Zack Snyder’s Justice League : Zack Snyder dévoile une version alternative de la bande annonce…

126

Au début du mois, alors que Zack Snyder était en train de tourner 4 minutes de scènes additionnelles pour son Justice League, HBO Max a retiré la bande annonce de la mini-série de sa chaîne YouTube (revoir la vidéo ci-dessous). Pourquoi ? Tout bêtement à cause d’un problème de droits concernant le morceau ‘Hallelujah’ de Leonard Cohen. Deux semaines plus tard, nous voici le 17 novembre 2020, date ô combien symbolique puisqu’il s’agit du troisième anniversaire de la sortie de Justice League aux Etats-Unis. Le réalisateur en a donc profité pour partager une bande annonce revue et corrigée : Leonard Cohen est de retour, quelques plans inédits ont été ajoutés, et les couleurs laissent place au noir et blanc. Une curiosité qui prend tout son sens quand on sait qu’idéalement, Snyder aimerait proposer son film en IMAX et en noir et blanc !

Alimenté par sa foi restaurée en l’humanité et inspiré par l’acte désintéressé de Superman, Bruce Wayne sollicite l’aide de sa nouvelle alliée, Diana Prince, pour faire face à un ennemi encore plus grand. Ensemble, Batman et Wonder Woman vont rapidement travailler pour trouver et recruter une équipe de méta-humains capable de se dresser contre cette menace nouvellement éveillée. Mais en dépit de la formation sans précédent de cette ligue de héros – Batman, Wonder Woman, Aquaman, Cyborg et The Flash – il pourrait déjà être trop tard pour sauver la planète d’un assaut aux proportions catastrophiques.

La mini-série Zack Snyder’s Justice League sera mise en ligne en 2021 sur HBO Max, avec Henry Cavill (Clark Kent/Superman), Ben Affleck (Bruce Wayne/Batman), Gal Gadot (Diana Prince/Wonder Woman), Ezra Miller (Barry Allen/The Flash), Jason Momoa (Arthur Curry/Aquaman), Ray Fisher (Victor Stone/Cyborg), Amy Adams (Lois Lane) et Jeremy Irons (Alfred Pennyworth).

126 COMMENTAIRES

  1. Quelle utilité de proposer un film en noir et blanc pour des personnages qui sont justement être censé colorés et différentiables par leur ton de couleur. C’est pas comme si on était dans un univers où y’a des GREEN lantern.

    • Bon, évidemment, je charrie.
      Ce que je voulais dire, c’est que le JL de Snyder répond à une commande Warner orchestré par des groupes financiers qui s’en battent la race de sa ‘vision’.
      Je ne parlais pas du ‘goût’ de McDo’, mais de sa dimension commerciale (fast-food) — même si j’entends qu’on puisse en être féru !

      Snyder fait des produits commerciaux. Point.
      Et ce n’est pas mettre un vieux filtre Instagram/B&W de hipster sur ses images qui transformera son produit en film d’artiste !

      Si tu fais du McDo’, c’est cool. Pas la peine de le vendre comme si c’était de la haute bouffe du Fouquet’s !

      Snyder pète clairement au dessus de son c*l.
      Et ça en devient ridicule.
      Il se prend pour Kubrick — sauf qu’il réalise des films de super-héros !

      • Avec ZS on n’est toujours dans la mesure , Il a dit qu’il avait pour modèle Kubrick?
        Tu dois te tromper avec Nolan….

        Tu connais bcp de blockbuster qui ne sont pas commercial , il faut avoir du bon sens parfois.

        • « Avec ZS on n’est toujours dans la mesure »
          je vais encadrer cette phrase
          sérieusement il est tout sauf dans la mesure, et très loin de l’abstraction que pouvait générer un Kubrick comme dit chupu, ZS c’est le style art Pompier, Kubrick épurait ses films , ZS boursouffle ses films.
          Kubrick est dans le silence et évite son reflet, ZS parle à son reflet.

          • Man-ox
            Je n’étais pas assez claire c’était ironique, évidement qu’on n’est jamais dans la mesure quand on parle de ZS.
            Je parle essentiellement des avis positif ou négatif.

            Tu es d’accord avec moi que la comparaison avec Kubrick n’a pas lieu d’être à tout les niveau.

            Ce qui me fait le plus rire c’est de reprocher un réalisateur d’avoir une haute estime pour son travail.
            Peut être que Chupu connait des réalisateurs qui n’ont aucun égo.
            J’aimerai qu’il sorte quelque nom

          • @blackchab
            Je vais te donner un exemple concret : celui de Spielberg.
            C’est un réalisateur très talentueux (qui doit aussi avoir un sacré melon).
            Et il est capable de faire de bons films d’art comme la Liste de Schindler, par exemple — film où l’utilisation du Noir & Blanc est pertinente, notamment vis-à-vis de la petite fille en rouge.
            Je pense aussi à certains de ces plans de maestro dans ses films pour adultes type Le Pont des Espions, ou Il faut sauver le soldat Ryan par exemple.

            MAIS lorsqu’il réalise un Blockbuster familial à base de dinosaures ressuscités ou d’explorateur à chapeau de cow-boy qui combat les nazis, il SAIT qu’il doit raconter une histoire tout-public qui donne la banane et non faire un film d’art en Noir et Blanc. Pourquoi ? Parce que le but de Spielberg quand il fait un Blockbuster n’est pas de montrer qu’il en a la plus grosse, qu’il sait faire des ralentis et des bons plan — mais, tout simplement, de faire de l’enteterning, comme il se doit.

            De même Nolan, il peut très bien s’inspirer de Kubrick pour son film Interstellar par exemple, parce que le contexte s’y prête (film sur l’exploration spatiale distension quantique etc…)
            PAR CONTRE quand Nolan fait Batman Begins, il propose une œuvre efficace à base de grands méchants JamesBondiens et de grosse Batmobile qui bondit de toit en toit.

            Tu veux le nom d’un réalisateur qui fait son job sans tartiner son égo ? Ben David F. Sandberg, le réal’ que Warner à engagé pour réaliser Shazam — qui est l’anti-Snyder par excellence, en ceci qu’il propose un film de SH divertissant, très 90’s dans l’âme, qui fonctionne sans se prendre le melon. Du reste, peut-être que David F. Sandberg fera d’excellents films plus personnel dans sa carrière prochaine, de même qu’il avait réalisé l’excellent court-métrage Lights Out.

            De l’autre côté, Snyder, lorsqu’il réalise un film, cherche toujours à faire le paon. Son but, lorsqu’on lui commande un blockbuster, n’est pas de raconter une histoire simple et divertissante : mais de montrer à tous comment il gère les slow-mo’ et les plans iconiques qui ne racontent rien en dehors de leur iconicité.
            Le jour où il réalisera un film d’auteur où ses procédés seront pertinent, je dis pas (c’était d’ailleurs plus le cas pour son 300 ou Watchmen, par exemple). Mais quand on lui demande de faire un film bê-bête sur une invasion extra-terrestre déjoué par des super-héros en chauve-souris et une amazone — où est la pertinence du Noir & Blanc ? Nul part ! C’est juste pour ‘faire genre’.

            C’est comme si Todd Phillips avait filmé sa comédie Very Bad Trip à la manière de Joker en engageant Hildur Guðnadóttir pour l’OST. Ça aurait peut-être été plus joli, mais ça n’aurait pas fonctionné en tant que comédie américaine décomplexée !

            Bref, un bon réalisateur met son talent au service du film.
            Snyder, lui, veut que son film soit au service de son talent.
            Il utilise un bête film de SH censé divertir les familles pour un Portfolio de son savoir faire.
            En cela, oui, il exagère.

          • « Mais quand on lui demande de faire un film sur une invasion extra-terrestre déjoué par des super-héros en chauve-souris et une amazone — où et la pertinence du Noir & Blanc ? Nul part ! C’est juste pour ‘faire genre’. »

            Il faudrait peut-être lui demander pour quelle raison il veut faire ça, non ?

            Je suis toujours étonné de cette propension à attribuer à des artistes des volontés et des états de pensée comme si on était dans leur tête. Que son travail te donne ces impressions est une chose. De là à en faire une vérité comme si tu savais précisément pourquoi le réal fait ce qu’il fait en est une autre. On pourrait aussi imaginer que Snyder est simplement un esthète, et qu’il a en lui cette envie de sublimer l’image de tous ses films, sans qu’il n’y ait spécialement d’égo dans l’histoire. Je ne dis pas que c’est le cas – je ne suis pas dans sa tête, je n’en sais rien – mais je ne trouve pas très pertinent de faire des procès d’intentions de cette manière.

          • Chupu
            Le problème de ton raisonnement c’est que tu oublies consciemment non le contexte initial des productions des film du DCU.
            Man of Steel/BVS/Justice League sont basé sur le ton réaliste de DK c’est bien pour ça que Nolan est rattaché au projet au début.

            On ne peut pas reprocher à ZS se ton sombre et adulte alors que c’est Warner qui donner cette direction.

            Si Warner voulait un ton plus fun dès le départ ZS n’aurait jamais été embouché pour faire ces films, mais Whedon depuis début.

            La comparaison avec David F. Sandberg n’a peu de sens car la direction donner au FILM DC est tout autre.
            Une réalisateur sans égo n’est qu’un yes man qui n’apporte aucun personnalité comme la plus part des blockbusters post 2010.

            Les bons réalisateur il y en a partout surtout chez le MCU.

            Warner a pris le parti pris d’aller vers des réalisateurs qui on de la personnalité dans leur mise scène et ce qui me plait. J’ai envie d’une expérience cinématographie , j’ai en marre de me dire ce n’était pas ouf mais sa fait le taff….

            Reprocher à ZS de faire ce qu’il fait depuis le début , je ne comprends ça.

          • @blackchab ma phrase n’était pas sur l’ego, mais sur le fait qu’un réalisateur doit etre au service de l’histoire, je vais reprendre Kubrick. Chaque film a sa tonalité et une palette bien différente, que ça soit dans la temporalité de ses séquences ou dans leurs découpages, tout est au service du récit c’est ça la maturité dans l’art c’est quand on réussit a se canaliser et etre au service de son message. snyder fait du snyder ses films ont les mm effets, les mm découpages il est dans la suréférence la sur-esthétisation et noie son message si il y en un. c’est très rococo. C’est pas étonnant c’est quelqu’un qui vient de la pub à l’instar d’un Bay.

          • Oui.
            Archer et blackchab, vous avez tous les deux des arguments très bons.
            On ne pourra pas, au moins, reprocher à Snyder de rechercher plus de qualité esthétique que la normal. Même si l’ambition est à doubles tranchants. (Au moins, lui prends des risques…)

            Et je réagissais juste, à la base, à ce filtre Noir&Blanc posé… pour quoi ? Si ce n’est pour un côté esthétiquo-maniaque…

            Comme je le dis, pour moi, ça revient à poser un big-mac sur une porcelaine Royal Copenhagen. Yen a peut-être qui le font (n’est-ce pas une scène de Kingsman ?) mais ça demeure ridicule dans l’idée.
            Autant assumer directement que c’est un film de super-héros décomplexé.

            On est tous très content que cette version sorte enfin. Pas la peine de nous la vendre comme la dernière Rolex. La Justice League Snyder est, et demeurera, un truc de ‘geek’.

            Ya juste un tout petit truc sur lequel je souhaite chipoter, c’est lorsque tu écris, blackchab, notamment :
            « Si Warner voulait un ton plus fun dès le départ ZS n’aurait jamais été embouché pour faire ces films, mais Whedon depuis début. »
            C’est ça que je ne comprends pas, étant donné que Snyder peut très bien faire du lumineux quand il le veut (exemple : https://www.youtube.com/watch?v=ielf_whV754)

            Tout le monde croit que Snyder = sombre & violent. C’est faux.
            Le Man Of Steel savait gérer son ton ; entre espoir, lumière et actions avec enjeux plus sombres (malgré les reproches eu égard à la mort de Zod).

            D’aucuns pourraient dire que le ton sombre de BvS vient d’une décision Warner. Si c’était le cas, Snyder aurait su gérer le virage pour JL. Il n’en est rien, et sa promo (avec le costume noir de Sup’) semble confirmer cette vocation ‘dark’, peut-être nécessaire pour Batman, mais un peu hors-sujet quand il s’agit de porter à l’écran Wonder-woman, Flash, ou encore l’ange de Métropolis.

            En cela, je rejoins plus l’avis de man-ox.

          • Je suis d’accord que le ton de DK appliqué à tout le DCU n’était pas adapté .

            La vision du ZS dans le DCU était de la destruction des personnages de notre enfance afin de les amener vers les personnages qu’on connait .
            C’est la construction inverse d’une origine story d’une certaine manier.
            Batman qui tue ne passe pas .
            C’est adaptation , une vision du réalisateur mais que personne n’accepte car ce n’est pas le Superman/Batman que je connais .
            Il est interdit de réinventé des personnages iconic?

            man-ox

            Je suis d’accord , mais j’ai du mal à dire qu’il en fait trop car finalement il a fait très peu de film.
            Je ne dis pas que ZS est le meilleur réalisateur , je dis qu’on cherche trop facilement à décrédibiliser son taff. Je vois bien ses limites comme dans la narration par exemple.

            Je prend l’exemple de Tarantino qui est dans la référence constant pourquoi on lui fait jamais cette critique?

          • « Je prend l’exemple de Tarantino qui est dans la référence constant pourquoi on lui fait jamais cette critique? »

            Certains lui font figure-toi.

  2. À quoi sert ce pu…n de trailer?

    On s’en bat la race du noir et blanc, il fallait balancer la sauce. Il a trop voulu se la raconter et se prouver un truc là.

    Bref, déçu et vénère.

  3. Mouai pas hyper convaincu !
    Le noir et blanc est plus Batman car mis à par lui les univers des autres héros sont plutôt colorés, surtout superman. En revanche le futur the Batman en noir et blanc ça peut être cool

  4. Non mais ptn, on aura SA vision à Zack Snyder! Mais ptn, faut se réjouir du bordel ! Qui l’aurait crû qu’on l’aurait son director’s cut?
    Attendons de voir ! Merde!

          • Par contre prendre un film, quelle que soit sa longueur, et tailler dedans dans le but d’en réduire la durée me semble être une excellente façon de le défoncer. Donc…

          • « quelle que soit sa longueur »
            Et quand cette dit-longueur est de DIX HEURES — tu cutes ou pas ?

            Imagine tu es producteur, tu commandes un film de deux heures, et tu reçois Justice League en cinq fois plus long… Tu fais quoi ?

            Qui plus est, énormément de bons films se sont vus raccourcir au montage pour tenir leur 2h/2h30… C’est un processus habituel à Hollywood.
            Sinon, toutes les premières cuts peuvent tenir les 4h-5h larges.

            Hypothétiquement, on pourrait faire des versions giga-longues de quasi tous les films cultes. Sans compter les plans alternatifs…

          • « Et quand cette dit-longueur est de DIX HEURES — tu cutes ou pas ? »

            Non. Ce qui m’intéresse c’est de découvrir le film tel que son réalisateur l’a voulu. Un film construit dans les règles de l’art ne contient pas d’éléments superflus. Tout a un rôle, et donc couper dedans détruit l’œuvre.

            « Imagine tu es producteur, tu commandes un film de deux heures, et tu reçois Justice League en cinq fois plus long… Tu fais quoi ? »

            C’est pas la question en fait. Je comprends parfaitement pourquoi un producteur a besoin de garder ses films en-dessous d’une certaine durée. Mais ça n’a aucun rapport avec la qualité du cut initial.

            « Sinon, toutes les premières cuts peuvent tenir les 4h-5h larges. »

            Bon déjà… Sources ? Qui plus est je ne parle pas de réductions par choix du réalisateur, ça ça fait partie de son processus créatif et c’est lui qui gère ce que doit être son film ou non. Je parlais uniquement de modifs imposées au réalisateur.

          • « Qui plus est je ne parle pas de réductions par choix du réalisateur »
            Oui c’est vrai.
            Vu sous cet angle, je suis hors-sujet.

          • On en est encore là sur ce sujet, sérieusement ? Comme dit Chupu, vu sous cet angle de réductions non choisis par le réalisateur, rien que ça, ça change la donne. Et là on est sur un cas atypique où la « longueur » sera constitué de plus de 2h30 d’images inédites, d’un nouveau format, nouveau montage, etc. donc OUI ça peut faire un meilleur film (vu celui sorti au cinéma ce sera pas trop dur de toute façon) et il existe plusieurs exemples prouvant déjà cela à différentes échelles (certains déjà très bons initialement comme « Il était une fois en Amérique », « Apocalypse Now » et même le « Watchmen » de Snyder par exemple).

          • Tout comme Joss/Warner a remonté la première mouture de Justice League… Tain vous gavez avec vos enfantillages à la con, sérieux…

          • @Thomas je ne vais pas noter ta remarque, et je t’invite à ne pas lire les conversations des autres.
            « il était une fois en amérique » est sortie sur un montage de la warner,
            Mais le cut de 2012 n’est pas celui de Léone, c’est celui de scorsese qui avec sa fondation a rassemblé les rush 30 ans après et a remonté selon des témoignages, comme il le dis lui meme il n’a aucune idée de ce qu’aurait gardé Leone dans son montage. C’est une scorsese cut du film de Leone, et ça aucun rapport avec la snyder cut.

          • Oui, et ? C’est toujours en rapport hein 🙂

            Ça reste un énième exemple de « nouveau montage avec contenu additionnel peut déboucher sur un meilleur film »

            (Et vu que tu es tatillon ça peut même être « nouveau montage avec contenu additionnel pas forcément supervisé par le metteur en scène initial comme pour Leone/Scorsese peut déboucher sur un meilleur film »)

            Voilà, ça va mieux maintenant ?

          • Mais quelles conneries ?

            Le sujet initial est « un film PLUS LONG peut être MEILLEUR que sa version plus courte sortie au cinéma ».

            Ça c’est le point de départ.

            Je cite des exemples concrets.

            Dont un où le montage plus long ne provient pas du metteur en scène initial mais où les critiques l’on acclamés unanimement tout de même. Ce fut ma terrible erreur oulala…

            C’est « tout », tu cherches la petite bête pour pas grand chose franchement… ^^

            Sinon je demande au boss d’éditer mon premier commentaire et d’enlever « Il était une fois en Amérique… » si vraiment ça te pose à tel point un souci :-/

    • Oui, mais c’est comme ta fille, elle est peut-être aussi moche que celle de ton voisin, mais c’est la tienne : donc quitte à faire une Snyder Cut, autant que ce soit pas celui de Whedon !

      • A la différence près qu’à part être un.e génie de la génétique tes enfants viennent comme ils sont contrairement à un perso que tu crées pour un film.
        Donc voilà, dans le genre allégorie sans queue, ni tête c’était pas mal

        • C’était pas une allégorie, c’était une vanne. Parce que sinon je suis d’accord sur le fond, entre la version du personnage de Joss W. et la sienne, je ne vois que de la bouillie numérique.

  5. J’ai du mal à voir l’intérêt de cette BA 😂 Mais vu que la première n’a toujours pas été remise en ligne, j’imagine qu’il y a une couille quelque part. Qu’importe, ça nous permet d’avoir quelques images inédites, mais ça va brouiller certains ^^

  6. T’as oublié une photo avec Cyborg boss 😉

    Edit: Ah bon bah voilà, t’es réactif 🤣

    [EDIT LTH : En même temps, elle était pas nouvelle… mais bon, on pourrait dire la même chose de celle de WoWo !]

  7. Je suis ultra hypé et visuellement cela correspond au film que je voulais voir, donc un peu plus sérieux, un peu plus sombre et SteppenWolf bordel ! Sérieusement, j’achète sans souci! 🙂 Merci Zack Snyder !!!!!

  8. Analyse : le truc de Snyder, c’est un peu le même que Cameron… Il faut savoir vendre le film et surtout la personnalité du réalisateur, comme si c’était lui qui faisait tout tout seul, de A à Z. Du coup, il passe pour un grand self made man, avec « une vision », et quelques images très travaillées aident à vous faire tomber dans la quasi idolâtrie… ne voyant pas que le propos final de ces films reste assez simple, voir même cucul la praline. Y a certains hommes politiques qui arrivent à gagner des voix pour moins que ça… 😉

    L’autre truc, c’est aussi de reprendre des structures éprouvées sur d’autres films à succès, et les colorer avec sa propre « palette », à la Géricault.
    – « Man of Steel » reprenait complètement celle de « Batman Begins », avant de virer à la grosse baston censée surpasser « Avengers »;
    – « Dawn of Justice » traitait Wonder Woman comme l’était Black Widow dans « Iron Man 2 » (un faux mystère que ce personnage), les combats entre les héros comme ceux de « Avengers » (ce ne sont que des malentendus et manipulations de la part de Loki/Luthor, avec là aussi un gros monstre en guise de Maguffin, un seigneur extraterrestre en guise de teaser, et un héros qui ne restera pas mort longtemps);
    – « Justice League » utilise à priori Steppenwolf comme l’était Ronan dans « Les Gardiens de la Galaxie »… Et son trailer actuel vise le statut « auteur », similaire aux versions noir et blanc de « Mad Max Fury Road », « Logan » ou « Parasite ».
    Ça peut ressembler à une pub pour parfum Calvin Klein, comme ça peut aussi être un drôle d’hommage aux vieilles séries B de SF (à cause de l’écran carré). 😚

    Bref, beaucoup de calculs visant à l’efficacité, l’identité des comics d’origine devenant encore plus secondaire par rapport au personnage qui signe le film…
    Mais qu’en est-il alors des droits de la chanson de Cohen, et aussi des créations originelles ?

    • C’est ironique.
      À viser la stratégie marketing du « chuis trop un artiste t’as vu »; Snyder fini par rendre l’univers DC paradoxalement plus stéréotypé que celui de Nolan ou de Burton par exemple — qui assumaient, eux, leur rôle de faiseurs et de raconteurs d’histoire par le prisme cinéma.

      Snyder, de son côté, a bien une ‘vision’ ; mais dans le sens premier du terme, c’est à dire esthétique.
      Son propos est toujours un peu plus brouillon… ou pire — prétexte à faire juste des images bien léchées et en slow-mo’ si possible.
      Il prend le ‘show don’t tell’ au sens le plus littéral qui soit, quitte à prendre le risque de ne plus rien ‘tell’ du tout.

      Et oui, c’était bien le même problème du Avatar de Cameron.
      À croire que le beau et le technique ne dit rien en soi.
      Un film n’a pas à être qu’une galerie d’effet spéciaux. Ou alors il devient galerie d’art pompier.

      • « À croire que le beau et le technique ne dit rien en soi. »
        Je ne peux pas parler pour Avatar, mais ça me semble clairement faux concernant BvS : ses plans sont travaillés de sorte qu’ils participent à la narration et à la compréhension de l’histoire et des enjeux des personnages. Je ne vais pas relancer le débat, assez d’encre a coulé je pense. ^^

        • Tu as raison. Les débats BvS doivent cesser : l’heure est à la Justice League !

          Juste, histoire de clarifier mon point, je me permet de droper une vidéo Youtube de cinq minutes de Nerdwriter1qui clarifie un peu mon propos à ce sujet…
          https://www.youtube.com/watch?v=38Cy_Qlh7VM

          Voilà. C’est tout pour moi ! ^^

          • Tu remarqueras qu’il parle de la version cinéma (il évoque sa durée de 2h30). Je fais le lien avec notre sujet plus haut : pas mal de scènes sont plus longue dans la VL, et donc le film est moins rushé, ça respire plus, on comprend mieux les enjeux de chaque personnage, tout est plus fluide. Pas mal de défauts cités dans cette vidéo sont clairement la conséquence du charcutage intempestif du film, selon moi.

          • Du coup, sans ironie, je serais curieux qu’ils sortent aussi la version giga-longue de BvS sur HBO max…

            Je suis sûr que le format rendrait meilleur justice au film (comme je pari qu’il rendra justice à JL)

          • Apparemment la première Cut ferait 4h… mais je suis sûr qu’il y avait encore du rab’ ! (https://movieweb.com/batman-v-superman-original-runtime-4-hours/)

            Maintenant, je m’en remet à ton commentaire plus haut qui fait le distinguo entre un rétrécissement voulu par le réal’ et celui imposé par les producteurs.
            Peut-être que BvS extended, disponible depuis la mise-en-vente du film, est bien LA version qui sied à Snyder.

            Maintenant, qui sait… Le succès somme toute limité de Watchmen n’a pas empêcher au film d’avoir droit à au moins trois versions différentes !.. Donc peut-être que…

          • Merci pour cette vidéo. L’analyse est vraiment intéressante et assez évidente une fois qu’on nous met le nez dessus. La version longue gomme à peine cette succession de « moment » puisqu’au final, Snyder en a rajouté encore plus et a même allongé certains moments. Snyder est vraiment très fort pour capter l’instant (« This is Sparta ! »), mais manque d’un certains génie pour juste raconter une histoire. Ce n’est pas mauvais, mais c’est plat.
            Pour rester dans le film de super, l’analyse sur Avengers AoU, me paraît aussi intéressante : ce sont les scènes sur les « seconds » rôles qui rendent l’ensemble intéressant (second dans le sens ils n’avaient pas leur film en individuel) : la romance Banner/Romanov, la vie cachée de Barton, etc.
            Stark, Rogers, Thor sont chiants au final !

          • « Snyder est vraiment très fort pour capter l’instant (« This is Sparta ! ») »

            Un peu comme si sa spécialité demeurait les spots publicitaires, en somme…

          • « Un peu comme si sa spécialité demeurait les spots publicitaires, en somme… »
            Dis comme cela, ça donne l’impression d’être un truc nul.
            Pourtant, c’est l’impression que j’ai au final. « 300 », j’en ai pris plein la gueule, mais qui est capable de parler des seconds rôles de ce film (sans l’avoir vu au moins 3 fois) ? Le visuel est impressionnant, tu es scotché par l’image sur l’instant, mais il ne te reste comme souvenir que quelques « moments », et surtout le fameux Sparta.
            Il n’y a pas beaucoup de réalisateurs capables de créer une scène iconique, ce qui montre le talent de Snyder. Sauf que cela ne suffit pas pour tous les films, et l’analyse faire par Nerdwriter montre pertinemment que cela n’a pas suffit pour B vs S.
            Une suite de « moment » ne fait pas un film : les fans auront bon le tourner dans tous les sens, ce film est un échec par rapport à ce qui est était attendu, que ce soit la version longue ou courte, . Ce n’est pas un mauvais film, mais il n’est pas la hauteur de ce qui était espéré. Snyder n’était peut-être pas le bon réalisateur pour ce film (encore une fois, surtout par rapport aux attentes du public).

          • @paradise-lost

            « Snyder en a rajouté encore plus et a même allongé certains moments. »

            Mais… Evidemment ! Comment tu veux faire une version longue sans rajouter de moments ni rallonger ceux déjà existants ? xD

          • @Archer Toi, tu n’es pas allé voir la vidéo, donc tu n’as aucune de quoi nous parlons. Le « moment » (avec les « guillemets » correspond à un terme anglais utilisé dans cette vidéo pour décrire une technique très utilisée par Snyder, sans doute trop). Le syndrome « je préfère l’ouvrir et passer pour un con, plutôt que de me taire » !!!

          • « Toi, tu n’es pas allé voir la vidéo »

            La vidéo postée par Chupu ? Celle du Nerdwriter ? Bien sûr que je l’ai regardée. Qu’est-ce que tu me fais-là ?

            Par contre le syndrome « j’ai pas compris l’intérêt scénaristique d’une scène donc j’appelle ça un « moment » pour le décrédibiliser », celui-là a de beaux jours devant lui à ce que je vois. 😉
            Le syndrome « je répète bêtement les arguments entendus dans la vidéo d’un youtuber pour faire le malin » aussi. 🙂

          • Hum… Si un critique qui explique pourquoi et comment une scène est sans intérêt, et que tu considères systématiquement qu’il a tort, effectivement ça simplifie les discussions avec toi.
            Donc tu as raison et les autres ont tort ?
            Le public n’est qu’un ramassis de débile qui n’a rien compris.
            La très grande majorité des critiques professionnels n’y connaissent rien au cinéma.
            OK, faut connaître ces grands principes avant de discuter, ça simplifie la discussion. Tu as donc raison.

      • Précisons un point qui ne cesse d’être royalement ignoré…
        Zack Snyder ne s’est jamais excusé de quoi que ce soit.
        Ni d’avoir fait des erreurs de narration, ni de n’avoir pas assez fait en sorte que ses « visions » soient plus compréhensibles pour le public, ni même de sa manière de communiquer… Même pas par politesse, par courtoisie ou fair play, comme un homme adulte le ferait.
        Ce qu’on répondra de manière doucement prévisible :
        « Et pourquoi il s’excuserait ? Tais-toi, moi j’aime donc il est très bien, il fait ce qu’il veut, il n’a aucun compte à rendre avec ses personnages… » Qui ne lui appartiennent pas, qu’il n’a pas créé, pour des films dont il n’est pas l’initiateur mais l’employé d’un studio… Oui, ça ne rentre toujours pas dans les crânes ces faits là. 😪

        Ce qui ne laissent comme seuls et uniques responsables… Ceux qui disent que c’est pas si génial, ce qui équivaut à « c’est nul, donc on est des méchants qui comprennent rien et qui veulent du mal aux gens et détruire l’Art, bouh ! ».
        Niveau age mental, pffiou… 😓

        C’est peut-être le bon moment dans sa promo pour assumer, et traiter ces mêmes sceptiques de « very Baaaad people, who love the Sleepy Feige and the dangerous « Kamalaaaah Khan »… We know they faked their box office results…
        And naow we will build Great movies, and they will pay that,
        ’cause we are going to make Justice League Great Again.
        God and Darkseif bless Us ! » 🤣
        Bon, c’est amusant à écrire cette parodie, c’est tout, faut pas en faire un drame… Et d’ailleurs mieux vaut entendre ça à propos de films de divertissement plutôt qu’avec de vrais problèmes sociaux.

        Mais blague à part, sérieusement, je réitère… Le Snyder Cut en noir et blanc sur écran carré, c’est peut-être la plus belle façon de le voir, ça c’est une promesse vachement intéressante, même pas besoin de versions couleurs…
        À condition de bien travailler les nuances, par exemple avec du bleu visible pour le costume de Sups et les scènes de combat nocturne finales.

        • C’est du grand n’importe quoi. Niveau âge mental comme tu dis, ça vole pas haut.
          Ça plaît pas, c’est pas comme tu voudrais, donc il faudrait que Zack Snyder s’excuse. Pour être poli ou courtois ? Mais quel rapport ? A qui il a manqué de respect au juste en faisant son film ? Il répond à une commande de Warner, il fait un film selon ses archétypes (Watchmen c’était déjà le même style).
          Encore heureux qu’il ne s’excuse pas, ça apporterait quoi au juste ? Ça te permettrait de soulager ta testostérone ?

          Enfin bon, je pense que c’est le dernier commentaire que je vais mettre sur cette discussion parce qu’elle n’a aucun sens, c’est absurde.
          Tous les arguments que tu utilises pour défendre le MCU et abattre Snyder peuvent être retournés.
          Des personnages qui ne lui appartiennent pas, qu’il n’a pas créé, et dont il n’est pas l’instigateur mais l’employé d’un studio. Oui, mais justement il répond à une commande, le studio n’a pas forcément le point de vue artistique et tout l’intérêt de l’adaptation, c’est justement d’avoir une vision de l’auteur qui l’utilise. Avoir tout le temps la même chose, ça ne présenterait aucun intérêt. Puis, on voit ce que ça donne avec du Suicide Squad.
          On peut dire idem pour James Gunn : la façon dont il dépeint Drax, c’est pas une transformation de son caractère peut-être, faire passer pour un demeuré un type qui se fait appeler le Destructeur. Bon, j’aime pas du tout ce qu’a fait Gunn dans GotG 2 et j’aime pas Spider-Man Homecoming non plus. Pour autant, quelle prétention j’ai à aller demander à ces réalisateurs, à ces équipes aussi parce qu’il n’y a pas que Snyder faudrait pas l’oublier, de présenter des excuses ?
          Critiquer la Snyder cut, ok, je suis le premier à le faire. Mais faudrait avoir des arguments pour ça. Et pas juste une guéguerre Marvel/DC qui n’a que trop duré et qui est ridicule en plus.

          Des excuses, on aura tout lu.

          • En effet, vous avez tout dit… C’est à dire rien d’autre qu’une pensée formatée puérile, celle là même qui fait élire les populistes en en faisant des messies « courageux et parfaits » juste parce-qu’ils n’ont de comptes à rendre à personne, vous permettant vous aussi de bannir la notion d’excuses ou même de cordialité de votre vocabulaire, pour mieux célébrer la paranoïa et un monde binaire où il doit forcément y avoir des camps à choisir…
            Et des choses qu’on préfère retenir plutôt que d’autres, tant que ça vous arrange.

            Ce qui ne fait que valider tout ce que j’ai écrit là haut… Merci à tous les autres qui sauront lire en entier, de manière normale…
            Et un grand encouragement pour les réalisateurs qui savent faire preuve de modestie, qui savent aussi écouter les avis artistiques extérieurs pertinents (car il y en a aussi chez les producteurs, comme un Geoff Johns qui a passé plus de 20 ans à décortiquer ces personnages) et qui savent contextualiser leurs œuvres pour bien montrer qu’elles sont dans Leur Univers personnel, pas dans un Univers étendu où d’autres auteurs viendraient défaire leurs idées parce-qu’ils ne sont pas d’accord.

            Comme à priori pour le Snyder Cut, ouvertement hors continuité, et avec plus de temps pour être produit…

          • Enfin là tu mélanges tout. C’est une parodie. Assimiler une discussion sur des films cinématographiques blockbusters de divertissement, avec une réalité politique, c’est aller très loin.
            On peut discuter du fond de ces films en politique si tu veux ?

            Mais catégoriser notre vote en se basant sur cette discussion, je suis navré mais c’est de la fainéantise intellectuelle. Si tu veux partir sur ce domaine, y’a pas de soucis moi c’est mon taff de tous les jours. Mais dans ce cas là parlons plutôt de facteurs idéologiques, sociaux, économiques, culturels qui définiront notre orientation de vote. Idem pour caractériser le fait que l’on aurait une pensée formatée puérile prompte à suivre des populismes, questionnons plutôt l’allégeance aveugle envers le capitalisme (dénoncé par certains comme le meilleur des totalitarismes puisque c’est le seul que les gens ont pleinement incorporé sans jamais se poser la question de savoir s’il y a une alternative). C’est d’autant plus parlant que par rapport à l’industrie d’Hollywood, le capitalisme sert beaucoup plus de cadre matriciel d’analyse que le rapport maladroit fait ici à Trump qui est quand même bien éloigné du sujet (faut de l’arborescence pour en arriver là).
            Quitte à filer la métaphore politique, autant le faire jusqu’au bout. Sinon ça n’a aucun intérêt sur un site comme LTH (à part montrer l’ignorance des dynamiques qui conduisent au populisme et à la démagogie).

          • Une pensée formatée le reste sur n’importe quel sujet, qu’il soit politique ou artistique. On la reconnaît à la manière réductrice et trop exaltée dont ses « défenseurs » s’en empare… C’est à dire en allant tout le temps dans l’opposition, et en rejetant tout scepticisme (l’une des bases de la réflexion individuelle, quitte à revenir à son point de départ une fois les doutes dissipés), et tout contre exemple contextualisé.

            Sinon, Snyder est républicain, aime les armes à feu, est ultra sympa et charmant avec les gens qu’il a à la bonne, communique à fond sur les réseaux sociaux, adore les imageries dorées et pompières, est décrit comme un incompris qui ne devrait rendre de compte à personne même s’il ne fait que diviser les gens, etc… Ça ne vous rappelle personne ? Ou une méthode particulière ?
            Sauf que lui est réellement plus beau, et ne fait pas un métier influençant dangereusement… Oh mais attendez ? J’avais écrit quoi dans ma parodie ?

            « Bon, c’est amusant à écrire cette parodie, c’est tout, faut pas en faire un drame… Et d’ailleurs mieux vaut entendre ça à propos de films de divertissement plutôt qu’avec de vrais problèmes sociaux. »

            En effet… « des choses qu’on préfère retenir plutôt que d’autres, tant que ça vous arrange. »

          • Je suis navré mais je trouve pas qu’il y ait quoi que ce soit d’exalté ou de systématique dans la manière dont j’ai répondu. Je trouve la critique poussive et un peu hystérique. Pour autant, lors de l’annonce de la Snyder cut, j’ai été un des premiers à la critiquer.
            Alors certes, je suis potentiellement toujours dans l’opposition. Mais opposition à quoi ? A la norme, à la bien pensance, à l’opinion majoritaire ? Être dans l’opposition ne revient pas à avoir une pensée formatée (puis, ça dépend de l’opposition à quoi on parle). Galilée était dans l’opposition par rapport à la croyance religieuse de l’époque, De Gaulle était dans l’opposition face au gouvernement de la France durant Vichy, etc. Est-ce que ça fait de leur pensée une pensée formatée ?
            Pour autant, je trouve que la référence à l’individualisme va bien plus dans le sens de ce formatage. Car aujourd’hui, le modèle dominant de pensée en Occident est l’individualisme. Faire passer le bien-être de l’individu en premier, ce qui permettra supposément d’aboutir à celui de la société. S’opposer à ce modèle revient-il donc à avoir une réponse formatée, ou justement à développer un petit peu au-delà ? Je dis pas que l’individualisme est mauvais, mais c’est pas non plus l’unique système existant. Il y a des alternatives. Tout comme il n’y a pas ceux qui sont capables de raisonner et qui donc ont un jugement correct, et ceux qui ont une pensée formatée. Le monde n’est pas manichéen.

            J’en reste à penser selon cette logique que si Snyder devrait présenter des excuses, alors il devrait en être de même au moins pour Gunn ou Favreau. C’est un raisonnement dans l’absurde, mais leur dévoiement des personnages est au moins équivalent si ce n’est plus.

            Personnellement, je trouve que la Snyder cut n’était pas nécessairement une bonne idée car l’échec aurait dû être consommé et rester sur Justice League tel qu’il était en l’état, tant pis. Néanmoins, elle va apporter des idées différentes et présenter une vision différente de ce qu’aurait dû être Justice League. Pas pour autant besoin d’aller encenser
            ou démolir Snyder, c’est ridicule ces excès. On dirait presque des enfants devant une nouvelle console Nintendo.

          • On le voit bien, le « moi d’abord, les autres on s’en fiche » est vecteur de fascination, qui se répand pour devenir un mode de pensée fait pour supplanter tout le reste… Avec envie et délectation, car ça permet ainsi de ne plus faire d’effort, et de ne pas adapter sa pensée aux diverses circonstances… Réduire cet égoïsme n’est rien d’autre que du civisme, pour mieux continuer à vivre ensemble. Car l’individualisme poussé trop loin devient nocif au même individualisme d’autrui. Prendre la Liberté pour mieux enlever celle des autres etc…

            Adapter sa pensée, comme c’est le cas pour Gunn ou Favreau : l’adaptation suit l’époque ou la logique contextuelle (des aliens ne pensent pas comme des humains, ils peuvent donc être délirants ou à côté de la plaque). Aucun dévoiement au final, mais un sorte d’enrichissement inédit, surtout pour les personnages (de papier, sans chair) les plus inconnus du grand public.
            Or dans « DoJ », tout se contredit si on y réfléchit, sans même que ça en devienne complémentaire. Il ne vaut mieux donc pas y réfléchir en le regardant, sinon l’unité de ton dite « sérieuse » s’effondre…

            Et la division bien réelle des avis du public à ce sujet (qui n’ont pas tous les mêmes données à disposition, ni n’ont tous regardé avec la même attention) est un aspect suffisant pour glisser ne serait-ce qu’un tout petit mot de compréhension empathique de la part de Snyder. Plutôt que de continuer à laisser faire des divisions stériles (car elles ne font que tourner en rond), façon « team Kate ou team Meggan ? »…
            Et en plus, autour de personnages qui sont reconnus totalement pour être fédérateurs, et pas sujets à polémiques – on n’est plus censés être au temps de Wertham, là.

    • Enfin, faut peut-être arrêter de voir des allusions au MCU n’importe où. Quitte à faire ça, t’as qu’à comparer avec les premiers films Superman. C’est évident que les thèmes abordés vont être les mêmes, on est dans l’univers des comics, c’est toujours la lutte du bien contre le mal. Par contre, réduire l’esthétique et les trames sous-jacentes au scénario de Man of Steel et BvS à Avengers et Iron Man 2, c’est une blague… Ça n’a rien à voir ! C’est pas parce qu’il y a une bataille « épique » à la fin que c’est la même chose. Sinon Avengers 3 et Avengers 4, c’est juste une redite du 1 ? N’importe quoi.

      • Ton point est pertinent.
        C’est vrai que c’est l’essence même du super-héros que de générer des histoires archétypales — presque ‘mythologique’.

      • Si, car ça se dit différent, et même meilleurs que les autres, alors que ça ne fait au final que nous vendre exactement la même chose, avec juste un autre emballage. Et quand on va voir du DC, c’est pas pour avoir les mêmes comportements que dans un Marvel, ni les mêmes déroulés de scènes. Rien à voir avec la Mythologie et les archétypes, là c’est la façon de les faire exister en tant qu’individus distincts dans un Univers qui l’est tout autant, qui n’est qu’une photocopie de ce qui a déjà marché chez la concurrence.

        Alors que si les scénaristes et réalisateurs faisaient leur boulot à fond, en lisant et décortiquant les fameux comics qu’ils transposent en live… Ils verraient (et les commentateurs un peu naïfs aussi) que avec les héros DC, l’identité diverge, la manière de réagir aussi, plus mature et viril, plus intelligente et imaginative.

        Mais s’ils n’ont pas eu la présence d’esprit de le faire il y a 4-7 ans, ben aujourd’hui c’est trop tard…

        • Pardon, « qui n’est Ici qu’une photocopie de ce qui a déjà marché chez la concurrence », il manquait un mot pour être plus précis – et on oublie combien ça compte, la précision.

        • Mais c’est une vision super biaisée. Du coup, le MCU aussi ne représente qu’une demi-vision parce que ça s’inspire en partie des films faits en avant par DC (les Superman par exemple) donc du coup quand ils veulent nous vendre le 1er univers cinématographique partagé, ça se base sur du déjà fait (d’autant plus que c’est pas tout à fait vrai non plus).
          Et puis le ton des films du DCEU n’est pas le même que celui du MCU, c’est même un des axes qui divise le plus les spectateurs ou les commentateurs du dimanche sur ce site. Le MCU, c’est le Marvel Comedy Club trop d’humour, rien n’est pris au sérieux, pas d’enjeux. Tandis que le DCEU c’est inutilement dark, trop long, trop inutilement sérieux. Y’a pas assez de boom boom baston. On critique même le fait que Superman et Batman tuent, c’est quand même très rétrograde pour des films qui ne se montreraient pas suffisamment sérieux.

          Bref, donc si on suit la logique, on ne voit pas voir du DC pour voir une photocopie de Marvel.
          Par contre du Marvel qui est une photocopie de DC, on s’en fout.

          • Si on te suis, il y existerait du Marvel qui est une photocopie de DC…
            Mmh… Où ça ? 😉
            Ça semble très biaisé tout ça, que de ne pas retenir que l’on ne fait que parler de moments structurels qui ne sont relatifs qu’à des films précis, et pas à des archétypes universels de type « découverte, chute, reconstruction, héros révélé, baston finale, teasing d’une suite etc… »
            Et caricaturale, que ces expressions formatées de « Trop Dark » et « Trop d’Humour »… Car ça ne le devient que si c’est forcé, contre la nature des personnages (exemple, les Birds of Prey, « contaminées » par Harley Quinn).
            Quand par contre ça sait quand s’arrêter au bon moment, on garde la suspension d’incrédulité, les enjeux ne sont plus annihilés (« Thor Ragnarok » est à l’extrême limite, s’il n’y avait pas les scènes touchantes avec Odin, idem avec « Shazam ! » grâce aux scènes avec la mère naturelle de Billy).

            À condition de regarder les films en entier, avec leurs qualités, leurs défauts et leurs limites naturelles. Plutôt qu’avec des idées préconçues… Celles-ci seront toujours moins fortes que la somme de toutes les parties.
            C’est pourquoi « Dawn of Justice », c’est cool et explosif, on peut le voir et revoir avec plaisir… Mais c’est pas non plus très profond ni innovant.
            Il faudra voir encore et encore avec l’autre « JL », malgré une promo qui le dessert un peu (et la présence d’acteurs qui n’aident pas à ça).

            Bon, c’est assez adulte comme réponse argumentée là, ou on va encore perdre du temps avec ces films censés avant tout nous divertir ? 😁

          • Là oui, c’est déjà bien plus intéressant ;). Et ça montre que toi même tu ne croyais pas vraiment à ton premier message, à casser complètement un film allant jusqu’à demander des excuses de la part du réalisateur… puisque après tout cela ne reste qu’une industrie de divertissement.
            Quand c’est relativisé, c’est bien plus clair comme réflexion !

            Et je suis bien d’accord avec toi, sur le fait que cette conversation était dépourvue d’intérêts puisqu’elle ne renvoyait qu’à des moments spécifiques dans le film n’en reflétant pas l’intégralité, alors qu’ils répondent tous d’un certain archétype.

          • Néanmoins, je reste toujours sur l’idée que Snyder se doit d’exprimer un peu plus d’humilité, ne serait-ce que pour montrer de l’honnêteté et du fair-play, et calmer le jeu – en fait, je crois me souvenir qu’il y a tout de même à l’époque eu un certain mea-culpa public sur les affrontements destructeurs à la fin de « MoS », ce qui a servi à élaborer le scénario de la suite… Mais je ne sais plus si Snyder a pris part à ce mea-culpa –

            Car à force, il y a de plus en plus un sentiment détestable s’inscrivant dans la tête du public, qui est que Snyder se serait fait virer de « son » film… C’est l’effet « Mandela », en quelque sorte.
            Alors qu’il n’en est rien, il était en plein Deuil horrible, il devait partir… Et ce Deuil, quasiment personne n’en parle, alors qu’il est d’une importance capitale, encore plus quand on le met en parallèle du sujet du film, la Fin d’un Deuil, puisque Sups revient, et que le film se doit d’être dédié à sa fille – ça doit faire 12 fois que je l’écris, et personne ne percute, c’est ultra inquiétant !

            Maintenant, ce qui serait intérressant ça serait de se demander ce qui ce serait passer s’il n’y avait pas eu ce Deuil..? Il ne se serait pas fait virer, d’ailleurs le film sorti garde toujours son nom – j’en parlerai plus bas… Il y aurait donc surement eu une négociation avec la prod, moins tranchée, sur ce qu’il faut garder ou non du film, la direction vers laquelle chaque partie aura décider d’accepter d’aller pour arriver (à temps) vers un équilibre.

  9. https://www.premiere.fr/Cinema/News-Cinema/Le-Parrain-3-la-bande-annonce-du-film-remonte-par-Coppola
    … cette bande annonce là semble plus intéressante..?
    Car avec Coppola, on sait depuis des années qu’il ne peut plus faire que revenir indéfiniment sur ses anciens films, plutôt que d’en créer de nouveaux.

    • … ça fait penser que dans la version longue de son « Apocalypse Now »… La longue séquence de la plantation, avec les français, a aussi tendance à trop alourdir le film pour certains…
      Comme quoi, c’est pas toujours les plus longues qui… Bref ! 🙄

      • Je suis un des rares qui préfère la version courte du Seigneur des Anneaux.
        (Et ne parlons pas du Hobbit que je ne regarde qu’en ‘Dustin Lee Edit’ !)

  10. Tout le monde est capable de mettre un filtre noir et blanc sur un trailer , qu’est-ce que ce trailer est censé raconter ???? snyder joue a quoi ??? je m’attendez au moins a voir un truc avec 2 minutes d’image inédite avec une nouvelle musique , GROSSE DÉCEPTION

  11. La nouvelle photo de Slade ❤

    D’ailleurs je soupçonne cette scène de faire partie du Knightmare, cf une coupe de cheveux totalement différente. Sauf si 100% de son apparition dans Justice League était reshoot 👀

    • Ah ! Bah ça se confirme. Ça serait bien effectivement un Deathstroke venant du Knightmare. En temps de crise, tout le monde s’allie 👀 (j’imagine y’aura aussi le Joker)

      • Nouveau édit : Bah… il semblerait que ce soit également plus ou moins confirmé par Snyder qu’on aura un Joker made in Knightmare. Ce qui rejoint la théorie que j’avais écrite sur l’article de l’annonce de son retour. Le duo Joker/Deathstroke 🙌

  12. De mieux en mieux… Snyder a transformé l’obscure Manganiello en Stephen Lang… Merci à lui pour ça ! 😁

    Mais, étant donné que ce Cut aura 2h30 en plus…
    Pour arriver à 4 heures, il faudrait donc environ 1h30…
    Et la version ciné du film en fait 1h50 (sans générique)…
    Ce qui veut dire que Whedon, après avoir pesté sur la cohérence du script (désolé pour ceux qui ont bossé dessus, mais il est très pointilleux là dessus – il a fait des excuses au fait ? 😉) a été chargé de ne tourner que seulement 20 minutes, ce qui est suffisant pour laisser le crédit du film entièrement à Snyder… C’est syndicale.
    Donc juste 20 minutes, en plus des changements esthétiques correspondant aux idées initiales de la production, car avec une narration non digressive, une sortie unique, et pas en deux temps avec plus tard une autre version plus complète mais trop longue pour les séances en salles (à l’époque de « Dawn of Justice », ça avait gueulé là dessus)…
    et plus de couleurs vives, le culte « Ciel Rouge » des comics etc… En peu de temps. Et ça se voit. Et ça fait encore plus « Comics » néanmoins.

    Donc, l’axe principal du Snyder Cut ne devrait au final pas trop bouger de la version ciné… C’est le cadre qui va évoluer vers ce qui semble plus un Méga Crossover Intertemporel, qu’un (premier) film d’équipe. Un peu comme « Avengers Endgame », mais avec le « Futur » à la place du « Passé » ?
    Et bien sûr, garder l’esthétique des deux précédents films, sans évolution – quoique y a aussi peut-être l’excitante version NB.

  13. https://www.premiere.fr/Series/News-Series/Epuise-Joss-Whedon-quitte-The-Nevers-et-HBO
    Moui, et c’est pas plutôt HBO qui aurait fait le choix de ne pas garder le pseudo « vilain saboteur de la JL » ? On peut y penser, comme première conséquence collatérale du S’Cut.
    Il s’en prend plein la gueule le pauvre…

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here