Star Trek Into Darkness : J.J. Abrams révèle… 3 images du film !

19

C’est le teasing-vidéo le plus court de tous les temps… Pire que les deux secondes de Battle Los Angeles en 2010. Invité dans l’émission de Conan O’Brien, le réalisateur J.J. Abrams n’est pas venu les mains vides. Dans ses bagages, les premières images officielles de Star Trek Into Darkness. Mais en préambule, il décrit l’extrait comme étant très court. Et pour cause : ce n’est pas une minute, ni trente secondes, ni même une seconde qu’il dévoile au public, mais… 3 petites images !

Pas le temps de cligner des yeux. Heureusement, l’explication de texte est fournie avec ces trois images. Vous avez bien sûr reconnu Spock (Zachary Quinto), explorant l’intérieur d’un volcan à l’aide d’une combinaison ultra-résistance. Circulez, il n’y a plus rien à voir. Star Trek Into Darkness sort en mai prochain et la seule chose que nous avons, c’est un titre. Pas de poster, pas de bande annonce, un flou total sur l’histoire et les personnages ! Toujours aussi fort ce J.J. Abrams.

L’Enterprise reprend le chemin des étoiles le 12 juin 2013, avec à son bord Kirk (Chris Pine), Spock (Zachary Quinto), Uhura (Zoe Saldana), Scotty (Simon Pegg), Sulu (John Cho) et Leonard McCoy (Karl Urban) ainsi que les comédiens Peter Weller, Noel Clarke, Benedict Cumberbatch et Alice Eve.

19 COMMENTAIRES

  1. c’est marrant au contraire, ça respire l’auto-dérision je trouve sur la campagne virale de montrer un truc comme ça. Mais l’image est belle au passage 🙂

  2. C’est plus une grosse blague qu’un coup marketing. Le but n’était évidemment pas de montrer les premières images du film, mais plus de faire rire dans le cadre du talk show. Je me demande même d’ailleurs si ce n’est pas aussi un moyen de parodier le marketing d’aujourd’hui, fait de teasing nébuleux et de bande annonce pour bande annonce.

  3. jj abrams est un genie! la ou les wachos et pt anderson balances desctrailers de 5 min, lui nous fait l’inverse avec deux dizieme du film, vivement le teaser du teaser de 3s puis le teaser de 20s etcallez soyons fou: le trailer d’1min! et il est gentil, jj, il evites de balancer ses flares dans les extraits.

    • J’admets avoir plus kiffé la bande annonce de Super 8, que l’intégralité du film, mais c’est tout même un film hommage plutôt agréable.

  4. C’est bien évidemment un gros délire pour l’émission qui parodie tous ces teasers à la mode qui en montrent de moins en moins pour fédérer le suspens et l’envie d’en voir plus !! 😉

    C’est marrant, et c’est tout, y a pas à s’prendre la tête, quand J.J.A. le décidera on en verra plus !

  5. JJ est un bon faiseur… s’il est servi par un bon scénar ça le fait. Jusqu’à présent ses films ont toujours eu un honnête niveau malgré les râleurs.
    – MI-III est l’un des plus fidèle au concept de base et reste efficace sans être inoubliable, comme les 3 autres en fait (exception faite du 1er qui est chiant comme la mort)
    – super huit se laisse voir, c’est un sympathique hommage aux spielberg des 80ies et enfin
    – Star Trek est un petit bijou ! malgré les orthodoxes qui râle contre le fuselage incorrect et l’action « trop » présente c’est à mon humble avis, le meilleur, et c’est un trekker qui vous le dit !
    (non pas un trekkies, il y a une vraie diff, les trekkers ont vu tout ce qui est possible de voir sur star trek et se déguise de temps en temps, les trekkies c’est des mabouls qui s’habillent en starfleet à leur boulot tous les jours) ;-D

    Pour conclure, jj c’est pour moi le tarantino du 21e siècle : il mâchonne des vieux classique et fait du neuf avec, sans la verve du quentin mais avec des choix artistiques et techniques plus blockbusters.

    • Le Tarantino du 21e siècle ?! Sacrilèèèèèèège !

      Nan plus sérieusement je suis d’accords pour dire que Abrams à de très bonnes idées (qui se terminent souvent mal) mais pour moi un génie réussit à bien concrétiser ces idées, et ce n’est vraiment pas toujours le cas d’Abrams.

      • Il s’agit de ton avis là, parce que Star Trek et Super 8 sont quand même reconnus comme des divertissements très bien aboutis et au-dessus de la moyenne des blockbusters. MI 3 un peu moins mais on en parle toujours comme d’un très bon film !

        Je suis persuadé que Abrams est partie pour être une valeur sûre d’Hollywood, pour au moins la décennie à venir !

        • Ah mais j’ai pas dit le contraire, la plupart de ses films sont bons, pas de doutes là dessus (même si j’insiste sur le fait que ça retombe toujours sur la fin), mais de là à le comparer à Tarantino … Disons que c’est comme comparé un bon steak à du caviar.

          • Cher vous autres, on peut quand même rapprocher JJA de Tarantino (moins l’expérience directive de l’un) en ce sens que leur cinéma est plus « expressionniste », en fait qu’il joue de manière référentiel avec tout ce qui a déjà été fait avant ça dans la culture grand public.

            Refaire City on Fire de Ringo Lam en Reservoir Dogs ou Mission Impossible (télé) en Alias est un moyen d’accrocher directement le public érudit élevé au vidéo club avec des oeuvres cultes, tout en gardant une identité réelle et divertissante.

            Si vous voulez, on a pas l’impression que c’est du plagiat puisque tout est cité en « hommage » par les intéressés de manière explicite – à l’inverse, un James Cameron fait comme si personne n’avait remarqué ses emprunts aux Comics ou aux Mangas (tout Miyazaki est dans Avatar!), et sans références directes de sa part, c’est comme s’il était le seul et unique inventeur de son Oeuvre.

            Un petite chose à noter aussi, c’est que Tarantino a aussi joué un rôle de salaud très fun dans la série Alias, manière d’instaurer un passage de relais (ou une passerelle) entre les 2 geeks.

            En fait, il ne restera plus qu’à engager Tarantino pour faire un 5ème Mission Impossible, après 2 de ses « maîtres » (Depalma et John Woo) et les 2 rois geeks J.J.Abrahams et Brad Bird.

    • Désolé Lola mais le premier MI n’est absolument pas chiant. Pas avec des séquences d’action et de suspense hallucinantes et superbement chorégraphiées, y compris en musique (de Danny Elfman). Comme le cambriolage de la CIA (hommage direct à Jules Dassin) et la bagarre « impossible » sur le simili train (TGV au lieu du Shuttle, sans caténaires, avec un hélico accroché… bref de la folie filmique). Et même s’il fait imploser la série avec la trahison de Phelps (sans dommage puisque non interprété par le seul et unique Peter Graves) pour permettre l’appropriation par Tom Cruise en Bond moderne Américain, on est surtout dans un excellent thriller « DePalmesque » bourré de faux semblants et de jeux de dupe. En somme, tout ce qu’on exige aussi dans une bonne histoire d’espionnage – voir la Taupe.

LAISSER UN COMMENTAIRE