Shazam : La Critique du film + VOTRE AVIS !

194

Un mois après Captain Marvel, le vrai Captain Marvel passe lui aussi l’épreuve de l’origin story… avec brio ! Pour la simple et bonne raison que Shazam ne suit pas – pendant une bonne partie du film – les codes de l’origin story super-héroïque. Ou du moins, l’ambiance est tellement différente que cela passe tout seul. L’Univers Cinématographique DC Comics renoue ainsi avec la cohérence d’un Man of Steel ou d’un Wonder Woman. Un blockbuster efficace du début à la fin, qui ne part pas dans tous les sens, si ce n’est celui du fun assumé, avec un coeur gros comme ça.

Shazam, un film de super-héros ? Assurément, mais cela ne se sent pas toujours… ce qui est un bon point. Il y a un peu de Deadpool et de Spider-Man : Homecoming, mais les ingrédients sont tellement différents qu’on a plus l’impression de voir une comédie dramatique avec des super-pouvoirs, un film de Noël à la date de sortie très mal choisie, qu’un énième blockbuster d’encapés classique. Avec des héros hauts comme trois pommes et une famille d’accueil pour décor, Shazam change la donne. Tous ces éléments apportent un supplément d’âme indéniable. Les personnages sont adorables, à commencer par Freddy Freeman, incarné avec un naturel incroyable par Jack Dylan Grazer (Ça). Et du côté des adultes, retrouver des têtes connues de Smallville et The Walking Dead fait rudement plaisir !

Oui, Shazam est un film fun. Ne partez pas, ce n’est pas un gros mot ! Ici, l’humour est en adéquation avec ce qui se passe à l’écran. Toujours. Rien que les scènes où Billy Batson teste ses super-pouvoirs sont à mourir de rire. Et divine surprise, il y a une dose inattendue d’humour noir, très noir. N’oublions pas que David F. Sandberg a fait ses armes dans le cinéma d’horreur (Annabelle 2 : La création du mal). Un film avec des enfants ne veut pas obligatoirement dire un film pour enfants 100% du temps. Il y a quelques moments étonnamment effrayants et durs pour un divertissement que l’on pourrait penser formaté pour les moins de 10 ans.

Shazam, c’est deux personnages en un. Billy Batson et Shazam. Asher Angel et Zachary Levi. L’enthousiasme de ce dernier est irrésistible. Geek reconnu, Levi met toute l’énergie d’un Ryan Reynolds dans ce qui pourrait être le rôle de sa vie. Sa bonne humeur est contagieuse… et tranche avec le Billy Batson d’Asher Angel, qui est assez effacé. D’une part, Angel est étouffé par Levi et Grazer. De l’autre, il est victime d’une drôle de répartition des intrigues. A Billy Batson, le drame et tout ce qui touche à la famille. A Shazam, la comédie et tout ce qui touche aux super-héros. Il n’y a pas de mélange des genres. Or, le fait de ne pas mêler les deux – par exemple, sous sa forme adolescente, Billy s’exprime peu sur son expérience de super-héros – donne parfois l’impression d’avoir affaire à deux personnages différents. Dommage.

Un adolescent qui se transforme en super-héros ? Il y a largement de quoi faire tout un film sur cette simple proposition. A tel point qu’on se demande si un super-vilain est vraiment nécessaire. Qu’on ne s’y trompe pas, Mark Strong dispose d’une belle partition pour composer un antagoniste intéressant ; mais au final, il est le symbole de ce qui est le plus attendu et convenu dans cette origin story, alors que le film s’en tirait très bien tout seul, sans son intervention. Bref, Thaddeus Sivana est là, il faut faire avec. Cela se traduit par un troisième acte qui se résume à une bataille finale presque longuette. On appréciera tout de même la variété des super-pouvoirs de Shazam, véritable Justice League à lui tout seul ! C’est d’ailleurs ce que doit se dire Warner Bros. Pictures…

Trois reproches mineurs avant de conclure. Djimon Hounsou – en plein grand chelem super-héroïque après Aquaman et Captain Marvel – n’est pas crédible une seule seconde en vieux sorcier. On regrette le non-casting de Ron Cephas Jones, qui avait vraiment la tête de l’emploi. Et quel dommage de ne pas avoir gardé [Grace Fulton pour jouer Mary Bromfield une fois qu’elle se transforme en Mary Marvel]. Elle méritait ce rôle jusqu’au bout ! Enfin, la bande originale de Benjamin Wallfisch n’est pas inaudible – c’est déjà ça – mais générique au possible.

Avec Shazam, une page de l’Univers Cinématographique DC Comics se tourne définitivement (cf. les dernières secondes du film, où ce qui n’est pas montré compte plus que ce qui est montré). Ce n’est pas qu’une question de fun assumé. Batman et Superman sont admirés. Wonder Woman et Aquaman apparaissent sur des t-shirts. On a presque l’impression que Shazam évolue dans son propre univers. Une nouvelle terre, celle du futur de l’Univers Cinématographique DC Comics, qui s’annonce radieux. Bien évidemment, une suite s’impose. Et vite. C’est d’autant plus ‘urgent’ que les jeunes acteurs du film ne resteront pas éternellement adolescents !

———————————————————

Shazam est réalisé par David F. Sandberg et sort en France le 3 avril 2019, avec Asher Angel (Billy Batson), Zachary Levi (Shazam), Mark Strong (Docteur Thaddeus Sivana), Jack Dylan Grazer (Frederick ‘Freddy’ Freeman/King Shazam), Grace Fulton (Mary Bromfield/Mary Marvel), Faithe Herman (Darla Dudley), Ian Chen (Eugene Choi) et Jovan Armand (Pedro Peña).

194 COMMENTAIRES

    • Mélange de Deadpool et Spider-Man Homecoming ? Déjà que le personnage de Shazam ne m’intéresse pas du tout ça me donne encore moins envie d’y aller, je n’irais donc définitivement pas le voir, et plutôt attendre sagement le 23 avril

  1. Bon bah, c’était vachement sympathique ! 😀

    Pour faire court c’est Spider-Man 1 qui rencontre Harry Potter, avec la sympathie et l’humour d’un Big, et la générosité d’un Aquaman.

    Peut être une bataille finale un peu ´tiroir’ à mon goût (alors que d’habitude dans les SH c’est assez court et bâclé).

    Mais globalement c’est vraiment tip top. Ils sont pas tombés dans les pièges ni dans le forçage (hommage à un humour parfaitement assaisonné (Marvel devrait prendre des notes !), ça réponds vraiment aux attentes, c’est honnête et solide. Levi est… Adorable !

    SAUF, cette fin, HYPEEEEEEEEEEEEER FRUSTRANTE. J’en avais mal, physiquement. :paf:

    Avec un peu de bol la Warner tient une nouvelle franchise à succès. Je lui souhaite en tout cas il le mérite.

    Bon par contre je déconseille pour les enfants, car visiblement Sandberg a eu du mal de se détacher de sa patte horrifique. :paf:

    Et mention à [spoiler]John Glover, spécialiste dans le rôle de père de[/spoiler] chauves maléfiques. 😆

    Pêle-Mêle (attention ça spoil un peu plus) :

    – C’est moi où le thème musical de Shazam c’est le thème du [spoiler]dessin animé Superman[/spoiler] légèrement modifié ?

    – Alors certes, durant le speech [spoiler]du Sorcier c’est visiblement Black Adam qui est mentionné[/spoiler]. Pour autant, [spoiler]pas de Dwayne Johnson (The Rock, le gars qui aurait pu faire décoller le succès du film s’il apparaîssait dedans, et aucune mention dans les deux post-génériques de ce dernier.[/spoiler]
    Plus que jamais, [spoiler]pour l’avoir théorisé avant, je sens que Black Adam ne se fera pas mais qu’ils feront de la suite de Shazam! une sorte de Shazam v Black Adam[/spoiler] ?

    – Vu la post-générique, c’est moi ou curieusement [spoiler]ils vont essayer de faire de Sivana « leur » Lex Luthor dans le futur du DCU[/spoiler] ?

    – Et pour revenir sur un point… On est d’accord, [spoiler]les 7 pêchés capitaux sont quand même VRAIMENT flippant et horrifique pour certains ? Perso ça ne m’a pas dérangé vu que je suis un adulte, mais je me mets à la place d’un enfant, c’est chaud quand même, car en plus de leur design, le coup du massacre de la salle de conférence, et les grands zooms sur leur tentacules et gueules horrifiques,[/spoiler] c’est quand même vachement chaud. :paf:

  2. Comme quoi. Ça a pas l’air si compliqué que ça de faire un film drôle non débile et qui ne fait pas du desamorcage dramatique par l’humour. 😊

    Je suis toujours intrigué par le film. La critique est vague et tant mieux. J’ai l’impression que le boss nous cache quelque chose, à raison. 😂.

    Et pour le vieux sorciers, mise à part sa voix, ça sentais un peu le pétard mouillé niveau streetcred.

    Merci boss. A bientôt pour le BO.

  3. Encore une Masterclass artistique et visuelle made In Dc pendant ce temps là chez Marvel y en a qui se mouillent la culotte devant un plan des Frères Russo Genie de La caméra évidemment 😏…

  4. Merde. Une critique de LTH qui dit du bien d’un film DC. On fait comment les Illuminatis maintenant? 😆

    Bon, par contre me concernant, je cherche toujours l’envie pour aller voir ce film.

    • Chut, c’est une tactique subtil, la psychologie inversé, en faisant une critique ultra positive, il espère que les Gens n’iront pas le voir ! Pas folle la guêpe !
      Perso moi je vais me laisser tenter, ça va me changer les idées après Us (excellent lui aussi)

      • Toujours la même « blague » stupide ici. Je vais dans votre sens:
        « O lé twal hèro ik a fè une bone critik, hihi fraitide è bète de criai o komplo »

        « Frétide aime bien avengers, iron man1, cap2, mais se permet de critiquer le saint mcu?, sale hater!!!! »…

        Bref, continuez à penser que l’ère bvs ne s’est pas faite injustement lyncher, surtout pendant que des films osef comme captain marvel passent crème.

        Aquaman, Shazam, ww c’est fun, donc ils ont fait comme marvel, qui a inventé le fun, donc ça passe évidemment.

          • @GoldyUnit
            Je répondais aux chocasse et Garyus de service et les place face à leurs contradictions. Qu’ils ne m’assimilent plus à un anti marvel, s’ils font ce genre de « tentative d’humour primaire » . Faut être logique dans les 2 sens…

        • Ah mon Kevin est de retour avec son langage kikoolol.
          Je ne t’ai pas traité d’anti-Marvel que je sache. Tu es hors-sujet.
          Tu n’as toujours pas digéré le lynchage (justifié pour moi) de BvS, c’est bien mais c’est hors-sujet.
          Captain Marvel est osef pour toi? Il a explosé ce « chef d’oeuvre du 7ème art » qu’est BvS et ça tu ne le digères pas. Mais là encore, tu es hors sujet.

          Enfin ta réponse, c’est que LTH ne critique pas Shazam parce qu’il est fun? Il a du défoncer TDK alors. 😆
          Ta mauvaise foi n’a d’égale que ton extraordinaire capacité à parler le kevin.

  5. « les critiques sont presque unanimes et disent le film excellent dans son genre ! »
    …oui, mais le critiques, on sait ce que ça vaut, ce monde est souvent corrompu !
    « tiens, la critique LTH semble aussi excellente … »
    alors ?
    personne ?? 🤔

    • C’est normal, Disney a utilisé tout son fric pour acheter des places pour Captain Marvel, du coup ils en ont plus assez pour payer les critiques pour dire du mal de DC.

      La critique rassure et effraie aussi. Car la cible du film ne semble pas clairement définie.
      La com’ a été faite comme pour un film pour enfant, là ou apparemment le film propose quelque-chose qui lorgne un peu vers le cinéma d’horreur.
      Donc attention a ne pas s’être trompé de cible lors de la promo du film. Sans quoi, même avec un bon produit, on peut se rater.
      Mais laissons le BO parler, et souhaitons a ce Shazam de faire aussi bien que les dernières productions super-héroïques.

      • Disney achète la presse?

        Pourquoi disney ferait encore ca alors qu’une armée de gus les défendent gratis, comme si c’était la boîte de leur darron?

  6. Merci pour la critique .

    Ce que je redoutais : Le Méchant est un Random de plus ….
    Je n’aimais déjà pas son design mais s’il est inutile , ca n’aide pas non plus.

    Pas grave , j’étais surtout intéressé par la partie  » Levi super héro gamin « 

    • C’est justement là le truc. Le film ne s’attarde pas vraiment sur le méchant (et surtout sur le problème de celui-ci par rapport au début du film) parce que ce n’est pas vraiment important dans ce film j’ai envie de dire.

  7. Excellent film. J’en attendais pas grand chose et finalement j’ai été agréablement surpris. Les fanboys DC qui critiquaient pendant des années l’humour Marvel vont devoir admettre que, chez DC aussi, on peut en mettre et faire un film top.
    Seul petit bémol pour moi: cette sensation que Shazam ne nous dévoile pas entièrement tout son potentiel. Le final est fun et en adéquation avec le reste du film mais j’aurai aimé qu’il soit un peu plus percutant et que Shazam se lache totalement face à Silvana (un peu comme Captain Marvel lol)

    • Alors autant yep la bataille finale est sûrement un peu trop longue, mais personnellement au contraire j’ai trouvé très ingénieux et surprenant que ça ne se règle pas dans une Baston générale aux grands coups de poings comme on aurait pu l’anticiper venant d’un encapé aussi puissant qu’un superman, mais au contraire grâce à la ruse et l’intelligence (soit… la sagesse de Salomon ! Belle façon aussi de représenter le pouvoir du héros assez peu présent à l’écran).

      Et ça, le coup de faire le contraire de ce que le public croit à ce qu’il s’attend, cad des reversals, le film y a recourt à de noooooombreuses fois (le dernier en date a aussi avoir eu recourt à ce procédé était Into The Spider Verse)(ex : le père de Sivana, l’annonce et la mère de Billy, le speech aérien de Sivana, etc). Et je trouve ça très bien joué, de justement ne pas jouer la carte de la facilité pour un film au pitch qui n’avait pas à spécialement se casser la tête pour fonctionner.
      C’est une chose de plus de plus qui me fait dire que Sandberg a vraiment eu l’air d’avoir eu carte blanche sur le film et d’être libre de tenter de nouvelles choses !

    • Attention aux amalgames.

      Je fais parti de cette catégorie qui exécre l’humour quasi omniprésent chez les productions Disney marvel. Mais faut bien comprendre un truc. Je suis pas un papy renfrogné. J’adore rire. J’ai surkiffé miles et son humour au petits oignons, qui ne desamorce jamais un instant dramatique. J’adore me péter le bide devant un QT ( happy birthday au passage) avec ses dialogues incisifs et caustique. C’est une question de dosage.

      Et la preuve encore une fois. Ça a l’air possible de faire du sh drôle sans biberonner le Spectateur.

  8. Je ne veut pas opposer absolument DC et Warner a Marvel, j’aime les deux même si j’avoue une preference pour Marvel mais Warner aurait-il réussi la ou Marvel a un peu échoué ? a savoir prendre un réalisateur plutot novice, lui foutre la paix sur son film, et a l’arrivée avoir un vrai bon petit film qui ce sort les doigts du…. (oui parce que bon ok Ant-Man et Cap Marvel ca reste sympathique mais c’est pas du haut niveau non plus…)

    • @Gwinch : la critique du Point reste criante de vérité par rapport à l’évolution du genre super-héroïque au fil des décennies.

      • Elle est bien écrite et je m y retrouve pas mal personnellement. Après ça ne m empêche pas d apprécier les films honnêtes (parfois même très bons) qu on nous propose, mais ça fait longtemps que je n ai plus vibrer devant un film de sh au cinéma.
        Shazam a l air sympa, mais au vue des ba il semble porter en lui certains maux actuels du genre

        • Alors je trouve cette article pour le coup très mauvais. Pas dans le sens où ce que dit l’auteur n’est pas réel, mais mauvais dans le sens où il tacle, assassine le film et non pas le genre en lui-même. Tacle que l’on ne retrouve pas dans d’autre critique de film SH par le même journal. On pourrait limite dire que c’est un hors sujet. Shazam! aurait peut-être pu être utilisé comme exemple pour décrire le ressenti de son auteur par rapport au genre, ça serait déjà  » mieux « . Là on a juste l’impression de voir quelqu’un s’acharner sur ce film parce que voilà, il avait décidé que ça serait celui-là et pas un autre alors que ça fait déjà quelques années que le genre a quelques problèmes.

          • …ou bien tout simplement: le Genre n’a Aucun problème. Juste des types de films divers, ne s’adressant pas tous au même public…
            Vous imaginez que tous les films de Super Héros soient comme, « Logan » par exemple ? Et oui, il n’y aurait alors plus du tout de films de Super Héros, puisqu’ils ne viseraient que les adultes… et du coup, ça seraient des films pas du tout héroïques, moins « innocents ».
            C’est cette innocence qui manque à certains analystes en plein Hors Sujet, au lieu de sa la jouer « Esthètes Amateurs d’Art du dimanche ».

    • Je trouve pas qu’ils fassent une critique, c’est plus une analyse du genre SH, et je m’y retrouve un peu… Quand avons-nous eu des sueurs froides, de la peur, de la tristesse, de la colère devant certains films de SH ?…. Le but du cinéma, c’est de nous faire vibrer par le scénario, la mise en scène, les acteurs, la musique….

      • Amen.

        La forme de sa critique est pas bonne mais le fond est criant de vérité.

        Et dire que ya pas si longtemps, on m’a sauté à la gorge ici car j’avais dis qques chose de similaire, sur l’article Bo de captain marvel.

        • Ouais mais malheureusement on est une minorité bruyante, je dis souvent que l’âge d’or des films sh était la décennie dernière. Certes on a eu certains très bon film, mais sur cette décennie on est inondé par une masse de films qui se ressemblent ou peu sortent du lot.

          Le genre sh a péri sous une pluie d’applaudissement…

        • Sauf que Guedj le sous entends clairement, les films de Snyder dont ratés. Le problème est donc la conclusion erronée de dc : changer le ton des films et standardiser la production. Au lieu de se dire simplement qu’ils avaient misé sur le mauvais cheval et qu’il fallait garder la même ambition mais avec un réalisateur plus compétent. Ceci dit d’un point de vue commercial c’est difficile de leur jeter la pierre. Par ailleurs, on trouve pas un Burton, raimi ou un Nolan a tous les coins de rue. Ils sont donc allé au plus simple.

          • Le problème étant que le public visé, en principe, des films de super slip. C’est blague, combat, blague, hero en peril, blague et combat final.
            tu m’étonnes que les mangeurs de pop corn ont chié sur un Mos ou un BvS un tu trop sérieux et avec une réal un tant soit peu Intelligente derrière.

            L’erreur bête de la Warner, c’est surtout d’avoir essayé de cibler les mêmes chiffres que Disney avec un public cible différent.

            Moi un Snydervers ( je compte pas JL dedans, c’est à partir de ce film qu’ils ont chié dans la colle pour moi) qui fait 700 800m ça me va.

            Parce qu’en étant honnête. Même si la version longue est 10 fois mieux, et que les 20 dernières minutes sont cgi vomitif. BvS, au ciné, c’est bien le dernier film Sh qui m’en a envoyé plein les mirettes. Ou chaque coup porté, je sentais les chocs dans le bide, ou la musique te transperce, et où vraiment tout n’est pas joué d’avance.

            Je vais faire mon extreme exprès, donc les jean Kévin, restez assis. Mais d’un côté t’as un BvS avec un combat ou un dieu vivant se prend des torgnoles et tu sens la souffrance, la douleur, les coups, le sang. D’un autre t’as une nenette cheatée qui transperce des vaisseaux entier sans perdre son broshing. Hmmm. Perso j’ai aucun implication émotive pour la dernière. Et c’est logique. C’est humain. Si je vois pas mon hero morfler, comment veux tu qu’emotionnellement, je soid impliqué.

            Et même le mauvais JL avec ses punchline a la marvel, et son deus ex machina en sup qui arrive overcheat, bah avant tu vois des dieu comme WW ou aquaman souffrir.

            C’est pour ça que iron man était si bon d’ailleurs à posteriori.

            Enfin bref. On pourra pas refaire le passé. Les machines sont lancés. Ya plus qu’à attendre des one shot avec un bon réal et une liberté d’expression. Joker is that you?

          • « BvS un tu trop sérieux »

            C’est pas le « ton » le problème de ce film, c’est l’inadéquation ton/fond.
            Les Batmans de Nolan étaient sérieux et ils ont cartonnés.

          • @Benj’
            « je compte pas JL dedans, c’est à partir de ce film qu’ils ont chié dans la colle pour moi »
            … Suicid Squad est sortie bien avant.

          • Benj’ pour moi il y a deux problèmes avec Man of steel et bvs et aucun des deux ne se rapporte au ton des films ( mais c’est malheureusement la conclusion qu’en a tiré DC) : d’une vouloir faire une version dépressive de Superman, pourquoi pas mais pas comme fondation d’un univers partagé. Ensuite le problème c’est justement la mise en scène de Snyder. Son style pompier et clipesque. Son côté prétentieux ( comme si présenter Superman comme un dieu était une nouveauté) ses fautes de goût ( les finals full CGI, les ralentis sur les poitrines et arrières trains des actrices), ses difficulté a créer des personnages envers qui on puisse être empathique et surtout ses lacunes naratives ( incohérences, enchaînement de scènes se voulant iconiques sans justification). Alors évidemment les films ont des qualités et une personnalité. Mais forcément ça met de côté le spectateur.

          • +1 Rom. Je souscris à tout ce que tu as dit ainsi qu’à cette excellente analyse du genre.
            C’est triste mais il faut se contenter du Macdo désormais. Joker ne fera certainement pas le milliard. La créativité artistique est morte et enterrée avec le rachat de la Fox.
            Moi ça me va j’aime le Macdo. Et quand je veux manger des vrais plats cuisinés, je regarde autre chose que du super-héroïque, c’est tout.

          • Et puis la ‘qualité’ c’est aussi inhérent à une forme de rareté…

            L’industrie du super-héros-cinéma a déjà accouché d’Unbreakable, Logan, the Dark Knight, Birdman, Watchmen…
            Or c’est déjà là un miracle appréciable en soit !
            Ces films existent. Et je vois d’ailleurs mal comment on eût pu faire meilleur film de super-héros qu’eux…

            Du reste, le bon cinéma dit ‘d’auteur’ existe partout sur la planète (et pas que aux USA).
            Donc pareil que Garyus… S’il ne nous reste plus à prendre que des cornets de frites : au moins, le genre a accouché de belles pépites qu’on n’a même pas peur de citer entre cinéphiles snobs — et c’est tout ce qu’on lui demandait !

      • De la colère, facile: chez Warner… mais pas une saine colère…
        Les autres sentiments ? Variables selon les spectateurs, qu’ils soient blasés ou pas… Mais les fin de AIW et Glass dernièrement… c’est pas loin ça.

        • Tout à fait, c’est selon…
          Il y a des gens qui ont la larme facile et qui seront facilement émus, même devant un film de SH.
          Et il y a des sans-cœur, comme moi, inertes à toute émotion devant un film (sauf le rire curieusement), n’ayant pas réussi à pleurer devant Logan.

      • Perso, dans IW, j’ai eu les frissons, la colère, les larmes aux yeux et tutti quanti…
        Et je les ai encore chaque fois que je regarde le film.

        Idem pour Logan d’ailleurs…
        Glass, je ne l’ai pas encore vu donc je ne me prononce pas.

        Après, je dirais que tout dépend de ton degré de sensibilité et de ton adhérence aux personnages.
        Par exemple, personnellement, je ne peux pas piffrer Chris Pratt, il est LA raison pour laquelle je n’arrive pas à adhérer complètement aux Gardiens de la galaxie (et à ses autres films d’ailleurs), donc sa disparition m’a fait que dalle dans IW… Je dis pas pour les autres, mais lui je m’en fichais.
        De même, adorant Captain America et le couple Scarlet Witch/Vision, j’ai été totalement happée par leurs scènes, que ce soit dans Ultron, Civil War ou IW…
        La scène où Captain America retient la main de Thanos, avec la musique et tout, ça me file des méga-frissons à chaque fois !

        • C’est pas faux Vitany, j’ai eu les mêmes réactions pendant IW.
          Mais pour ma part, elles ne sont pas dues aux qualités cinématographiques du film mais plus à un attachement aux personnages qu’on suit depuis une dizaine d’années. L’effet série quoi

          • Je suis d’accord avec toi Garyus.
            Exemple : la scène où Captain arrive dans la gare en surgissant de l’ombre pour sauver wanda et vision dans IW : c’est épiiique à souhait pour moi.
            Mais ça l’est surtout pck on retrouve un personnage qu’on connait, auquel on s’est attaché, et dont on connait le potentiel badass pour faire face à cette nouvelle menace.

            Le MCU (que j’aime beauucoup, et qui m’a poussé à me mettre aux comics), semble se reposer essentiellement sur cette méthode : utiliser cette attachement prolongé/approfondi à tous ces personnages, qu’on voit évoluer, pour nous provoquer des émotions. Mais c’est tout quasiment, ils semblent ne se reposer que là-dessus. Et ça risque de lasser de plus en plus.
            Les films du MCU manque d’âme je trouve, à part l’univers connecté qui est très appréciable (car nouveau à cette échelle, donc à voir par la suite si ça plait toujours autant), les films manquent d’audace dans la direction artistique.

            C’est pour ça que je suis sceptique ET très curieux de voir comment ils vont maintenir notre hype après LA CONCLUSION

          • C’est le réel problème. L’après.
            Après Captain America, Thor et Iron Man.
            Malgré leurs succès, Black Panther, Captain Marvel, Spiderman et Dr. Strange sauront-ils créer le même attachement?
            L’avenir le dira.

          • L’apparition du captain dans iw m’a donné des frissons mais c’est surtout un bel hommage a John ford et a l’apparition de John Wayne dans la chevauchée fantastique. Ces mecs ont du goût. et sans doutes plus de talents qu’on leur en prête souvent.

          • Le truc c’est que pour un mec comme moi qui regarde pas x fois un film du mcu, il y a zero attachement aux personnages et donc aucun impact émotionnel sur les petiotes déboires des personnages. La ou une série soit c’est un épisode par semaine, soit tout d’un coup la saison… Des saisons faites pour nous accrocher, là ou chaque film du mcu se veut fun de son côté dans un univers connecté, du coup cela marche pas.

            C’est sans doute la raison pour laquelle j’ai trouvé avengers 3 moyen, pour un mec qui se revoit les films avant ou de temps en temps il passe assez bien, mais pour un autre qui veut un film complet bah c’est pas le cas. Le film a de gros problème de rythme, avec des rajouts stupide, il n’y avait pas d’intérêt à séparer tout le monde. Cela rend encore plus prévisible tous les combats en full cgi. En tant que film avengers 2 est au dessus du 3…

          • Si: l’inére^t, c’est ainsi montrer qu’en étant désunis à cause de;leurs querelles internes, ils perdent…
            Et c’est aussi un film de Guerre, donc 3 Fronts (défensif, infiltration, renfort qui arrivent).
            Rythme cohérent, voir les films du même genre pour comprendre.

          • @Rom… En y repensant, c’est pas plutôt à Charles Bronson au début d’Il était une fois dans l’Ouest que se référaient les Russo (le train qui passe, la silhouette au loin, la musique qui débute) ?

          • @flo. Et bien d’un point de vue formel c’est beaucoup plus proche de Ford (la rapidité avec laquelle le plan se resserre sur le personnage pour l’iconiser au moment même où il apparaît dans le film) après j’ai revu le Ford plus récemment que le Leone, du coup ça influence mon jugement. Mais l’idée est la même, et Leone a vue et revue les films de Ford alors…😉 Après l’avantage de Ford par rapport a un Snyder (je sais c’est gratuit 😋) c’est que la force de ces plans est décuplée car il en use avec parcimonie (soit au début du film pour présenter le personnage soit a la fin de son parcours pour montrer la transformation du regard porté sur lui comme Woody strode dans le sergent noir). Et gérer ses effets, Leone sait aussi gérer ses effets même si ses personnages sont plus cartoonesques.

          • …oh, et puis c’était une époque qui était encore plus « innocente », où on pouvait encore tenter plus de Lyrisme dans ce genre de film, sans récolter des commentaires cyniques.
            Aujourd’hui, ce genre d’effets n’appartiennent que trop à ces anciens cinéastes (ou alors, il faut s’appeler Tarantino).

    • Quand certain on voulu proposer autre chose ça n’a pas plus. Les gens n’acceptent pas qu’on touche à leur doudou, si on mange des films moyens et peu ambitieux c’est de notre faute avant tout .
      Aquaman , CM,BP,Venom, IFW c’est ce qu’on veut ,c’est ce qu’on aura merci ….

      • J’avoue que Venom a mis tout le monde d’accord sur le fait que la meilleure formule, en fait, c’était de surtout pas chercher midi à quatorze heures.
        Maintenant, les producteurs sont au courant…

        • Pas faux, du film sans prise de tête et sans réel tension c’est la formule qui marche, venom l’a montré et les films sh de l’année dernière aussi ont tous fait la même chose. On sait tous que nos héros sont invincible et vont vaincre, ou inversement on sait le moment ou ils vont perdre un combat pour gagner à la fin… Et généralement ses défaites sont loin d’être profondes, ils sont ou les gens qui nous parlaient que civil war allait avoir de grosses conséquences ? On espère que civil war sera enfin traité dans ce avengers 4, mais bon faut pas trop rêver…

    • « Clark Kent va partir. Son père adoptif, Jonathan, vient de mourir d’une crise cardiaque. Martha Kent va se retrouver seule pour s’occuper de la ferme, mais il doit partir. Il l’annonce au milieu d’un champ de blé, le cœur lourd. »

      De quoi, ils se plaignent maintenant on a Lois qui dit à Sup’ : « Tu sens bon » alors que le gas est resté mort un bon moment !
      J’ai rien contre la nécrophilie, mais c’est vrai que un peu moyen dans un film tout public.

      « où est passé le cinéma ? »
      « Man of Steel et Batman v Superman sont des films bancaux »

      Moi j’ai envie de dire: où est passé l’orthographe ???

      • Je suis d’accord avec @ElRhino, le ton pseudo sombre dans Batman V Superman était ridicule, il n’était pas subtile et semblait prétentieux par moment. Par contre, le ton sérieux dans Man of Steel était parfait, malgré la branlette CGI de Zack Snyder dans la seconde partie du film qui décrédibilise un peu tout ça (et encore, c’est moins pire que la bataille finale avec Doomsday dans BvS).

        En tout cas, il faut arrêter de considérer Batman V Superman comme un chef-d’œuvre incompris, c’était juste un film de super-héros tout à fait correct avec ses qualités et ses défauts. Après, je suis complètement d’accord que ce film ne méritait pas non plus d’être trainé dans la boue à tort et à travers, ce n’est pas une bouse complète non plus.

        Pour reprendre les comparaisons culinaires de l’ami @Garyus, Batman V Superman est un repas au Quick en alternative au McDo. Alors, c’est bien lorsqu’on veut varier les menus habituels au McDo mais le repas au Quick ne devient pas un repas cinq étoiles pour autant.

        • Plutôt qu’un Quick je pense que la bonne analogie serait de comparer bvs un gâteau un peu raté auquel on rajoute une tonne de chantilly pour donner le change. Le quick, il n’y a même pas l’ambition de faire un truc bon. C’est pas du tout le cas de bvs qui n’en manque pas.

          • @Rom : oui, je suis un peu d’accord.

            Bon, quoi qu’il en soit, Batman V Superman n’est pas un chef-d’œuvre cinématographique incompris, il serait temps que certains fanboys admettent ça. Après, le film ne méritait pas des critiques aussi acerbes, ce n’est pas non plus un navet, il y a également de très bonnes choses dedans.

          • La scène de Martha et les discussions qui en ont découlé sont assez symptomatiques du problème. Ça défendait la scène d’un point du vu conceptuel/ théorique alors que son problème était d’ordre formel. La scène était raté dans son exécution ce qui la rendait gênante et difficilement crédible. En gros selon moi on défendait plutôt l’idée du film que le film lui même. De même que le ton sérieux était moins un problème que le fait que les personnages prennent en permanence la pose en se prenant très/trop au sérieux. Après il reste des scènes impressionnantes, mais isolées. On sent tellement que Snyder veut tout le temps en mettre plein la vue plutôt que de servir l’histoire et ses personnages. C’est comme cette scène d’intro superbement cinegenique avec Wayne au milieu des décombres….et ses employés qui attendent que leur patron leur demande… d’évacuer!!!

          • BvS est un film que j’adore critiquer parce que je l’aime vraiment. Je l’ai vu bien plus de fois que tous les fanboys aveugles de Snyder.
            Il a des qualités qu’aucun film Marvel Studios n’a jamais eues…(c’est pour ça que je l’aime) mais également des défauts énormes (c’est pour ça que je le critique).
            Le fanboy te dire que c’est un chef d’oeuvre et le hater te dira que c’est une merde. Et les deux te traiteront de fanboy ou hater si tu n’es pas d’accord avec eux…

          • Flo pas sincère ? Pas d’accords du tout, le film peut être pompeux, parfois chiant à suivre pour ceux qui souhaitaient un film plus direct là ou BvS tourne autour du pot, et ne donne pas de conclusion digne de ce nom aux interventions de superman, le film jla lui donnant pas plus une conclusion malheureusement… Mais c’était un film sincère et honnête, et oui sombre. Pas ultra sombre, mais cela reste un film ou peu de lumière perce, avec un batman qui a renié ses principes.

            Après vous le savez tous, là ou une série comme legion, maniac, westworld peuvent être considérer à chié pour certains, d’autres vont les mettre en chef d’œuvre…Parfois ça passe ou ça casse, certaines œuvres ont cette réputation du soit on aime le style soit on déteste.

          • Non… pour être sincère totalement, il ne devait pas y a voir volte-face final, sinon y a tromperie… Si on nous montre pendant 2 heures des personnages violents et haineux, pas du tout héroïques… on ne les rend pas plus responsables en un clin d’oeil, sans explications style « manipulation mentale » etc… Donc, ça n’a été sombre que par l’image… mais en vérité, c’est Lex le seul méchant fou, les autres sont absouts très vite, c’est bien artificiel.
            D’où Split comme contre exemple: là, on sait pendant tout le film que la Horde et la Bête ont leur mode de pensée personnel (tordu, mais explicite), et que Casey a subi un sort enfant qui ne pouvait que lui attirer l’empathie du « monstre furieux ». On ne peut accepter les horreurs que commet Kevin… mais au moins, on peut les comprendre, le film dit tout sans bâcler ni se cacher derrière des scènes d’action chargées.
            Objectif, c’est tout simple.

        • @Garyus

          Le mcu est une saga que j’adore critiquer parce que je l’aime vraiment. Je l’ai vu bien plus de fois que tous les fanboys aveugles de Feige.
          Il a des qualités que le dceu n’a jamais eu…(c’est pour ça que je l’aime) mais également des défauts énormes (c’est pour ça que je le critique).
          Le fanboy te dira que c’est une saga mythique et le hater te dira que c’est du mac do. Et les deux te traiteront de fanboy ou hater si tu n’es pas d’accord avec eux…

          • Bien joué de reprendre ma technique. 😉
            Mais encore une fois, je ne t’ai pas traité de hater MCU, il me semble non? Et je suis très loin d’être un fanboy de Feige.

            Mais est-ce au moins vrai? As-tu vu autant de fois que tu le dis les films du MCU? J’en doute mais je serais agréablement surpris.

          • @Garyus
            Si tu savais, je suis sûrement bien plus marvelite que tous les fanboys de Feige ici.
            Mon premier strange m’a fait découvrir iron man, j’ai enchaîné avec futur imparfait et depuis j’en achète encore. T’imagines même pas comment j’étais hypé par iron man 1 (et comment je chie sur ses 2 suites).

            Iron man est mon super héros préféré a la base, oui oui et j’aime ce qu’à fait Marvel, même si ce n’est pas une adaptation ultra fidèle et exhaustive du personnage pour moi.

          • « T’imagines même pas comment j’étais hypé par iron man 1 (et comment je chie sur ses 2 suites).  »

            Bien que t’imaginer déféquer sur ces deux films (dvd ou blu-ray ?) ait quelque chose de cocasse … j’avoue ne pas bien saisir le but recherché par la manœuvre … j’en suis confus-pensif.

    • Pour le Point: C’est typiquement l’article faussement pertinent. Bien écrit, avec de grandes idées couchées sur le papier et l’esprit polémique journalistique.

      Mais en fin de compte, leur analyse n’est pas tout à fait criante de vérité. Du moins pas totalement (et d’ailleurs, on ne peut pas dire qu’ils aient défoncés dans leur critique tout ce qui est sorti depuis Iron Man 2).

      Franchement, est ce que tous les films de SH depuis Iron Man sont dans la fibre « Homecoming »?

      C’est n’importe quoi. Il y a des films qui ont brillé par leur côté lumineux et bénéficiés d’un juste succès critique (y compris par Le point). Notamment avengers I et gardiens de la Galaxie.
      D’autres ont aussi eu leur part d’émotion et, en particulier Avengers 3 ou Logan.
      BvS, bien que Bancal, tente quant même quelque chose d’un peu dramatique et complexe.
      Enfin, de leur propre aveux, il y a aussi des films qui ont fait le pas dans un sens politique, comme Black Panther.

      Il y a en effet des films qui reposent sur ce même schéma, sans ambition, plein d’humour et tutti quanti. Mais en fin de compte, c’est hyper réducteur de résumer l’évolution du genre super héroïque, comme ils le font.

      Moi je pense plutôt qu’il y a tellement de films de SH qui sortent que tant le public, que les journalistes, n’ont pas le recul nécessaire et se mettent à jouer les enfants gatés. Mais honnêtement, chaque studio nous a quant même offert son lot de films intéressants durant ces 10 dernières années.

  9. Il y avait de bonne critique sur wonder woman, j’ai trouvé ca très moyen tout comme aquaman .
    Donc j’en attend pas grand chose, j’espère être surpris du coup .
    Dommage effectivement que dc n’est pas continué dans le même genre que MOS ET Bvs, mais bon ce n’est que mon avis

  10. Mettre Spidey (même celui de Homecoming) et ‘pool dans le même panier des influences… confirmer que Warner continue mine de rien à ne pas vouloir célébrer le super héroïsme… Sivana semblant donc aussi basique que ce qu’on voit (à peine) dans les trailers…
    Mouais, pas si engageante que ça cette analyse… écrite trop « à chaud », comme pour les premiers avis critique… et pas assez de recul, même avec ces réserves ?
    Car on a un épisode 1 là… et donc, tout reposerait sur la sympathie pour les personnages et moins sur une mise en scène plus originale ?
    Ça serait dommage, tant Warner promettait plus de one-shot autonomes, donc plus cinématographiques (on ne le dira jamais assez: les puissants héros DC se consomment avec plus de parcimonie que les héros du quotidien de Marvel) …

    On verra bientôt…

  11. On dirait que le Boss a rendu sa carte du club des illuminatis reptiliens mangeur d’insectes, à la solde Disney ^^ ! Je ne sais pas quelle excuse il trouvera pour râler la prochaine fois. Belle critique comme d’habitude. Perso, je l’ai trouvé sympathique mais sans plus. J’ai néanmoins passé un bon moment. C’est pourquoi je le conseille ( j’ai beaucoup ri en regardant ce film DC. C’est grave docteur?).
    En somme, J’espère que ce film fera un beau parcours au BO, car ce bon vieux chuck le mérite 🙂

  12. Rare ceux qui accusent LTH d’etre à la solde de Dinsey car même lui a trouvé des bon cotés à Suicide Squad et a toujours défendu Man Of Steel et a donné de bonne review a Aquaman et Wonder Woman. par contre la communauté de commentateurs du site on ne peut pas dire autant .D’ailleurs cette communauté se résume dans son ensemble à ça

    Critique Marvel studio : j’ai bien aimé le film il est sympa et il n’a pas a etre pus que ça .de toute façon ceux qui n’ont pas aimé sont des haters qui demandent trop au MCU. Kevin Feige est un dieu
    Critique DC : QUOI ce film ne révolutionne pas le genre c’est de la merde je n’irais pas le voir .

  13. Intéressant. J’ai rarement vu le boss aussi dythirambique !

    Du coup je ne comptais pas aller le voir parce que je déteste viscéralement les comédies mettant en scènes des pré-ados et bourré d’humour pipi caca mais à en croire la critique du Boss c’est plus que ça donc ça éveille ma curiosité.

    Ne connaissant rien au personnage et étant saoulé de Chuck en costume pourtant je part avec un vrai a priori mais bon faut bien s’occuper en attendant End Game… Comme dirait l’autre : Whatever it takes. ^^

    P.S : Pour les gens qui lisent encore des comics sur ce site je recommande Superior de Mark Millar et Leinil Francis Yu de la ligne Icons de Marvel Comics , une satyre jouissive de Shazam ^^

  14. Mon seul intérêt: « Il y a quelques moments étonnamment effrayants et durs pour un divertissement que l’on pourrait penser formaté pour les moins de 10 ans. ».

    • Pareil… mais dubitatif: dur pour moi de trouver aujourd’hui au cinéma des choses qui soient Vraiment effrayantes ou juste dérangeantes, même pour les plus jeunes…
      Tiens, allez donc voir d’abord le Dumbo de Burton, il y ose certaines choses pas très conventionnelles et rassurantes pour un Disney…

      • Ce n’est pas non plus de l’horreur dans le film. Mais pour des parents y allant avec des gosses de moins de 10 ans s’attendant à un bon petit film rigolo avec fond de fêtes de Noël, bah ça peut quand même un peu surprendre, des images [spoiler ] avec des monstres, je ne vais pas non plus citer qui ils sont[/spoiler], des mots assez dur prononcés par certains personnages, pas forcément des insultes, mais plus dans le fond, ce qui se rapporte à la famille etc Donc oui ça peut quand même un peu étonné quand on pense que le film va simplement être du drôle, fun etc

        • Ben en fin de compte… non, moyen j’ai l’impression… en fait, les 7 Péchés avaient l’air plus effrayant en n’étant que des Gargouilles immobiles avec une voix d’outre-tombe…
          Et certains mots durs… les gosses en entendent pire dans la vie de tous les jours, de plus en plus… hélas.
          Y a surtout le sort des parents de Billy qui est touchant et un peu « angoissant » pour les gosses.

  15. Poubelle ce film je comprends pas l’engouement c’est peut être fun mais ça s’arrête ici y’a rien d’intéressant, ça chie sur CM ( qui était bon mais sans plus ) et ça acclame Shazam honteux.

    PS : Je ne suis pas un Pro-Marvel, bonne journée

    • Donc CM y a rien d’interessant mais c’est bon sans plus mais shazam c’est poubelle alors que c’est pareil ? interessant.

      Le contexte ca te parle aussi ? film a 85m de budget , film teenager , film un enfant hero donc oui c’est logique que le film soit fun.

      • Et donc logique qu’il soit poubelle merci au moins CM on apprend son personnage le passé de furry et coulson donc directement lié à Endgame + scène post gen Shazam n’apporte rien.

        • Donc en fait maintenant on juge la qualité d’un film a ce qu’il apporte comme background pour le suivant… C’est toi qui merrite d’être jeté dans une poubelle à penser comme ca ^^

          • Ah bah si c’est son échelle de valeur. Tu m’étonnes qu’il kiff le MCU. Des épisodes filers pour le background des vengeurs.

            Et puis ton arguments c’est qu’il y a une scène post gen. Je suis plié.

            T’es sur que t’as vu Shazam? Parce qu’il y a deux post gen.

        • @Uipuip
          Le passé de fury mdr tu as appris quoi sur Fury a part comment il a perdu son oeil. Tu sais pk la personnalité a complètement changer ?
          Heureusement que tu n’es pas un fanboy Marvel…

    • Ça n’a rien changé aux résultats de Venom
      Ça n’a rien changé aux résultats d’Aquaman
      ça ne changera rien pour ce film
      Les succès sont populaires et le box office de concert
      Et les « fans » continueront a se faire de la bile….

      • J’ai découvert le site en cherchant la première photo du film thor. Et il me semble que les échanges à l’époque étaient moins agressif! Où alors c’est moi qui est idéalisé!

        • La même, j’ai découvert ce site a l’époque de Cap 2. Depuis j’observe les com en silence, et c’est clairement de pire en pire
          Triste, mais la section commentaire est victime du succès du site

          • tant que ça n’empêche pas d’apprécier les films à hâteur de la valeur qu’on veut leur donner ….
            j’aime bien vos réactions parce qu’il y a quelques temps, j’ai eu ce ras le bol des commentaires qu’on lisait en masse ici, et tout le temps les mêmes d’ailleurs, et le seul bilan que j’en ai récolté c’est que des personnes aussi équilibrées, bien moins troll que moi, comme Chocasse et Tangoblack se sont foutus de ma gueule !

            on en revient donc toujours à la même conclusion « on est tous le cons de quelqu’un » et fatalement, dès l’instant où le succès fait foisonner les passions au même endroit, on n’a de plus en plus de chances d’en croiser une palanquée si on y reste….

  16. Captain Mamelle en sueur!
    Globalement bien apprécié ce film qui parle du réel Captain Marvel. Assez intéressant sur la forme. Si il semble correspondre à une origin story comme toutes les autres, il arrive aussi à prendre du recul et à savoir prendre à contre courant, ainsi qu’à prendre en dérision ce qu’on considère maintenant comme les codes du film de super héros. On ressent vraiment un amour du genre dans ce film, qui se fait plaisir à être intégré dans l’univers cinéma de DC. On a un humour maitrisé, à différentes échelles d’interprétation, entouré de gosses, on a rit au même moment mais pas pour les mêmes blagues. Levi est à fond dans son rôle et ca se voit, même si physiquement le design du perso ne va pas (la family limite passe mieux que lui). Le réal à tout de même sa patte, et on a droit à certaines scènes tout de même vachement glauques pour ce genre de film, mais ça fait plaisir. Après ça on a tout de même un antagoniste assez banal, un troisième acte qui l’est aussi et qui ne propose rien d’époustouflant, et peut être un manque d’inventivité lorsque que la magie est abordée.
    Maintenant que Black Adam est introduit, on veut la suite et vite, ce film va faire un bon carton je pense, et plus mérité que certain précédents film.

    • Clairement pas pour l’imax. C’était un film très plaisant a regarder je dois dire. On a droit à un métrage de Noël généreux, a l’humour qui fait mouche. Un scénario classique mais bien mené. A part le vilain assez générique et le thème principal de Shazam que j’ai trouvé trop « déjà vu » j’en suis ressorti conquis. Niveau FX, franchement je suis bluffé de ce qu’ils ont fait avec si peu de budget mais c’est pas non plus aussi fou que le final d’un Aquaman… La mythologie DC est bien respecté c’est déjà pas mal. Sinon, pour ceux qui veulent se faire une idée de ce que va donner le film: Prenez le côté Acteur attachant de Deadpool, ajoute y le côté teenagers movie d’un Spider-Man Homecoming, les scènes d’action d’un Man Of Steel (en beaucoup moins bien cette mais mieux rythmé) et l’humour typique d’un film réussi de MCU et vous aurez de quoi vous faire une petite idée. Pour moi mais, c’est une excellente comédie et une franchise a succès en devenir !

  17. J’ai cru voir les même ficelles que le premier SPIDER-MAN de Sam Raimi .
    SHAZAM a les même blagues foireuses, maladroit avec ses pouvoirs, enfant abandonné etc …

    • Surement parce que l’origin story de super héro c’est un genre hyper balisé dont tout ou presque a déjà été fait. Il y a pas non plus mille façon d’expliquer au profane qui est Shazam. Pour nous qui avons grandit avec, forcément c’est un peux décevant car on a lu ses origines des dizaines de fois a travers les comicbook. Maintenant a part Deadpool qui a réussi a raconté ses origines de manière assez originale sur la forme (dans le fond, la seule différence avec l’origin story classique c’est qu’ici elle est raconté a travers un flashback comme dans Man Of Steel) faut aussi accepter qu’en allant voir ce genre de film on sera toujours sur un chemin balisé. Et le public en redemande au final.
      On connaît tous ici par cœur les origines de Batman, on l’a vu chez Burton, Schumacher, Nolan, Snyder, dans Batman TAS, a travers les Jeux Archam et bien évidemment les comics mais Hollywood nous ressert tout de même un énième reboot de Batman dans ses jeunes années car c’est ce que le public demande. 😥

  18. Je suis pas du tout dans la même vibe que toi Mr.LTH…

    J’attendais rien de ce film, mais j’étais déçu d’un truc malgré tout : la Warner à fait du MCU, ni plus ni moins. Ils l’ont bien reproduit en plus ! C’est drôle et rafraîchissant par moment. Mais les moments de gravité sont pas assez graves. On se souvient surtout des blagues un fois le film fini (et de la tête de constipé de Levy…). Je fais partie de ceux qui regrettent Man of Steel et BvS, DC se démarquait vraiment de la concurrence avec ces films et ÇA c’était vraiment rafraîchissant. Le MCU a sa formule, et je surkiffe ce qu’ils font, mais la Warner s’est plié, que dis-je, sacrifié, sur l’autel de l’auto dérision. C’était déjà un peu le cas avec Aquaman, mais ils avaient gardé cette iconisation du personnage quand il le fallait. Là je ne vois que du Marvel.

    Petit mot sur le méchant, il a je trouve un discours intéressant au début du film. Mais passé la moitié du métrage, il n’a plus rien à raconter. Du coup on se retrouve en effet avec cette bataille finale basique. Et encore une fois, sans iconisation.

    SPOILERS maintenant, pour le caméo final :
    L’apparition de Superman n’a foutrement aucun sens. Comment il a fait pour le rencontrer et le connaître assez pour qu’il accepte de le suivre dans son école ? Par contre elle est lourde de sens pour la suite. Henri Cavill en a peut-être fini avec le rôle. Pourquoi ne pas montrer son visage sinon ? Ça exprime purement et simplement le marasme dans lequel se trouve le « DCEU » depuis Justice League. Et si ça continue comme ça je vais peut-être rester du côté de Marvel. Eux ils savent rester honnêtes avec eux-mêmes (et avec leur public).

    • Ouais c’est sur que Marvel Studio ont toujours réussi à garder les premiers acteurs de chaque personnage… Mieux vaut pour le moment avoir un Superman sans tête qu’un Superman avec une autre tête (ou d’un Superman avec une moustache ^^).

  19. bon c’était bien sans plus, je m’attendais à mieux, enfin vraiment moyen, l’humour fonctionne moyennement ça fait très comédie moyenne des année 90, les effets spéciaux sont souvent bof, c’est dingue le tout fait vraiment téléfilm de noel de l’aprem midi même genre de réal, même genre de scénar, même genre d’effet spéciaux,
    bref un gros moyen bof de téléfilm

        • Alors pourquoi tout le monde utilise  » c’est un film classique, on est loin de la révolution sociétale annoncé » comme argument si ça n’a jamais été markete comme tel ? A la sortie de WW j’ai pas le souvenir qu’ on est eu droit a autant de mise en avant du fait que le film proposaot un personnage féminin fort et que c’était du jamais vu avant qu’avec CM.

          • Peut-être parce que les gens on des problème d’interprétation?
            Non parce que WW aussi a eu une promo du type le « premier film avec une super héroine » ce qui est faux vu qu’on a eu Elektra et Catwoman.

  20. J’ai trouvé le film vraiment bof même style que Ant man ou deadpool un film fun sans vrai ambitions derrière… Après c’est assumé mais voilà malheureusement j’ai pas trop accroché.

    • le canard parle subjectivement de super-échec et est abondamment relayé sur le net … on verra dimanche soir prochain sur Box office mojo si le public est d’accord avec ça !

      • J’ai jamais compris cette difference de traitement de faveur … Des bons films de merde dans le MCU yen a pas mal mais c’est comme si on faisait exprès de ne pas les voir pour retenir que le bon.. avec DC c’est totalement que le contraire.. on retient que le mauvais et on minimise le bon

        • Alors c’est un peu compliqué mais ça peut pourtant s’expliquer.

          Quand une oeuvre plait, on la kiffe et on en redemande. C’est le cas avec le MCU. Mais le MCU fait pas que des choses bien : certains films sont génériques parce qu’ils collent trop à la formule de base (Thor 2, antman, Captain Marvel, etc). On accepte parce qu’ils changent pas finalement, d’un moule qu’ils ont eux mêmes façonné. Les films plus génériques du MCU on les defonce pas, on les oublie. A côté de ceux là, ils font aussi des films qui se démarquent de la sauce habituelle (Captain 2, GotG, Avengers 3, Black Panther), et ceux là ils marchent du feu de dieu parce qu’ils se démarquent (Bon mes exemples c’est des généralités faciles, ça dépend aussi des gouts de chacun, perso Homecoming et Dr Strange se démarquent aussi pour moi).

          Maintenant le DCEU souffre de plusieurs handicaps, qui font qu’il est déjà beaucoup plus attendu au tournant.

          1) la comparaison inévitable avec le MCU, parce qu’ils ont voulu faire un univers partagé comme Marvel, alors que le MCU était déjà implanté depuis 5 ans et 7 films. Encore plus avec la sortie de BvS, qui vient après 8 ans et 13 films à succès, et une formule qui marche. Ça mène au 2.

          2) Ils ont fait 4 films en un seul en guise de deuxième épisode, et ont servit trop de choses d’un coup. Tout ça pour essayer de rattraper un concurrent qui était installé depuis bien longtemps et n’avait rien à changer puisque le succès était toujours là. Bref, ils n’avaient aucune confiance en eux, avant même la création de BvS.

          3) Ils ont proposé une formule beaucoup trop différente de ce à quoi les gens étaient habitués depuis des années. Trop sombre, pas drôle, etc. Les gens ont gueulé, et la Warner s’est plié à leur avis. Ça nous mène au 4.

          4) la Warner s’est couché devant les critiques. Ils ont complètement perdu la face et n’ont pas essayé de défendre leur projet, qui était déjà bancale à faire 4 films en 1. Ils avaient pas confiance, mais en plus ils ont vu le film se faire assassiner. Ils ont donc magistralement paniqué et se sont senti obligé d’écouter les critiques. Ils ont modifié leurs films avant la sortie, sans prendre en compte ce que le réalisateur voulait raconter. Racontez un drame en faisant des blagues, ce sera l’echec assuré. Ce qui nous mène au 5.

          5) Ils ont perdu leur face, mais aussi leur dignité et leur identité. Face aux critiques encore plus grande, et qui etaient déjà une conséquence de leurs erreurs n°3, ils ont perdu leur moyen et ne savaient plus quoi faire. Résultat, une multiplication des projets pour voir ce qui pourrait sauver le marasme dans lequel ils s’embourbaient de plus en plus. Ils ont radicalement changé leur fusil d’épaule (exit snyder et affleck), au point de perdre ce qui les faisait se démarquer du MCU : ils ont donné au public exactement ce dont le public avait l’habitude. Ce qui a donné Shazam.

          C’est toutes ces erreurs au fil des années, ces mauvais choix et ces pertes d’intégrité vis à vis de leurs artistes, qui font aujourd’hui qu’ils se font beaucoup plus descendre que Marvel. Parce que Marvel fait parfois une soupe aseptisée, mais ils n’ont jamais changé leur fusil d’épaule comme l’a fait la Warner.

          Alors oui, après tout ça, Marvel mérite cette reconnaissance : Marvel maîtrise son sujet. Pas la Warner. Alors oui, la Warner mérite de plus en plus le lynchage. Ils foirent quand même un film sur deux depuis 3 ans (et 5 films).

          • J’ai une autre théorie.
            Marvel c’est Apple: ça a révolutionné le marché il ya 10 ans et depuis ca marche très bien , c’est objectivement pas le meilleur produit qu’on puisse trouver mais c’est le numéro un et le consommateur a besoin qu’on lui dise « tu as raison, tu as fait un bon choix ».

            DC c’est Samsung. A la base t’as un meilleur potentiel, mais t’es arrivé en retard au moment de la révolution et tu galère a rattraper ton retard.

            A côté il y a La presse, et la presse elle sait qu’elle est obligé de brosser son consommateur dans le sens du poil. Le problème c’est que le consommateur, il veux du sale, de la polémique… C’est pour ça qu’on parle pas des trains qui arrivent a l’heure.

            De coup DC se tape le rôle du vilain petit canard. Il est, et, restera l’éternel second. La seule façon qu’ils aient de se sortir de cette situation c’est de changer de terrain. C’est pour ça que Deadpool et Logan ont marché. On était loin du marché PG13 de disney, du coup on peux dire aux consommateurs d’y aller le voir ca va claqué. C’est pour ça que je pense que Joker avec son micro budget et son postulat loin du MCu risque de cartonner. Alors qu’au fond, il y a pas plus mauvaise idée que de donner une origine story au Joker.

          • Écoute je fais pas partie de la presse donc j’essaie pas de contenter un consommateur ou je ne sais quoi ^^’ Si DC est le vilain petit canard comme tu dis, c’est parce qu’il y a bien des raisons autres que juste le fait d’être arrivé second ^^ bien d’accord avec toi concernant le Joker. Techniquement le Joker a déjà une origin story depuis longtemps avec Killing Joke.

        • Le fait est surtout que le modèle du MCU ressemble énormément a celui d’une série.
          Dans cette idée donc on retient l’ensemble et on passe aisément sur les passages un peu en deçà car on sait qu’il le seront !
          C’est différent côté DC en raison d’un background relativement récent et d un niveau qualitatif trop variable.

          P.S. On oublie que
          1. Le MCU a mis du temps avant d’atteindre les sommets (a lepoque, L INCROYABLE HULK a été un semi echec)
          2. Avec le temps, nombres de films Marvel s oublient… (ex. ANT MAN 2, GoG vol.2, etc…)

  21. Bon, pas transcendant, niveau complaisance Homecoming pour moi – c-à-d pas vraiment ma came, mais ça se laisse plaisamment regarder même si on n’est pas de la génération qui s’y retrouve.
    Le fanservice a cependant fait le taff sur moi, tout guilleret [spoiler] de l’affrontement à la fête foraine même si on voit ça arriver dès l’insistance sur les sept trônes. Mais bon là, contrairement à Venom et ses « 5 » symbiotes, au moins, la promesse est là tenue et de façon plutôt bien dosée puisque Jack Dylan Grazer, Faithe Herman, Ian Chen, Grace Fulton et Jovan Armand sont justes dans leurs jeux et Adam Brody, Ross Butler, etc pas trop envahissants (dommage que Michelle Borth soit pas fascinante même si le look est respecté ; je l’imagine mal en tenue noire…)
    et puis comme c’est blindé d’easter eggs et que le patrimoine années 40 est plutôt bien assumé, ça l’fait !
    Bref, on sent là que DC tient là son Deadpool, avec ce plus que l’humour étant moins trash, plus famille, il risque assez rapidement d’avoir un paquet de fans parmi la jeune génération….

  22. Ce n’est certainement pas le meilleur film DC car il y a peu d’ambition dans sa réalisation et dans les enjeux.
    C’est un film modeste et il est vendu comme ça. C’est un assez bon film on est dans le correct il y avait bcp plus de chose à faire pour donner plus de profondeur a certain personnage.
    Pour moi c’est Marvel en somme mais sans les fausses promesse du film du siècle.

  23. Je suis un des rares qui ai trouvé ce film chiant à mourir…
    Long et pénible, pas drôle, faut dire que j’ai plus de 40 ans. Deadpool a fait beaucoup mieux.

    • Franchement entre forge et toi (pour notre tranche d age ) vous m avez dégoûté d aller voir le film.

      Bon mon p’tit monstre a 4 ans et gros fan de SH donc qui sait…peut être me laisserai je tenté.

    • On aime en priorité se diriger vers des perso auquel on peut s’identifier facilement.

      et puis je dirais aussi que le cinéma s’est beaucoup planté sur la période ado pré/ado (les teenage movie) … c’est pas toujours évidant d’aller vers un film qui de base a déjà le désavantage de moins nous toucher niveau identification mais qui en plus ne respecte souvent même pas le public cible plus jeune ..

      Je dis ça mais justement dernièrement on a eu un film qui a parfaitement compris et respecté ce qu’est un ado
      sans mépris, sans cliché maladroit .. c est spiderman into the spider verse .

      D ailleurs c’est en voyant ce film la que je me suis rendu compte a quel point on a eu de la merde avant niveau ado et milieu scolaire

    • Perso j ai 40 ans. J ai vraiment bien aimé stratégie ender .trilogie labyrinthe. 13 raison why.

      J ai passablement aimé kin et la tour sombre.

      Du coup pour moi le soucis n est pas le côté ado mais que ce film soit mis dans le même sac que les antman c est a dire le genre de film que je regarde en 2 fois a la maison.

      Bref il sort demain en Tunisie et j amène mon p’tit monstre le voir.

      On verra bien mais bon je n en attend rien donc espérons une bonne surprise ( ce qui n a pas été le cas pour les deadpool et antman )

  24. Aloooors, j’ai vu le film cet aprem en VF, sans 3D, donc pour l’humour ça a ptet un peu joué mais sinon j’ai touvé le film sympa, drôle par moment, plein de bonne volonté mais… Oubliable. Il est assez similaire à Ant-Man dans l’impression qu’il dégage, genre c’est cool ça agrandit l’univers, ça rajoute une petite couche au WoDC (?) mais à part ça, on l’oublie vite je trouve. Mais ça fera une excellente comédie familiale pour l’hiver, je pense qu’il a un bon potentiel pour devenir un film de Noël assez classique, enfin si on met de côté les passages un peu monstrueux. Peut contenir quelques SPOILERS.

    Les + :
    – La famille ! Très attachante j’ai beaucoup aimé ces gens au caractères et aux origines différentes, des personnes simples mais sympathiques
    – L’humour est assez bien dosé, j’ai eu un rictus par moment ce qui est déjà pas mal avec la VF je suppose, beaucoup moins trash que dans Deadpool même si certaines vannes peuvent faire grincer des dents les rabat-joies au vu de l’actualité…
    – Les différents clins d’oeil, c’est toujours sympa et ça étoffe le jeune univers DC qui chercher à renaître après la déconvenue de JL
    – La scène finale avec notre Kryptonien favori, très bien, dans l’esprit du film, simple et avec l’intelligence de ne pas montrer la tête de Cavill pour éviter de trop tirer la couverture pour lui

    Les – :
    – Les CGI, pas au niveau pour un film de SH en 2019, même si le « faible » budget pour l’expliquer, certaines scènes de Hancock ou MoS sont mieux faites et pourtant les films sont bien plus vieux…
    – Zachary Levi… Je sens qu’il est investi dans le rôle mais je n’y arrive pas, je trouve qu’il cabotine trop, alors que l’adolescent a l’air d’être assez réservé, il change complètement de personnalité quand il est en héros, ça peut se comprendre mais le changement est trop brusque pour moi, et l’apparence générale du héros fait un peu trop « fake », même si elle est fidèle j’aurai préféré qu’ils modernisent un peu comme celle de Sup’
    – Le méchant, oubliable, Mark Strong vient prendre son cachet et basta. Les 7 Pêchés sont pas vraiment mieux, surtout dans les scènes bien éclairées…
    La BO oubliable, j’ai même pas retenu un air.

    Voilà c’est tout ce que j’ai retenu à peu près, je ne sais pas si j’irai le voir une deuxième fois mais je ne pense pas. Le film a bon coeur, il se regarde facilement, il nous fait sourire, il fait le café et c’est bien. Mais il ne faut pas en attendre plus, il reste oubliable imo, mais ça reste une bonne comédie familiale sur fond de SH. J’éviterai toutefois d’y emmener des enfants en bas âge car certaines scènes peuvent ptet leur foutre les chocottes surtout dans une salle obscure… ^^

    • Mince j’ai lu trop vite j’ai vu le spoil de la fin. Sinon j’aurais bien vu john cena en shazam pour qu’il affronte the rock qui jouera black adam

  25. Après l’avoir vu, un film bien sympa. Vraiment une bonne impression, j’aime beaucoup la relation qu’ils ont établie entre Billy et sa famille adoptive (reprise du run de Geoff Johns bien évidemment tout comme une grande partie du film).

    Sivana est plutôt intéressant comme antagoniste, sait se montrer très cruel, ce qui rend la chose un peu bizarre quand on voit qu’il a l’air relativement naïf enfant (mais bon son père et son frère sont des ordures). Par contre, c’est dommage, il a les mêmes pouvoirs quasiment donc au final quel intérêt à devenir le Champion, s’il peut avoir ces pouvoirs par un autre moyen. Il aurait pu se distinguer un peu plus, c’est pas un Black Adam quand même.
    Les 7 péchés, oubliables, un design sympathique, mais pas de caractérisation donc à la fin je ne sais toujours pas qui est qui. Dommage ! On voit pas assez leur aspect tentateur, on aurait pu les voir corrompre des humains justement, ça aurait été intéressant.

    Quoi d’autre ? Le changement d’enfant à adulte passe un peu bizarrement car les deux acteurs jouent vraiment de manière très différente, donc cela donne un sentiment étrange. J’ai préféré la prestation d’Asher Angel, plus intimiste à mes yeux.
    Ce qui est appréciable, c’est que l’humour n’est pas trop lourd, il trouve sa place (à part celle sur le fait de pisser qu’on avait déjà vu en bande annonce, j’ai trouvé ça plus marrant quand il se retransforme justement au milieu des WC pour aller plus vite). Le côté horrifique (massacre dans la salle de réunion) était… pour le moins inattendu, je me souviens avoir bugué quand j’ai vu un des péchés dévorer la tête d’un type et qu’avant qu’il ne le balance, on a quand même le temps de voir qu’il manque une tête au mannequin. Comme quoi, pas besoin d’un R-Rated pour faire un film de cette trempe.

  26. SHAZAM ! raconte l’histoire d’un enfant dans le corps d’un super héros et il est filmé exactement dans cette optique. Pour dire, même les scènes horrifiques semblent sortir du cerveau d un ado.
    Au rendez vous donc de l’humour a haute dose mais aussi des moments dramatiques notamment ceux liés a la relation de Billy et sa mère.
    A voir

  27. Je sors de la séance. Très mitigé. Même si pour moi les défauts l’emportent sur les qualités d’un point de vue artistique, on ressort avec le sourire et l’envie d’en remettre une couche.

    J’ai beaucoup aimé la « famille d’accueil » avec des scènes remplies de générosité et de bons sentiments pas trop mieleux. Et le twist que je n’avais pas vu venir ne connaissant pas le comic.
    Je ne sais qui joue la maman d’accueil mais son sourire et ses larmes font parties de scènes qui me restent encore en mémoire.

    J’ai par contre pas aimé pas mal de chose :
    – les sept péchés capitaux, moches, pas crédibles, pas inquiétants. Je me suis fait la réflexion en cours de film que c’était de la mauvaise série B
    – le Docteur Sivana, creux, peu crédible, peu habité par le mal qui l’habite. Et ce malgré un semblant de création d’une mini origin story le concernant. Si je voulais troller, je dirai qu’il m’a fait penser pendant le film à la méchante de Bioman
    – le test des pouvoirs. Mouais c’est tellement superficiel, convenu. Et le sacrilège de mettre du Dont Stop Me Now de Queen dessus (allez jeter un œil aux paroles pour ceux qui ne connaissent pas)
    – le mauvais jeu d’acteur voire très mauvais devant les cgi en particulier les septs péchés capitaux. Je me souviens de certains visages du membre du conseil d’administration et des enfants sur le fauteuil de leur maison vers la fin

    C’est rare mais je ne partage donc pas le point de vue de LTH ce coup-ci.

  28. J’ai trouvé le film très moyen, à la limite du mauvais même.
    Je me demande comment on peut encore faire des films de super héros comme ça de nos jours ?
    On a des spiderman into the spiderverse, des Avengers, des Black Panther…
    Même Aquaman qui est plus classique à la mérite d’être au moins généreux avec son public et on sent que le réal y met du sien.

    Avec Shazam j’ai eu l’impression de voir un film de super héros tout ce qu’il y a de plus lambda, dans le mauvais sens du terme. J’aurais peut être plus aimé il y a 10 ans et encore…
    un peu comme Venom au final (meme si Venom est bien pire pour moi).

    Je trouve qu’il n’y a aucune inventivité, aucune passion dans Shazam. Et pourtant la 1er scène était cool ! Je me suis dit que c’etait bien trouvé. Puis le film est long, et il se passe pas grand chose. Pendant 3/4 du film, Billy n’a pas d’objectif !! Comment on peut écrire ça ???

    La différence de jeu et donc de personnage entre Billy enfant et adulte est étrange. D’un côté un ado presque bougon, et de l’autre un adulte qui s’amuse avec ses pouvoirs. Le personnage est mal écrit. Je n’ai pas réussi à me dire que c’etait le même.

    J’avais aimé les test de pouvoir dans la bande annonce mais au final ils sont hyper classique dans le film…
    Le point positif c’est le frère de Billy qui est très attachant. J’aurais tellement aimé que lui ai les pouvoir s’en Shazam depuis le début.

    Pour finir, le combat final du film dure une plombe, très redondant, et pas du tout impressionnant. Pour des gens avec des pouvoirs pareil, leur affrontement est peu impactant.

    J’ai du mal à mettre 5/10 à ce film.

  29. Au fait LTH… pas de Guide de Lecture pour Shazam! ?
    Pourtant, Urban a sorti ceci:
    https://www.amazon.fr/Shazam-anthologie-r%C3%A9cits-magiques-jours/dp/B07KZ4MVZ4/ref=sr_1_1?__mk_fr_FR=%C3%85M%C3%85%C5%BD%C3%95%C3%91&keywords=shazam+anthologie&qid=1554467288&s=gateway&sr=8-1
    https://www.amazon.fr/Superman-Shazam-Premiers-coups-tonnerre/dp/B07KZGKRVW/ref=pd_sim_14_2/258-9415338-9666432?_encoding=UTF8&pd_rd_i=B07KZGKRVW&pd_rd_r=487fdffe-579e-11e9-a852-2dd4bf56e1d7&pd_rd_w=VAo1x&pd_rd_wg=Tf5cc&pf_rd_p=7e133c34-2a2a-4f4f-8372-6a26c70ca073&pf_rd_r=N6Q9TW4Z8EGNX6SN6QPB&psc=1&refRID=N6Q9TW4Z8EGNX6SN6QPB
    https://www.amazon.fr/Shazam-contre-soci%C3%A9t%C3%A9-monstres-Alex/dp/B07KZHV93M/ref=pd_bxgy_img_2/258-9415338-9666432?_encoding=UTF8&pd_rd_i=B07KZHV93M&pd_rd_r=5591aba1-579e-11e9-8761-ad64b9176006&pd_rd_w=8xBav&pd_rd_wg=WSFGR&pf_rd_p=e6148c64-3e38-4dde-b49b-61e5910a29fa&pf_rd_r=5K4RXW7RDEAH2VGKXFYJ&psc=1&refRID=5K4RXW7RDEAH2VGKXFYJ
    https://www.amazon.fr/Shazam-Gary-Frank/dp/B07L5ZD6KN/ref=pd_sim_14_8?_encoding=UTF8&pd_rd_i=B07L5ZD6KN&pd_rd_r=6736bac4-579e-11e9-9283-c5b401fdc439&pd_rd_w=XfT1i&pd_rd_wg=FwPCl&pf_rd_p=7e133c34-2a2a-4f4f-8372-6a26c70ca073&pf_rd_r=YKZGBK0ZGC40P1XFEWPR&psc=1&refRID=YKZGBK0ZGC40P1XFEWPR
    https://www.amazon.fr/Shazam-Gary-Frank/dp/B07KZ3ZNV6/ref=pd_sim_14_4/258-9415338-9666432?_encoding=UTF8&pd_rd_i=B07KZ3ZNV6&pd_rd_r=5c9ef09f-579e-11e9-821c-15287003c8a7&pd_rd_w=50bri&pd_rd_wg=AF2qs&pf_rd_p=7e133c34-2a2a-4f4f-8372-6a26c70ca073&pf_rd_r=6NMV7KW5KTPXAJ0EE7YK&psc=1&refRID=6NMV7KW5KTPXAJ0EE7YK

  30. Vu ce soir, je dois dire que c’etait tres moyen .
    Le 1er 1/3 est plutôt plaisant a suivre, les situations sont assez bien amené, on sourit ou on rigole et il y a une certaine fraîcheur je trouve .
    Mais plus le film avance plus ca devient lourd, le problème vient surtout d’un super vilain vraiment bien naze .OUUUUlllllaaa il est mechant tout plein, des plan systématique sur son oeil malefique et des grimaces de mechant limite nanardesque , il semble cela dit jamais très dangereux pour chazam, a mainte reprise il peut le dégommer mais il ne semble ne pas en avoir envie,il semble attendre que le heros deviennent plus puissant et le defonce du coup on a envie que ca se termine vite .Son pouvoir d’invoquer les monstres des 7 péché capitaux est l’un des plus ridicule que j’ai vu .Les creatures sont pas credible pour un sous, ca fait un peu serie z .
    Autre point assez significatif de l’absence d’enjeux et de scenario ,Le personnage principal n’evolue presque pas .
    Bref vous l’aurez compris c’est vraiment pas terrible du tout, d’ailleur la salle tres reactive au debut du film s’est calmé au fur et a mesure .

    Et les scenes post generique c’est pas un truc de marvel ca ???????Ils veulent pomper la formule marvel jusqu’au bout

  31. Shazam était le film « héroïque » que j’attendais surement le moins cette année mais la critique très positive du Boss m’avait remotivé, verdict…
    Et bien j’ai pas le souvenir d’avoir déjà été autant en désaccord avec l’avis du Boss, j’ai clairement pas aimé le film, sorte de parodie burlesque pour enfants du film de super-héros, si c’est ça l’avenir de l’univers DC (un avenir avec un Superman sans tête au passage) alors ça sera sans moi ! Très franchement pour moi c’est l’un des pire films de SH moderne que j’ai pu voir, et que dire de cette scène post-générique où on tombe carrément dans le ridicule le plus total. Bref tout ça pour dire que pour la première fois je n’achèterai pas le Blu ray d’un film d’une franchise dont je suis pourtant fan.

  32. Je pose ce long pavé ici pour les personnes qui s’intéressent un peu à l’écriture de scénario. Je m’attendais à tomber sur un film dénué de fond en allant voir Shazam!. Je me trompais. Le film dispose de qualités scénaristiques étonnantes que je vais décrire ici. Et pour ceux que ça intéresse je base mon analyse sur un bouquin qui s’appelle l’Anatomie du Scénario de John Truby, que je recommande à quiconque souhaite mieux comprendre le fonctionnement du moteur qu’est le scénario d’un film.
     
     
    SPOILERS SPOILERS SPOILERS SPOILERS SPOILERS SPOILERS SPOILERS SPOILERS SPOILERS SPOILERS SPOILERS SPOILERS SPOILERS SPOILERS
     
     
    Thème principal : le rôle de la famille dans ce que deviendra un enfant une fois adulte.
     
    Tous les éléments du film sont construits autour de ce thème. L’ensemble du réseau de personnages par exemple: Thaddeus a subi le mépris de son père qui lui a toujours préféré son frère; les parents d’accueil de Billy ont grandi en familles d’accueil et accueillent aujourd’hui des enfants pour leur offrir un foyer chaleureux et une chance d’avoir un futur radieux ; Les nouveaux frères et soeurs de Billy ont tous perdu leurs parents et sont accueillis dans cette maison; et le héros, Billy, a perdu sa mère et repousse toutes les familles qui tentent de l’intégrer. Un réseau de personnages construit autour d’un même thème donc, une bonne base pour raconter une histoire unie et organique.
     
    En lien avec le thème principal, on retrouve un gros travail sur l’opposition entre l’innocence du monde des enfants et la dureté du monde des adultes. Les bouffonneries de Shazam avec ses pouvoirs contrastent méchamment avec les horreurs commises par Thaddeus avec les siens. L’humour “gamin” de Shazam avec le sérieux inflexible de Thaddeus. C’est intéressant d’un point de vue immersif, car en tant que spectateur passer de 30 minutes de gags enfantins où Shazam fait le con avec ses pouvoirs, à une scène horrible où des businessmen se font dévorer sauvagement par des monstres fait l’effet d’un électrochoc. On ne se contente donc pas de nous dire ce que Billy et sa fratrie ressentent lorsqu’ils sont confronté à Thaddeus et à ses montres : on nous le fait ressentir, ce qui élève la narration à un niveau supérieur. Et c’est aussi évidemment une métaphore de ce que peut ressentir un enfant quand il est confronté au monde des adultes.

     
    Les 7 étapes clés de la structure narrative
     
    Le scénario passe par ces 7 étapes, et on a donc un personnage qui évolue organiquement en rapport avec le thème principal de l’histoire.
     
    Étape clé n°1 : faiblesse et besoin du héros.
    Billy est doté de plusieurs faiblesses psychologiques, comme sa couardise et la peur de voir sa famille blessée (absente au début de l’histoire, mais développée par la suite à mesure qu’il noue des liens avec sa nouvelle fratrie). Mais surtout il dispose d’une faiblesse morale qui rejoint le coeur de l’histoire : il ne croit plus en la famille, et estime que tout individu doit se débrouiller par lui-même, et “sauver sa pomme”. Pour lui, la famille est un truc de faible, et cette mentalité va faire du mal à son nouveau frère, Freddy.
     
    Étape clé n°2 : le désir du héros :
    Le désir principal de Billy est de retrouver sa mère. Un désir en lien direct avec le thème principal, et qui va le guider tout au long de l’histoire.
     
    Étape clé n°3 : l’adversaire
    Thaddeus est l’un des antagonistes les plus pertinents que j’ai pu voir dans un film de SH ces dernières années, car il est un reflet du héros en rapport avec le thème principal : tous deux ont perdu foi en la famille, tous deux estiment que la force tient dans le fait de pouvoir se débrouiller tout seul, tous deux étaient de potentiels successeurs pour le sorcier Shazam. Ils se ressemblent donc, et Thaddeus offre en quelques sorte une idée de ce que pourrait devenir Billy s’il continue sur cette voie.
    Le personnage est d’autant plus intéressant qu’il passe lui aussi par les 7 étapes clés de la structure narrative, ce qui fait de lui un antagoniste bien développé.
     
    Étape clé n° 4 : le plan du héros.
    C’est peut-être la seule étape survolée dans Shazam : Billy ne semble pas vraiment avoir de plan pour accomplir son désir. J’ai l’impression qu’il erre un peu au gré du vent, allant de famille d’accueil en famille d’accueil. D’un autre côté ça a du sens : c’est un gamin perdu, donc ça se tient.
     
    Étape clé n°5 : La confrontation finale
    Thaddeus utilise l’une des faiblesses de Billy – la peur de voir ses frères et soeurs blessés à cause de lui – pour l’appater et le forcer à lui remettre ses pouvoirs. Cette confrontation est intéressante, car elle vient nourrir la faiblesse morale du héros : sa famille constitue un point faible ici, elle le rend vulnérable.
     
    Étape clé n°6 : La prise de conscience
    La prise de conscience de Billy se fait en deux temps :
    1. Il retrouve sa mère et apprend qu’elle l’a abandonné, et non perdu. Cette découverte est intéressante parce qu’elle rapproche encore plus Billy de Thaddeus (tous deux ont été rejetés par leurs parents) mais là où Thaddeus n’avait rien à quoi se raccrocher à part ce pouvoir qui lui a été refusé; et finit par tuer sa famille par vengeance, Billy a une famille de substitution qui ferait des pieds et des mains pour lui. En lien direct avec le thème principal donc, ce qui permet à Billy de ne pas sombrer quand il est confronté à ce dur coup infligé par la vie, c’est la famille chaleureuse qui l’a accueilli. Et c’est ce qui lui permet de ne pas devenir comme Thaddeus.
    2. Billy comprend que la famille peut devenir une force si les différents membres forment un tout et agissent ensemble, les uns pour les autres. Il partage son pouvoir avec ses frères et soeur et c’est ce qui leur permet de triompher. D’un autre côté, il est intéressant de noter que Thaddeus s’affaiblit lorsque les 7 péchés capitaux quittent son corps. La “famille” de substitution qu’il forme avec ces monstres est désunie puisqu’ils le manipulent pour servir leurs intérêts, et elle constitue donc la faiblesse principal de Thaddeus (lien direct avec le thème principal, encore une fois).
     
    Étape clé n°7 : Nouvel équilibre
    Billy a surmonté sa faiblesse morale principale, accepté sa nouvelle famille et fait maintenant partie intégrante de ce foyer chaleureux.

     
    La symbolique
     
    Le scénario de Shazam utilise également un certain nombre d’éléments symboliques pour renforcer sa narration.
     
    Le héros conserve précieusement une boussole en forme de boule que lui a offerte sa mère avant qu’il ne se perde, boussole censée l’aider à trouver son chemin dans la vie, comme pour l’empêcher de se perdre dans les ténèbres du monde des adultes. Ce symbole rend la scène du face à face avec sa mère d’autant plus forte : lorsqu’il lui rend la boussole en lui disant “tu en as plus besoin que moi”, on comprend que sa mère est une adulte qui s’est perdue, là où lui n’a plus besoin de boussole, car il a trouvé sa nouvelle famille.
     
    Thaddeus est lui aussi guidé par un objet de forme sphérique – la boule mystique – sauf que celui-ci est perverti par les 7 péchés capitaux, et le mènera vers une destination sombre et obscure. Symbole intéressant puisque métaphore de la façon dont l’homme peut facilement se laisser pervertir par les différentes tentations du monde des adultes.
     
    Les 7 péchés capitaux sont donc en eux-mêmes un élément symbolique de l’histoire : ils représentent un mal caractéristique du monde des adultes en opposition avec l’innocence du monde des enfants (ce qui rejoint encore une fois le thème principal de l’histoire).
     
    Le check familial est un autre symbole en lien avec le thème principal, car il permet de suivre l’évolution de Billy sur le débat moral de l’histoire : au début il valorise la solitude et repousse cette nouvelle famille, ce qui est représenté symboliquement par son refus de participer au check familial, puis demande lui-même ce check lorsqu’il unit sa fratrie autour du bâton de Shazam pour partager son pouvoir avec eux, et enfin participe avec plaisir au check familial une fois de retour à la maison, ce qui marque symboliquement sa prise de position vis-à-vis du débat moral de l’histoire : il a compris que la famille pouvait être une force si elle était soudée.

     
    L’univers du récit
    Les lieux clés du film sont également organisés autour du thème principal.
     
    La Maison incarne ce que Billy fuit mais dont il a cruellement besoin : une famille chaleureuse et unie. C’est pour ça que le terme “home” revient souvent dans le film, aux moments charnières de l’histoire.
     
    La caverne du sorcier Shazam est un lieu qui recèle une signification visuelle très forte : elle est majoritairement plongée dans l’ombre, et aboutit à l’emplacement où se trouvent les sièges des élus, qui sont baignés de lumière. Pour atteindre la lumière, l’enfant doit traverser les ténèbres et résister à la tentation des 7 péchés capitaux. Ce lieu est donc ce qu’on appelle en termes narratifs une miniature, qui représente à petite échelle le monde dans lequel évoluent les personnages de l’histoire.
     
    Les lieux dans lesquels s’affrontent Shazam et Thaddeus lors de leurs différents affrontements sont également porteurs de sens et particulièrement bien choisis. Le magasin de jouets ou encore la fête foraine sont des lieux caractéristiques de l‘enfance. Et si vous êtes attentifs, vous avez du remarquer que la caméra met souvent l’accent sur les objets typiques de ces environnements que Thaddeus et ses créatures détruisent lors des combats. Les jouets du magasin, les attractions, les lettres “LOVE”… Grâce à ça ce ne sont pas juste deux sur-hommes qui se tapent dessus à coups de super-pouvoirs, mais un affrontement idéologique qui participe à la narration et au débat moral de l’histoire. L’idéologie de Thaddeus ne nous est pas simplement expliquée avec des mots. Elle nous est représentée symboliquement à travers l’image.
     
    Dans la même idée, portez attention au déroulement du combat final : on commence avec Thaddeus et ses créatures qui menacent de détruire la fête foraine, puis Thaddeus attire Billy dans les airs, entre les buildings, dans un environnement particulièrement sombre où l’éclair lumineux du costume de Shazam est quasiment la seule source de lumière. Puis retour à la fête foraine où la Shazam family triomphe de Thaddeus et des 7 péchés capitaux. Vous voyez que le déroulement de l’affrontement en lui-même est le reflet de l’évolution du débat moral de l’histoire : l’union familiale procure à l’enfant la force de traverser les ténèbres du monde des adultes sans se laisser pervertir par la tentation incarnée par les 7 péchés capitaux.

     
    Le thème secondaire : les fondements de l’héroïsme
     
    Ce choix de thème secondaire est particulièrement intéressant, puisque le super-héros est un concept caractéristique du monde de l’enfance qui peut être malmené lors du passage à l’âge adulte – “Les super-héros c’est pour les gamins” – et qui peut aussi faire office de guide, en offrant des valeurs fortes à l’enfant qui devra tenter de les conserver lors de son passage dans le monde des adultes, ce qui s’avérera souvent difficile, la vie pouvant parfois frapper très fort…
     
    Ce thème secondaire est à l’origine des pouvoirs du super-héros Shazam!, puisque l’élu qui recevra ses pouvoirs est supposé être capable de traverser les ténèbres de la caverne sans céder à la tentation des 7 péchés. Ce qui est intéressant avec le personnage de Billy, c’est qu’il a été choisi “faute de mieux”. Les 7 péchés ne sont plus dans la caverne, il n’est donc pas exposé à leur tentation et reçoit les pouvoirs de Shazam sans avoir prouvé sa valeur. Un choix intéressant, puisque s’il avait été choisi selon le processus traditionnel il aurait été validé dès le départ, et le suspense vis-à-vis de sa légitimité aurait été inexistant. Ici, il ne mérite pas ses pouvoirs au début de l’histoire, et les utilise n’importe comment. Il doit donc apprendre à en devenir digne dans la suite de l’histoire.
     
    Ce thème secondaire est également le vecteur principal de l’humour du film. Ce qui est intéressant dans Shazam, c’est qu’au delà du côté “gamin” de ses blagues, on a surtout affaire à un humour thématique. Et en le rattachant au thème secondaire, qui est lui-même connecté au thème principal, on obtient des séquences de gags qui racontent quelque chose. En l’occurrence, il ressort un véritable côté méta, puisque les deux ados, à travers leurs bouffonneries, explorent le thème du super-héros de comics, tournant en dérision certains de ses éléments phares, comme le choix du nom de SH, ou encore la découverte et la maîtrise des super-pouvoirs. Mention spéciale à la scène où Billy et Thaddeus se parlent de loin et ne s’entendent pas, qui peut paraître absurde à première vue, mais impossible de ne pas revoir cette scène de MoS où Zod et Superman se parlent à plusieurs centaines de mètres de distance comme s’ils étaient à distance de conversation et s’entendent parfaitement (un cliché qui revient souvent). L’humour plaira ou pas, ça dépend des sensibilités de chacun. Mais il est travaillé autour d’un thème, et n’est pas balancé là comme ça juste pour atteindre le quota de blagues du blockbuster SH lambda. Et le fait que les héros soient des gamins rend l’absurdité de ces gags légitime… contrairement à certains SH adultes qui se plaisent à faire des pauses déconnades au beau milieu d’un champ de bataille, alors que des innocents meurent autour d’eux et que le sort du monde est en jeu…
     
    Enfin le thème secondaire vient renforcer les liens thématiques entre les différents personnages de l’histoire et son héros principal: Thaddeus a été jugé indigne des pouvoirs que Billy a reçus, ce qui nourrit sa jalousie envers lui (“envy”, LE péché capital auquel a cédé Thaddeus) ; Freddy est handicapé physique et donnerait tout pour obtenir de tels pouvoirs ; et c’est via le partage de ses super-pouvoirs que Billy unit sa fratrie lors de l’affrontement final.

     
    En conclusion :
     
    C’est pas parfait (les relations de Thad avec son père et son frère auraient pu être développées; On aurait pu parler aussi des conséquences sur Billy de l’abandon de sa mère; Ou détailler un peu plus l’influence de chaque péché capital), mais la structure du scénario est bien plus travaillée et porteuse de sens que la plupart des blockbusters que j’ai vus ces dernières années. En comparaison, j’ai vu Captain Marvel juste avant Shazam, et j’avoue être sidéré de voir un film aussi pauvre passer le milliard alors que Shazam semble être mal parti pour faire un résultat honorable. Je constate toujours aussi tristement que le marketing a pris le pas sur la qualité de storytelling… Bref, aux rares courageux qui auront lu ce pavé jusqu’au bout, votre avis m’intéresse. J’ai fait cette analyse à chaud en ayant vu le film qu’une fois. J’ai donc forcément raté plein de choses intéressantes. N’hésitez pas à partager si vous voyez des choses que j’aurais oublié !

    @LTH : Je me rends compte après coup que ce poste est vraiment très long, sorry… Si tu estimes que ça pollue ton espace commentaires… Fais ce que tu as à faire. ^^

    • Juste la scène de MoS où les deux Kryptoniens s’entendant bah elle est normal vu que la super ouïe fait partie de leurs pouvoir donc… Sinon c’est sympa comme analyse mais un poil longuet et répétitif pour moi, « ce qui est intéressant » revient beaucoup par exemple.

      • @Watcher: Bien vu pour la super-ouïe, je suis débile ! ^^
        J’ai tout de suite pensé à MoS mais c’est un cliché qui revient souvent dans les films de SH (et même au-delà en fait).
        Je note ce que tu as dit pour la répétition. Je t’avoue avoir écrit ce pavé pour le fond sans trop porter attention à ce genre de choses. C’est sur la structure narrative étonnamment aboutie de Shazam! que j’étais focus ici.
        Pour ce qui est de la longueur, je comprends. Moi-même je ne suis pas sûr que j’aurais pris le temps de lire un tel pavé. Mais difficile de traiter ça en faisant des racourcis… Remarque, j’aurais pu me contenter de bullet points, mais ç’aurait peut-être été moins sympa à lire non ?

        • J’ai tendance à préférer les choses concises qui vont droit au but, plutôt qu’un truc mieux emballé mais qui voudra dire strictement la même chose, mais bon c’est une affaire de goût après. ^^

          Après je trouve que ton analyse fait très « scolaire » dans le sens où tu donnes beaucoup de valeur au bouquin que tu cites, tu utilises sa méthode pour analyser le scénario de manière presque mathématique tout en délaissant la partie la plus importante pour moi quand on touche au domaine de « l’art » : est-ce que ça provoque des émotions ? Pour moi, donc là c’est carrément subjectif, tu peux avoir le scénario le plus élaboré du monde, qui présente des thèmes forts mais en toute subtilité, etc, si le film ne parvient pas à transmettre d’émotion, c’est raté. Parfois faire moins compliqué mais plus « beau » c’est mieux. Mais encore une fois ce n’est que mon avis. 🙂

          • À vrai dire Watcher, je n’analyse que la partie objective parce que c’est la seule qui puisse être évaluée. ^^ Pour le reste, te dire si j’ai ressenti quelque chose ou pas de mon côté n’a à mon sens pas grand intérêt. Ça n’a rien à voir avec la qualite d’écriture d’un film (que la plupart des gens limitent justement à ce qu’ils ont ressenti). C’est propre aux sensibilités de chacun. Et si je me basais sur ce critère, je devrais dire que les films de Tarantino sont de mauvais films… Si je perçois leurs qualités, c’est justement parce que je vais au-delà de mon ressenti pour me concentrer sur ce que Tarantino a voulu transmettre. Et là je vois l’étendu de ses talents, même si je ne ressens rien de particulier. ^^
            L’écriture de scénario, contrairement à ce qu’on peut croire, est un processus très structuré. Et l’Anatomie du Scénario (ou autres) fournit les outils permettant de comprendre la structure d’un scenario, et de percevoir la profondeur de traitement de son sujet. C’est un peu comme la pilule rouge dans Matrix en fait 😉

    • Ouais enfin le theme de la famille est une classique dans les blockbusters americain, j’irais meme plus loin c’est l’idéologie mise en avant par le capitalisme, je dois protéger et mettre a l’abris du besoin mes proches .Ce qui peut justifier finalement tout les excès du système .C’est aussi le cheval de bataille du lobbies de l’armement aux usa .
      Et dans presque tout les blockbusters, le theme de la famille est present .Je trouve sourtout que ça cache derrière ses bonnes intention , des idées clairement nauséabondes .

      • « Ouais enfin le theme de la famille est une classique dans les blockbusters americain »

        Pour le coup ça colle bien plus dans ce film/comics vu la situation particulière de billy
        C’est ça qu’archer pointe du doigt

        « C’est aussi le cheval de bataille du lobbies de l’armement aux usa . »

        Tu vas trop loin, le film ne part jamais là dedans

        Ps : archer, welcome back

        • Certe je digresse mais il ne faut pas mettre de coté que Hollywood a une force d’impacte dans le monde et véhicule des valeurs .
          C’est pour ca que je rebondis sur l’analyse de archer .
          Cela dit j’ai quand même bien aimé le 1er tiers du film , le reste pour moi est assez mauvais

      • @Starbust: Que le thème soit classique est une chose. Qu’il soit au coeur du film et régisse tous ses éléments scénaristiques en est une autre. Un blockbuster qui traite aussi largement son thème (quel qu’il soit)
        est suffisament rare pour être noté.

        Pour le reste, je te trouve excessif. Toutes les bonnes valeurs ont été détournées par des lobbys ou autres types d’organisations à un moment ou un autre. Ça n’enlève rien au bien fondé de ces valeurs. Et à moins que tu puisses démontrer le contraire, à aucun moment Shazam! ne fait l’apologie des armes ou autres choses du genre. Ça reste bon enfant.

      • Ici, la Famille est plus synonyme de Survie… Elle ne se créé pas pour prospérer, comme dans des récits (américains) conservateurs « classiques », tel que papa-maman-2 enfants virgule 5…Les Indestructibles quoi ?
        Non, dans Shazam!, elle se créé pour pallier à un vide affectif, ou à des traumatismes, voir à la Mort elle-même. C’est pas du tout angélique, et c’est d’une justesse terrible. Il faut accepter que certaines personnes ne sont pas privilégiées par la Vie, mais qu’elles peuvent avoir la chance d’avoir une main tendu à un moment… il faut la saisir à temps, sinon c’est fichu.

    • La méthode vogler (inspiré de Joseph Campbell), c’est bien mais peut faire ça avec tous les films puisqu’elle est utilisé à howliwood depuis depuis belle lurette, donc c’est normal qu’il réponde à cette structure comme d’ailleurs captain marvel, comme aquaman comme les gardiens de la galaxy et comme thor ragnarock, donc ce que tu viens de nous faire c’est une belle arnaque intellectuelle à l’image de trudy (je te conseille les interviews Astier sur le sujet ) mais ça n’en fait pas un bon film, puisque si tu faisais l’effort avec tous les films tu auras les même résultats essayes avec les téléfilms m6 ça marche aussi.

      • Je l’ai fait avec Aquaman, Captain Marvel et Infinity War. Et non, la « méthode Truby » n’y est pas respectée. Les personnages n’y sont pas connectés à un thème. Aucun réseau de symboles autour du thème. C’est raté.
        Sinon je t’invite à nous démontrer le contraire en faisant la même analyse pour ces trois films.

          • Je t’écoute : quel thème unit les personnages de Captain Marvel ? Et ceux d’Infinity War ?

            EDIT: Et quels sont les symboles liés à ce thème et qui constituent le réseau de symboles de ces deux histoires ?

          • je n’ai pas le temps de faire une analyse, on verra demain si j’en ai.
            maintenant la méthode Truby est là pour disséquer un scénario, donc il y a deux choix soit tu es de mauvaise foi soit la méthode est mauvaise. Tous ces films sont basé sur une structure à la Cambpell et Truby c’est basé dessus (ce qui est cavalier de sa part)

          • Ahah te defile pas crabemarteau, je ne t’ai pas demandé une analyse complète. Allez tu disais que c’était facile : quel thème unit les persos de Captain Marvel ? Et d’Infinity War ?

            EDIT: Tu devrais peut-être lire l’Anatomie du Scénario avant d’en parler, tu crois pas ? ^^

            EDIT2: N’empêche, ce débat !

            Toi: « Tous ces films sont basés sur la méthode Truby »
            Moi: « Bah non, aucun thème n’unit les personnages »
            Toi: « Bah si »
            Moi: « ah bon ? Quel thème? »
            Toi: « bah… j’ai pas le temps de réflechir là, mais si si c’est obligé »
            Merci, je viens de me taper un fou rire tout seul.😂

            Sérieux, lis l’Anatomie du scénario, tu verras que tous les films ne respectent pas ses « règles », loin de là.

            See you around marteaucrabe ! 😉

          • Même si comme toi je pense que Shazam a plus de symbolique (autour d’une thématique) à offrir que les deux autres cités je veux bien m’y essayer:

            – pour Infinity War je dirais l’importance de faire ce qui est juste/bien malgré les sacrifices. Pour Thanos, il s’agit de sacrifier la moitié de l’univers pour sauver le reste ; mais également de tuer la seule personne qu’il aime pour le bien de tous. On retrouve ce même dilemme de tuer l’être aimé pour une plus grande cause à différents moments du film (Vision et Wanda, Star Lord et Gamora…) avec des réactions qui fluctuent. On peut aussi penser au coup de fil de Stark à Captain, l’importance de faire passer son ego et son ressenti derrière la mission et le bien commun. Avec le personnage de Spider-Man, on se trouve en présence d’un héros qui n’a pas encore connu ce déchirement, à l’inverse Thor est la figure de celui qui se retrouve brisé car ayant connu toutes les tragédies sans pour autant décerner un quelconque bien en émerger. C’est sûrement très bancal mais j’émets une proposition.

            – pour Captain Marvel, ce n’est pas appuyé par le long métrage, mais j’aurai apprécié une thématique sur le patriotisme, bref sur ce qui nous lié à notre nation, nos traditions, notre culture -> d’un côté Jude Law soldat engagé dans une guerre pour protéger la nation Kree, de l’autre Mar-Vell qui trahit son pays. D’un côté Ronan qui cherche non le pouvoir à titre personnel mais l’hégémonie de son peuple et pour ce choisit d’écraser tout ethnie non Kree, de l’autre Fury qui fait confiance à une extra-terrestre au mépris des protocoles, qui laisse le bénéfice du doute et accorde sa confiance. Et au milieu, Carol, militaire par deux fois [et forcément l’armée quel que soit l’époque ou le lieu est pétrie de patriotisme] dans des nations différentes qui devrait être tiraillée entre ses allégeances. Malheureusement, le potentiel de ce thème est méprisé par le film, et Carol retourne sa veste plus vite que l’éclair (rappelons qu’elle a servi les Kree pendant 3 LONGUES ANNEES!).

            PS: je n’ai pas lu l’anatomie du scenario 🙂

          • Réponse intéressante WeaponX !
            Je suis arrivé à la même conclusion que toi pour la question du sacrifice dans Infinity War. Le truc, c’est que ce thème se limite precisement à ce que tu as cité (6 persos sur 60 ?). Si le film suivait la « méthode Truby », l’amour de Thanos pour sa fille aurait été présenté comme une faiblesse et un danger pour lui en début de film (par exemple), il serait lié à un débat moral (ce qui aurait pu être le cas avec Rogers qui estime qu’on ne marchande pas une vie, sauf que leurs points de vue ne sont jamais confrontés, et il faudrait aussi d’autres points de vue sur la question), il serait reflété à travers l’univers du recit, etc. Et surtout c’est noyé au milieu de tout le reste. Le rapprochement entre Thanos et Stark, tous deux « cursed by knowledge » aurait aussi été un thème intéressant à développe…

            Bonne idée pour Captain Marvel. J’aurais sûrement préféré le film si tu avais été à l’écriture ! 🙂 En fait le thème à l’origine de l’evolution de Carol, c’est le besoin de maîtriser ses émotions pour libérer son potentiel. Présenté en début de film, mais là encore les persos ne sont pas organisés autour de ça, pas de réseau de symboles, ni de débat moral sur la question. Bref, dommage.

            EDIT: Je te conseille fortement cette lecture ! Ça a changé mon regard sur le cinéma et le storytelling en général.

          • @Archer
            EDIT2: N’empêche, ce débat !

            Toi: « Tous ces films sont basés sur la méthode Truby »
            Moi: « Bah non, aucun thème n’unit les personnages »
            Toi: « Bah si »
            Moi: « ah bon ? Quel thème? »
            Toi: « bah… j’ai pas le temps de réflechir là, mais si si c’est obligé »
            Merci, je viens de me taper un fou rire tout seul.😂

            Sérieux, lis l’Anatomie du scénario, tu verras que tous les films ne respectent pas ses « règles », loin de là.

            See you around marteaucrabe ! 😉

            je crois qu’on touche le fond, j’ai jamais parler de la méthode truby, je parle de la méthode vogler (Cambpell), quand à ta méthode truby si elle ne marche pas relis ce que j’ai mis plus haut.
            maintenant je me défilais pas j’ai juste une famille mais es que ça vaut le coup que je m’attarde … non, et la prochaine fois essayes de bien lire.

          • Bon, je ne persiste pas alors, je te laisse à ta pilule bleue. Par contre je tiens à te remercier sincèrement : je viens de me faire les vidéos d’Astier au sujet de Vogler suite à ta recommandation. Très intéressant. Je me suis ensuite penché sur les travaux de Vogler. Même résultat qu’avec Truby : que ce soit Aquaman, Infinity War ou Captain Marvel, on est loin de ce que propose le gars (qui est pourtant bien moins approfondi que l’Anatomie du Scénario au passage). Tout simplement parce que ces scénarios utilisent son paradigme à l’arrache et avec un traitement de surface. Merci de m’avoir fourni une autre référence pour appuyer mon propos, je vais commander son bouquin dès maintenant.
            Bonne soirée en famille ! 😉

  33. J ai aimé..
    Ya du fond, les personnages sont attachant.. Le thèmes sont fort et bien traités.
    Et puis ils sont arrivé à illustré des ados pas tête à claque (je salut ce virage bien négocié)
    Ça pêche plus sur la forme : trop pauvre visuellement et pas très inspiré niveau costume déco mise en scène.

    Je comprends que ça plante à cheval entre cap marvel et Avengers.. Les qualités intrinsèques sont la mais mauvais timing de sorti

    Ps : derrière moi pendant la séance j ai entendu un gamin de 4 ou 5 ans dire au bout de 10 min « mais ils sont où les Avengers » Visiblement il a pas été briefé par papa maman.. Je pense qu il a bien résumé le problème de Shazam pour faire un B.O honorable… Les gosse attendent Avengers et les adultes ne vont pas naturellement vers un shazam surtout avec cette promo teenage movie à la con.

    Ce film méritais mieux que ça….

  34. Bon ben j’y suis allé il y a quelque jour.
    Ça se regarde, mieux que Venom pour ma part (que j’ai apprécié, sans plus). C’était drôle et fun, perso je suis preneur. J’ai été bien moins pris dans ce film que dans Aquaman, qui avait son coté épique et mythologique bien plus géré que Shazam.
    SPOILERS
    Globalement, j’ai bien aimé le film, mais il manquait deux-trois trucs pour rentrer complètement dans le film. Mon problème vient surtout du méchants de ce film. Dont l’origine « on créé soit même sont ennemis » n’a jamais été aussi été caricaturale. Je ne comprend pas ce personnage du vieux sorcier (et bon sang, Benzai gère mieux sa perruque !). Et là arrive mon problème avec le personnage de Shazam, qui obtiens ses pouvoirs, parce que, ben, il a eu du bol d’être convoqué à ce moment. Sérieux, contrairement au personnage de Thadeus il n’a pas été soumis à la tentation, donc en quoi le Sorcier peut le trouver apte à obtenir les pouvoirs de Shazam ? Ah, oui, il n’avait plus d’autre solutions pour arrêter les 7 péchés capitaux ! Et justement ceux-la, parlons-en ! WAH ! Mais qu’est-ce qu’ils étaient kitsch et dégueulasses, on les dirait sorti tous droit d’un film type Elektra ou Ghost Rider (en terme d’originalité et de mythologie).
    Mais bon, j’ai bien été pris dans l’humour du film, le thème sur la famille était sympa et bien géré tous du long. Les références au DCEU étaient assez bien amené et me plaisaient. Et ce caméo de Superman, je n’arrive pas à savoir si je l’adore (sur la forme, simple et efficace) ou le déteste (sur le fond, la probable dernière apparition de Superman, pas d’Henry Cavill). Et des personnages secondaires très appréciable, un final, certes spoilé par les articles que j’avais vu, mais très jouissifs à regarder. Et puis le terme des pouvoirs et des responsabilités bien plus géré que dans Spiderman Homecoming, donc c’est bien ! (bon pas autant que les anciens films Spiderman, mais c’est déjà ça)
    En bref, j’ai passé un bon moment, mais je n’arriverai jamais à prendre ce film un tantinet au sérieux, en même temps, lui non plus ne le fait pas. Mais bon, ce coté parodique ne m’a pas gêné, car il est voulu et établie très rapidement (et compréhensible par la psychologie du héros, un enfant qui devient un super-héros dans un corps d’adulte).

  35. Une bonne surprise Shazam ! Un film de super-héros léger, l’humour est moins pesant que j’aurais pensé. Zachary Levi est plutôt solide, Asher Angel et Jack Dylan Grazer sont très bons, Sivanna est assez oubliable en méchant, mais c’est plus le film de Billy Batson que de Sivana n’en déplaise à l’intro du film qui a au moins l’originalité de se démarqué en présentant l’origine du méchant.
    Le design des 7 pêchés est au moins vraiment bon. On sent l’influence horreur chez David F. Sandberg dans certaines scènes (celle du bureau à Sivana Industries).
    Sinon le fait que Billy soit fan de sa transformation est un peu bizarre tant il ne semblait pas à fond sur les super-héros contrairement à Freddy, limite les rôles auraient dû être inversés. Sans parler du fait qu’il devienne brun en se transformant en Shazam.

  36. SHazam bon film ou mauvais film ? tel est la question , j’ai pas passer un mauvais moment en regardant ce film mais pour un budget qui dépasse les 100 millions je m’attendais a mieux , la photographique et la mise en scène sont ultra cliché digne d’un tv film des années 90 que l’on passe pour Noël , juste un exemple la perruque du père fourrasse seriously ?

    les effect spéciaux sont cheap voir inégaux mais certains dirons oui mais c’est un tean movie qui se prend pas au sérieux cela excuse vraiment un mauvais traitement des costume des décors est des fx ???? non je croie pas 😉

    les blague tombe a plat a chaque foie , c’est lourdingue bref un film inesthétique et creux dans l’ensemble, mais le film va marcher car mdr c’est cooooool ^^ fun^^^^ tous est en dérision ^^^^^^, le nouveau Dcu me fait peur heureusement qui a des films intimiste avec un peu plus de prise de risque artistique comme le joker qui va sortir.

  37. Enfin vu Shazam! Et j’ai bien aimé. En tous cas, j’ai passé un très bon moment jusqu’à la fin que j’ai trouvé longue.
    J’ai surtout apprécié le développement de BIlly Batson par rapport à son histoire, sa famille, ses responsabilités.
    Le traitement des ados et des enfants très bien fait et pas du tout saoulant: pas d’histoire d’amour à la con par exemple.
    Question fidélité, j’ai trouvé que c’était vraiment pas mal par rapport au run de Geoff Johns (le seul que j’ai lu sur Shazam) et a priori y’en a même eu pour le 4ème âge avec la chenille qui parle…
    Le méchant est pas mal, merci Mark Strong. Son écriture n’est pas folle mais son charisme fait le taf. On est loin du débile Lex Luthor ou de M. Moustache.

    Le film se tient tout seul mais vit bien dans le DCEU. Le caméo complètement raté de la fin est super lourd de sens. C’est vraiment dommage.

    Au rayon point négatif: la bataille finale bien trop longue, la musique à en vomir de niaiserie (les gosses kiffaient ce genre de musique gnan gnan dans les années 80,? je m’en souviens plus), quelques raccourcis scénaristiques un peu trop faciles et puis…c’est tout ce que je vois à chaud.
    Je m’achèterai le blu ray mais je ne suis pas chaud patate pour le 2. C’est un peu trop le bordel la Shazam Family pour moi. ^^

  38. J’ai presque 40 ans et j ai a d o r é ! Bon faut dire que je baigne dans les comics depuis longtemps, assez en tout les cas pour apprécier ce film a sa juste valeur. Les critiques US sont d’ailleurs très bonnes et j’en suis ravi. Par contre côté francophone ils sont a peu près tous a côté de la plaque. Ils comprennent rien a cet univers, encore moins le personnage et que dalle aux enjeux sous-jacents. A les entendre on aurait dû faire de Shazam encore un autre clone de Batman, limite qui fume et jure. J’ai juste envie de leur donner une bonne paire de claque.

    Bref le premier film DC avec un matériau respecté et traité comme il se doit. Chapeau bas!

  39. « À vos souhait ! » 🙂

    Avant… Superman = carton et modèle de super héros à suivre… et à dupliquer. Inspirations greco-romaines fascinants les américains + style basique et graphiquement simplifié des comic strip + grade militaire pour faire plus « USA en action » = Captain Marvel. Et un « cri de guerre » très cool et magique: Shazam !
    Voilà, un héros qui aurait pu tomber dans les limbes de l’histoire de la bande Dessinée (ou juste se contenter d’être détourné par Alan Moore pour son comic « Miracle Man »)… mais qui garde une originalité un peu attachante, au point d’arriver à côtoyer Superman lui-même, une fois racheté et intégré dans les comics DC.

    Au cinéma ? Warner, studio se disant plus « adulte », donc assez allergique au caractère Fun et ouvertement « gamin » des histoires super héroïques… mais voulant tout de même goûter aux dividendes que cela peut leur apporter (il faut bien rentabiliser leur possession au delà des seuls comics et productions animées).
    Pas simple pour eux, tant ils auront tendance à vouloir « Batmaniser » plus que de raison ce qui n’a pas lieu d’être… Alors, imaginez un peu avec une histoire mettant en scène un enfant…
    Mais quand il faut, il faut… et avec l’expérience acquise récemment dans la prod super héroïque (et les erreurs), on y est: le film Shazam ! existe à nouveau, après un serial dans les années 40 et une série tv dans les 70’s.

    Pas très compliqué à mettre en route… même si la prod, comme souvent, a dû se faire avec une prépa courte: le jeune acteur joue déjà dans une série tv prenante, Zac Levi a été à deux doigt de jouer non pas Shazam mais un rôle secondaire (le père de famille d’accueil? « Captain Marvel Junior »?)…
    Mais bon, il suffisait juste de reprendre sa modernisation récente dans les comics dits « New 52 » (par Geoff Johns et Gary Frank)… et d’y enlever le vilain Black Adam, parce que « réservé » par Dwayne Johnson pour un film solo à sa gloire (celle de l’acteur surtout).
    Résultat, la place laissée vacante dans l’intrigue du film permet à ce dernier d’étendre ce que le comic « New 52 » effleurait à peine… avec des hauts et des bas dans la narration. Et juste celle-ci, car niveau réalisation, aucune chance d’y trouver une quelconque « patte » distinctive du réalisateur David F. Sandberg, venu surtout de productions horrifiques… Rien de nouveau dans le genre, après tout on avait bien avant des Chuck Russell, Renny Harlin ou Stephen Hopkins réalisant des Freddy Krueger avant de passer sur des films d’action à plus gros budget (et ne parlons même pas de James Wan)…
    C’est fonctionnel, il aura sa carte de visite, la Prod dirige en priorité et c’est bien beau à voir, mais sans plus…

    Le point principal donc, le scénario, étant heureusement menés par des acteurs jouant avec une certaine justesse malgré quelques écueils… On croit à Asher Angel en Billy Batson, mélange d’ingéniosité (pas d’ingénuité) et de gravité.
    on croit à son sidekick sympa Freddy Freeman, joué par un Jack Dylan Grazer qui pourrait être le petit frère… de Freddie Highmore…
    pareil pour les membres de la famille d’accueil, même si on y voit pas assez Mary, et que Eugene est un peu trop cliché… Tout ça parce qu’ils sont traités avec une bonne crédibilité, et même un coté pragmatique et désenchanté, intégrant assez bien des valeurs familiales et des oppositions classiques entre des caractères mûrs et jeunes…

    Et c’est là qu’on tombe vers « les bas ». Car du coup, Zachary Levi en héros Shazam jure un peu avec tout ça. Déjà que c’est peu original de voir l’acteur encore une fois dans un rôle de grand rigolo infantile, et avec des capacités spéciales pas maîtrisées comme dans sa série « Chuck » (du coup, son bref rôle de Fandral dans Thor apparaît comme son seul rôle de composition?)…
    c’est encore plus commun d’avoir droit à une Origin Story où le personnage ne va faire que galérer, ou bien faire des super conneries avec ses super pouvoirs en mode « Bruce Tout Puissant »… pendant quasiment tout le film. Et oubliant ainsi très vite l’arc personnel de son jeune héros.
    Certes, la dissociation entre l’enfant et l’adulte – une part des caractéristique de Shazam dans les comics – est un peu justifiée, comme si c’était une puberté expresse modifiant son comportement (l’enfant parait donc plus sage que le grand ado trop excité)… Mais ainsi, on oublie que parmi les pouvoirs accordés à celui sensé avoir un Coeur Pur, il y a… la Sagesse de Salomon, et le courage d’Achille. Rien de tout ça ici, avant d’arriver vers la fin comme d’hab dans une Origin Story rebattue.
    Et pour l’antagoniste Sivana, c’est « pire »: il a beau avoir les raisons qu’il veut pour ses actes… le fait qu’elles apparaissent comme un reflet du héros (encore un archétype connu) n’est pas vraiment traité ici… et l’acteur Mark Strong de tomber très vite dans la caricature de vilain très 1er degré – mieux vaut le revoir en Sinestro dans Green Lantern.
    Alors que le reste du film lui, n’est pas assez 1er degré.

    En effet, des blagues enfantines au milieu de scènes semi-horrifiques, c’est au niveau d’un film Amblin des années 80, comme Gremlins (là où Aquaman était plus 90’s), avec des espèces de méchantes gargouilles horribles mais accessoires… Et puis oui, le film Big de Penny Marshall etc…
    OK, ça marche assez bien, même le Méta est bien géré… mais dans ce cas-ci, ça devient tellement systématique que dans les moments où il y a de la tension, et bien celle-ci s’en trouve vite désamorcée à chaque fois… Il aurait fallu en couper le Tiers au lieu de surligner à chaque fois, et là on aurait été dans un bon Super Hero Movie basique (après tout, on n’est pas ici dans un environnement assez baroque pour justifier ça, style l’espace et des aliens fantasques).
    Une concession aux enfants, pour les garder éveillés, surement…

    Mais alors on touche ainsi au « problème » sis dans l’adaptation/transposition du comic en live… c’est que Shazam!, même en y ajoutant des éléments plus réalistes et dramatiques.. et bien l’intérêt c’est qu’il s’agit aussi d’un des derniers bastions d’histoires d’action de style « Pulp ». Un côté désuet mais dynamique, du Tintin et Indiana Jones dans l’âme, indémodable, clair et passionné, avec des Savants Fous, des Robots Géants et des Monstres à la Ray Harryhausen contre de des Biscottos, des Bonnes Valeurs et de la Magie.
    Et c’est ce qui manque un peu trop dans ce film là, même si on l’y voit affleurer à divers moments. On y a un peu le même problème que le dernier film live Power Rangers, en moins grave: le coté Réalistico-Dramatique fonctionne très bien, mais le coté Fantasque a l’air intrusif, ne va pas assez loin dans la Pure Fantaisie pour se transcender, la transition entre les deux étant un poil moyenne.

    Cela-dit, le film a de très beaux restes, il reste très très agréable à voir, sans honte, encore plus pour qui y va en famille, avec de jolies surprises en plus… après les fameuses errances des adaptations DC…
    Il a essuyé les plâtres, et le meilleur sera peut-être devant lui.

    Ouais, c’était un bon moment à passer… Abracadabra ! Shazam !! Alakazam !!! 🙂

  40. Ne connaissant quasiment pas le comics, j’ai vu le film hier, en véritable profane. En effet, il y a du Spider-Man HC, du Deadpool, mais également du Kick-Ass. La critique de Mr LTH souligne bien la structure « bipolaire » du film : d’un côté la tragi-comédie familiale, de l’autre l’origin story classique avec le nécessaire antagoniste. Clairement, il aurait été audacieux et gagnant d’éviter d’inclure un méchant à cette histoire qui se suffisait à elle-même au vu des thématiques abordées. Moi qui ai souvent en horreur les 3e actes, j’ai été servi, c’est interminable. C’est d’autant plus dommage que le temps perdu avec cet antagoniste aurait pu servir à enrichir les rapports entre les personnages, développer les scènes dans la famille d’accueil ou au lycée…Mis à part ça, le film est frais et les personnages attachants. On ressent le soin de vouloir raconter une histoire et de susciter des émotions, aussi diverses soient-elles. L’humour est très présent, avec une réussite inégale. Deux autres points négatifs : comme d’habitude, la musique et le sorcier qui semble avoir été inspiré par le père Fourras de Fort Boyaux : https://lehumour.fr/wp-content/uploads/2017/08/les-inconnus-fort-boyaux-360×240.jpg

    • Le thème principal du film étant le contraste entre l’innocence de l’enfance et le risque de corruption lors du passage à l’âge adulte, avoir un personnage entièrement corrompu me paraît inévitable. Il fallait forcément un personnage incarnant la pire version de ce que pourrait devenir Billy sans la protection de son nouveau cocon familial. Comment un tel personnage pourrait ne pas être un antagoniste ? Si tu enlèves Thaddeus de l’histoire tu dois aussi changer son thème, et donc toute la structure du scénario. Faire un autre film, quoi.
      Je te rejoins sur le fait que les relations entre les personnages auraient pu être approfondies par contre.

  41. …on peut aussi se dire que le Shazam! que joue Levi apparaît un peu trop comme une parodie de Superman, pour les non connaisseurs, que comme une variation de celui-ci…

    Surement parce que les héros très puissants sont traités au Cinéma en les prenants un peu en biais, de façon a ne pas passer pour des arrogants…
    Du coup, le Superman de Cavill était over dramatisé pour faire sérieux, mais on tombait alors dans l’excès de distance, surtout que c’était une Origin Story très étendue (méthode éprouvée dans l’Entertainement moderne)…
    Batman est un peu hors-concours avec sa noirceur… Wonder Woman pareil par son statut de plus grande super héroïne qui éclipse toutes les autres…
    Chez Thor, on avait du second degré, de la perte de pouvoir, un coté « alien décalé dans un environnement qu’il ne comprend pas »… Un peu pareil pour Carol Danvers, en plus sérieux car c’est une femme…
    Seul le Cap de Evans arrive à rester droit dans ses bottes et assez sérieux, sans être une caricature d’impérialiste américain dans la tête des gens… car pas hyper puissant non plus. Et que Evans est attachant, surtout en étant introduit comme un jeune homme malingre.

    C’est un cadre d’époque, ce refus de trop de 1er degré et de sérieux chez les personnages ayant des pouvoirs virtuellement sans limites… car dans les comics, il n’y a pas de gêne avec cette notion de menaces elle-même sans limites. Au Cinéma en live, ça coince quand on flirte avec la possibilité d’avoir plein de pouvoirs, et donc de destructions, et donc bien moins de réalisme et d’empathie.

    Il faudrait vraiment plus de film d’animation, en priorité, pour ce genre de personnages peut-être..? Là, ça marcherait mieux… Ou alors des films à la Indiana Jones, plus « Pulp », avec bien moins de réalisme..?

  42. ****risque de spoil****
    ****risque de spoil****
    ****risque de spoil****

    Petite critique tardive. Globalement j’ai assez aimé le film, il était bien équilibré dans tous les domaines, un méchant qui quoiqu’on en dise était pour moi nécessaire pour pousser Billy dans ses retranchements et au final lui donner l’inspiration de créer la Shazam family.

    Un reproche quand même, je suis neutre vis à vis de Zachary Levi n’ayant jamais suivi la série qui l’a fait connaître. Et je ne l’ai pas trouvé très bon, avec des mimiques ridicules même quand la situation n’est pas comique, ce qui me sortait du film. Quand il joue la colère on dirait un enfant de 4 ans qui boude. Billy Batson fait plus adulte que Shazam, il y a quelque chose qui cloche là. Rien ne justifie ça, soit le rôle est mal écrit soit l’acteur est mauvais.

    C’est pour ça que j’attend un film Black Adam avec confiance, si le film a le même équilibre, je devrais aimer étant donné que question casting, la façon de jouer de Dwayne Johnson me satisfait. Et je ne pense pas que le personnage de Black Adam sera écrit de façon à ce qu’il fasse des moues d’enfant de 4 ans 🙂

    Et pour la remarque de Mr Toiles Héroïques en fin de critique concernant Grace Fulton, je dirais que c’est assez logique quand on y réfléchit car il y a une question d’identité secrète qui intervient là dedans 😉

    • Il faut savoir que Levi et Asher Angel ne tournait pas en même temps, et n’ont pas pu se mettre assez sur la même longueur d’onde pour l’interprétation de Billy…
      Tout ce qu’on peut en déduire, c’est que quand il est Shazam, il est ivre de pouvoir et ne se contrôle pas assez (forcément, passer de ado à grand gaillard musclé – Puberté expresse comme j’écris de mon côté)… Idéal pour avoir un personnage ouvertement plus comique et moins sombre. C’est donc ici tombé sur Shazam… et c’est plus supportable qu’avec Aquaman (qui a son age véritable d’adulte, lui).

      • Oui on peut trouver cette explication à postériori pour justifier ce décalage, mais je pense plutôt comme tu l’as dit au début de ta réponse, qu’il y a eu un souci de synchronisation du jeu des deux acteurs, avec un Billy plutôt ado et un Shazam plutôt enfant. et des expressions du visage plutôt sobres pour Billy et caricaturales pour Shazam.
        Mais ça ne m’a pas gâché le film.

        • …et puis, les deux n’ont pas la même couleur d’yeux… C’est peut-être un détail, mais du coup ça fait moins passer Levi pour un Billy adulte…
          En fait, dans les comics, il est souvent écrit que Shazam est un peu comme un bon génie, un personnage plus dissocié que ça de Billy… Sauf que la représentation des deux niveaux de maturité s’y fait de manière plus classique, le petit étant jeune, le grand plus responsable (Sagesse de Salomon tout ça…).
          Mais je parle plus haut de l’explication possible de ce caractère immature pour le héros adulte.

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here