Hellboy : Une première bannière pour le reboot démoniaque !

29

Tiens, et si l’on prenait des nouvelles de Hellboy ? A neuf mois de la sortie, Milla Jovovich a partagé sur son compte Instagram la première bannière du reboot démoniaque de Neil Marshall (Game of Thrones, The Descent). Il s’agit d’une illustration de Mike Mignola mise en ligne il y a quelques mois, mais qui est passée relativement inaperçue. Rappelons que la star de Resident Evil jouera Nimue, alias la Reine de Sang, une sorcière britannique qui veut détruire l’Humanité…

[Synopsis extrait des comics.] Au plus profond de l’Angleterre, les anciens géants se réveillent. Il est temps pour la Grande Battue, ancestrale compagnie de traqueurs de monstres, de partir en chasse. Sur invitation, Hellboy se joint à la curée… pour bientôt devenir lui-même gibier. Trahi par la meute, il est jeté en pâture à la Reine de Sang. Pour la vaincre, Hellboy devra-t-il se résoudre à endosser son héritage démoniaque ?

The Blood Queen has risen.🥀Hellboy 2019⚡️ Wilshire Blvd. Los Angeles #hellboymovie #2019 #ladiary

Une publication partagée par Milla Jovovich (@millajovovich) le

Hellboy est réalisé par Neil Marshall et sort en France le 30 janvier 2019, avec David Harbour (Hellboy), Milla Jovovich (Nimue/la Reine de Sang), Sasha Lane (Alice Monaghan), Daniel Dae Kim (Major Ben Daimio), Penelope Mitchell (Ganeida) et Ian McShane (Professeur Trevor ‘Broom’ Bruttenholm).

29 COMMENTAIRES

  1. Ça a vraiment de la gueule, aucun soucis là-dessus. Je ne suis pas certain que le quidam lambda comprenne de quoi il s’agit, mais moi j’aime beaucoup.

  2. Secret et profil bas (avec tout le tintamarre autour des grosses adaptations, c’est sympa)… Espérons que ça soit à la hauteur de l’Oeuvre d’origine, même pour une « petite » prod.

    • On croise les doigts.
      Les petites prods ont parfois plus de chance d’arriver à la ‘hauteur’ des œuvres d’origines parce que moins à en perdre. Surtout quand l’oeuvre en question est aussi singulière qu’Hellboy. Tant mieux si le film n’a pas vocation à plaire à tout prix à tout le monde !

      • Oui mais moi je pense un peu aussi au réal; delToro ne connaaissait pas grand chose aux comic-book, croyant que Hellboy c’est du super héros… mais c’est un grand nom talentueux, donc c’est plus lui qu’on va « aduler aveuglément » qu’un Neil Marshall prêt à rendre enfin complètement justice à l’univers de Mignola…
        D’où peut-être moins de moyens et de succès…

        • Oui.
          Ironique depuis que del Toro a raflé tous ses oscars… Les producteurs s’en mordent peut-être les doigts de ne pas avoir mis sur les rails un Hellboy III plutôt qu’un reboot ?

          Mais faut dire que ce film va tout de même bénéficier de son ‘héritage’. Grace aux deux précédents, Hellboy n’en est pas à être un personnage sortit de nul part qui se doit à tout prix de conquérir l’opinion. Donc pas ‘d’opposition’ non plus entre les deux versions.
          Et comme les del Toro n’ont pas non plus explosé le box office… Le nouveau pourrait peut-être même espérer de meilleures recettes ? (qui sait ?)

          Moi j’attend surtout une première bande annonce pour connaitre le ‘ton’… J’ai vraiment hâte !

          • Bon, comme ça ne sera pas (encore une fois) une prod très très chère, je pense que les risques sont un peu plus limités…

        • Euhh dire que Del Toro ne connaissait pas grand chose aux comics Hellboy, t’es sûr de toi, là ?! 😕
          Pas comme s’ il était un des premiers à avoir réussi à adapter le langage visuel des comics au sein d’un film avec Blade 2. Que le mec est un dévoreur de comics devant l’éternel. Qu’il a toujours hurlé son amour du personnage et surtout qu’il connaissait Mike mignola bien avant ses superbes adaptations de Hellboy.

          J’ai aussi du mal à voir le côté « super-héros » d’on tu parle, dans les films Hellboy.
          Certes, Del Toro à appliqué sa patte artistique, son style si reconnaissable a l’univers de mignola.
          Mais si cela créer quelque chose de bon et d’original, où est le problème ?

          Avec un réal comme Neil Marshall (que je considère comme un technicien doué mais qui doit encore faire ses preuves – notamment avec ses scènes d’actions) on aura peut-être droit à plus de fidélité dans le scénario mais est-ce qu’on y gagnera au change en termes de fabrication ?

          • Je vais faire long Coco Rico, mais…
            Oui, lorsque dans une interview à Technikart Hors Série (le 22 si je me trompe pas), il parle du 2 comme un film de super héros (« vous avez déjà vu des super héros se souler en chantant du Barry Mannilow??? limite il s’énerve pour cette « idée »)…

            Ou quand dans des interviews en privé il parle des films de super héros déjà faits comme inspiration visuel commune, qu’il rage de ne pas avoir concrétisé… et quand ce sont les Spider-Man de Raimi qu’il cite, qui dérivent plus de Ditko, Romita Jr, Mc Farlane… alors que pour Hellboy, c’est plutôt Jack Kirby… Ben ce n’est pas complètement le même type de plan et d’action qu’on devrait avoir..

            Et bien sûr la trahison terrible: les deux Hellboy comme les Spidey de Raimi, ne reposent quasi principalement que sur un archétype d’histoire d’amour, compliquée, déchirante avec une fille inaccessible… Comme si on était encore au temps du Superman de Donner, mais avec un peu de Batman de Burton aussi dedans (« je suis/nous somme des monstres »)…

            Sauf que Hellboy, c’est pas ça du tout, les doubles identités, les « je veux vivre avec elle mais je n’y arrive pas avec la vie que mène » etc…
            Résultat tangible: en se croyant dans un classique film de « super » avec en plus un humour macho très appuyé, lui aussi absent de l’identité spécifique de Hellboy – pas seulement parce que DelToro est un grand romantique doublé d’un fan de bourrinage… mais aussi pour mieux rassurer les producteurs en attirant un public soi-disant cible…
            Et bien au final l’originalité du Hellboy original se dilue, et sa poésie sombre, en partie aussi… Il n’y avait aucune raison de changer ce qui, dans les comics, se démarquait déjà du tout venant des super héros, en n’en reprenant que quelques idées de forme… Mais avec un fond qui est tout sauf « Super ». Mais plutôt détective prolétaire mais digne, qui n’a pas besoin d’une grande histoire d’amour pour décider seul de son destin.
            – là où ce qu’il a apporté à Blade dans le 2 a surrélevé un personnage trop secondaire et limité, vers des sommets de dingueries –

            On peut bien le dire: une bonne moitié de ces films est très calibrée pour viser le Grand Public, sans les sortir complètement de ses habitudes de blockbuster (ce qu’on retrouvera aussi dans La Forme de l’Eau, mais pour la critique cinéphile cette fois). Et même si ça reste très Bon grâce à l’autre moitié, c’est vraiment dommage que DelToro n’ait pas pu raccorder à la maturité des comics… Et finir ainsi son diptyque sur une blague molle (?)

            Et pour Neil Marshall… Peu de chance que, si le film soit enfin plus fidèle à l’esprit, ça ne soit pas au final qu’un film du calibre d’une bonne série B (Milla Jovovich…). Et que sans DelToro dans les parages, il s’en prenne plein la gueule (par NoCiné, forcément), ou qu’il soit surement un peu snobé.

            On verra si les prochaines news nous montrent si ils gèrent bien les niveaux de noirs, de rouge, de orange… si l’énergie pulp et « kirbyesque » y est… Et si HB reste attachant même sans y être un amoureux transi alcoolo.

          • Je ne trouve absolument pas que le perso ait été « super-héroïsé » par Del Toro. Ni même qu’il ait créer un aspect double identité.
            C’est carrément explicité oralement dans le premier.
            Quand Myers le compare à sa version papier, Hellboy rétorque : « j’ai horreur de ses BD… les yeux semblent toujours à côté de la plaque… »
            Dans le second film, oui, Hellboy aimerait être vu comme un super-héros (d’où la remarque de Del Toro).
            Or il déchante vite en voyant les conséquences…

            Vis à vis des styles des différents dessinateurs, on parle d’une vague de jeune cinéaste très influencés par le comics en général, pas d’un artiste en particulier. Un style comics et pas un style Jack Kirby par exemple.

            Sachant que Del Toro souhaitait en faire une sorte de dieu Grec, on comprend d’autant plus les enjeux plus vastes, les dilemmes moraux, les sentiments exacerbés, les répercussions sur l’intime etc

            Car tu le dis toi-même, le personnage n’a pas une personnalité hyper poussée dans les comics et les histoire qui les composent ne sont souvent que des saynètes donc ça fait pas grand chose pour faire un film avec des enjeux forts et touchant.
            Pour ça que vouloir sans tenir religieusement aux comics est idiot

          • Quand au fait du rassurer les producteurs en faisant des films plus « grand public »……. 😳
            Del Toro ? Rassurer les producteurs en étant plus safe ?!?! Sérieux ?

            Le gars qui est capable de lâcher les montagnes hallucinées à cause d’un ajout des studios ?
            Qui lâche pacific rim car les producteurs ne veulent pas attendre qu’il finisse un projet perso ?
            Qui fait des films très sombres, dur, tragiques et parfois d’une cruauté inouïe?

            D’autant que lorsqu’on se renseigne un peu sur le bonhomme on comprend que tout dans sa filmo évoque des choses qui lui sont éminemment personnelles.

            Et je ne sais pas ce que tout le monde reproche aux gens de NoCiné, capture mag etc?
            Sûrement les seuls journalistes cinéma à vraiment faire leur boulot correctement en France.

            Les seules émissions ou articles dans lesquels on trouve un vrai travail de fond, des analyses poussés sur l’esthétique, les symboles, les récurrences et références d’une oeuvre.

            Un point de vue riche et érudit, bien plus que n’importe quel article de Première ou autre qui, globalement se contente de dire c’est bien ou c’est pas bien sans chercher l’info à la source, sans le filtre promotionnel !
            Avec des interviews passionnés et donc passionnantes.

            Ou bien ils défendent juste une vision du ciné que je partage mais alors, dans ce cas, reconnaissez qu’il le font avec passion, conviction et arguments à l’appui. Entendre Rafik djoumi parler d’un film comme Avatar pourrait convaincre n’importe quel sceptique

          • Le personnage se cache des gens, le BPRD est secret = pas l’identité originale de l’univers du héros;
            Être vu comme un super héros ? Pas plus, ou alors quand il était un gosse… Et HellBOY n’est qu’un nom qui lui est resté. Ce n’est plus du tout un gamin dans l’attitude, sinon on se rapproche bien trop d’un Super Héros Marvellien justement (identité justifiée aussi chez eux).
            Del Toro est déjà inspiré par Kirby dans Blade 2. Cet artiste américain est dans son cœur depuis longtemps (voir depuis les seuls comics Hellboy qu’il a lu et y sont remplies de références au King – précisons que dT avoue aussi ne pas s’y connaître tant que ça);
            « détective prolétaire mais digne, qui n’a pas besoin d’une grande histoire d’amour pour décider seul de son destin. » si ça, c’est pas poussé tant on peut ainsi le faire réagir spécifiquement face aux diverses menaces des Mondes Mystiques.
            Les rajouts de dT sont donc hors sujet. Trop lorgner sur ce que font déjà plusieurs fois d’autres films est effectivement idiot;
            Et oui, ça lui est arrivé à dT de rassurer des prods… tant que ça lui convenait aussi dans sa vision, sinon il se barrait des réunions d’exécutifs, bien entendu… Mais sinon, de quoi vivrait-il ?
            Et les Montagnes… Patience.
            PR2, pas annulé et (relativement) surveillé par ses soins à la prod.
            Et de la cruauté etc , en parallèle avec une très grande beauté et une superbe mélancolie, ça compense donc. Un peu comme le Burton de la grande époque, quand c’était encore personnel pour lui;
            Quoi reprocher à NoCiné (seul que j’écoute) ? Mauvais travail sur les adaptations de comic books, grandes prod comme petites, avec trop d’inexactitudes, d’arguments limités; au passage trop de beaufitude satisfaite et de mauvaise foi (quel intérêt de défendre le superbe Ready Player One… en sortant dans la foulée une référence critique à un gros Avengers Infinity War… qui ne les intéressera pas du tout?); trop d’adulation aveugle, sur un nombre précis de réalisateurs particuliers, mis sur un piédestal sans laisser assez le droit à la perfectibilité (et même pour Cameron, car il n’y a pas que la maîtrise formelle, aussi splendide soit elle, qui devrait compter quand on dit d’un film qu’il est « Révolutionnaire »).
            Donc voilà: quand ce sont des films sans grandes licences, c’est très très Bien, à se réécouter en boucle…
            Quand ils se prennent limite pour des résistants anti-capitalistes, ils méprisent ainsi le public venu pour se divertir avant tout (ça a depuis toujours été le but premier du cinéma), sans d’abord se poser ces questions: les « 12 000 Marvel », les « bidons de lessive » comme on l’a déjà entendu… est-ce que pour la majorité d’entre eux, on sort de la salle complètement cons et haineux ? Très généralement, Non.
            Et Est-ce qu’au passage, ces méga gros films empêchent la productions de plusieurs autres pas toujours Tout Public ni tout plein de fric ?
            Réponse sur un an de chronique de NoCiné: Get Out, On l’appelle Jeeg Robot, Message from the King, Okja, Baby Driver, La Planète des Singes: Suprématie, El Bar, Détroit, Laissez bronzer les cadavres, Au Revoir là-haut, Logan Lucky, We Blew It, Mindhunters, Rick et Morty, Coco, Jim et Andy, Pentagon Papers, La Forme de l’Eau, Battleship Island, Hotiles, RPO… Que des prods qu’ils ont beaucoup et aimé et bien défendu, et qui représentent 4 fois plus de films que ceux dont on parle de manière plus poussée ici, nous le public des Toiles Héroïques.
            Attention à eux à ne pas mettre tous les films sur des plans différents précis, car ça manque de débats contradictoires à force… Et ainsi, de réflexions pour ceux qui n’ont de toute évidence pas besoin de leur voix critique.

      • Pareillement.
        Mais je suppose qu’elle ne ‘brillera’ pas non plus dans ce film. Pas plus que Cate Blanchett n’a obtenu le rôle de sa vie dans Ragnarok.

        J’imagine que ce sera surement une méchante qui fera son rôle de méchant.

        • Pas d’accord Chocasse. Oui elle était bien dans les Luc Besson. Mais ça fait 20 ans. 20 ans qu’elle collectionne les pires nanars et ils ne sont pas que des films de son mari.

LAISSER UN COMMENTAIRE