Thor – Love and Thunder : Michael Giacchino composera la musique du film !

10

On ne l’arrête plus ! Après avoir signé la musique de Doctor Strange, Spider-Man : Homecoming, Spider-Man : Far From Home, Spider-Man : No Way Home et The Batman, Michael Giacchino (Rogue One : A Star Wars Story, Star Trek) vient de révéler qu’il composera la bande originale de Thor : Love and Thunder. Il succède ainsi à Patrick Doyle, Brian Tyler et Mark Mothersbaugh, ce qui confirme que le fils d’Odin est particulièrement volage quand il s’agit de choisir celui qui mettra en musique ses aventures ! Justement, regrettez-vous Mothersbaugh ? Embaucher Giacchino sur plusieurs franchises ne revient-il pas à rendre les productions Marvel Studios encore plus ‘formulatiques’ ? La question mérite d’être posée…

[Synopsis extrait des comics] Le fils d’Odin est devenu indigne, il lui est désormais impossible de soulever Mjolnir. Retrouvé sur la Lune, le marteau enchanté est maintenant manié par une femme. Cependant l’identité de la nouvelle déesse du tonnerre reste un mystère. Qui est Thor ?

﹡﹡﹡﹡﹡

﹡﹡﹡﹡﹡

Thor : Love and Thunder est réalisé par Taika Waititi et sort aux Etats-Unis le 8 juillet 2022, avec Chris Hemsworth (Thor Odinson), Natalie Portman (Jane Foster/The Mighty Thor), Tessa Thompson (Valkyrie), Jaimie Alexander (Sif) et Christian Bale (Gorr, le Massacreur de Dieux).

10 COMMENTAIRES

  1. Alors.
    Réponse 1: oui, Mark Mothersbaugh va me manquer, il était très bien sur Ragnarok, mais peut-être qu’il sera moins à sa place sur Love And Thunder, ça dépendra de l’univers dépeint.

    Réponse 2: Non, Michael Giacchino a fait des compos assez différentes sur Strange et Spider-Man. Alors ça ne veut pas dire qu’elles étaient extraordinaires, mais les thèmes étaient assez marquants pour être parfaitement différenciés. Certes les styles sont proches (orchestral, pas ou peu de synthétique), mais quand même…
    Non vraiment, c’était beaucoup plus visible quand Brian Tyler s’est retrouvé sur 3 franchises et que les thèmes, certes catchy, étaient absolument pas indissociables du héros (Iron Man et Thor, vraiment, interchangeable en terme de caractérisation musicale).

    • Autant j’ai trouvé que celui de Doctor Strange ressemblait trop a celui des Star Trek d’Abrahms, autant j’ai beaucoup aimé celui de Spiderman Homecoming. Un bon compromis entre nouveauté et hommage au thème classique.

  2. La meilleure OST reste celle du 1 quoi qu’il arrive

    « Embaucher Giacchino sur plusieurs franchises ne revient-il pas à rendre les productions Marvel Studios encore plus ‘formulatiques’ ? »

    Le MCU et formulatique ? Mdr

  3. « Formule Marvel » ? Ou juste Identité ?
    Ben dans ce cas là oui, puisque Giacchino est aussi celui qui a composé la dernière fanfare du logo Marvel Studios – qu’on entend de plus en plus rarement au début des films, certes.
    Il est chez lui, le gars… Genre il peut même dépanner au cas où.
    Et ainsi, confirme indirectement que « TLaT » aurait plus d’envolées lyriques et rocambolesques, eu égard à ses styles de prédilection et à la présence forte de Jane Foster..?

  4. Giacchino est quand même une sorte d’émule officieux de Danny Elfman :
    Beaucoup de genres cinématographiques en commun, y compris des franchises. Ils ont tous les deux touché à la Planète des Singes, à de l’espionnage, et aux super-héros dont certains sont d’ailleurs les mêmes – Batman, Spider-Man, Dr Strange (mais là c’est Elfman qui passera après Giacchino).

    • Danny Elfman? Que nenni, le père spirituel de l’ami Giacchino sera toujours John Williams. L’amour du symphonique, du jazz, et bien plus de liens thématiques!
      Même si évidemment, le temps passant, la filmographie s’allonge et rend la comparaison plus difficile.

      • J’ai écrit émule, pas élève. C’est à dire plutôt dans le sens où ça ressemble, ça va dans de mêmes directions à divers moments…
        Tout comme Elfman s’est met lui-même dans les pas de Williams, quand il signa pour Batman un générique aussi grandiose et symphonique que celui de Superman (mais en plus sombre et sourd bien sûr).
        Ou que le Jerry Goldsmith de « La Planète des Singes » se ressent régulièrement dans le travail de Giacchino depuis avant la trilogie avec Serkis (« Lost » et « Fringe » ont eu leur lot de scènes y faisant référence).

        Posons nous aussi la question : Giacchino a-t-il été engagé car ça fait plusieurs films qu’il met en scène des sortes de course-poursuite trépidantes, mais au milieu desquelles se trouvent des personnages qui sont à la fois alliés et opposés intermittents ?
        Après les combos Spider-Man/Iron Man, Spider-Man/Mysterio et Spider-Man/Dr Strange, celui de Batman/Catwoman et celui de Thor/Jane Foster (avec aussi une attirance sexuelle entre eux bien sûr)…?

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here