
    le hobbit est une aventure…voir un conte….les enjeux sont bien moins importants,l’histoire plus légère et remplie de péripéties(dont la plupart n’apportent pas vraiment grand chose à l’intrigue)….voilà donc la différence entre les 2 trilogies qui pour moi sont donc difficilement comparables.Le seigneur des anneaux parle de sauver le monde et de forces surpuissantes,le hbbit parle de la quête pour retrouver un trésor gardé par un dragon….je prends donc cette trilogie sous ce regard « film d’aventure…conte de fée »….et c’est en cela que la trilogie hobbit est réussie!
    Contrairement à beaucoup,mon favori est le premier(le mieux construit,celui avec le plus de péripéties et d’humour…et le plus « hobbit » à mon sens)
    le second est génial mais déjà plus sombre et plus « seigneur des anneaux » mais il propose du génialissime(les araignées,les tonneaux et smaaaaaaaaaaaug!!)
    le troisième est une réussite!!Une belle conclusion!Un grand film!Mais beaucoup de défauts!Un trop plein de numérique(et trèèèèèèèès souvent calé),un manque évident de scenes et un gros sous développement(que font les elfes pendant 30 min de bataille?comment legolas est revenu de son combat avec bolg aussi vite?à quoi servent ces vers mangeurs?pourquoi beorn n’est là qu’une demi seconde?qu’advient-il de bard et de l’arkenstone?) sans compter l’humour parfois trop lourd d’alfrid(génial dans le 2 mais ici presque jarjarbinskien),la référence sympa mais trèèès peu subtile à aragorn(un dunedain….rôdeur….appellé grand pas….fils d’arathorn…ON A COMPRIIIS!!!!),la romance touchante mais très peu développée de kili et tauriel et j’en passe,legolas marchant sur les pierres d’un pont s’écroulant et j’en passe!!Ce qui m’a le plus gêné comme l’a dit le big boss est le fait que cette fantastique bataille contienne peu de scenes d’armées et en effet beaucoup de duels…mais ça rejoint le côté « aventure » dont j’ai parlé!
    Mais pour moi,malgré tout,ces nombreux défauts ne sont que des détails face à ce plaisir immense que fut ce troisième film!!!Une ouverture grandioose(smaaaaaug!!),un passage limite déjà culte(le conseil blanc en action….juste….wooouaaaah!!!10 minutes de silmarillon!!!),un thorin juste parfait (Armittage est excellent!!),un bilbo de même(martin freeman..LA qualité de la trilogie),une bataille monstrueusement prenante,des personnages enfin éveloppés(trhranduil,bard),des trolls excellents(suicidaires!!!très drôles en plus d’offrir des images à couper le souffle!!),une vraie émotion et un pincement au coeur à la fin!!En gros….eh,bah…juste…
    Merciiii peter jackson pour ces deux trilogies magiiiques qui m’ont fait plus que rêver durant ces longues années!!La séparation est dure mais le plaisir d’éventuels futurs marathons géants est immense!

  14. « Toi qui entre dans l’univers du Hobbit, abandonne tout cynisme! »

    Et bien ça y est, ou presque, on referme toutes les boîtes une à une.
    Après un début intense mais trop court avec Smaug (10 minutes en gros, frustrant pour ce qui est le seul vilain titanesque crédible du cinéma actuel-attendons Thanos?), on reprend le fil de la thématique dévoilée plus clairement dans le précédent film: faire une version Heroïc Fantasy du Trésor de la Sierra Madre (regardez ce film génial!). Où la soif de l’or aveugle les aventuriers les plus solides en apparence, jusqu’à ce qu’il ne reste plus qu’un Mal cupide qui (pour Tolkien aussi?) parle de la même voix. D’où Cumberbatch se dédoublant en Smaug et Sauron, ou les tentés perdant la tête sifflant tel des serpents.
    Un superbe conte sur le Consumérisme à tout prix, gros fléau majeur de notre époque faut-il bien le rappeller.

    Sauf qu’il y a « de la grosse bataille d’épisode finale » à mener à un moment donné. Et si on est bien secoué par le combat du Conseil Blanc qui nous ramène au Fantômes contre Fantômes de Peter Jackson (et avec « Dark Galadriel » enfin en action), tout ce qui pourra rester du film pour le spectateur serait une succession non-stop de fight épiques. Quasi rien à redire dessus, le tout étant hyper énergique et bien lisible (parce que montré au public en HFR?).

    Si l’on peut se plaindre de montrer du peuple en colère, de l’ajout d’humour burlesque avec le seul Alfrid (aussi outré que dans un Harry Potter) ou de l’historiette Tauriel/Kili, le tout se fait avec assez de classe british pour ne pas paraître si forcé que ça. On n’est pas chez Michael Bay ici, Jackson ne va pas essayer de vraiment raconter une romance trop à contrario d’un spectacle brassant en priorité le destin de plusieurs populations. Tolkien ne devait pas être non plus à l’aise avec ces histoires féminines, question d’époque, mais ça aurait aussi été étrange que leur condition soient moins importante que les hommes dans ce monde. En l’évoquant en apparté, à peine cela sert-il au futur rapprochement entre elfes et nains, c’est au moins ça.

    Quant aux personnages, le paradoxe de Bilbon (qui peut être aussi celui de l’acteur Martin Freeman) reste bien d’être à la fois dans et en dehors de l’intrigue, tel un spectateur. D’une certaine manière, il serait un mélange à la fois de Frodon et de Sam.
    Comme Thorïn en serait un de Boromir et Aragorn, même si c’est la première partie qui dominera un peu le plus pour sa perte.
    Alors les autres personnages resteront bien moins en mémoire que partie prenante d’un grand tout (qui se souvient à la perfection du nom de chaque nains?), il n’y a pas assez de place pour plus que ce qui est écrit à part une présence graphique forte pour tous, l’inaltérable Gandalf semble le résumer assez bien à Bilbon à la fin.

    Maintenant pour ce qui est de la pertinence du choix d’une trilogie très élargie (alors que pour LOTR, on dira au contraire qu’il n’y en aura toujours pas assez), pensons certainement au fait que le studio Warner/New Line n’aura accepté de financer le tout qu’à cette condition « marketable » car proche en nombre de la première saga, sans ça un condensé aurait pu être de mise. Quitte à ce que le tout n’ait pas l’air équilibré ou trop ménanique pour certains, mais ça ne servira de toute manière à pas grand chose de se plaindre car:

    Grâce à ses menus compromis artistiques, le film a une qualité cinématographique d’une ampleur juste et généreuse, ce que beaucoup d’autre productions n’atteignent pas pour des raisons inverses (demandez-vous pourquoi David Fincher n’arrive pas à faire valider des films plus ambitieux à la fois visuellement et scénaristiquement). Il y a du graphiquement beau et de l’épique en grande quantité là, et c’est au moins suffisant à défaut d’être exceptionnel, ce que aucun film de cette saga ne peut atteindre depuis le premier.
    La faute à l’absence de surprise maintenant que l’univers est connu, le regain de spectateurs et lecteurs, l’impact culturel énorme et les nombreuses parodies fleurissantes depuis 13 ans etc… Il n’y aura de toute façon plus la même sensation qu’en Décembre 2001 (avec plus l’impact historique de l’après 11/09).

    Et puis surtout ce n’est ici « qu’un film », pas totalement l’histoire de la saga, des choses étant de toute manière rognée pour être le plus fluide possible. La « vraie » version, hors de simple ambition uniquement divertissante, restant les versions longues, qui font de l’ensemble une saga monumentale de plus de 20 heures. Et donc visible au mieux de manière morcellée selon le rythme que l’on veut et en totale liberté.
    Comme pour un livre en somme.
    La boucle est bouclée.

    Pour tout ça, Merci d’avoir tenu le coup Peter, et à très très bientôt.

  15. Un excellent blockbuster

    ultra généreux en action et en spectacle, adoré la bataille, totalement différente des précédentes batailles avec un superbe combat entre Azog et Thorin, Jackson propose du jamais vu, un bien fou quand on vois comment les blockbusters se ressemble énormément, des défauts de narration mais jattend la version longue pour jugé définitivement, mais au moins, avec Jackson, je vois les 200 millions d’euros de budget à l’écran, car moi, je cherche toujours les 170 millions des suites de Thor ou de Captain America par exemple

    j’ai eu aucun soucis avec les SFX, certe un aspect très numérique mais les mouvements sont mortel, surtout en 48/fps et c’est TOUJOURS l’illisible, quand je vois les blockbusters de cette année, à base de film super-héros débiles ou de Transformers 4 de merde, merci PJ de faire une gourmandise qui rend hommage à Ray Harryhausen.

  16. Notre généreux conteur Peter Jackson nous a fait vibrer avec le seigneur des anneaux et la magie reprit de plus belle avec cette nouvelle trilogie malgré les défauts évidents que celle ci avait. Les effets spéciaux qui ont servis a créer des orcs et autres ennemis qui ne seront jamais aussi bons que l’étaient ceux du seigneur des anneaux plus réaliste jouait par de vrais acteurs,ce qui fait que certains combats ne prennent pas tellement ça fait jeux vidéos et c’est bien dommage.
    La musique était pour moi moins présente que sur les deux premier épisodes. Le plus frustrant pour moi c’est l’émotion qui pourtant avant fonctionner à tous les coups et qui bizarrement cette fois ci peine à s’installer, à fonctionner. Coupé d’une demie heure de film la version longue nous donnera le réel rendu du travail réalisé de son film dans son ensemble. C’est le plus regrettable car le livre pour sa fin  » tragique  » pour certains, avait réussi à me mettre aux larmes et je m’attendais à le revivre ce moment, et ça n’a jamais prit.
    Hormis ceci, les acteurs sont évidement très bons Martin Freeman reste notre Bilbon, très humble, tout en finesse et attention excellent également dans la série Sherlock ou il incarne le Dr Watson avec Benedict Cumberbatch qui pour le film a fait prendre vie en motion capture au dragon Smaug. Le grand Richard Armitage le royal Thorin Oakenshield qui crève l’écran.. Avec Gandalf et Legolas qu’on retrouve dans les deux trilogies. La délicieuse Tauriel incarnée par Evangeline Lilly (Lost), elle me fascine et me fait toujours autant rêver..
    Le côté épique, l’action et sa narration qui sont toujours bien mise en place, La grandeur est là et ceux qui sont là pour ça ne seront pas déçus. Personnellement si j’aime le fait que la bataille soit le gros de ce final qui reste d’une beautée resplendissante. Se sont ses petits moments de calme ou l’émotion prend tout son sens que je préfère ex; ( discussion entre Tauriel et Kili quand il lui montre son talisman dans la désolation de Smaug) je trouve ce moment présent avec la musique derrière fabuleux. Cet opus n’y parvient pas aussi bien qu’il le faisait et pour un final, pour une si belle trilogie quand on le voit de son ensemble c’est quand même quelque peu une déception même si je suis admiratif de sa passion pour l’oeuvre originale que j’ai lu, et son travail remarquable.
    Ce final pour ce petit manque m’a laissé sur ma fin. Dans mon coeur résonnera cependant à jamais Peter Jackson comme grand héritier de Tolkien qui nous aura livré 2 trilogies pleine de promesses et de rêves.

  17. Un bon film …sa va c’était pas mal!!
    Mais un peu trop de bastons à mon gout!

    j’ai préféré la première heure et les 30 dernière minutes!

    Au bout d’un moment la bataille m’a saoulé…!

    C’est pas possible! peter jackson a des problèmes de sous!! il faisait du bien meilleur travail il y a 13 ans dans tous les domaines… là tout est en image de synthèse…! c’est dommage ! sa décrédibilise beaucoup! et sa ce voie beaucoup!!
    c’était une bonne trilogie tout de même!

  18. Vu hier soir et j’ai vraiment aimé. Bien sûr, il souffre de la comparaison avec son grand frère, et c’est dommage car si c’était cette trilogie qui était sortie dans les années 2000, les gens l’auraient autant encensé que celle du Seigneur des Anneaux.

    Le « tout » numérique peut un peu gêner par moment, on sent qu’il manque pas mal de scènes, et c’est d’autant plus bête d’avoir montrer ces scènes dans les trailers (Bilbo suru n chariot poursuivi par un Warg sur la glace par exemple ?) donc pour vraiment me faire un avis définitif j’attendrai de voir les 3 en versions longues.

    Mais les films de PJ restent quand même ce qui se fait de mieux dans le genre, même lorsqu’ils ne sont pas au meilleur de leur forme et rien que pour ça, on peut lui dire merci. 🙂

  19. Ca n’arrête pas, un brouhaha.

    On ne s’ennuie pas c’est sûr, pas de soucis à ce niveau mais de mon point de vue des scènes qui se veulent impressionnantes, un rythme qui se veut soutenu et nous laisser bouche bée, des séquences émotions qui souhaitent nous serrer la gorge… c’est raté par chez moi.

    Il fait parti, et sans surprises, de certaines grandes dernières productions qui laissent un goût amer. Je pense également que c’est un problème de dosage. Difficile de passer à côté de la trilogie initial en terme de comparaison. Les nains sont devenus des bêtes de foires dont on oublie facilement les noms, les ennemis sont souvent surdimensionnés et sortent tous d’un pc… Les batailles sont bien là oui ! ..mais tellement édulcoré que le rendu est fade.

    Certains disent: « on l’attendait trop », personnellement je ne l’attendais pas du tout et ça ne m’a pas empêché d’être déçu. Après les deux premiers difficile d’imaginer un coup de maître, les mauvaises habitudes ont collées aux baskets de PJ.

    Il y a pourtant du bon, je suis très dur lorsque je n’ai pas aimé un film, mais des scènes ont tout de même remportées leur parie, des acteurs ont fait un bon travail,l’univers toujours agréable à l’oeil.

    En résumé on a l’impression que le film est toujours pressé d’atteindre la scène suivante, et cela affecte celles qui sont plus calmes. Le tout numérique est de plus en plus lourd à supporter, et la « fausse violence » des combats à mort couplée à une ambiance globalement rassurante, cassent définitivement l’identité mature que l’on adorait il y a une décennie.

    Ce n’est que mon avis 😉

  20. En même temps, c’est adapté d’un conte pour enfants (si, si), le ton ne pouvait pas être trop adulte ou sombre.

    Après, je suis d’accord avec toi et sur l’avis de M. LTH sur quelques points : le manque d’ampleur général au détriment des bastons individuelles, le trop plein de numérique (qui casse un peu la magie des images et des décors naturels),le coté j’en-mets-plein-la-vue qui fait oublier la grande aventure qu’est celle de Bilbo, etc. C’est d’autant plus dommage que cet esprit d’aventure était bien présent dans les deux premiers volets et qu’il passe ici complètement à la trappe ici. Alors oui, c’est la guerre, mais dans ce cas-là ils auraient pu justement plus mettre l’accent sur la guerre et ses enjeux, plutôt que se focaliser sur les destins croisés de chaque personnage. Là, y’a un trop plein de persos, de cascades, d’affrontements éparpillés, qui nous font perdre de vue le conflit central.
    C’est d’autant plus dommage que les rares plans mettant en scène les différentes forces en présence sont réussis et ne manquent pas de classe. Pourquoi ne pas en avoir mis plus ? D’ailleurs au passage, où sont passés les 5 factions ? Dans le bouquin, on avait bien : les elfes, les humains, les nains, les aigles et les wargs. Il manque pas une race ici ? Et d’ailleurs, même en ce qui concerne les aigles, on les voit 5min à tout casser, mais pas de quoi mériter une apparition ce titre un peu mensonger, du coup…
    Alors après, je sais que c’est pas le SDA non plus, que les ambitions et que le ton même des films ne sont pas les mêmes (on avait avec la première trilogie une épopée guerrière qui se finissait en guerre pour le monde libre, ici il s’agit d’un conte enfantin, non dénué d’aventures et d’escarmouches, dont la guerre finale n’est qu’une des nombreuses péripéties du voyage : ce n’était pas une finalité en soi dans le roman).
    Le public et la façon de raconter l’histoire ne sont pas les mêmes et il est normal qu’on retrouve ce coté « bon enfant », un peu édulcoré – là où le SDA se devait d’aller jusqu’au bout de son propos, avec gravité et solennité.

    Là n’est pas le problème, mais encore une fois P. Jackson semble avoir trop morcelé son récit et ce 3e opus souffre d’un gros défaut de rythme : l’affaire Smaug est torchée en un quart d’heure et on enchaine sur la guerre, qui est le moteur principal du film, mais pourtant celle-ci n’est pas vraiment filmée en tant que telle. Sans compter les petites intrigues annexes, certes jouissives (Dol Guldur), mais qui n’apportent rien hormis préparer le terrain pour un SDA, dont une part de la menace « invisible » qui s’y profilait lentement perd du coup une bonne partie de son intérêt.
    A force de générosité et de vouloir trop expliciter les choses, P. Jackson se tacle lui-même d’une trilogie à l’autre. Pas sûr que regarder Bilbo et le SDA à la suite soit une bonne idée, tant il y a d’éléments récurrents et de faux mystères (qui du coup, ne sont plus mystérieux du tout lol).
    Et je reviens une minute sur Smaug : pourquoi nous faire planer une menace indicible sur sa vengeance à la fin du second opus, si c’est pour le faire apparaître « en guest » sur cet épisode et le faire crever en deux-deux, comme un mauvais méchant de série b ?
    Dans ce cas-là, il aurait fallu ne pas faire de cassure et enchaîner directement le départ de Smaug de la montagne solitaire à la destruction de Dale (puis sa mort) à la fin du deux ; ça aurait été plus logique et aurait permis à ce dernier épisode de se focaliser uniquement sur la bataille des 5 – allez, 4 et demi – Armées.
    Bref, découpage mal pensé, mauvais agencement des séquences et du coup, un rythme d’ensemble déséquilibré, si bien qu’à certains moments le temps me semblait long et au contraire, certains passages m’ont paru à peine survolés. Peter Jackson donne l’impression de ne plus savoir comment remplir les trous de son scénario, qui à force de broder autour de ce conflit et de ses personnages, ne raconte plus grand-chose, hormis une bastonnade géante de 2h30, qui manque singulièrement de souffle épique et du gravitas majestueux de son aîné.

    Après, tout n’est pas à jeter et le film trouve des qualités dans ses défauts. Par exemple, s’il est vrai que la guerre est ici en retrait, certains personnages ont leur moment de bravoure : ainsi, LA scène avec Legolas lorsqu’il affronte Bolg est clairement jouissive, le Bard vs. Troll est fun à souhait et le combat entre Thorn et Azog, bien que traînant un peu en longueur, est à la hauteur des espérances.
    Pareillement, la scène avec les Conseil Blanc est l’une des plus réussies et jubilatoires de la trilogie (voire des deux lol eh oui, je suis comme ça, moi !). J’a bien aimé aussi, petits détails qui semblent anodins, mais participant néanmoins à l’enrichissement de la mythologie, les montures des chefs d’armée de chaque clan ou nouvelles créatures : cerf énorme aux bois majestueux pour les elfes, porcs (?) de combat pour les nains (mais étonnamment crédibles) et aussi ces espèces de super-bouquetins(lol) ou de « mangeurs de terre », que je m’attendais pas à voir là…
    Bref, plein de petits ajouts à mettre au crédit de Peter Jackson et de son équipe, qui ont fait ici un joli travail de fond (encore une fois) sur les Terres du Milieu. Et si, effectivement, on a droit à beaucoup (trop) de CGI envahissantes même pour les figurants, il faut voir le soin apporté au design des costumes, armes et accessoires (l’armure d’Elrond m’a juste rendu ouf lol entre autres).
    Bref, je le disais plus haut, le réalisateur est toujours aussi généreux envers ses fans. Là-dessus y’a pas à tortiller.

    C’est juste dommage que dans sa soif de vouloir nous offrir à nouveau une aventure bigger than life, tout en se pliant aux diktats du blockbuster moderne (trilogie oblige, tout numérique, utilisation systématique de la 3D là où il y en a pas toujours forcément besoin), Mr. Jackson se soit parfois fourvoyé dans son cahier des charges et dans l’équilibrage de son scénario – par moments plutôt bancal. Mais que l’on se rassure : le spectacle et le plaisir sont toujours là, forcément plusieurs crans en-dessous du modèle original (je parle bien du Seigneur des Anneaux, oui, pas du bouquin Bilbo lol), mais avec néanmoins la marque de fabrique de son auteur et une sincérité toujours intacte.
    Cette trilogie-là ne marquera peut-être pas le cinéma comme l’a fait la précédente, mais on se rappelera toujours avec plaisir les aventures de Bilbo en Terres du Milieu en compagnie de ses amis nains. Quelques plans et images iconiques nous rappellent bien que nous sommes chez Tolkien et que Jackson possède toujours la même ferveur en transposant son univers à l’écran.
    Pour tout amateur de fantasy, d’évasion et de cinéma, c’est déjà énorme ! 🙂

    Après, je suis dubitatif quant à un retour des Terres du Milieu à l’écran : les droits des autres écrits de l’auteur ne seront pas débloqués avant plusieurs décennies et vu que la Tolkien Society n’a pas du tout aimé ce qu’en a fait Jackson, il y a fort à parier qu’on ne voit pas de nouvelles adaptations de cet univers au ciné avant bien bien longtemps…
    Et pis le Silmarillion sur grand écran ? D’accord c’est un fantasme, mais tellement improbable (et infaisable) d’un point de vue technique/logistique ou même chronologique (rappelons que le corps du Silmarillion se déroule sur plusieurs millénaires, plusieurs âges et des centaines de personnages) qu’il faudrait au moins une dizaine de films différents pour ne raconter que la moitié des récits épiques qui forment cet ensemble.
    Jackson aime peut-être les défis, mais même celui-ci me semble au-dessus de ses ambitions lol

  21. Je viens de le voir en imax 3D et c’est le meilleur des 3 sans contestation possible.

    Cependant, j’ai l’impression d’avoir vu au ciné une ébauche de film et non un film complet.

    les duels ont pris trop vite la place de la seconde partie de la bataille et on ne sait pas ce qui se passe pdt ce temps là, les elfes se sont retirés ou pas et que font-ils?
    On ne les voit presque pas dans la bataille.
    comment font les nains pour se défendre alors qu’ils sont tres inférieurs en nombre?
    Je ne parle pas de Beorn.

    j’attends beaucoup de le version longue, j’espère qu’elle comblera tous ces manques.

  22. Du bon, du pas bon, du épique, du trop épique. Beaucoup de chose à penser de cet opus.
    Déjà on sent, indubitablement, que 3 films, c’était définitivement trop … Le film parait court, et qu’il s’y passe peu de choses. Et c’est vrais …
    Beaucoup de coupes (Thranduil ou l’infiltration de Bilbo), de WTF (Spider-Legolas), de trucs moches (les elfes, super ratés).

    Mais ya aussi du bon. Les réf au Silmarillion, la bataille et les duels puissants. Richard Armitage qui est … génial !
    Au final tout s’embranche plutôt bien, surtout le raccord final.
    La saga du Hobbit se termine sur une note plutôt positive, malgré de nombreux couacs qui gâche un peu le tout …

  23. J ai été préparé psychologiquement aux vu des critique en dent de scie. et donc dans l état d esprit de le prendre pour ce qu il est c est a dire une sorte de BONUS de luxe pour ceux qui souhaitaient revenir en terre du milieu et regouter le souffle épique de la fin de l ancienne trilogie avec un plaisir coupable..

    plaisir coupable certe mais ça reste très honorable et bien au dessus du blockbuster moyen.

  24. Entièrement d’accord avec la critique jusques dans les moindres détails.
    Lorsqu’on enlève les duels à n’en plus finir, les créatures en image de synthèse qui sonnent 100% faux, Legolas et la romance avec Tauriel, il ne reste plus grand chose, mais ce qui reste est excellent.
    Le film demeure trop long, trop agité, plein de fautes de goût. A voir en blu Ray chez soi un jour de pluie …

  25. je trouve que c’est bacclé comme fin par rapport au seigneur des anneaux!

    la bataille ce fini en 2 temps 3 mouvements, les aigles qui débarquent de je ne sait où…, qu’est ce qu’elle devient l’arkenstone?? c’est bard qui l’a toujours dans sa poche??
    Qu’est ce qu’ils deviennent les nains? balin est mort dans la moria 60 ans plus tard! pourquoi? il n’était pas bien dans la montagne solitaire?
    Les hommes qu’est ce qu’ils deviennent? ils vont squatter chez les nains?

    Il y a juste la fin pour bilbon qui est expliqué pour que sa rejoigne « le seigneur des anneaux »!

    La première trilogie 10/10! la seconde 6/10

  26. Eh bien! J’ai bien rigolé! J’ai pris ce film pour ce qu’il était, un quasi-navet boursoufflé, et du coup j’ai pu en sortir quelques éléments qui m’ont plu, comme la scène finale, très juste et à mon sens peut-être une des meilleures scènes de la double-trilogie.

    Cela étant, le film est grêlé d’absurdités, d’incohérences, de facilités, de coupures incompréhensibles, de fan service plus ou moins bien géré, de gâchis et de FX approximatifs malgré des characters design plutôt bien fichus.

    Pour moi, seul comptera le Seigneur des Anneaux. Et. C’est. Tout.

  27. Perso je pense que les versions longues du Hobbit ne peuvent que faire souffrir les 3 films : tous trainent déjà en longueur dans leurs versions cinéma à certains moments de l’intrigue.

    • Mais puisqu’elles seront longues, on pourra les voir au rythme qu’on veut, comme pour les livres, c’est ça qui est bien (voir 16 coms plus haut).

LAISSER UN COMMENTAIRE