The Prodigies : Le superhéroïsme à la française…

0
Une fois n’est pas coutume, parlons d’un film français ! The Prodigies – La nuit des enfants rois réalisé par Antoine Charreyron, est adapté d’un livre de Bernard Lenteric (auteur français décédé en 2009, il a notamment écrit L’Empereur des Rats…). De l’animation française, avec de la motion capture et du relief, une affiche à la Watchmen, et un univers sombre… bonne chance au film qui se retrouvera en concurrence directe, le 25 mai 2011, avec Pirates des Caraïbes 4 – La Fontaine de Jouvence. Voici le synopsis : Quand nous serons ensemble, le monde sera à notre merci. Ce sera la nuit, la longue nuit des enfants rois...” Ils sont cinq, vivant aux quatre coins des Etats-Unis. Cinq petits génies, des adolescents d’une intelligence inouïe capables de manipuler l’esprit d’autrui. Jimbo Jaffar possède ces mêmes capacités et cherche depuis toujours ses semblables. Par le biais de la multinationale de son père adoptif, Killianetworks, Jimbo réussit finalement à les trouver et à les réunir. Lorsque les enfants sont victimes d’une violente agression dans Central Park, commence pour les cinq surdoués une nouvelle ère, celle de la violence et de la vengeance. L’ère de la nuit des enfants rois. Vient alors pour Jimbo le moment de choisir : la stabilité de son monde d’adulte, ou cette rage destructrice qui ne l’a jamais vraiment quitté depuis l’adolescence…

Au sens strict du terme, ces enfants ne sont pas des superhéros – ils sont juste surdoués – mais la bande annonce montre une sacrée débauche de pouvoirs, renforcée par un puissant morceau du groupe Muse, Exogenesis Symphony Pt 1: Overture… Voir une équipe d’enfants qui se comportent comme des super-vilains : une idée audacieuse au cinéma (qui se souvient ici des Jeunes Maîtres, les ennemis des Young Avengers ?). L’univers, les mouvements de caméra, d’accord. Mais graphiquement, je n’accroche vraiment pas : les images font penser à une veille cinématique de jeu vidéo (auprès des américains, nous passons comme étant à la traîne niveau animation… ce qui n’est pas le cas). Mais le projet reste intriguant, assez pour le soutenir lorsqu’il sortira en salle (il faut encourager les productions françaises de cette envergure) ! Dommage cependant que le film soit resté si discret jusqu’à aujourd’hui (le poster teaser était seulement visible au Comic Con français, c’est tout), à trois mois de sa présentation au grand public…

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here