Joker : Le box office… déjà 548.3 millions de dollars dans le monde !

91

[Les chiffres définitifs… Aux Etats-Unis, 55.9 millions de dollars (-41.9% ; total : 193.6 millions). A l’international : 127.2 millions de dollars (total : 354.7 millions. Au niveau mondial, 548.3 millions de dollars.]

C’est un peu le Saint Graal en matière de box office une fois la sortie passée… Pour son deuxième week-end d’exploitation aux Etats-Unis, Joker a récolté 55 millions de dollars (-42.8% ; total : 192.7 millions). Avec cette chute inférieure à 50%, Arthur Fleck réalise l’un des meilleurs maintiens de l’histoire pour une production super-héroïque. A titre de comparaison : Black Panther (-44.7% ; 111.7 millions), Wonder Woman (-43.1% ; 58.5 millions), Spider-Man (-37.8% ; 71.4 millions) et Aquaman (-23.2% ; 52.1 millions). Inutile de dire qu’après un tel week-end, le drame clownesque de Todd Phillips ne vise plus les 250 millions, mais les 300 millions de dollars, ce qui le positionnerait entre Man of Steel (291 millions) et Suicide Squad (325.1 millions). Un incroyable succès pour un film ‘minimaliste’ !

A l’international, malgré sa non-sortie en Chine, Joker amasse encore 123.7 millions de dollars (total : 351.2 millions). Cela nous fait donc 543.9 millions de dollars au niveau mondial. Shazam (364.5 millions) est déjà dépassé. Justice League (657.9 millions) et Man of Steel (668 millions) suivront la semaine prochaine, ainsi que Suicide Squad (746.8 millions) un peu plus tard. Plus incroyable, Wonder Woman (821.8 millions) et Batman v Superman : L’aube de la justice (873.6 millions) pourraient être les prochains, car nous sommes visiblement au début d’une carrière hors normes. Si cela se concrétise, Joker deviendrait le quatrième plus gros succès de l’histoire pour une production DC Comics, derrière Aquaman (1.148 milliard), The Dark Knight Rises (1.085 milliard) et The Dark Knight (1.003 milliard). Le plus grand super-vilain de la Distinguée Concurrence rivalise ainsi avec ses plus grands super-héros. Son ultime blague : être le premier film Marvel/DC Comics dans la fameuse zone déserte des 900-999 millions de dollars ? A suivre…


Jusqu’à présent, il fallait s’appeler Spider-Man, Batman ou Iron Man pour espérer tutoyer les sommets du box office en solo. Désormais, il faudra également compter sur Joker Man ! Hier, pour son premier jour d’exploitation en France, Arthur Fleck a fasciné 291 152 spectateurs (en comptant les 81 002 spectateurs des avant-premières de vendredi et mardi). Il s’agit donc du troisième meilleur démarrage de l’histoire pour une production DC Comics, derrière The Dark Knight Rises (423 970 entrées) et Suicide Squad (307 062 entrées). Voilà qui devrait permettre de dépasser les 3 000 000 d’entrées en fin de carrière ! Sur ce, on se donne rendez-vous dimanche pour découvrir les chiffres du deuxième week-end du film…

Premier jour France :

Spider-Man 3 : 804 354
Avengers – Endgame : 692 142
Spider-Man 2 : 502 494
Spider-Man : 480 288
Spider-Man – Far From Home : 453 503
The Dark Knight Rises : 423 970
Avengers – Infinity War : 405 058
Avengers – L’Ère d’Ultron : 333 303
X-Men – L’affrontement final : 331 000
Iron Man 3 : 318 216
X-Men 2 : 310 592
Suicide Squad : 307 062
Avengers : 302 730

JOKER – 291 152

Captain America – Civil War : 288 662
Deadpool : 285 711
The Dark Knight : 253 858
The Amazing Spider-Man : 251 226
X-Men – Days of Future Past : 248 522
Wolverine – Le Combat de l’immortel : 236 127
Spider-Man – Homecoming : 233 579
Les Gardiens de la Galaxie Vol. 2 : 232 682
Les Gardiens de la Galaxie : 231 384
The Amazing Spider-Man – Le Destin d’un Héros : 225 381
Thor – Ragnarok : 223 148
Deadpool 2 : 216 242
Man of Steel : 215 242
Captain Marvel : 212 199
Les 4 Fantastiques (2005) : 210 404
Les 4 Fantastiques et le Surfeur d’Argent : 208 717
Thor – Le Monde des Ténèbres : 204 882
Iron Man 2 : 204 491
Doctor Strange : 197 428
Batman v Superman – L’aube de la justice : 196 016
X-Men : 195 792
Venom : 190 054
Iron Man : 186 781
Les 4 Fantastiques (2015) : 184 633
Hulk : 183 558
Batman : 181 737
Black Panther : 178 202
X-Men Origins – Wolverine : 177 184
Logan : 172 409
X-Men – Apocalypse : 163 303
Ant-Man et la Guêpe : 158 825
Wonder Woman : 157 337
X-Men – Le Commencement : 150 541
Aquaman : 150 003
Thor : 149 381
Superman Returns : 146 007
Justice League : 130 050
Les Nouveaux Héros : 124 979
L’Incroyable Hulk : 116 770
Batman Begins : 111 820
Captain America – Le Soldat de l’Hiver : 110 798
Constantine : 104 702
Ant-Man : 102 010
Daredevil : 93 385
X-Men – Dark Phoenix : 87 991
Blade II : 87 208
Green Lantern : 86 918
Ghost Rider : 86 356
Captain America – First Avenger : 82 657
Batman – Le défi : 77 151
LEGO Batman – Le film : 74 867
Shazam : 70 998
Watchmen – Les Gardiens : 68 152
Blade – Trinity : 63 244
Catwoman : 57 217
Spider-Man – New Generation : 47 597
Ghost Rider – L’esprit de vengeance : 40 674
Elektra : 39 833
The Punisher (2004) : 16 330


Alors que Joker cartonne en Italie et aux Pays-Bas (meilleur démarrage de tous les temps pour une production DC Comics), qu’en sera-t-il en France, l’un des derniers pays à découvrir le film ? Début de réponse aujourd’hui, avec les chiffres parisiens ! A 14 heures, Arthur Fleck a rassemblé 6 083 spectateurs dans les salles de la capitale (31 copies). C’est tout simplement…

Le deuxième meilleur démarrage de l’histoire pour une production DC Comics, derrière The Dark Knight Rises (7 771 entrées) ! Énorme. Le drame clownesque de Todd Phillips se paye même le luxe de figurer entre les deux premiers Avengers. Impossible pour Paris de résister à l’alliance entre cinéma super-héroïque et cinéma d’auteur ! Rendez-vous demain pour le premier jour France, qui devrait monter haut, très haut, grâce aux nombreuses avant-premières organisées vendredi et mardi…

Démarrage Paris 14 heures :

Spider-Man 3 : 27 995 (record absolu)
Avengers – Endgame : 18 021
Spider-Man 2 : 16 141
Avengers – Infinity War : 10 667
Spider-Man : 10 645
The Dark Knight Rises : 7 771
Spider-Man – Far From Home : 7 625
X-Men 2 : 7 621
Captain America – Civil War : 6 950
Avengers – L’Ère d’Ultron : 6 586

JOKER – 6 083

Avengers : 5 922
Iron Man 2 : 5 715
Batman v Superman – L’aube de la justice : 5 602
Captain Marvel : 5 380
X-Men – L’affrontement final : 5 367
The Dark Knight : 4 877
Man of Steel : 4 850
Hulk : 4 719
Suicide Squad : 4 704
Iron Man 3 : 4 634
Iron Man : 4 331
Thor – Le Monde des Ténèbres : 4 310
Spider-Man – Homecoming : 4 224
Superman Returns : 4 157
Deadpool : 4 054
The Amazing Spider-Man : 3 942
X-Men – Days of Future Past : 3 860
X-Men : 3 712
Doctor Strange : 3 662
Batman Begins : 3 631
Deadpool 2 : 3 558
X-Men Origins – Wolverine : 3 433
Justice League : 3 327
Les 4 Fantastiques (2005) : 3 242
Black Panther : 3 236
X-Men – Le Commencement : 3 126
Thor : 2 979
Wolverine – Le Combat de l’immortel : 2 955
Daredevil : 2 907
Thor – Ragnarok : 2 895
Wonder Woman : 2 883
X-Men – Apocalypse : 2 874
Constantine : 2 866
Logan : 2 846
The Amazing Spider-Man – Le destin d’un héros : 2 843
Les Gardiens de la Galaxie Vol. 2 : 2 819
Les Gardiens de la Galaxie : 2 819
Captain America – Le Soldat de l’Hiver : 2 610
Les 4 Fantastiques et le Surfeur d’Argent : 2 582
Ant-Man et la Guêpe : 2 493
Blade II : 2 312
X-Men – Dark Phoenix : 2 302
Les 4 Fantastiques (2015) : 2 157
Venom : 2 126
Watchmen – Les Gardiens : 2 107
Aquaman : 1 942
Captain America – First Avenger : 1 826
L’Incroyable Hulk : 1 824
Batman LEGO – Le film : 1 809
Blade – Trinity : 1 585
Ghost Rider : 1 497
Catwoman : 1 473
Shazam : 1 468
Elektra : 1 284
Green Lantern : 1 247
Les Nouveaux Héros : 1 137
Spider-Man – New Generation : 1 109
Ghost Rider – L’esprit de vengeance : 627
The Punisher (2004) : 592
[Ant-Man : chiffre inconnu]

Joker est réalisé par Todd Phillips et sort en France le 9 octobre 2019, avec Joaquin Phoenix (Arthur Fleck/le Joker), Robert De Niro (Murray Franklin), Frances Conroy (Penny Fleck), Zazie Beetz (Sophie Dumond), Marc Maron (Ted Marco), Brett Cullen (Thomas Wayne), Douglas Hodge (Alfred Pennyworth) et Dante Pereira-Olson (Bruce Wayne).

91 COMMENTAIRES

    • Je ne comprends toujours pas ceux qui qualifient le film Joker comme un film d’auteur (c’est quoi la vision du monde de Todd Phillips ? Ses influences culturelles ? Ses codes de réalisation ?).

      PS : je ne dis pas du tout ça pour descendre le film ou le réalisateur .

      • Tu as vu le film Winter Soldier? Todd Philips a écrit, produit et réalisé ce film.
        Ce film n’a rien du blockbuster conventionnel et des partis pris en terme de réal, de scenario et de rythme qui en font obligatoirement un film d’auteur.
        Mais c’est également un film de super-slip basé sur la pop-culture. Un film unique en son genre.

        • https://fr.m.wikipedia.org/wiki/Film_d%27auteur

          Un auteur, ce n’est pas un réalisateur qui a seulement la main mise sur son projet, ce serait facile sinon (du coup, les auteurs qui réalisent des commandes de studios et qui ont des scénaristes pour écrire leurs films ne sont pas des auteurs ?). J’ai l’impression que les gens consomment tellement de blockbusters de studios que tous les films populaires qui peuvent sortir du lot sont directement catalogués comme des films d’auteurs (surtout qu’un blockbuster peut également un film d’auteur, même si c’est assez rare maintenant).

          Un auteur, c’est un réalisateur qui impose une vision du monde avec une influence culturelle, des codes de réalisation, des acteurs vedettes…. etc. Je ne vois aucune définition qui corresponde globalement aux films de Todd Phillips (par exemple, c’est quoi les similitudes dans la réalisation de Very Bad Trip et le Joker ?).

          PS : je (re)précise, je ne dis vraiment pas ça pour défoncer le film Joker et le réalisateur Todd Phillips. D’ailleurs, je trouve que ce genre de projet super-héroïque avec un budget moins important font du bien au milieu de la multitude de blockbusters de studios qu’on mange à longueur d’années.

          • As tu vu le film ? As tu d’autre film de todd phillips à part Very Bad Trip .

            “L’auteur est donc, selon Truffaut, celui qui imprime, dans ses travaux, des motifs originaux qui n’appartiennent qu’à lui seul”
            Le genre auquel appartiendrait le cinéma d’auteur sous-entend une certaine maîtrise du cinéaste sur son film du point de vue artistique et dramaturgique.

            Il a plein définition donné dans ta source wikipédia , tu as l’embarras du choix
            Un film de commande pu être un film d’auteur ex :Star wars 8 est un film d’auteur .

      • Je crois que c’est avant tout par opposition au terme ‘blockbuster’ et à cause de la façon dont le film a été vendu (film psychologique, petit budget, classement R, tournée des festivals, absence de produits dérivés). On est dans une proposition de cinéma ‘sérieux’, ‘auteurisante’, etc. De plus, c’est Todd Phillips qui est venu voir le studio avec l’idée. Et comme le souligne Garyus, il a écrit, produit et réalisé le film.

        • Exactement. J’ajouterai aussi qu’un film ” d’auteur ” est également une opposition à un film de “commande”, les blockbuster sont généralement commandé par les grandes firmes, tout comme le cinéma commercial avec des codes grands publics etc… Un film d’auteur dépend de l’initiative et aussi du publique visé également. Entre autre, un film d’auteur ne dépend pas réellement de ses retombés financière pour exister, pas comme un Marvel ou un DC Comics, voire même un Transformers.

          Le Joker a ces allures de films d’auteur même s’il s’inscrit dans une franchise de licence DC Comics !

          • @Raonn : une commande de studios comme un blockbuster peut tout à fait être un film d’auteur, il suffit que le réalisateur ait la liberté suffisante pour imposer sa vision artistique. Malheureusement, c’est moins le cas ces dernières années malgré la multitude de blockbusters qui sortent au cinéma….

            À mon avis, les gens confondent « film d’auteur » avec « film (avec des airs de film) indépendant » , ce qui correspond plus au film Joker à mon sens. Et je pense que c’est justement à cause des spectateurs qui dissocient directement le cinéma d’auteur aux blockbusters de studios alors les deux styles peuvent tout à fait être complémentaires.

            Je trouve que la duologie Batman de Tim Burton, la trilogie Spider-Man de Sam Raimi et même Batman V Superman sont nettement plus des films d’auteurs que le film Joker de Todd Phillips.

          • Tout à fait d’accord. En particulier les exemples du dernier paragraphe sont bien choisis, sans juger de la qualité des films en question (on peut être d’auteur et un film médiocre…)

          • @Winter Soldier : Tes exemples sont très bien choisis en effet. Par contre je vois vraiment pas ce qui permet d’affirmer que Joker soit moins un film d’auteur que ceux-là. Comment savoir qu’on n’y retrouve pas la vision de Phillips ? Peut-être que c’est le premier film dans lequel il a l’occasion d’en faire la démonstration. Quant à sa liberté sur le film, qu’est-ce qui te laisse penser qu’elle était entravée ? J’aimerais bien savoir ce qui dans Joker te laisse penser qu’il s’agit d’un film faussement indépendant.

      • Hello ! Voici des pistes qui permettent je pense de répondre à tes questions :
        – Vision du monde de Philips : outre l’aspect société écrasante envers les individus qui est évident, il y a au moins un autre sujet qui apparaît clairement quand on à en tête certaines interviews de Phillips, le rejet de la comédie dans la société d’aujourd’hui. On peut être d’accord ou pas avec cette idée mais c’est le sentiment du réalisateur et il le fait apparaître de bien des manières pendant le film comme par exemple la violence envers Arthur la plupart du temps en Clown.
        – Influences culturelles : Les Temps modernes (Charlie Chaplin), Taxi Driver (Scorcese), L’homme qui rit (Victor Hugo), Batman: The Killing Joke (Alan Moore) et bien d’autres encore.
        – Codes de réalisation : Influences Scorsese (voir Taxi Driver) et plus généralement de plusieurs films des années 80.

        • @Sined : alors, je sais déjà un peu tout ça mais tu ne réponds pas réellement à la question. Je demande quelle est la vision du monde, les influences culturelles ou les codes de réalisation qui permettent de caractériser toute la filmographie de Todd Phillips de manière générale, pas uniquement ses inspirations envers ce film Joker en particulier (c’est pour ça que le terme « auteur » ne lui convient pas à mon sens).

          • Winter Soldier
            Tu poses une autre question, tu ne demande plus si Joker est un film d’auteur, mais est ce que Todd Phillip est un auteur ?
            Comme peut l’être Tarantino il est évident que non car sa dépendra que de la suite des films qu’il fera.

          • Je crois que c’est un débat un peu vain en fin de compte. Il n’ya pas vraiment de frontière définie entre film d’auteur et pur film de commande. Tout ce qu’on peut dire c’est que Joker à l’apparence d’un film d’auteur en tout cas : il ne semble répondre à aucun cahier des charges habituel, et Phillips est visiblement impliqué à tous les niveaux dans ce projet. Après est-ce qu’il y a une “patte Phillips” ? Je ne connais pas trop ce cinéaste donc je ne peux pas répondre. Qu’est-ce que vous en pensez ? Est-ce que des choses dans Joker font écho à ses précédents films ?

        • C’est vrai qu’on s’en bat les steaks.

          Hitchcock était pas spécialement vu comme un auteur (surtout pas aux States) avant que les Cahiers du Cinéma le considèrent comme tel.

          Est-ce que Spielberg est un auteur alors qu’il traine derrière lui des films aussi magistraux que discutables et de tout genre ? (et qu’on me dise pas qu’en regardant la Liste de Schindler et Ready player one on pourrait deviner que c’est le même réalisateur)

          Charles Laughton (la nuit du chasseur), Dalton Trumbo (Johnny s’en va t-en guerre), André Bonzel & Rémy Belvaux (C’est arrivé près de chez vous) ou encore Herk Harvey (Carnival of souls) ne sont pas des auteurs sous prétexte qu’ils n’ont chacun réalisé qu’un seul et unique film dans leur carrière, et donc qu’il est impossible de reconnaitre leur style ? (pourtant chacun de ces films a dans son genre marqué le cinéma) .

          Est-ce que parce que Todd Philipps a fait Very Bad Trip on ne peut pas dire que c’est un auteur ou du moins que son Joker est un film d’auteur ?
          A partir de combien de films artistiquement qualitatifs on pourra dire que s’en est un ? Ou de combien de prix ?

          • Auteur je pense pour moi que c’est quelqu’un d’assez libre dans sa réalisation, peu d’interventions de la part du studio, et qui a une vision souvent sérieuse. Paul Thomas Anderson est un bon exemple, Nolan aussi même si le mot auteur est peut souvent évoqué chez lui, A24 produise pas mal de films d’auteur.

            Quand on dit films d’auteur Very Bad Trip ne saute pas direct dans nos pensées, plus comédie et film tous public plutôt qu’autre chose, Joker par contre est l’inverse, donc l’attribution pour moi est correcte ici.

      • Winter soldier,

        Todd Philipps n’est peut être pas encore un réalisateur-auteur au niveau de sa mise en scène, effectivement il a pas encore “une patte” affirmée
        Mais au niveau des thématiques qu’il propose le magasine Cinemateaser à proposé un bel article ce mois ci et peut être que c’est par ce biais là qu’il dévient un auteur. Il a commencé sa carrière avec un doc sur GG Allin un musicien de punk inadapté à la société qui se définissait lui même comme un potentiel tueur de masse si il n’avait pas la scène pour s’exprimer. Il a aussi réalisé War Dogs qui raconte l’histoire d’une réussite en marge des règles et de la bien pensance de la société. Dans l’interview il explique aussi que même ses personnages de Very Bad Trip sont Des inadaptés (et il me semble qu’il était aussi sur Ron Burgundy avec encore un perso un décalage par rapport aux normes de sa société et de son époque)…
        Enfin bref c’est un super article (et un super magasine) et peut être que c’est par le prisme de l’écriture de ses personnages que Phillips devient un auteur.
        La question reste ouverte:)

  1. Vu au UGC Bercy aujourd’hui !
    Et ce qui est clair, c’est que ce film attire un public qui ne s’attend pas à ce genre de film.
    Enfin, je pense pas trop me risquer en disant que les gens qui vont au cinéma pour voir TOUS les films de super-slip sans être renseignés (bien plus nombreux qu’on ne croit !) imaginent un Dark Knight bis…. Et bien pas du tout mon coco, haha !
    Mais tant mieux également. Le cinéma c’est aussi le plaisir d’être surpris (agréablement ou non)

    • Oui, beaucoup on applaudis à la fin de ma séance, mais il y en a eu aussi beaucoup qui ont rien pigé au fait que le Joker soit seul, qu’il n’y ait pas vraiment de référence comics, pas d’actions etc… Ca m’a fait rire ahahah

    • Très légers applaudissements pour ma salle pleine à craquer
      Mais je crois qu’on était tous encore sonné par ce qu on venait de se prendre dans la tronche pendant 2h

  2. Ça peut aussi vite retomber, une fois l’effet promotionnel et commercial passé. Sans compte le bouche à oreille, certaines critiques ne tombant pas dans l’adulation aveugle, le malaise de ceux n’ayant pas envie de s’en rajouter une couche niveau noirceur désespérée (en ce moment)…

      • Je ne vois rien de spécial en ce moment, c’est la routine. Et puis la noirceur amène aussi de l’humanité, personnellement une comédie héroique me donne parfois envie de gerber, faire des blagues, risquer sa vie n’est pas ma définition du héros. Si on aime tant des personnages comme batman, spiderman ou même superman car ce sont des humains avant tout qui font face à la noirceur du monde, à son quoditien. Je me doute que superman peut parraitre comme un intrus, lui avec ses pouvoirs démentiels, mais il fait face à tout sorte d’injustice dans son travail de reporter ou sa superforce ne vaut plus rien.

        C’est marrant comme tu l’acceuil avec autant de négativité ce film Flo.

        • faire des blagues, risquer sa vie n’est pas ma définition du héros.

          Dommage du coup t es passé à côté de tous les blockbusters d action des années 90

          • Justement combien de sens films on retient Captsubasa ? Car justement il suffit pas de créedes blagues et foutre de l’action pour faire un excellent film, puis bon vous comprennez je pense très bien ce que je voulais dire par là même si je me suis mal exprimé. J’ai beaucoup de films avec de l’humour et l’action, donc certains marvel comme winter soldier par exemple.

            Mais quand on te propose toujours la même chose seuls les grands fans se souviennent de tous ses films, seul les fans de stalone et autres stars de l’époque se souviennent de tous leurs films. On se souvient avant tout de leur ère, et de quelques un de leurs films marquant.

            C’est le problème des modes, au début on te propose de la qualité pour attirer le publique, puis ensuite on voit plein de clones et plus trop d’originalité, cela ne rate jamais. Après en général vu que c’est une mode, ils ont leur succès financié, sur le court terme, on voit souvent ça dans les jeux vidéos avec les modes jeux de survie, jeu de carte, mmo, moba, batlle royale. Le nombre de mmo sortis ayant été rentabilisé les premiers mois pour voir fermer leurs serveurs au plus tard deux ans après… Car ce sont des produits de consommations….

        • @ Angyo : “faire des blagues, risquer sa vie n’est pas ma définition du héros” Cela dépend peut être de l’éditeur. Chez Marvel, l’humour a toujours eu une place très importante, et il est donc normal qu’il se retrouve autant dans leurs films. DC il est vrai, a toujours été plus sérieux.
          Pour ce qui est des films de héros en général, c’est vrai qu’il y a peut être deux écoles. L’école de la mâchoire serrée, je pense aux Chuck Norris et autres Dolph Lundgren, et l’école de la blagounette qui vient désamorcer la violence, je pense plutôt à Bruce Willis… Question de goût ! En revanche il me semble que risquer sa vie est précisément ce qui fait le héros, alors je ne comprends pas ce que tu veux dire (: o ?

        • Pourquoi, il est pas aussi censé faire des blagues le Joker ? 🙂
          C’est pas comme s’il n’existait pas des escroqueries, même au cinéma… Pensez donc au succès commercial de Venom.
          Donc, méfiance vaut mieux que trop grande naïveté… quitte à se faire avoir, autant que ça soit avec un film plus Léger (c’est pas trop grave) qu’avec un très Noir.

    • Tu ne parles que des critiques américaines, elles sont les seuls à tuer le film entre autre pas toutes d’ailleurs. Et pourquoi ? Une soit disant apologie à la violence, des meurtres etc etc Plutôt hypocrite venant d’une société qui autorise le port d’arme. Donc non, ce que tu dis n’est pas tout à fait vrai voir complètement faux, surtout que le bouche à oreille et la promo va se jouer sur le ressenti des spectateurs et pas sur les critiques hors le film est plus que très bien reçu au niveau mondial sur ce point.

      • +1 ! C’est encore un peu tôt pour tirer des conclusion sur la réception spectateurs mais Joker est à 9/10 sur IMDB, pour 213000 votants. J’imagine qu’il va forcément baisser dans les jours qui viennent, mais je l’imagine bien se stabiliser à 8.5. Wait and see.

      • …comme l’a bien montré la crainte des familles d’Aurora, ou la grosse gêne régulière dans la promo quand on en parle – surtout avec un Joaquin Phoenix (planant?) qui fait le show en se croyant sur la promo d’un blockbuster Tout Public… Faux ?
        https://www.youtube.com/watch?v=LK8sxngSWaU …Don’t Believe, surtout avec Hollywood et une trop grande unanimité.
        Regardez indépendamment, sans superficialité, sans penser en mode “super héros” avant tout.

  3. Je vois encore et encore que les gens s’enthousiasme concernant les bons chiffres et les bonnes critiques concernant le film, justement, voir un film pour ce qu’il est et non pour les chiffres BOX OFFICE et critiques, ça changerait bien des choses.

    Aujourd’hui un film est basé sur tout ce marketing de merde qui gache ce qu’es vraiment le film et ce qu’il raconte en profondeur, on en oublie le principal, un film est une œuvre d’art avant, or depuis plusieurs années, le film est considéré ( comme les séries d’ailleurs) de la consommation, qu’en sera t’il de JOKER dans quelque temps ?
    Quels en seront les références?
    Que va t’il rester de ce film ?
    En reparlerons nous dans quelques années, ce qu’il nous a fait éprouver en le voyant une première, un seconde, plusieurs fois de suite ?

    • L’un n’empêche pas l’autre : on peut analyser le film en lui-même et avoir un regard sur le box-office et son impact sur le futur. Un bon box-office et de bonnes critiques c’est l’assurance de voir d’autres films de ce genre à l’avenir. Donc forcément quand on a aimé on est enthousiasmé.
      Pour ma part je sais que j’en reparlerai dans 10 ans de ce film. Il m’a fait un effet dingue.

    • En même temps les gens s’entousiasment sur les chiffres du film car de base il n’a pas été crée en tant que produit à la consommation. Mais du coup tu fais cette critique sur tous les articles de box office deathstorm ? Pas encore vu le film donc je ne peux parler en son nom, mais vu tous les retours les gens vont profablement déjà retenir la prestation de Joaquin Phoenix. Franchement je suis surpris que son interprêtation soit autant adulé car je pensais que la comparaison heath ledger lui porterait préjudice…. L’oscar à totre posthume a rendu sa prestation en Joker comme un ultime hommage au monde du cinéma pour certains, difficile de faire face à ça.

      • Bien sûr que ce film Joker est un produit destiné à la consommation. C’est juste que ça n’a pas les mêmes ambitions commerciales qu’un blockbuster classique (en tout cas, au niveau du budget de production).

    • Archer a très bien résumé, malheureusement le BO est très important de nos jours et voir que Joker marche très bien à ce niveau nous assure d’avoir le même genre de film à l’avenir et que les studios n’iront plus tellement dans l’inconnu en proposant ce genre de projet, ils sauront que ça peut marcher si bien réalisé. Ca n’a rien de mauvais, comme ça n’a rien de très bon non plus.

      • Tout à fait Cielo, puisque c’est aussi l’assurance que beaucoup de “lourdeaux” vont surfer sur la vague et proposer des Joker-like qui n’en auront que l’apparence, juste pour profiter de l’attrait que Joker aura pu susciter pour ce genre de films. C’est triste mais on va dire que c’est le jeu. ^^

        • On peut dire ce qu on veut sur sa qualité mais le film qui a mise récemment sur un super vilain, en octobre également, c était Venom.

          D ailleurs perso je voudrais plus de films du genre de Venom que du genre de Joker (très bon dans ce qu il fait, mais pas spécialement kiffant à regarder)

          • Je suis pas d’accord Weapon X. Ce Venom n’est pas plus un vilain que Deadpool ou les membres de la Suicide Squad. C’est un benêt mal compris qui ne tue que des méchants et qui a de bonnes valeurs. Un bon gars quoi. Rien à voir avec ce Joker.

            Et alors perso absolument aucun plaisir à regarder Venom. Par contre kiff total devant devant Joker, scotché au fauteuil du début à la fin. ^^

          • @aArcher
            Des bonnes valeurs, il faut le dire vite 🙂 Mais je comprends ce que tu veux dire. Après l’effet méchant avait clairement joué sur le box-office du dit film, ayant basé sa promo dessus (le slogan “le monde a trop de héros” par exemple).

            Content que tu aies apprécié Joker, mais moi j’ai du mal avec les psychopathes. Je préfère les vrais héros qui en bavent, ou à la limite les anti-héros (catégorie où je range Venom).

            Après en tant qu’œuvre de cinéma, il y a pas photo entre les deux films, je pense qu’à peu près tous le monde est d’accord.

            Mais on peut être un grand film de super-héros, un grand film de cinéma et un grand film social sans mettre dans le rôle titre un psychopathe : On l’appelle Jeeg Robot. C’était quand même 7 David di Donatello (équivalent des césars italiens). Et pourtant on avait un vrai héros, du genre qu’on est fier de supporter en tant que spectateur.

          • On est d’accord Weapon X, je ne ressens aucune admiration pour lui, je ne m’y identifie à aucun moment du film d’ailleurs. Et oui c’est clair que c’est pas parce que le héros n’est pas psychopathe que le film ne mérite pas de récompense. Mais bon, j’ai vraiment du mal avec cette tendance à prendre des vilains de comics pour en faire des good guys. C’est très Hollywoodien ça. Je sais pas, je trouve que niveau trahison vis-à-vis du comics on est dans le haut du panier là. Bon après Venom est peut-être un cas particulier vu qu’il a débuté en vilain pur jus pour ensuite prendre un virage anti-héros (est-il aussi “gentil” dans ses comics d’ailleurs ? Je ne connais pas du tout…).

          • C’est surtout par rapport à Carnage qu’on peut le voir comme un pseudo héros. Donc l’évolution a été un peu vite, ça aurait été plus judicieux dans un second film.

            Après pour l’instant, on a un Venom 2 de lancé et aucun projet qui s’apparente à Joker 😉

          • En effet. Bon après Joker est sorti il y a une semaine hein ! Il était à priori conçu comme un stand alone et ne fait pas partie d’un univers connecté (pour l’instant…) contrairement à Venom qui a été créé dans l’idée de faire un Spider-verse.
            En tout cas ce qui est sûr c’est que même si j’ai un abonnement ciné illimité je préférerais me refaire Joker une troisième fois plutôt que d’aller voir Venom 2 ! ^^

    • Je suis tout à fait d’accord avec Deathstorm…. même si rien n’empêche pas l’autre…. c’est tout de même une tare de notre société de consommation toutes ces notes, ces chiffres de recettes et de plus values….il est tout de même préférable de donner son avis, son ressentit, que de commenter sur les chiffres…

      • Arf, que veux-tu… L’argent est le déterminant numéro 1 dans notre société. L’avenir du paysage cinématographique dépend de ces chiffres. Ceci étant ça ne me dérange pas qu’on en parle et qu’on analyse tout ça… tant qu’on n’oublie pas de parler du film en lui-même.

        J’en profite ceci-dit pour rappeler qu’on est sur un article dédié au BO du film. Du coup pas étonnant que la majorité des commentaires ici portent sur ce sujet. Sur la page de la critique on parle plus du film en lui-même. Logique non ? 🙂

  4. Surprenant de tels scores, après je doute qu’il se maintienne mais peu probable que cela ne pas un gros succès pour la warner à ce stade. De quoi faire rêver les fans de super héros qui auront peut être quelque chose de plus qualitatif à se mettre sous la dent dans les prochaines années.

  5. Pour le coup j’ai jamais vu une salle aussi calme à la fin d’un film. Je ne dirais pas qu’il y avait un malaise mais le film fait son petit effet.

    D’ailleurs quelle est la classification en France ? Je vois toujours des familles entières avec des tshirt à imprimé “comics” en temps normal. Curieux de voir leurs tetes en fin de séance… (Aucun jugement, je précise…)

      • Ça me parait léger quand même.

        Meme adulte en fin de séance tu te poses des questions sur ce que tu viens de voir. Faut il le plaindre ? Qu’est ce qui est acceptable ? Beaucoup de questions.

        Pour moi ça fait parti des films qui ne te laissent pas indifférent. Du coup sur un jeune j’imagine que ça peut travailler un peu (Meme si on va me sortir l’excuse du “Ils en voient deja beaucoup plusau quotidien”)

        • Il est bien interdit au moins de 12 ans en France. Le problème c’est qu’après tu passes à du -16 et je pense que c’est un peu exagéré pour le film, même si on est d’accord sur le fait qu’il te retourne l’estomac. Ils ne se basent pas sur le message que passe le film, mais sur la présence de certains codes comme la violence, la vulgarité, le sang, la drogue, le sex etc

          • Oui c’est le système de classification le problème.
            Plus que la violence physique c’est celle psychologique qui doit être pointé du doigt en avertissement.

            Je me suis un peu plus renseigné et:
            – DC n’avait encore jamais eu de -12. Chez Marvel (Pas nécessairement studios) il y avait eu Deadpool et Logan. On est pas dans le même délire…
            – J’ai vu que le film à ceci en avertissement en faite “le climat anxiogène permanent et les scènes réalistes d’un parcours de folie meurtrière sont susceptibles de heurter un public sensible” A voir si c’est vraiment mis en avant.

          • Effectivement c’est ce que j’allais te dire, j’ai vu cette mention sur l’appli quand j’ai réservé mes places. La violence psychologique est donc bien prise en compte. Après, est-ce que c’est mis en avant ? Je sais pas trop. En tout cas la mention est présente. C’est déjà ça.

  6. Incroyable film. Apologie de la violence ? Rien du tout. C’est une critique de la violence totale, et d’abord sociale (la société/la ville envers sa population), la violence des classes hautes envers les classes moyennes/ les freaks, et bien sûr, une critique certes esthétique de la violence que peut engendrer un seul homme sur lui même et tout son entourage.

    Joker est un film psychologique qui remet en question notre propre appréhension de l’être diabolique et fou, qui passe à l’acte. Le film donne une nuance et une explication (et non, une justification) aux meurtres les plus violents. Le Joker peut être qualifié de film d’auteur, à mon sens, car il nous interroge plus qu’il nous divertit.

    Quel malaise ! 9/10 sur Sens critique pour ma part.

  7. Complètement fou ce score , il sera difficile pour la warner de ne pas en faire une suite.
    J’espère qu’on aura d’autre proposition comme LEX à la poursuite du pouvoir se serait pas mal.

    • une suite, oui, mais sans batou. J’ai rematté hier DK et francement ce joker ne peut pas etre chef de gang et affronter batman.

      Par contre un film politique sur LEX, puis un crossover entre les 2 ça peut vraiment le faire, à mon avis

      Mais pitié pas de suite en mode film d action avec cette pépite qu’est ce Joker

      • “franchement ce joker ne peut pas etre chef de gang et affronter batman”

        SPOILERS SPOILERS SPOILERS SPOILERS SPOILERS SPOILERS SPOILERS SPOILERS SPOILERS SPOILERS SPOILERS SPOILERS SPOILERS SPOILERS SPOILERS SPOILERS

        Le joker qu’on voit à la toute fin, qui marque son sourire avec du sang, debout sur une voiture de flic, au milieu du chaos, pour moi il peut carrément. Mais à mon avis une bonne partie de ce qu’on a vu dans le film est directement issu de l’imagination d’Arthur Fleck. Dont toute cette histoire de Joker justement. Alors j’ai du mal à imaginer une suite perso.

        • SPOILERS SPOILERS SPOILERS SPOILERS SPOILERS SPOILERS SPOILERS SPOILERS SPOILERS SPOILERS SPOILERS SPOILERS SPOILERS SPOILERS SPOILERS SPOILERS

          J ai lu cette théorie, comme quoi, le joker à la fin aurait été mis là par batman et que son film est juste issu de l imagination.
          Perso je pense que le film est a prendre au 1er degré, que les seuls moments issus de l’imagination du joker sont ceux qu on nous a montré (2 de mémoire, l’émission où il apparaît au début, et sa petite amie)

          Je pense qu il a tout simplement de nouveau été arrêté après que l’ambulance ait défoncé la voiture de police qui le transportait, et qu il a naturellement été condamné à aller à Akram…D où il s’échappera 😉

          Apres concernant la suite je suis partagé entre l’envie d en avoir une ou pas

          • @Captsubasa :

            J’ai pas lu les théories mais j’ai revu le film hier soir et plusieurs choses m’ont frappé et me font pencher dans cette direction (je me permets un petit pavé pour t’expliquer mon raisonnement puisqu’on en parle, même si je sais que ce n’est pas forcément le bon article pour parler de ça).

            SPOILERS SPOILERS SPOILERS SPOILERS SPOILERS SPOILERS SPOILERS SPOILERS SPOILERS SPOILERS SPOILERS SPOILERS

            Deux scènes sont étonnamment similaires : la première fois où l’on voit Arthur parler avec l’ “assistante sociale” (désolé, je n’ai pas le titre exact en FR mais en anglais c’est “social worker” ^^), dans son bureau, et celle où il se retrouve face à la psychiatre dans la pièce blanche à la toute fin du film.
            Ces deux scènes débutent exactement de la même manière : Arthur est en plein milieu d’une de ses crises de rire. Puis contre-champs sur son interlocutrice (les deux se ressemblent très fortement : femme noire, cheveux courts, mutiques face à cette crise de rire…). Et c’est à partir de ce moment que le déroulement des deux scènes diverge.
            J’ai tendance à penser qu’Arthur est dans sa cellule blanche depuis le début et a inventé tout le reste (ce qui correspondrait à la bonne blague à laquelle il vient de penser, mais que selon lui elle ne comprendrait pas).

            Je rappelle qu’on a déjà vu cette pièce blanche plus tôt dans le film, l’espace de 3 secondes, quand on nous dit qu’Arthur a déjà été interné : on le voit alors se taper la tête contre une porte/mur dans une pièce similaire. Et puis on n’en reparle plus jamais…

            D’autres éléments me paraissent si surréalistes que j’ai du mal à imaginer qu’ils soient réels :

            _As-tu jeté un œil aux motifs des masques de clown portés par les fanatiques ? Exactement les mêmes que ceux arborés par Arthur depuis la toute première scène du film… Pourquoi ? Son visage n’a jamais été dévoilé de ce que l’on sait… On ne parle que d’un “killing clown”, et les avis de recherche montre une sorte de monstre clownesque (ça aussi c’est étrange non ?).

            _Lorsque Arthur se rend dans l’appartement de sa voisine pour la dernière fois, quand il entre la caméra semble insister sur un sac blanc avec des petits motifs… un sac qui ressemble fortement à celui que porte régulièrement Arthur plus tôt dans le film (il en sort sa carte “handicap”). Pourquoi ? Que ferait ce sac chez sa voisine ?

            _As-tu fait attention au titre du film que les Wayne étaient allés voir quand ils sortent du ciné ? Zorro the Gay Blade… Alors je sais, c’est un vrai film qui faisait suite au premier Zorro, qui lui est souvent utilisé pour la fameuse scène tragique de la famille Wayne. Mais sérieusement… Zorro the Gay Blade ? L’origine du terrifiant Batman remonterait au jour où Bruce a vu Zorro the Gay Blade ? Je rappelle que ce film mettait en scène une version très colorées et maniérée du justicier masqué censé avoir inspiré Batman… Je sais pas toi, mais moi je trouve ça hilarant ! ^^

            _”Je pense qu il a tout simplement de nouveau été arrêté après que l’ambulance ait défoncé la voiture de police qui le transportait, et qu il a naturellement été condamné à aller à Akram…”
            A mon premier visionnage j’avais trouvé ce choix étrange… Pourquoi ? Quel est l’intérêt ? Pourquoi ne pas simplement montrer son arrestation ? On le voit debout sur la voiture de flic, en maître du chaos absolu, un visage méconnaissable, puis pouf on retrouve le petit Arthur tel qu’il était avant (à peu de chose près) dans une cellule blanche… C’est bizarre. Ça m’avait fait l’effet d’un gros retour en arrière sur l’évolution du personnage…

            _La chanson That’s Life de Sinatra : Chocasse me l’avait fait remarquer sur la page de la critique (bien vu à lui !), cette chanson est importante dans le film. Si importante qu’elle revient à trois reprises (c’est la seule si je ne dis pas de bêtises) : une fois en version instrumentale uniquement, puis avec les paroles, puis une dernière fois en fin de film. Et le détail qui me titille à ce moment-là, c’est qu’Arthur en fredonne les paroles. Pourquoi ? Quel est le sens de ce choix de la part du scénariste ?
            J’ai une petite idée là-dessus : cette chanson parle de la façon dont certaines personnes écrasent les rêves des gens, or pendant tout le film Arthur est face à des personnes qui tentent d’écraser le sien (devenir comédien) : sa mère, ses collègues de travail, Murray… Et si toute cette histoire, cette “blague” que lui seul peut comprendre, lui avait été inspirée par les paroles de cette chanson qu’il fredonne ? L’idée me fait rire perso : le gars est taré, il entend une chanson qui lui plaît bien, il s’imagine un passé basé sur le thème de la chanson. Sachant la tendance du Joker à s’inventer des vies (Killing Joke; The Dark Knight) je dirais qu’on est en plein dans le personnage.

            Et alors par contre moi j’ai du mal à imaginer que Batman l’ai mis à l’asile (aucun indice ne semble aller dans ce sens). Mais j’avoue que ce serait drôle : la blague dont il parle à la fin, ce serait d’imaginer que ce némésis qui l’a foutu là aurait en fait été créé par le chaos qu’il a lui même engendré. Une sorte d’ironie en somme.
            Mais bon, perso j’opterais plutôt pour l’idée que Batman n’existe pas, et que ce dernier plan sur la ruelle laisse entendre qu’Arthur a imaginé donner naissance à un justicier sombre et torturé, à sa mission serait dès lors de tout faire pour lui redonner le sourire (ce qui correspond à la fois à leur relation dans les comics, et à l’objectif que sa mère lui a donné dans le film : né pour semer des sourires sur le visage des gens, ou un truc dans le genre).

            Bref, je le reconnais, tout ça n’est qu’une interprétation possible de certains éléments du film. Mais j’aimerais bien savoir ce que tu en penses. Toi et d’autres d’ailleurs.

          • Pour le coup c est vrai que la ressemblance entre l assistante sociale et la psy à la fin m avait fortement troublé.

            Pour le reste tu es convainquant mais il faut que je revoie le film en VF pour etre 100% focus sur les images

            j avoue que lors des 1ers vivonnages j ai un probleme avec toutes les subtilités, et dieu sait qu il y en a dans ce film. Du coup tu m as encore plus donné hate de le revoir (surement demain) et je pourrais enfin te dire ce que j’en pense.

            Le seul bemol a tes solides arguments serait que du coup il s imaginerai, en train d imaginer (les 2 scenes ouvertement imagaires), ca fait tres inception (reve imbriqué dans un reve)

            en tous cas tres hate de le revoir

          • “Le seul bemol a tes solides arguments serait que du coup il s imaginerai, en train d imaginer ”

            C’est ce que je me suis dit aussi. Mais après tout, si il pousse le délire à fond je me dit que ça pourrait se tenir…

            Curieux d’avoir ton avis après second visionnage. Pour ma part je pense qu’un troisième sera nécessaire pour vérifier quelques trucs, mais je ne pense pas me le refaire au ciné. Ça attendra quelques mois ! ^^

        • Pour répondre sur la théorie d archer d autre point m’on frappé

          spolier!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!comme le fait qu il tue sa mère et s en va commme ça sans être inquiété,les appareils dotés d’alarme lorsque le pouls du patient change radicalement n existait pas à l époque?! à l’hôpital psy il vole le dossier et personne ne cherche à l attraper tout comme l état de l hôpital à ce moment là bien crasseux.bien différent de la fin
          Il y a aussi quand il tue son collègue de boulot, cela n éveillé aucun soupçon dans l immeuble ?? Et comment les deux flics remontent à lui aussi vite?

      • Mais clairement, mais bon ce film est moins tout public, à l instar du V ou watchmen. Dommage car une fois de plus on voie que le BO ne reflète pas la qualité intrinsèque d’un film.

        Mais bon ils doivent quand meme etre sacrément content des resultats du films ainsi que des récompenses qu il a eu, et aura, j espere. Notament l oscar pour phoenix

        • Après bon, si Joker tape les 800/900M, ça sera pas aussi fort que le milliard d’un point de vue symbolique, mais en termes d’influence sur les futurs choix de projets de la Warner (et des autres studios ?) ça devrait se sentir je pense.
          Vers un futur comportant un peu moins de films de SH à 200M de budget et un peu plus de projets plus “modestes” à 55M ? Si les prestations d’acteurs, la réalisation et le scénario suivent, j’en suis !

          • C’est exactement ce que je préconisais dans un commentaire il y a un moment… Le succès de Deadpool; et maintenant du Joker, ouvre la voix a du films de SH différents, reposant moins sur le grand spectacle et plus sur le personnage en lui-même, ce n’est pas plus mal et ça varie de ce que peut proposer Marvel. Moi ça me va ! (même si je ne serais pas contre un film JL à gros budget en mode guerre totale contre Darkseid)

  8. “Son ultime blague : être le premier film Marvel/DC Comics dans la fameuse zone déserte des 900-999 millions de dollars ? A suivre…”

    J’ai pas compris. Pourquoi déserte si Aquaman et les deux Nolan ont dépassé le milliard ?

  9. Puisque le succès est acté, on peut voir dans la bonne réaction des gens (dans les commentaires et analyses les moins superficiels) que l’Alternative que représente “Joker” semble… plus légitime et sincère pour ce personnage perturbé, pauvre, violent et blanc (blafard, avec son maquillage).
    Plutôt que quand il s’agit d’une Alternative qui reposerait sur des personnages issus de minorités ou de genre féminin.
    Étonnant non ?

    Non (et ça devrait pas étonner). Pas avec un modèle de personnage un peu plus “neutre”, bien moins identifié comme une possible revanche politisée en mode “Grand Remplacement” – ces imbécillités, à force d’être entendues et répétées…
    Et qu’en plus le film a bien sûr d’évidentes qualités filmiques, inhabituelles, pour des raisons diverses… même trop, pour toutes les référencer “à chaud”. Tellement qu’on pourrait même parler de contradiction…
    Mais ça reste bien curieux et intéressant à voir… et très très bien vendu en amont.

    Espérons qu’avec ce succès inaccoutumé, ce film ne deviendra pas un modèle déclinable à l’infini, au risque de formater une gamme de “film de vilain – qui n’en est pas un, mais si quand même un peu”.

    • Sur mon mur Facebook, on parle d’analyse sociale malsaine, d’incel porn et d’apologie du suprémacisme blanc. Ça donne pas envie. Ah oui c’est des gens qui ont entre 40 et 60 ans. Et qui pour la plupart lisent des comics depuis les 80’s.

      • …et qui font passer au premier plan l’apparence plutôt que l’intégralité ?
        Mais en fin de compte… ça a une réelle importance Facebook ? Ou Rotten Tomatoes ? Ou 140 caractères ?
        Pensez-y, allez vraiment jusqu’au bout de la réflexion et là vous verrez ce qui en ressort…

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here