Solo – A Star Wars Story : La Critique du film + VOTRE AVIS !

67

N’ayant pas l’attrait d’un épisode numéroté, Solo : A Star Wars Story se doit de briller pour justifier son existence auprès du grand public. Si la production chaotique du blockbuster a laissé quelques traces, c’est loin d’être la catastrophe annoncée. Sur un scénario développé avant même le rachat de Lucasfilm par Disney, Ron Howard livre un film classique, à mi-chemin entre la Trilogie et l’Univers Étendu (ancien et nouveau), qui ne pourra qu’intéresser les fans. Réussi dans les grandes lignes, ce Solo : A Star Wars Story dispose de bons personnages, de scènes d’action efficaces et de chouettes références. Malheureusement, le soufflet retombe lors du troisième acte. Frustrant !

Pour commencer, voici un scoop. Harrison Ford a 75 ans. Il ne peut pas jouer le jeune Han Solo, la technologie du rajeunissement numérique n’étant pas encore au point. Et le clonage est interdit. Il faut donc accepter le fait qu’il ne peut pas être remplacé. Il n’a pas à l’être. Mais il est vrai que contrairement à Mark Hamill et Carrie Fisher, dont l’image a peu évolué dans l’inconscient collectif, Ford fait partie du ‘paysage’. Pour contourner ce problème, Alden Ehrenreich joue un Han Solo différent. Gentil. Optimiste. Charmeur. Et dans ce rôle différent, Ehrenreich est bon, avec ce qu’il faut de mimiques caractéristiques pour coller au personnage, sans tomber dans l’imitation.

Autour de lui, de (trop) nombreux humains. Sans surprise, Donald Glover tire son épingle du jeu. Il était bien sûr né pour reprendre le rôle de Lando Calrissian. Rares sont les acteurs capables de porter des chemises bariolées en plein milieu d’une bataille sans paraître ridicule ! Dans le rôle de la traditionnelle brunette, nous retrouvons la charmante Emilia Clarke. Du début à la fin, Qi’ra reste une figure mystérieuse, difficile à cerner. Le couple qu’elle forme avec le jeune pilote a ceci d’intéressant qu’il est déjà formé. Par conséquent, les deux tourtereaux ne passent pas deux heures à se tourner autour, ce qui est relativement inédit à l’échelle à la saga. Enfin, en mentor, Woody Harrelson fait du Woody Harrelson. Pour ne rien arranger, son Tobias Beckett est transparent. Reste Chewbacca (Joonas Suotamo), dont la relation avec Han Solo est finalement moins centrale que prévue. Il y a de beaux germes. Point positif, le Wookiee n’est pas cantonné à un rôle comique, la place étant prise par un droïde plein de surprises, L3-37 (Phoebe Waller-Bridge).

Les premières minutes de Solo : A Star Wars Story font peur. On distingue les restes du travail de Phil Lord et Christopher Miller (La grande aventure LEGO), ceux d’un film moderne, pas très Star Wars, dans la lignée des Gardiens de la Galaxie. Mais rapidement, Ron Howard reprend le dessus. Sans l’ombre d’un doute, retourner la quasi intégralité du blockbuster était la chose à faire : cela permet d’éviter la création d’un long métrage Frankenstein. Entre deux scènes d’exposition bavardes, les scènes d’action brillent par leur efficacité. Des courses-poursuites intenses. Une attaque de train d’une grande lisibilité. Un raid de Kessel visuellement magnifique. Et…

Le soufflet retombe complètement dans les quinze dernières minutes, sur une planète fade avec un méchant fade. Qui a validé ça ? C’est tellement frustrant, d’autant que le reste tenait plutôt bien la route ! Il manque donc un méchant charismatique à ce Solo : A Star Wars Story. Et le pire, c’est que cela aurait pu être évité. Dryden Vos est la victime visible des reshoots. Initialement, ce baron du crime était un extraterrestre félin incarné par Michael Kenneth Williams. A la place, nous avons un Paul Bettany à l’accent british très prononcé et vaguement balafré. Aucun intérêt.

Comme Rogue One : A Star Wars Story, Solo : A Star Wars Story est un pur bonheur en terme d’univers. Des planètes nombreuses et peuplées. Le retour d’extraterrestres ignorés par la Postlogie. Des hommages au défunt Univers Étendu. Et une scène qui va faire couler beaucoup d’encre numérique. Une scène qui confirme que tout est lié dans l’Univers Officiel Star Wars. Une scène que je pensais précisément ne pas voir. On aurait presque envie de dire que les réactions à cette scène vont déterminer une petite partie de l’avenir de [l’Univers Cinématographique Marvel]. Lucasfilm ose ! A suivre… et c’est bien le problème. La fin de Solo : A Star Wars Story laisse un goût d’inachevé. C’est comme si la promesse des Star Wars Stories était rompue. Traduction : la fin est plutôt ouverte.

Cela aurait pu être mieux, cela aurait pu être pire. Compte tenu du contexte, Solo : A Star Wars Story est un blockbuster satisfaisant, malgré un dernier acte frustrant. Nous sommes loin de la montée en puissance de Rogue One : A Star Wars Story. Mais les personnages principaux sont attachants et les morceaux de bravoure réussis. Même la partition de John Powell – avec un thème original composé par John Williams – se distingue, avec le retour attendu des chœurs. Loin d’être une succession de clins d’œil appuyés à la caméra – il y a une étonnante retenue à ce niveau-là -, Solo : A Star Wars Story ajoute des légendes à la légende. Et le fait ‘bien’.

————————————————–

Solo : A Star Wars Story de Phil Lord et Christopher Miller, Ron Howard sort en France le 23 mai 2018, avec Alden Ehrenreich (Han Solo), Joonas Suotamo (Chewbacca), Donald Glover (Lando Calrissian), Emilia Clarke (Qi’ra), Woody Harrelson (Tobias Beckett), Thandie Newton (Val), Phoebe Waller-Bridge (L3-37) et Paul Bettany (Dryden Vos).

67 COMMENTAIRES

      • ai dis « passé un bon moment ».. x)
        ça ne veux pas dire que je ne serais pas objectif.
        regarde Suicide Squad.. c’est nul et raté.. mais je passe un bon moment devant xD

        • « …c’est nul et raté.. mais je passe un bon moment devant » : Etrange comme réaction! ça fonctionne pas chez moi ce genre de feeling…ou bien, c’est du troll!??

  1. Enfin un film Star Wars qui ne se moque pas de ce qui se fait à côté, ça fait plaisir. Avec Rogue One c’est bien les seuls à tenir compte du reste de l’univers officiel.

    Cette fameuse scène m’intrigue tellement.

    SPOIL POTENTIEL ?

    J’ai lu ailleurs qu’elle était liée à un des récits fondateurs du nouvel univers. Rien que ça me donne vraiment envie de le voir.

      • Peut-être plutôt une des premières histoires à avoir été publiée mais laquelle ?
        Les ruines de l’Empire ? Aftermath ? La série Star Wars Marvel ?
        J’arrive pas à voir ce qui pourrait être lié à Solo ^^ Peut-être Lando de Charles Soule…
        Mine de rien, ils m’ont hypé avec cette histoire ^^

        • Je pense ala série star wars de base ou ont découvre que han avait une fausse femme pour un coup monter qui rencontre nous héros dans le comics et qui a l’air d’etre dans le film (pas kira)

          • Si c’est ça c’est ce que j’attendais à l’annonce de Thandie Newton au casting mais elle joue un autre personnage apparemment. Mais ça collerait avec ce que dit M. LTH sur la scène qu’on n’attendait plus de voir dans le film ^^

  2. Eh ben cette critique a réussi à me redonner un peu d’intérêt pour le film (jusque là, la seule chose qui m’aurait poussé à aller le voir, c’est la présence de Donald Glover au casting).
    Pour ce qui est de la fin « ouverte », c’est peut-être lié au fait qu’Alden Ehrenreich aurait signé pour 3 films…

  3. yep, en sachant qu’il y’aura le film sur Lando probablement..
    le 3ème a voir.. ses affaires avec Jabba peut etre mais ça ferais trop rapproché de SW IV.. :/

  4. Toujours pas envie de faire l’effort d’aller le voir au ciné. Bon mais LTH a piqué ma curiosité en parlant de LA scène.
    Bon allez si un pote me propose je dirais pas non.

  5. Malheureux… Utiliser le mot ‘bien’ pour ce film ??!! N’avez-vous toujours pas compris que les divers types d’analystes (surtout ceux qui sont « dématérialisés ») ne jurent plus aujourd’hui que par l’Inédit total – mais circonscrite à leur seule mémoire et expérience personnelle de cinéphile – et à l’Excellence, voir même, la Radicalité ? À base de critères uniquement subjectifs et ultra précis et perfectionnistes, limite « fachistes » ?
    Je suis sincèrement Désolé, mais un film qui semble « n’être qu' »un bon divertissement très ouvert, sans enjeux méga capitaux ni de scènes cultes qui vont complètement vous retourner la tête… Perso je me mettrais la tête dans la sable pour mieux apprécier ce film tellement ils va se faire démonter à droite à gauche. Et par une majorité prenant Star Wars si au sérieux qu’on a l’impression que c’est l’avenir du Cinéma, et même du Monde, qui est en jeu… avec ce qui reste une saga d’aventure pour toute la famille, depuis toujours. Prendre un peu de Plaisir Cool au cinéma, « Quelle Horreur !!! »
    Au moins, on a une photo de Bradford Young qui a l’air très belle… Pourquoi aucune référence là-dessus LTH ? L’esthétique n’est-elle pas assez marquante pour être signalée ?

    • Wow comme je suis d’accord avec le fond de ton propos. Il y a d’autres choses sensées être incontournables aujourd’hui, comme l’obligation d’être 100% épique, à la mesure des « cultissimes » produits d’avant, en même temps innovants, sans déjà-vu mais avec des références et hommages obligatoires, subtils et hyper profonds…

      Je pense que le popcorn au cinéma devrait être interdit si on a la prétention de n’apprécier que ce genre de film. Et le costard de rigueur.

  6. Star Wars me gave a cause de Disney qui fait n’importe quoi, ils vont faire quoi avec les personnages 4 Fantastiques et X-Men ça fait peur, au lieu de créer, on nous rabat la tête avec des licences qui ont déjà fait leurs preuves, j’appelle ça du recyclage, se faire du fric sur les mêmes films encore et encore, même revisités devient lassant et Hollywood est lassant, je trouve que l’industrie tourne en rond, il y a des réals qui ont de bonnes idées, mais on ne leur donnent pas la chance d’y arriver.
    Créer d’autres univers, d’autres personnages, faire rêver les gens bordel et non refaire les mêmes films.

  7. Je suis pas vraiment convaincu, d’autant plus que les critiques presse ne sont pas joyeuses, il n’y qu’a voir les titres:
    Le Point :  » y a-t-il un pilote dans le Faucon ? »
    Le Temps : « une franchise dans le vide intersidéral »
    Le Monde : « Han Solo dans le vide stellaire »
    Le Figaro : « Réussite d’un nanar intergalactique »
    Le dernier film Star Wars que je regarderai, ce sera l’épisode IX. Après, je pourrai faire mes adieu à cette franchise que j’adorais et qui a finalement été passé à la moulinette consensuelle de Disney.

  8. Bon, je ne peux même pas dire ce que j’en attendais, si j’avais peur de la catastrophe industrielle ou si j’en attendais beaucoup, quoiqu’il en soit, j’ai A-DO-RE et malgré le tumulte qu’il y a eu lors de la production, ce n’était pas franchement évident. A cela s’ajoute que j’ai bientôt 34 ans et que ça fera bientôt 30 ans que Han Solo est un de mes personnages favoris.

    Premier point fort, les Kasdan, le travail d’écriture montre à chaque seconde l’amour et la connaissance qu’ils ont pour le personnage le plus cool de l’Histoire du cinéma. Ensuite, il y a l’homogénéité du film où, contrairement à « Justice League », il n’y a pas de différences flagrantes de tonalité durant le long-métrage. Pour finir, si Han Solo se taille la part du lion, la qualité du film est de rendre immédiatement sympathiques les personnages à l’image de l’alien campé par Jon Favreau ou le droïde L3 mais aussi les humains Woody Harrelson, Emilia Clarke et bien sûr Donald Glover qui est parfait en Lando. Enfin, si le film se permet quelques thématiques assez sérieuses (SPOILER SPOILER SPOILER notamment au début quand Han est un soldat de l’Empire SPOILER SPOILER SPOILER), il est globalement très fun et les scènes d’action sont toutes excellentes et le film est visuellement très beau.

    Bref, je m’attendais pas à aimer autant, mais Ron Howard et les Kasdan père et fils ont pour moi globalement réussi cette mission impossible. 5/5

  9. Je viens de sortir de la séance et mon impression est pas si mauvaise. On dirait en fait le récit d’une aventure d’un roman de l’univers étendu, avec son lot de caméos, de références parfois maladroites, de créatures exotiques et de planètes. La photographie est globalement sombre, ce qui est assez dommageable pour la compréhension de certaines scènes. Il y a de vraies maladresses, notamment dans l’arrivée des principaux attributs de Solo (son nom par exemple….). Je trouve vraiment sympa les liens avec l’univers Legends et The Clone Wars, ainsi que les premières références à la prélogie et l’univers étendu pré-prélogie. Le jeu des acteurs est pas terrible, en particulier pour Emilia Clarke. D’une manière générale, ce n’est pas un film pour quelqu’un qui ne connaît rien d’autre que les films originaux.

  10. Peu enthousiaste à l’annonce de ce 2ème Star Wars Story centré sur un personnage en particulier, je suis devenue carrément sceptique concernant le résultat final suite à ses problèmes de production. Néanmoins, cela reste Star Wars, univers ciné que j’affectionne le plus. Verdict.

    Effectivement Solo n’est pas la catastrophe annoncée, mais il reste pour moi décevant en tant que film Star Wars. Oui on prends du plaisir à retrouver les personnages de Han, Lando et Chewbacca qui malgré le recast sont convaincants, certains nouveaux personnages comme Beckett ou L3 sont intéressants, d’autres moins. Globalement le film manque de souffle épique ou de ce genre de scène qui avec à la musique vous colle des frissons. D’ailleurs la musique n’est pas spécialement marquante. La fin du film est assez décevante avec un ennemi plutôt caricatural et certains pseudo-rebondissements (retournements) incohérents. La romance qui sert de prétexte à cette épopée galactique n’était pas franchement nécéssaire et pour moi dessert le film et le personnage de Han. Quand au twist final je suis très déçu mais j’y reviendrai dans un autre article. Au final Solo est un film (seulement) correct, surement le moins bon de toute la saga, contrairement à Rogue One qui était pour moi très bon, j’espère que Lucasfilm redressera un peu la barre pour les prochains spin-off.

    PS : cette fois pas de débat HAN SHOT FIRST !

  11. « un pur bonheur en terme d’univers »
    Je n’aurais pas mieux dit ! J’ai vu le film ce matin et son principal point fort est le dépaysement qu’il apporte. Nouvelles planètes, nouveaux personnages, mais aussi et surtout nouveaux milieux, nouvelles ambiances et nouveaux enjeux (Rogue One gardait les grands enjeux de lutte contre l’oppresseur propres à la Trilogie, ici Solo se concentre sur les ambitions et décisions de son protagoniste principal, plus terre-à-terre mais rafraîchissant).

    Comme l’a dit Miju plus haut, on a l’impression de voir adapté un roman de l’univers étendu, une « petite aventure sympa ». Ça ne fera pas de Solo le Star Wars du siècle, mais c’est suffisant pour offrir un film agréable à regarder, et celui-ci m’a très bien transporté !
    Comme quoi j’ai bien fait d’ignorer les cancans qui ont prédit une catastrophe cinématographique à chaque nouveau rebondissement sur le développement du film. Alden Ehrenreich n’essaie pas d’être une copie carbone d’Harrison Ford et s’en tire TRÈS bien ! Ron Howard se débrouille bien à la réalisation (bien que l’image soit très sombre la plupart du temps) et je n’ai pas eu l’impression de voir un film rafistolé. A certains passages j’ai quand même cru reconnaître la patte de Chris Miller et Phil Lord, avec un humour que j’ai trouvé un poil trop lourd (ex : Yan Solo qui grommelle un semblant de wookie, ou L3 qui fait son « truc » devant la grille). Comme quoi le changement de réal était peut-être pour le mieux. On ne sera jamais sûrs.

    Mentions spéciales pour :
    – Donald Glover, absolument PARFAIT sous la cape de mon personnage préféré de la saga : Lando.
    – La dynamique Yan-Chewie. D’ailleurs notre brave wookie n’a jamais été aussi bien mis en valeur.
    – L3, droïde un peu inutile à l’intrigue mais très sympathique et attachant.
    – Les multiples petites références subtiles à l’univers étendu.
    – Le raid de Kessel en 12 parsecs, très grand moment de bravoure très bien accompagné à la musique.
    – La petite révélation finale, gratuite mais très surprenante et logique si on connaît et considère l’univers étendu canon.

    J’espère une suite à ce spin-off, qui nous montrerait les fameux « exploits à la bataille de Taanab » dont Lando se vante dans le Retour du Jedi.

  12. Vu en 3D… A éviter.
    ça rend les images trop sombres et franchement ça gâche le plaisir.
    Pour le film… Bon, je me suis ennuyé.

  13. Vu ce soir. C’était un film sympathique je dirai, il ne casse pas 3 pattes à un canard, il ne marquera pas l’histoire je pense, mais il est plutôt cool. Han n’est pas mon personnage préféré de cet univers, et j’avais aucune attente concernant ce film mais finalement je ne me suis (presque) pas ennuyé ce qui est plutôt positif.

  14. VU
    Premiere moitiée de film :
    -epique par moment
    -bien réalisé
    -belle photo
    -acteur qui fait le job
    -dépaysement
    -une vrai impression de découverte et d aventure
    -tu sents que c est le merdier dans la galaxie, une anarchie sous-jacente de l ordre « apparent » représenté par l empire

    Deuxieme moitier du film :
    -Le soufle retombe
    -des longueures inutiles
    -l arc autour de Lando et du Faucon telement téléphoné ils ont fait aucun effort
    -le méchant campé par Paupaul beta est anecdotique
    -le personage de solo beaucoup trop lisse (je ne parle pas de l acteur mais de l ecriture)
    -un cameo de fin surprenant mais qui fait forcé, pièce rajouté pour un perso aprécié du publique

    PS / une put*n de scene bien génante, bien WTF entre Lando et L3 .. gros malaise pour moi perso

    pleins de choses trop appuyés ou ajoutés de maniere méchanique pour montrer « oh regarde pourquoi Solo est devenu comme si » « oh regarde comment il s est procuré tel objet » … c est pas fluide ou inseré subtilement
    Pas vraiment d humour, meme pas un petit coté budy movie pour chewi+solo … (duo un peu trop sérieux)

    Bref la moyenne. Ya du bon du tres bon du moyen et du mauvais (le bon et le tres bon étant dans la premiere heure)

  15. Solo : A Star Wars Story est naze, mal branlé, rushé à mort, oubliable, inoffensif…

    Mais même si je le descend, je ne le fais pas de gaieté de cœur. Ce n’est pas de la déception ni du dégoût. C’est de la pitié. Car malgré les défauts rédhibitoires, beaucoup d’idées sont valables et intéressantes.

    Le film propose une histoire qui se diversifie (du braquage, infiltration, course-poursuite, western, scène de tension), encline à jouer avec son spectateur. Ca aurait pu donner quelque chose de dingue si ça avait été mieux maîtrisé ! Le trop bref passage dans l’enfer d’une guerre aux premiers jours de l’Empire, en mode Starship Troopers ( »Serve your Empire, son ! ») montre que les Rébellions ne déconnaient pas à l’époque, et me fait rêver d’un film sur les stormtroopers. Le pauvre Solo est perdu au milieu du feu, des tirs et des carcasses de métal des AT-AT rugissants ; tandis que son mentor Beckett flingue avec classe, et surtout détermination, en sortant d’une tranchée. Ca envoie du rêve !

    Avare en vannes, le film évite le tout-humour, habituelle tare de Disney, alors qu’il se dirigeait pourtant vers une comédie avant d’être (heureusement?) réecri.

    Les nouveaux personnages ont quelque chose d’intéressant. Beckett est un vieux badass contraint par les dettes qui ne veut que rentrer chez lui pour jouer du valacorde. L3, si elle a des réactions bien trop humaines pour un droïde normalement constitué, est drôle dans son obsession de réclamer des droits égaux pour les robots (je sais, je sais…Ca fait SJW, mais c’est utilisé d’une telle manière que ça ajoute un détail intéressant à l’univers, et c’est suffisamment en retrait pour ne pas devenir lourd). Qi’Ra, si elle ne brille pas par son développement, a au moins le mérite d’avoir de l’ambiguïté. Dryden Vos a du charisme en baron du crime, chaleureux mais prompt au pétage de câble. Dommage de ne pas lui avoir donné un aspect félin comme c’était prévu à la base. Et surtout de lui accoler le nom de famille de Quinlan Vos, l’un des Jedi les plus intéressants de feu l’ ancien Univers Étendu, alors que les deux personnages n’ont aucun rapport (une nouvelle preuve que Disney crache sur les Legends…). Sans parler d’Enfys, meilleur perso du film, un capitaine pirate totalement stylé et surprenant. Son thème musical l’est tout autant, m’ayant rappelé les sons les plus tribaux de NieR ! La musique est d’ailleurs assez présente dans le film, et plutôt inspirée !

    Mais voilà…Tout est rushé ! Tout va trop vite !

    D’une, les personnages. Si je viens de lancer des fleurs aux nouveaux, il faut avouer que leur rôle se borne surtout à être des fonctions plus qu’autre chose. Tous sont fait pour faire avancer l’intrigue et guère plus…Et que dire des anciens ! Vous voulez un développement de l’amitié entre Han et Chewie ? On va garder ça pour la suite ! Ils ont si peu d’interactions entre eux que s’en est criminel. On retiendra seulement la scène de leur rencontre, plutôt bien trouvée, même si elle est gâchée par des trucs débiles :Han aurait pris wookie en LV2 au collège, fait passer Chewie pour un con et l’Empire pour des incapables…
    Vous voulez plus d’interactions entre Han et Lando ? Il faudra repasser. On comprend à peine pourquoi ils sont devenus potes. Tout ce qu’on sait c’est que Lando baise avec des droïdes…(oui ça fait encore SJW, mais dans l’univers de Star Wars, ce n’est pas si surprenant finalement).

    De deux, le scénario. Prenons le tout début du film. On commence sur Corellia, évoquant les conditions de vie difficiles d’Han et Qi’Ra pour…ne rien en faire. Comment on est censé avoir de la peine pour eux si rien n’est montré ?! Le passage d’Han comme soldat impérial ne sert guère plus qu’à le faire rencontrer Beckett, et à montrer qu’Han est un vrai guedin en contestant les actions impériales, alors que ça aurait été une vraie occasion de lui donner une épaisseur. Ensuite, on enchaîne les péripéties qui ne durent guère plus d’un quart d’heure chacune.

    De trois, l’action. Non seulement elle n’est guère impliquante, elle est molle, générique…Mais en plus elle est rushée. Aucune scène d’action ne dépasse cinq minutes. Si vous avez vu la bande-annonce, vous avez aperçu la bataille sur le train. Plutôt prometteur hein ? Quasi aucune implication. Le croiseur impérial, la grosse bestiole ? Des scènes visuellement belles mais absolument pas percutantes. Inutiles. On a pas eu le temps de poser les enjeux, du coup on s’en bat les couilles. Et nos héros ne semblent jamais vraiment en danger, si ce n’est à la toute fin, qui se réveille un peu. Seul le passage Starship Troopers, et une action très bien filmée de Lando, valent la peine. Même la célèbre partie de « poker » où Han a gagné le Faucon Millenium (d’ailleurs pourquoi ont-ils besoin d’autant se faire chier à trouver un vaisseau à ce stade du film?) est ratée.

    Vous voulez savoir comment réussir une scène de jeu de cartes ? C’est très simple.

    Vous pouvez inventez votre jeu de cartes. Vous en expliquez brièvement les règles au spectateur. Elles doivent être simples à comprendre, mais suffisamment maléables pour pouvoir jouer avec. Et vous créez de la tension à partir de là.

    Ou alors vous pouvez vous baser sur le poker, jeu très connu. Mais vous ajoutez du twist, du suspens, de la manipulation, une incertitude concernant la main des héros.

    Il y avait de quoi faire une partie d’anthologie, comme dans Casino Royale ou le combat contre Daniel J.D’Arby dans JoJo’s Bizarre Adventure…Mais non, Solo se contente de noyer le poisson à base de punchlines plates. Pas de temps pour la développer ? Peut-être. Peut-être que le film veut raconter trop d’événements, et finit par ne rien dire.

    Esthétiquement, il s’en sort quand même avec les honneurs. C’est sale et gris, mais il y a de l’identité (plus que dans la Postlogie?). L’espace réserve parfois de jolis plans. Les aliens sont présents, pas assez, mais ils sont présents. Mais si l’on excepte Kessel, Corellia et une planète que l’on ne voit que quelques secondes, les mondes manquent d’inventivité. Pire, le film se fout de situer son action, criminel pour un Star Wars.

    Mais pire encore, son rapport à la légende est gâché. Je préviens, CE PARAGRAPHE VA SPOILER.
    Si l’acteur s’en tire finalement bien, le personnage de Han est constamment mis verbalement sur un piédestal, alors qu’il ne le mérite pas vraiment. En évoquant toujours textuellement à quel point il est badass, le film échoue sur la règle basique du show don’t tell !
    Même les attributs du personnage sont baclés.
    Vous voulez savoir comment Solo est devenu Solo ? Par une vulgaire nécessité administrative…
    Le blaster ? Offert par Beckett sans cérémonie.
    Saviez-vous d’ailleurs que Beckett avait tué Aurra Sing ? Oui, la chasseuse de Jedi qui se nourrit de la peur…C’est dit au détour d’une conversation comme ça, sans précisions, juste pour rendre Beckett badass. Il ne m’a pas eu l’air assez badass pendant le film pour être capable de tuer un adversaire pareil…
    Et Maul. On annonce sans pression à ceux qui n’ont pas vus les animes qu’il a survécu et qu’il est le chef d’une mafia, alors que l’on voit mal le rapport qu’il entretient avec tout ce bordel. Je ne suis déjà pas fan de l’idée qu’il ait survécu au I, mais si en plus on force le fanservice dans un film où il n’a rien à y foutre…Sans compter que son CV va encore s’allonger alors qu’il est déjà long comme le bras, et que ça semble contradictoire avec ses objectifs finaux dans Rebels. On pourra toujours me dire que c’est un bon moyen d’obtenir des infos et de pouvoir, un jour, renverser son maître ; mais c’est forcé et facile. À la limite, j’aurais préféré que ce soit Palpatine, au moins ça aurait montré qu’il avait la mainmise sur quasiment tout, y compris sur les organisations illégales prétendant échapper au contrôle impérial. FIN DU SPOILER.

    Solo est en train de faire un bide en France, et c’est mérité. Disney s’améliore avec les Marvel Studios, mais s’empire avec les Star Wars. Si Star Wars VIII avait au moins le mérite d’oser (le faire bien c’est autre chose), Solo joue la carte de la sécurité en proposant du classique…Mais le rate…Peut-être le plus mauvais Star Wars à ce jour, mais on le ressent tellement en mode Osef que c’est moins criminel que de rater un épisode des grandes trilogies. Disney n’a pour le moment réussi qu’un Star Wars sur 4 (Rogue One). Un et demi si je suis vraiment généreux avec le VIII. C’est vraiment un ratio pathétique pour une telle saga.

  16. Un bon petit Spin-Off, il révolutionne pas l’univers, mais il fait son boulot, avec de bons persos, des scènes d’action efficace, quelques twists surprenants. Le méchant est complètement oubliable par contre, un méchant alien aurait pas été mal je trouve, pour changer. Certains trucs étaient pas nécessaires comme la « romance » entre Lando & L3.

  17. « Solo » ? Ben alors c’est normal d’avoir un seul réalisateur… 🙂

    Autant on emporte le vent… commencé par George Cukor, continué en grande partie par Victor Flemming, fini par Sam Wood (des bons)…
    Laura, commencé par Rouben Mamoulian, repris à Zéro par Otto Preminger (des très bons)… 2 exemples de chef d’œuvres parmi des myriades ayant eu leurs réalisateurs changés en cours de route, par la volonté du producteur… Alors l’argument du « c’est un scandale, pauvres auteurs etc!!!  » On peut s’assoir dessus un tantinet hein ? Et remercier un petit peu Lucasfilm de leur transparence…
    Ça nous donne surtout une catégorie de films dit « impurs », avec des intermédiaires assez visibles, à l’opposé de ceux dits « purs » et sans présence apparente d’interventions cruciales dans la production, au point de se rapprocher bien plus d’un idéal cinématographique proche de celui des origines. Mais l’une comme l’autre des catégories sont aussi honorables, tant qu’il reste de la volonté dans leurs fabrications respectives.

    Surtout avec un Ron Howard aux manettes, pas que professionnel assez régulier depuis des années, mais aussi ayant des rapports étroits avec George Lucas (un de ses acteurs principaux de American Graffiti, son choix pour Willow)… Et, sans compter ses quelques propres films fantastiques (un seul SF, Cocoon)… spécifiquement les genres Western/Hors-la -Loi, dans lesquel il a tourné (Du sang dans la poussière, Le Dernier des géants ) ou qu’il a réalisé (Les Disparues).
    Ici avec une réalisation globalement basique et actuelle dans l’action, énergique par moments (gros plans sur yeux par exemple), Épique à un seul – forcément l’incroyable Raid de Kessel, osant même y lâcher une créature Lovecraftienne… Stupéfiant !
    Sobre, l’homogénéité étant obligatoirement plus importante, due à la fréquence de sortie de ces films. Fréquence plus courte et donc plus « feuilletonnesque ». Avec, depuis le début de l’Ére Numérique, un mélange entre SF rétro et moderne, qu’on peut ici associer aux deux messieurs Kasdan présents au script: le père (« l’ancien ») et le fils.
    Laisse néanmoins l’impression au pire, d’un film sous-exposé… Au mieux, de se rapprocher plus d’un classique noir et blanc ou bicolore, avec des teintes très intéressantes dans la photographie du talentueux Bradford Young, de plus en plus nuancées au fur et à mesure qu’on avance vers des environnements plus lumineux (comme pour le parcours personnel de Han). Et qui rendent le film un petit peu plus Unique. À bannir, la 3D, j’imagine.
    Fonctionnel dans la narration, les détails historiques à placer étant facilement agencés… qui « La Fille » (il y a toujours une fille)… qui le nom de Solo, qui les potes, qui le Mentor, qui le pistolet, qui le vaisseau, qui le costume de Lando dans le VI (??) etc…
    Avec de temps en temps quelques explications de contexte pour faire en sorte que ça ne soit pas trop gratuit – ainsi le Shoot First y a une certaine gravité.

    Mais surtout le film a beau être un spin-off/prequel, il se pose toutefois dans de mêmes détails narratifs que les précédents films sortis.
    En montrant des enfants esclaves et brutalisés, un peu comme ceux fermant les Derniers Jedi (et le détails des Dés)…
    En nous montrant un Han qui rétroactivement, « matche » encore plus avec Luke, gamin qui veut fuir son milieu pour s’aventurer dans les étoiles…
    Et surtout son Milieu Criminel, à base de Pirates et de Mafieux (surtout humains, pour éviter le cliché du méchant étranger), où tout n’est pas tout Blanc et tout Noir, où on ne peut échapper à l’idée de rejoindre une grande Cause (petit twist avec Enfys Nest)… Comme le faisait Rogue One du coté de la Rébellion.
    Ou bien cette volonté principalement due à Kathleen Kennedy de mettre en avant des personnages de l’arrière plan de la saga… et notamment (plus) de femmes fortes.
    Tout ça pour continuer à creuser un peu plus les détails de cet Univers.

    Ainsi un Alden Ehrenreich, qui n’a pas encore fait grande chose de marquant, a facilement à voir avec le jeune Harrison Ford tant à l’époque l’acteur était encore neuf – et pas encore associé dans sa filmographie à l’idée d’un vieux mec strict et raide…
    Dans une histoire façon « Rite de passage », il peut aussi bien passer pour un double de Ron Howard, volontaire et sympathique aventurier de l’âme humaine, un peu Robin des Bois, même si jamais d’un grand charisme ni l’homme au centre des grandes évolutions (cinéma pour Howard, galactiques pour Han)… Même en étant d’emblée un voyou débrouillard, le point de vue du spectateur lambda c’est lui, incroyable non..? Sauf que c’était bien le cas dans les premiers films, Han ayant toujours été très distancié de toutes ces histoires de Force et de combat pour la liberté qu’il y découvrait… Mais on peut se demander si ainsi, n’importe qui pourrait encore jouer Solo dans d’autres films.
    Comme prévu Donald Glover rentre élégamment dans les atours chics et coolisissimes de Lando, les autres personnages sont des archétypes se révélant au moment opportun etc…
    Comme prévu de la bromance avec Chewie;
    Un peu de féminisme grave pour Qu’i Ra et (faussement) amusant pour L3-37;
    Un Dryden Vos qui, même avec d’équivoques griffures sur le visage, a échappé aux blagues sur les chats que n’auraient pas manqué de faire Lord et Miller (bel et bien crédités au générique) sous sa précédente incarnation.

    Tout ça pourrait n’être que ultra générique mais…
    Mais dans tout les bons films, il faut toujours le rappeler, il y a beaucoup à piocher entre les lignes. En dehors des effets comiques, quelques soient leurs auteurs, qui sont bien sympa, voir étonnants (L3 qui Ne fait Pas pipi comme une fille…)…
    On a une poignée de moments plus subtils, comme « c’est ça ton nom ? c’est trop long (merci de ne pas avoir rajouté dans la foulée « eh bien je t’appelerais « Chewie »)… un Dryden Vos qu’on découvre essoufflé d’avoir assassiné quelqu’un… ou ce que cachent les piques un peu infantiles entre L3 et Lando.

    Tout ça suffira à mettre le film à un niveau un peu plus au dessus de la moyenne, mais grâce à l’univers Star Wars. En y mettant des instants un peu plus adultes (on y tue beaucoup de personnages principaux), voir mêmes sexués… Pas vraiment surprenant, très prévisible et peu inédit, mais pas honteux pour autant.

    En fait, et puisque il y aura peu de chances d’avoir une suite, on devrait surtout prendre le film pour un dernier adieu à Han Solo… en douceur tant sa Fin dans le VII était abrupte.
    Et ainsi, en restant bien divertissant, sans Jedi, Force ou même Empire omniprésent, de juste consolider la Légende d’un personnage cool dans une grande Saga.
    Voilà ! 🙂

  18. Ce film n’aurai du jamais voir le jour car comme certaines personnes le disent,cela démystifie le personnage.

    Han Solo est et restera Harrison Ford.

    J’espère vraiment que Solo n’aura pas les 2 suites qui ont été prévues.

    Quand à Alden Ehrenreich, cet imposteur, j’espère qu’ trouvera autre chose car ce film ne l’aidera pas pour la suite de sa « peut-être » carrière.

    • J’ai vu aussi plus tard une référence dans VSD… Mais 3 films peut aussi dire trois apparitions dans de futurs films…
      À moins que l’apparition de Maul ne le désigne que comme futur adversaire de Han, plutôt que Kenobi..?

  19. C’était … Moyen …
    Très loin d’être une catastrophe bien heureusement. (Merci Ron Howard) Le film se contente du minimum, être divertissant. Mais c’est assez insuffisant pour du Star Wars.
    Alden Ehrenreich s’en sort plutôt très bien (vu les seaux de débilités qu’on a pu entendre en terme de rumeurs). Donald Glover est parfait. Emilia Clarke est dans son jeu assez fade habituel. Et Woody Harrelson cachetonne.
    Bon je dois avouer que j’ai fait un petit cri porcin lors du fameux caméo surprise qui prouve bien que les univers transmedias ont leur place en ce moment.

    Voilà voilà. C’est pas trop mal. Mais il tombera vite dans l’oubli.

    J’espère juste que ce fameux caméo servira au prochain spin off, et n’est pas gratuit.

  20. Vu aujourd’hui avec mon fils de 10 ans, sans quoi je ne me serai pas déplacer.
    Le prototype du film qui n’a rien à raconté. Prévisible au possible,des clins d’oeil jusqu’à l’overdose, un méchant nullissime, aucun panache dans ses scènes d’action..Star wars continue de sombrer dans la médiocrité et l’auto célébration de son glorieux passé. Triste spectacle.

  21. je vais faire la pire insulte qu’on peut faire a un film star wars : c’etait tres moyen .

    Vraiment rien de folichon, qqes scene sympathique , celle du train par exemple, mais le film est pas assez genereux et pourtant il y a avait du potentiel.Han solo c’est le cow boys de l’espace, la partie de carte avec lando calcilrian aurait du etre mythique, c’est juste moyen, lisse. J’ai trouvé aussi que les enjeux etait tres moyens,je me suis surpris a m’ennuyé.
    On sait a m’avance qui va trahir qui, pas vraiment de surprise
    J’ai pas retrouvé le han solo cabotin , rusé, charmeurs et qui aime le fric et frequanté les cantina, j’ai tjs pensé que c’etait dans sa nature, non la , on a affaire a un gentil garcon romantique qui veut défendre la veuve et l’orphelin…….whatttttttt ?????
    …..le film est vraiment trop lisse .Les freres cohen ou tarantino aurait du faire ce film, on aurait du resentir la tension quand il rentre dans une cantina, comme dans les anciens western , des duels, des bagarres, des extraterrestre crasseux……on a rien de tout ca.Le film est tres academique avec une musique entendu 1000 milles fois , seul les themes originaux de star wars donne de l’ambiance…… my god !!!!!!
    Quoique certaine scène sont très brouillonne, ,notament quand ils volent le fameux carburant, a quoi ca rime cette secnes avec les wookies ????!!!!!

    SPOIL SPOIL SPOIL

    Et que vient faire dark maul ici……. On dirait que les scenaristes nous resorts
    les persos comme un gamin ces playmobiles, C’est la star wars celebration, aller les enfants qui veut revoir sont personnages préféré , on va bien vous gâter, bande de petit chenapan après ,Un cookie avec du lait et aux lits .

    Bref c’est pas horrible mais franchement c’est un film presque lambda , on va finir par se lasser de nos anciens jouets

    • SPOIL SPOIL SPOIL

      Darth Maul je pense qu’il est ici en guise de teasing pour la suite. Maintenant, vu les résultats du film, pas sur que cette « voie » soit explorée. Parce que si le film avait eu un budget de 125M … ça pourrait le faire, mais à la fin le film est plus proche des 250M (à cause des soucis de prod).
      Alors clairement ce film ne sera pas rentable (sauf si on compte les produits dérivés). Donc à voir comment Disney va réagir.
      Je reste convaincu qu’un film axés sur l’aspect « bandit » de l’univers SW avec Solo en simple guest ou personnage annexe aurait mieux marché.
      Ici, on nous vend un film sur un personnage, mais au final a t-on vraiment envie/besoin de ce film ? Je dirais que non. SW doit faire du nouveau si il veut survivre … cela fait 4 films qu’on rabâche du vieux …
      Sans parler des épisodes 7 et 8, qui nous renvoient dans la situation du 4 … donnant l’impression que les films 4-5-6 n’ont servit à rien … un comble alors qu’ils sont les films fondateurs.
      Je ne sais pas qui a pris la décision, mais en terme de storytelling c’est une erreur de débutant !

      • Malheuresement je pense que disney a etait un peu trop frilleux
        Ils ont voulu trop plaire aux fan .
        En meme temps star wars c’est vraiment le franchisse casse gueule c’est les fan les plus hard core de la planete, depuis 40 ans .
        Je pense que le but est de tuer (dans le bon sens du terme) toutes les icones qui sont tellement présent dans la culture pop pour en recréer de nouvelle .

        Mais bon c’est un peu prendre les fans et les spectateurs pour des enfants de 8 ans, ceux qui est plus le cas (enfin pas tous 🙂 ), sourtout ne pas brusqué le spectateur .
        Leur but est de faire de star wars un nouveaux mcu, Pour cela ils ont decidé de carasser le spectateur dans le sens du poil, un peu trop a mon gout .
        Maintenant en terme de recette et box office ils ont largement reussis leur parie .A part solo, mais bon, ils peuvent se permettent un petite bevu, d’ailleurs ca leur fait pas de mal

        Reste plus qu’a attendre qu’ils finissent leur demarche pour passer a autre chose .
        Parceque bon il y a tellement d’autre chose a faire sur Star wars,

  22. Hey, j’ai été voir Solo !
    (ben oui, une opportunité du moment … et une place gratos, je l’avoue ^^)
    Bon, sans m’étaler sur les qualités et les défauts du film, les trois principales choses qui en sont ressorties pour moi et qui ne m’ont pas vraiment permis d’apprécier :
    1) Ehrenreich n’a pas la moitié du charisme du jeune Harrison Ford
    2) Glover n’a pas un dixième du charisme de Billy Dee Williams
    3) Le personne de L3-37 est certainement le personnage le plus insupportable de l’univers SW, ever ! De quoi placer Jar-jar sur le podium des persos qui mériteraient leurs propres spin-off.
    Tout le reste du casting, m’a plu, Harrelson en tête de liste. (juste un petit regret sur le choix du roster majoritaire)

  23. Très bonne surprise pour ma part. On nous propose un vrai film d’aventure, on voyage, on vit aux côté des héros dans des péripéties prenantes.

    Le meilleur reste la première demi-heure du film, un brin plus originale et pensé très à la première personne (en tant que spectateur j’avais vraiment l’impression d’être Han, alors que dans la suite, ça se tourne plutôt vers un film de groupe)

  24. J’aime bien Star wars mais ne je ne suis pas un grand fan.
    J’ai bien aimé cet épisode. Et j’espère qu’il y aura un deuxième volet.
    Il le mérite.

    • C’est vrai que si on à du mal à trouver le sommeil, c’est un film efficace. Il a le mérite de me faire réévaluer à la hausse les précédents star wars Disney, c’est dire mon désespoir.

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here