Les Indestructibles 2 : Le film sort aujourd’hui au cinéma + VOTRE AVIS !

40

Jour-J pour Les Indestructibles 2 ! Il aura donc fallu attendre quatorze ans pour découvrir la suite des aventures de la super-famille Parr. Pixar Animation Studios et Brad Bird ont pris leur temps, mais comme la qualité est visiblement au rendez-vous, difficile de se plaindre ! En attendant de trouver une séance VOST à un horaire décent, je vous laisse poster vos premières impressions. Et on se retrouve bien sûr en (2018 + 14 ans =) 2032 pour Les Indestructibles 3 ! Truc de fou…

Votre famille préférée de super-héros est de retour, mais cette fois, Helen est à l’honneur, laissant Bob à la maison avec Violet et Dash naviguer dans l’héroïsme quotidien d’une vie ‘normale’. C’est une transition difficile pour tout le monde, rendue plus difficile encore par le fait que la famille ignore les super-pouvoirs naissants de Jack-Jack. Quand un nouveau vilain met en branle un brillant et dangereux complot, la famille et Frozone doivent trouver un moyen de travailler une nouvelle fois ensemble – ce qui est plus facile à dire qu’à faire, même s’ils sont tous Indestructibles.

Les Indestructibles 2 de Brad Bird est sorti en France le 4 juillet 2018, avec Craig T. Nelson (Bob Parr/Mr. Incredible), Holly Hunter (Helen Parr/Elastigirl), Sarah Vowell (Violet Parr), Huck Milner (Dashiell Robert Parr/Dash), Samuel L. Jackson (Lucius Best/Frozone), Brad Bird (Edna Mode) et John Ratzenberger (The Underminer).

40 COMMENTAIRES

  1. Je viens d’y aller avec mes enfants : j’ai passé un très bon moment ! L’histoire est vraiment pas mal, le personnage de Jack-Jack offre des scènes assez drôle et les scènes d’actions sont vraiment dynamiques. L’émotion et le côté familial fonctionne toujours à merveille. Vraiment une bonne surprise pour ma part, je crois même l’avoir préféré au premier film.

  2. Alors tout d’abord, c’est bête, mais le film, aussi indestructible soit-il, me déçoit du fait que le 1 le batte plate couture !

    En même temps, comment faire mieux ? Syndrome, ce méchant ultime ? Mais je trouve aussi l’histoire mieux. Avec le premier film, nous allions de surprise en surprise ! Ici tout est plus prévisible mais cela reste évidemment à un milliard de kilomètres de ce qui est fait de nos jours.

    Toy Story 2 restera la suite ultime ! Mais cet Indestructibles 2 a la chance d’être aussi pertinent que lui ! Contrairement aux suites inutiles comme Nemo 2 (Dory), Cars 2 ou autre Monstre Académie.

    Rentrons un peu dans les spoilers… Il y a pas mal d’effet miroir avec le premier film ! Comme quand Elastigirl accepte la mission. Mais je pense que ce film reste plus de la mesure du Prologue que de la vrai suite : Les héros n’en sont-ils pas aux mêmes point que dans le 1 à la fin ? La fin du 1 nous laissait clairement entendre que les héros étaient de retour. Ah et je sais que c’était une mauvaise idée, mais la nostalgie a parler : La VF est mauvaise. Louane à elle seule pourrait passer. Mais Gérard Lanvin, c’est vraiment le drame. Ca casse bien certains dialogues !

  3. Pas d’accord sur Lanvin, je trouve qu’il à plutôt bien interprété Mr Indestructible. Il a essayé d’être raccord avec le timbre du regrette Marc Alfos, même si on entend la différence.
    Evidemment Emmanuel Jacomy aurait été meilleur mais Gérard Lanvin a fait le taff (et j’en suis le premier surpris).
    Louane pareil c’était plutôt similaire à Lorie dans le premier.

  4. Je reviens juste du cinoche avec mes enfants et nous avons également passé un agréable moment, un bon divertissement qui fait le café, mention spéciale pour Jack-Jack qui est hilarant (surtout le passage avec le raton laveur) ! Par contre petit bémol pour le méchant (trop prévisible) et pas assez charismatique, ses intentions sont sensés mais ça vole pas très haut et pour une suite attendue comme I2 c’est un poil décevant…. sinon franchement pour le reste c’est tout bon !

  5. excellent ! ^^
    vraiment j’avais peur de la reddit » mais Brad Bird a bien géré son coup 🙂
    a 19 ans, je retombe en enfance et ça fais plaisir ^^
    les personnages sont toujours aussi attachants, Jack-Jack est hilarant..
    le méchant est cool, créatif, les effets visuels plutôt sympas.. et ses motivations sont compréhensible, bien que pas assez exploitées je trouve.
    petit bémol sur les nouveaux super héros, trop transparents a mon gout.

    petit bonus sur la photo, que je trouve beaucoup plus belle que dans le 1.
    la scène de voltige/traque de Elastigirl est sublime, la bataille en hélico m’a scotchée.

    un gros oui pour moi ,je ne sais pas si je le préfère au premier mais ça se pourrait bien.. un visionnage des 2 a la suite s’impose.
    et pour la note.. je dirais 8,5/10 🙂

  6. Ohlala, quel pied ! C’est bourré d’idées géniales, de dialogues malins, c’est visuellement époustouflant, et l’action va à 100 à l’heure ! Sans oublier l’humour, qui est efficace, et comme Pixar sait si bien le faire, pas besoin de pipi-caca pour faire rire les enfants.
    Les thématiques autour des responsabilités parentales, de la frustration professionnelle et dans une moindre mesure, du pouvoir abrutissant des écrans, apporte un niveau de lecture qui rend le visionnage agréable pour tout le monde.
    Les personnages sont toujours aussi attachants, et si l’histoire sent avant tout le prétexte au retour de nos héros sur grand écran, c’est un pur bonheur de les revoir interagir et faire face à des situations de plus en plus loufoques et/ou dangereuses et/ou éprouvantes. La famille, l’action, la musique, le style visuel : une réussite totale…
    … ou presque ! Le vilain est un peu faible, le twist est évident, mais est-ce qu’on peut vraiment reprocher ça à un film déjà si généreux en matière de réflexion et de divertissement ?

    Un bijou à arborer fièrement sur une étagère, à côté de son aîné, où il ne rougira pas.

  7. Bon bah finalement il était pas si mal et plutôt sympa, mais je pense que je vais tenir un peu le même avis que j’avais eu pour Age of Ultron.

    Non seulement ce deuxième répète EXACTEMENT la même structure que le premier (avec exactement les mêmes éléments), et surtout bah c’est comme si on recommençait tout, et rien n’a véritablement avancé.

    Le premier, tout comme Avengers, voit l’intrigue créée l’équipe/famille de super-héros qui s’unit dans le 3e acte pour offrir un climax de folie. Et le film se finit sur cette idée que les Indestructibles, c’est une équipe/famille, et les parents acceptent les pouvoirs de leur enfants et les autorisent à enfin battre de leur ailes, et que tous vont bosser ensemble.

    Et au final ? On recommence à zéro, seul les adultes doivent faire le travail, et les enfants rester sur le côté. J’ai plus l’impression d’avoir vu un film sur Elastic Girl, avec les Indestructibles en caméo.
    Comme dans le premier, on suit 90% du film (et du coup aussi 90% des scènes héroïques) un des chefs de la famille bosser pour une entreprise afin de subvenir aux besoins du reste de la famille, pendant ce temps les autres font leur vie, il y a un petit passage chez Edna pour des costumes, doutes entre mari/femme, décision d’aller sauver l’autre en laissant les enfants derrière, et on finit par la réunion de famille qui sauve la situation. EXACTEMENT la même structure (j’ai évidemment enlevé des éléments volontairement pour pas spoil, mais à ce niveau là le parallèle y est aussi).

    Ce que je voulais, c’est une suite des Indestructibles. Ce qui était laissé en suspens, une famille de super-héros s’assumant et travaillant ensemble (on a déjà vu la formation et toutes les péripéties autour). Eh bah nan on recommence tout à 0.

    Sans compter un scénario plutôt basique d’une prévisibilité record (m’enfin sur ce point là, je leur en veut pas, difficile de faire mieux que Syndrome) et d’un méchant aux abonnés absents (qu’est ce qu’il voulait au final ? Quel était son objectif ? Ses motivations ?), et trop de nouveaux personnages qui se bousculent et qui du coup sont trop éclipsés.

    Alors oui il y a des bonnes idées, c’était visuellement sublime et introllable, et l’ensemble est plutôt sympa, mais attendre 14 ans pour revoir le même film et devoir attendre ENCORE le film suivant pour vraiment voir un film LES Indestructibles, c’est un peu rageant/désolant… 🙁

    • C’est étonnant cette comparaison tant on peut noter comme chose important que AoU ne recréé pas l’équipe (elle est présente d’un bout à l’autre, même si certains partent, reviennent ou s’y ajoutent) et que les personnages y ont des idées à défendre qu’ils n’avaient pas dans le premier (arrêter, continuer, être ou pas un monstre « utile »)…

      SPOILER la motivation du méchant ? Vengeance et Conservatisme agressif – ne pas se reposer sur les gens ayant des aptitudes mais sur ceux plus « humains » qui sont habilités par une haute autorité ultra responsable et sévère. Pour ça, ruiner la réputation des Supers… enfin, à la hauteur d’un divertissement visant un petit peu plus les enfants dès le départ. Ceux qui ne vont pas retenir tout de suite tous les dialogues à double-sens du Vilain.

      Mais sinon oui, c’est plus comme une suite/remake (14 ans = une nouvelle génération de jeunes spectateurs).

    • Ce n’était pas non plus une comparaison globale. Plutôt ce sur ce que j’en attendais :
      Ce que j’attendais d’AoU c’était ce à quoi Avengers nous avait laissé : l’équipe, qui travaille ensemble en combo. Au final, les 3/4 du films ils sont séparés/divisés… Comme dans le premier.
      Ce que j’attendais d’I2 c’était ce à quoi le premier nous nous avait laissé : la famille, qui travaille ensemble en combo et accepte les pouvoirs des enfants et leur responsabilité. Au final, les 3/4 du films ils sont séparés et c’est principalement qu’un des darons qui joue les héros… Comme dans le premier. ^^

      SPOILER
      Alors en fait je reprochais que c’était surtout confus… Tout ça pour quoi au final ? Parce qu’elle était jaloux de son frère (que ça soit lui qui dirige et elle reste dans le fond avec ses inventions) ? Qu’elle haïssait les super-héros ? Elle cherche à tenir leur image… Sauf que leur images est déjà ternis de base dans le contexte, pourquoi tout ce plan alambiqué quand elle avait juste à empêcher son frère de lancer son projet ? Et même durant son explication c’est confus… un coup c’est elle est jalouse car elle veut prouver ses talents technologiques au monde, et un coup c’est une haine des super-héros. C’est super confus (malgré les bonnes idées) et au final je trouve que t’en sors et tu sais pas vraiment ce qu’elle voulait ou pourquoi elle a fait tout ça.

      • Oh, il ne manque qu’un seul membre des Vengeurs (originaux) à chaque fois dans AoU, ce n’est pas plus banal que dans les comics… Ce qui permet aussi des rebondissements qui seraient éventés s’ils faisaient tous bloc de manière continue.
        Sans compter que ça peut vitre être infernal à mettre en scène (ou même à supporter) d’avoir autant de personnages sur grand écran. Au moins ils sont tous présents aussi bien au début qu’à la fin, ce qu’il n’y avait ni dans le premier, ni dans CapCW ou AIW.

        SPOILER Elle n’était pas jaloux de son frère mais en colère contre son adulation aveugle (et celle de leur père) qui a peut-être ou pas mené à la mort de leurs parents… Ce point est intéressant tant il est ambigu: est-ce que c’est parce que l’État a déclaré les Supers hors-la-loi que les parents sont morts..? ou bien parce que le père a trop insisté pour avoir droit à son intervention super héroïque au lieu de se mettre à l’abri et d’attendre la police ? 2 points de vue, aucune réponse totalement satisfaisante.
        Le plan d’Evelyn est là pour contrecarrer en secret celui de réhabilitation des Supers que prépare son frère. Et il n’y a presque pas de revendication de son talent à la clé, comme le laissait penser ses échanges avec Helen…
        Même si on peut supposer que comme son frère est l’image de marque de la tentative de réhabilitation… elle, celle qui est dans l’ombre, aura toute latitude pour récupérer les rennes de l’entreprise et lui faire faire un virage à 180° une fois le fiasco acté… Ce qui n’a pas eu lieu, la morale est sauve, ouf !

  8. En fait, on ne devrait pas plutôt dire « Les Deux Destructibles » ? 🙂

    Il faudrait d’abord préciser une certain angle de vue, surtout pour ceux qui connaissent moins ce film et son culte… En fin de compte, Les Indestructibles de Brad Bird peut bien ne Pas être considéré comme une adaptation officieuse et plus fidèle des 4 Fantastiques.
    Déjà, penser à rétablir une vérité: Brad Bird n’était pas un grand lecteur de comics de super héros étant jeune. De son aveu, c’est le grand écran autant que la tv qui le fascinait plus, et ici plutôt les James Bond (très « comics » eux aussi) vu que aucune production super costumée/à pouvoir de qualité, suffisamment énergique, virile et sexy, n’existait à sa jeune époque – les rediffs du Superman de George Reeves et le Batman « camp » d’Adam West n’étaient pas très formidables pour lui…
    On retrouvait alors ce Bond-centrisme dans le premier Indestructibles, entre costard dans voiture à gadget, musique à la Norman/Barry, décors classieux, minimalistes mais immenses à la Ken Adam…
    en comptant également une stylisation extrême des personnages semblant sortir d’un cartoon à la Hanna-Barbera, une Edna Mode basée sur la costumière Hollywoodienne Edith Head… Rien que de très classique-rétro donc…

    Et ce coté un Rétro, on le retrouve également dans la caractérisation de la Famille Parr qui, comparée à une Famille Richards composée principalement d’adultes (à ses débuts), recomposée, centrée sur l’exploration scientifique, aux personnalité/pouvoirs qui font que chacun peut être alternativement le plus puissant de l’équipe…
    Et bien chez les Indestructibles, chaque caractère/pouvoir reste confiné à une fonction familiale très conservatrice (un papa, une maman et deux enfants virgule 5). À savoir: le père très fort = pilier de la maison, la mère forcément plus souple, l’ado renfermée qui se surprotège, l’enfant hyperactif et donc speed, le bébé qui étonne à chacune de ses actions…
    On ajoute à ça des ennemis plutôt anti-républicains américains, entre le français Bomb Voyage (Folamour);
    Syndrome le Geek qui veut démocratiser les super pouvoirs pour mieux les détruire, en envoyant un avion dangereux vers une métropole
    – grosses références aussi à Watchmen entre la Loi de Réglementation, la « fausse attaque » avec une pieuvre géante artificielle crée sur une île, et le gag dangereux de la cape –
    et Underminer (Le Démolisseur), à la fois décalque de l’Homme-Taupe de Marvel, mais aussi ennemi envahisseur étranger.
    Cela, plus une phrase comme le « Beau travail, Soldat » de Helen à son fils, nous donne un coté réellement plus Intemporel et Conservateur dans la façon de Bird de voir les super héros (on dirait bien qu’on est dans les 60′)… Donc, qu’on peut rapprocher plutôt de… DC Comics.

    Cela étant, c’est vraiment un Chef-d’Oeuvre du cinéma, qu’on peut considérer comme l’apogée de Pixar… Comme Disney avait jadis ses 5 Grands Initiaux (de Blanche Neige à Bambi), Pixar a eu ses 5 (si on compte les 2 Toy Story pour un 🙂 ), dont les Indestructibles peut être incontestablement le Climax absolu, reprenant pour son intrigue toutes les techniques que Pixar a pu perfectionner précédemment: rythme, mouvements, feu, eau, cheveux, cheveux mouillés, peau, tissu de vêtement etc… Et l’intention initiale, Disneyenne comme Pixarienne, de donner une « humanité » à des choses et archétypes (ici les « supers ») plus unidimensionnels à l’accoutumée.
    Avec de grosses scènes d’action (et même un peu de violence), de l’humour un peu transgressif, surtout pour les bébés (même « hors du film » https://www.youtube.com/watch?v=-Z9QLtU1tlI ), des thématiques pas très fédératrices de la part de Bird sur l’auto-déterminisme et contre la médiocrité, quelques petits retournements de caractérisation histoire de ne pas être trop figé, des moments intimes si « adultes » qu’on les croiraient littéralement sortis d’un long-métrage live. Exceptionnellement un film PG de 1h50… Enfin, c’était un projet Warner à l’origine…
    Comme si Pixar devait laisser sa poésie de coté pour murir très vite… Alors que la suite de leurs productions, avec ses hauts et ses bas, n’ont jamais été aussi radicales… Un pur film De Brad Bird, s’incrustant dans le studio sans vergogne. 😉

    ———————————————————————————

    Et pour le deuxième ?
    Et bien pareil que le premier, mais l’effet de surprise en moins, c’est là où il diffère des Toy Story par exemple (intrigues similaires de retour des jouets à la maison, mais fraîcheur restant intacte à chaque fois).

    Déjà au niveau du rythme, de l’action, de la beauté des plans (superbe photo), l’expressivité des visages (Disneyien tout de même)… plein d’idées de mise en scène digne du live (la Élastimoto, le combat stroboscopique…) cela bien aidé par le fait qu’on est dans une animation, l’image scope remplie telle qu’il y a toujours quelque chose qui se passe dans le cadre…
    Rien à redire, c’est toujours Superbe, et c’est toujours Inventif et Attachant… Mais presque autant que ce qu’on peut trouver dans un bon film de super héros tel Marvel, juste en bien plus beau… Avec une histoire menée avant tout par ses personnages, leur évolution. Et une intrigue autour du super vilain qui, si on est habitué au genre, ne surprendra pas autant que jadis Syndrome…

    – SPOILER:
    Evelyn Deavor = Evil Endeavor –

    Mais ce n’est pas trop le sujet… rappelons encore que, look rétro oblige, on reste dans une histoire d’action très classique, où rien n’est fait pour être trop anxiogène, Tout Public oblige.

    Puisqu’on suite avant tout les héros, il est intéressant d’y voir Brad Bird faire une sorte d’autocritique du conservatisme pour Bob, archétype du héros trop fort et sûr de lui malgré les dégâts qu’il peut provoquer, ayant atteint les limites de son Déterminisme. Et prenant « la place » de sa femme à contre-coeur pour un défi tout aussi héroïque…
    Helen, en costume très Snyderien, devenant enfin tête d’affiche, s’accomplissant au grand jour… mais pas si « dans l’air du temps » – phrase un peu passe-partout – car déjà teasé dans le prégénérique du premier film
    ( https://www.youtube.com/watch?v=YveIFphNcp4 ). Pas vraiment du total Féminisme car on l’y voit acclamée par autant d’hommes que de femmes, même si elle passe le test de Bechdel haut la main. Mais un bon moyen de rappeler qu’elle est une des super héroïnes les plus belle et puissante jamais eu au cinéma.
    Violet en crise d’ado banale (donc pour un garçon) mais avec plus de personnalité, Flèche plus « Bart Simpson » que jamais, Jack-Jack en comique de service pour faire plaisir aux plus petits… avec lui on passe à deux doigts du « Scrat like » (le moyen utile combat contre le raton laveur dans son coin), le meilleur étant le moment où il se retrouve face à l’autre comique de service Edna Mode (toujours parfaite), toute aussi imprévisible que lui – ce moment où il mime sa démarche est Hilarant. Bref, vivre en famille c’est toujours compliqué… on connaît.

    – à noter que la VF (cotât de comédiens connus rempli) passe bien, comme souvent grâce à l’entrain visuel des personnages –

    La simple chose qui peut faire tiquer, et donc mettre ce film au même niveau qu’un Marvel, est le fait que si on prend le tout tel qu’il est, sans se monter la tête de manière snob « parce que Brad Bird »… On peut y voir le réalisateur en mal de succès (dommage pour À la Poursuite de Demain) et obligé d’avancer sa date de sortie d’un an pour prendre la place d’un autre Pixar… Bref, relativement parlant, être lui aussi un peu poussé par la logique commercial au détriment d’un regain de folie surprenante qu’on aurait pu attendre d’un film pas du tout pensé comme étant fait « en série », lui. 14 ans devenant une poignée de minutes, c’est vrai que ça peut être frustrant. Comme également tomber dans une logique nostalgique très systématisée aussi de nos jours… On finir de manière abrupte (le quasi climax de Speed 2!?), en laissant cet univers intéressant.
    Donc les commentaires exprimant les frustrations de certains personnages, critiquant l’effet de divertissement de masse, de contrôle de l’image dans tous les sens du terme, voir même critiquant le coté enfantin des super héros (« un vilain en prison avec tout son argent n’aura droit qu’à une tape sur les doigts »)… Tous sont ultra importants pour ne pas finir avec un simple actionner pas fait pour être très malin. Et donnent de la dimension à ces personnages à l’apparence revendiquée comme très caricaturale.

    On peut avoir alors la possibilité de rester sur sa faim devant le fait que cette histoire familiale ne fait que refaire des choses qu’on croyait déjà acquises à la fin du 1. Et se dire qu’explorer cet univers, d’où ils viennent et où ils vont, ne restera qu’un fantasme (plus de suites prévues par Pixar, nada!), alors que c’est un réservoir à belles idées sans fin… Terrible !

    Se suffisant à lui-même, 0 teasers d’autres intrigues, ce qui est déjà très Bien et Rare, la logique de spectacle excellente sur le moment mais pouvant rester moins en mémoire (au point de devoir y retourner plusieurs fois, tant mieux pour eux)… tout ça fait que le premier film, sortant certes dans un autre contexte, reste irremplaçable. Là où le 2 a montré que certaines choses peuvent l’être, « sans vergogne » mais sans évoluer plus – non Bird, ce n’est pas complètement comme les Simpson.

    Mais quoi, franchises ou pas on s’en fiche!: avant tout c’est un Super Divertissement, c’est du bon Cinéma… et ça, on ne passe pas à coté.
    « Showtime » again !! 😀

      • Merci, je regrette juste certaines fautes d’orthographe qui m’ont échappées…
        Et l’absence d’un paragraphe sur les parallèles « miroir » entre les deux films, mais comme c’est peut-être un peu long en description ça sera pour une autre fois (ou alors réclamez le moi ! « Whhoooo !!! 😉 ).

    • C’est clairement la meilleur critique pour le moment ! Jusqu’à celle du boss ? 😂

      Sinon pour revenir sur un minuscule point… si Louane fait effectivement bien le taff sans vraiment dépasser Lorie ; Gérard Lanvin, lui ça ne passe vraiment pas ! Le simple fait de mettre une stars dans un rôle aussi important après l’interprétation à 20000% du défunt Alfos c’est un vrai crime de doublage. Le simple fait que nous aurions pu avoir mieux prouve que cette VF n’aurait pas dû sortir. Certains dialogues tombent vraiment à plat de sa faute je trouve ! Il tient des dialogues avec de vrais comédiens de doublages… ce qui rend le tout étrange. Enfin bon, je suis juste un gros rageux 😅

      • Merci, mais ne vous formalisez pas non plus sur la longueur (justifiée par le texte « récap » sur le 1).

        Par contre Lanvin, s’il est un acteur pro depuis bien longtemps, et également un acteur « à voix » ( https://www.youtube.com/watch?v=DQkGey_-W8c je plaisante 😉 , au naturel il a tout de même un bon timbre viril)…
        Pour moi l’effet marche compte tenu du coté un peu « macho man » de Bob… et il y a même des moments où j’ai eu l’impression que ce bon Marc Alfos était revenu parmi nous. Et rien que ça… c’est un chouïa émouvant.

    • disons que c’est la continuité du 1.. la suite et la fin de la question sur l’intervention ou non des super héros.
      et par dessus ça c’est la suite pure et simple des aventures de la famille Parr.

      tout depend de chacun apres, perso j’ai adoré.. x)

    • Par rapport aux films de Supers lambda, caviardés de « à suivre » dans le scénar’, non… Il faut le prendre autrement qu’ainsi, vraiment de la manière la plus auto-contenue possible, comme un film 1.5.

      Ah oui, et précisons qu’il n’y a pas non plus de scène post-générique (parce que d’habitude, Pixar le fait souvent dans leur générique de fin).

      • ahahah,
        la super scène poste générique.

        Pour une fois la moitié voir plus de la salle a attendu avec ses lunettes 3d sur le nez.

        La grosse blague 😛

        • …mais les images stylisées accompagnant le générique sont toujours pas mal… ainsi que l’excellente musique de Giacchino et les drôles de chansons…
          Par contre, il n’y aurait pas aussi une petite référence à l’Underminer (« will be back » ?) ?

    • Je ne sais pas trop si c’est de bon goût… surtout quand l’intonation de voix – récupérée sur d’autres doublage – ne colle pas trop avec les mouvements de Bob dans ces scènes du 2…

  9. Alors… moins de la moitié de coms que AMatW, alors que le film de Bird est sorti deux semaines plus tôt… « Les dessinzanimés c’est pour les petits enfants » ?

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here