Bumblebee : Le film sort aujourd’hui au cinéma + VOTRE AVIS !

24

Jour-J pour Bumblebee ! Après une décennie entière placée sous le signe du raffinement et de la finesse, de l’action et des explosions, la franchise Transformers tourne la page Michael Bay grâce au bien nommé… Travis Knight (Kubo et l’armure magique). Et malgré le n’importe quoi généralisé de Transformers : The Last Knight, un miracle s’est produit : faisant table rase du passé, Bumblebee est le blockbuster de Noël le plus apprécié par la critique (hors animation). Fichtre. Qu’avez-vous pensé du film ? Faut-il tout rebooter ou continuer sur cette lancée ? Attendez-vous plutôt un Bumblebee 2 ou un Optimus Prime : A Transformers Story ? A vos claviers !

1987. Alors qu’il est en fuite, Bumblebee trouve refuge dans la décharge d’une petite ville balnéaire de Californie. Charlie, à l’aube de ses 18 ans, cherche sa voie. Elle fait la connaissance de Bumblebee ; blessé par ses multiples combats, il est presque détruit. Quand Charlie réussit à lui redonner vie, elle se rend vite compte qu’il ne s’agit pas d’une ‘Coccinelle’ jaune ordinaire…

Bumblebee est réalisé par Travis Knight et sort en France le 26 décembre 2018, avec Hailee Steinfeld (Charlie Watson), John Cena (Agent Burns), Jorge Lendeborg Jr., Rachel Crow, Pamela Adlon, Jason Drucker (Otis), Abby Quinn, Grace Dzienny, Ricardo Hoyos, Kenneth Choi et Stephen Schneider.

24 COMMENTAIRES

  1. Bumblebee c’est le gentil film de cette fin d’année, c’est pas un film extraordinaire, mais c’est un film qui fait les choses simplement et qui les fait bien. Que ça fait du bien de voir un film Transformers qui prends le temps de poser les choses, les personnages, leurs relations, une histoire. Alors c’est sûr que l’action est moins présente que dans les films précédents, certains seront sûrement frustrés et n’auront pas eu leur dose d’explosions, mais au moins dans ce film on a pas à se farcir le lot habituel de personnages débiles et de situations grotesques et ça fait vraiment du bien ! Coté effets spéciaux rien a dire la qualité est là. Reste quand même un problème de cohérence, visuelle surtout, avec les autres films de la saga (aspect des Autobots et Decepticons sur Cybertron notamment) mais bon, niveau cohérence on a vu bien pire dans cette franchise. Bref Bumblebee est un bon film, un film qui a du coeur et qui sent bon les 80, loin de l’esprit des derniers films de la saga et marquant peut-être un renouveau pour les futurs films à condition de ne pas perdre tout son public. D’ailleurs un film sur Optimus Prime me semble être une très bonne idée pour la suite.

  2. J’ai franchement grandement apprécié ce film.
    Première fois que j’apprécie les Transformers en live.
    Quelques petits défauts propres aux blockbusters d’aujourd’hui, donc on fait rapidement l’impasse. Une belle écriture de Christina Hodson, qui évite justement grosso modo tous les écueils propres à ce genre de films, de beaux designs pour les robots qui une fois coutume sont au bon nombre. Et par-dessus une Hailee Steinfeld à la partition sans faute !
    Le point noir que je redoutais, c’était John Cena, qui au but du compte doit jouer le gros militos bien décérébré, donc ça passe.

    Franchement, ce que je redoute le plus maintenant c’est un box office qui empêcherait à la suite un vrai film Transformers digne de ce nom dans la lignée de celui-ci !

    • Je ne l’ai pas encore vu mais il me fait de l’oeil.

      De l’avis general il a l’air cool, mais je regrette un peu qu’il sorte maintenant.

      D’après toi, n’aurait il pas été préférable d’attendre un peu et de rebooter la franchise en sortant ce film comme pilote ?

      • Ben c’est a dire que comme je n’ai jamais été un fan de cette franchise, je l’ai justement pris comme ça et c’est ici que je découvre que ça n’a pas l’air d’être ça….

  3. J’ai eu de très bons échos de ce film, mais hélas comme je dois faire des choix drastiques ce sera Aquaman pour cette fin d’année. Sniff… Dommage qu’il soit sorti à une période aussi embouteillée niveau films. Je me rattraperai sans doute avec le Blu-ray.

  4. Plaisir coupable à l’époque du 1er Transformers, j’avais subi le second et m’étais promis de ne plus jamais m’infliger un film de la franchise.

    Puis séduit par toutes ces élogieuses critiques, je suis allé voir BumbleBee hier soir.

    Bon… Bah c’est moins une punition que les films du canon, mais définitivement je peux pas rentrer dans un film ou les robots critiquent régulièrement l’aspect primitif de notre technologie, mais vivent sur leur planète robotique en parlant anglais et en se transformant en camions ou voiture, sans avoir pourtant connaissance de la terre. Alors je sais, j’suis un peu relou mais, une technologie si avancée n’a pas mieux à offrir qu’un robot à physionomie humaine (ou canin ? ahaha), dialogue humain, et véhicules humains ?..
    Et pourquoi rebooter la franchise si ce n’est justement pas pour s’affranchir de ce genre de trucs probablement inhérents à la « mythologie » Transformers, mais qui rendent la marque si enfantine ?

    NEANMOINS, malgré sa volonté putassière de toucher le cœur des trentenaires/quarantenaires avec sa BO 80’s comme ça se fait de plus en plus, le film se regarde et profite même de certaines scènes sympathiques et d’une photo pas désagréable. Enfin, et c’est bien l’atout majeur (unique ?) de la saga : les effets visuels sont superbes, et utilisés avec plus de retenue que sur les films du canon.

  5. Pas trop mal. C’est déjà beaucoup mieux que le dernier Transformers, The Last Knight, qui était bien trop long, avec un scénario imbuvable et complètement confus qui partait dans tout les sens et avec des dialogues ridicules.
    Pour celui-la, ils ont appris de leurs erreurs, ils ont été a l’essentiel, avec un scénario plus simple, plus posé.
    Bon, l’histoire ne casse pas trois pattes a un canard, on ne va pas se mentir, il y a beaucoup de facilités mais c’est mieux fait, plus sincère.
    Il y a moins d’action, moins de Transformers, plus de sentiments.
    Un spin-off sympathique. Ça tient la route.

    Mais bon, perso, je pense qu’on a fait le tour du personnage maintenant, il n’a plus grand chose a offrir, un Bumblebee 2 ne m’intéresserait pas, je serais beaucoup plus hypé par un film Optimus Prime à l’avenir.

  6. Appliqué soigné mais trop enfantin pour moi et côté scenar c est ultra balisé. À moins d avoir une culture ciné proche de zéro tout est cousu de fil blanc.

    C est juste E.T version robot et l ambiance année 80 c est juste via une tracklist un peu forcé.

  7. Le film est sympa mais, la nana qui pleure son papa, ça m’a fait chier.
    J’ai pas de cœur je sais… Mais là, c’est trop et je n’ai pas trouvé l’intérêt d’en rajouter autant…

    Sinon c’est un prequel de Transformers, Bumblebee arrive sur terre en 1987mais, il a partipé à la 1ere guerre mondiale… Étonnant.

  8. Je sors de la séance. Vraiment très sympa. Après, j’ai apprécié tous les épisodes de la franchise (c’est mon plaisir coupable cette saga), et là j’ai retrouvé l’ambiance que l’on retrouvait plus dans le premier.

    Par contre, SPOILERS, que d’incohérences (ce qui me fait penser qu’il s’agit plus d’un épisode à part que d’un véritable prequel de la saga) : les Autobots et Decepticons se transforment déjà en véhicules sur Cybertron ? Bumblebee n’arrive qu’en 1987 alors que dans The Last Knight il est précisé qu’il était présent durant la Seconde Guerre Mondiale. Optimus Prime et Bumblebee sont déjà sur Terre, appellent leurs potes alors que ça arrive que dans le premier film. Ça fait beaucoup XD

  9. Film ultra convenu, déjà vu qui essaient trop d’être  » sentimental » t’a tt les clichés du film feel good. Après si vous avez pas vu de film de ce genre ces 20 dernières années vous allez adorer. En bref je conseille pas. Ça plaira aux gosses au moins ( je crois )

  10. Malgré le fait que la franchise transformers ne me plait pas vraiment(pas mon genre de films), j’ai été forcé de voir Bumblebee et j’ai juste kiffé. Moi qui n’apprécie pas transformers, ce fût une énorme surprise pour moi, espérons un Bumblebee 2

  11. Vu cet après-midi avec ma fille. Elle elle a adoré et moi je l’ai trouvé excellent. Je m’y attendais pas. Je trouve que l’équilibre entre action, émotion et humour est vraiment bon. Bref à voir.

  12. Très Bon, eul’ Bee…

    Enfin, fini les errances des précédents Transformers… Michael Bay ayant laissé tombé tout intérêt depuis la fin du 2, enchaînant les suites avec 2-3 pistes narratives mais sans plus aucune cohérence, et sans plus aucunes ambitions autres que le laisser s’amuser avec sa caméra, à tout faire péter et virevolter… et prendre l’argent au passage.
    L’émotion, l’intelligence et une lisibilité aux abonnées absentes. Il s’en fichait, et ça se voyait vraiment, ne nous mentons pas…

    Là, un peu comme un remake du 1, on repart sur l’histoire typique d’ado américain et de sa première voiture/ami, sur une ambiance très Spielberg/Amblin/John Hugues des 80’s, mélangé avec une bonne pincée du Géant de Fer…
    Tout y est aussi crédible que si on regardait un film sortant vraiment à cette époque. Pas d’effet de mode, les réals et producteurs d’age moyen parlent ainsi de l’époque où ils étaient enfant/ado, c’est comme ça…

    On voit bien que le réalisateur, Travis Knight, est un gars venant de l’animation, donc sachant faire exister ses personnages « artificiels » en le rendant très expressifs (un défaut des anciens films)… ce qui est plus simple en commençant avec l’Autobot le plus « rond » de tous, le plus proche d’un humain.
    Et ne parlant pas, donc communiquant plus avec les gestes, ce qui se rapproche plus de l’essence visuel du cinéma dès le Muet…
    Avec en plus un style de combat plus proche encore des arts-martiaux (rappelant le précédent film de Knight, le magnifique « Kubo et l’armure magique »), voir du catch (référence à John Cena?)…
    Bref, on n’a plus du tout un tas de CGI qui prennent des poses et placent des phrases sentencieuses ou gaguesques, tendances beauf américain… On ressentirait plus les jouets d’origine, en fait…

    On voit aussi surtout que Travis Knight a mis du sien dans le personnage de Charlie, ado des années 80 comme lui, avec des goûts particuliers mais qui la mettent ainsi à l’écart de tous. Qui plus est (dans l’histoire), en Deuil et incapable de trouver sa propre voie… Et avec cette très belle idée de communiquer avec ‘Bee par ce que la musique permet de révéler personnellement, que l’Autobot finira par intégrer comme moyen pour parler.

    On peut alors regretter un peu que, défaut similaire à un film comme Venom, l’histoire commence en se focalisant trop sur l’histoire d’aliens arrivant de l’espace avec gros fracas (c’est pas vraiment E.T.) plutôt que sur l’intimisme lié à celle de Charlie…
    Certes, ça permet de mieux faire la transition par rapport aux films Transformers… Mais c’est surtout que, en montrant ‘Bee comme un vétéran d’armée, blessé et traumatisé, il aurait peut-être mieux valu une séquence introductive qui soit plus sombre et violente, toute proportions gardées (c’est un film pour enfants, mais on peut suggérer sans montrer).
    Du coup, le parallèle avec ces militaires humains revenus des combats, se bornant à faire du Paint-Ball et forcés de se battre encore… avec juste quelques blessés comme prétexte…
    Et bien ça peut sembler trop mince pour mieux appuyer un quelconque intérêt dramatique.
    Dommage, car mêler le classique Coming of Age Story à la John Hugues avec du Rambo, ça semblait bien audacieux.

    Ne reste que le coté touchant fonctionne, que Hailee Steinfeld est excellente de naturel et d’énergie comme à son habitude, que sa famille « relou » et son pote/sidekick sont bien cool, que même John Cena arrive à transcender les stéréotypes épais de son jeu (les 80’s lui vont très bien à lui aussi), qu’on a aussi droit à quelques easters eggs pas trop forcés (on voit très vite le jeune Simmons)…

    Du coup, on peut avoir surtout l’impression d’avoir un film du niveau d’un X-Men First Class… C’est à dire supposé prequel, efficace à fond, mais en fait plutôt « reboot » encore non officiel.
    Ainsi, on reste encore dans le manque de cohérence de la saga Transformers… mais là, on s’en fiche, car ce n’est pas le sujet.

    Pour un premier film en Live Action, le boulot est de qualité, spectaculaire sans être abrutissant, même si sans surprises…
    Et finir l’année (ou bien la commencer 😉 ) avec un film d’action pour enfants qui ne soit ni vulgaire ni bêta, et avec surtout une belle intelligence émotionnelle… qui aurait cru qu’un Transformers y arriverait ?

    Juste pour ça, un grand Merci ! 🙂

  13. Réalisé par Travis Knight, animateur reconverti en réalisateur dont Bumblebee est le premier film live, l’univers TransFormers semble pouvoir (enfin) respirer, loin de la surenchère d’explosions, loin du pro-américanisme, loin des pubs automobiles déguisées, loin des maux de tête en sortie de salle, bref, loin de Michael Bay….qui reste malgré tout crédité en tant que producteur.

    Plus humain, plus intimiste, plus simple. Tel pourrait être les mots décrivant Bumblebee. Le film pioche essentiellement dans les productions Amblin tel E.T l’extra-terrestre mais aussi dans Le géant de fer voir Terminator 2: le Jugement dernier pour la relation qu’entretien l’héroïne Charlie avec « Bee » qui rappelle celle du jeune John Connor avec le T-800, la machine comblant le vide laissé par l’absence du père.

    A l’image de nombreuses productions actuelles, le film surfe sur la vague de mode nostalgique des 80’s, allant jusqu’à reprendre les designs plus cubiques de la série originale, ce qui devrait ravir les fans. S’il paraît légitime tant la licence TransFormers est un produit de cette époque, le côté parfois « too much » et « old school » du film ne plaira en revanche pas à tout le monde.

    Si l’on gagne en simplicité, on en perds le côté épique et spectaculaire cher à Michael Bay. Les scènes d’action, qui sont finalement peu présentes en comparaison des précédents films, sont moins impressionnantes que par le passé….mais également plus lisibles.
    Notons tout de même quelques trouvailles et séquences fort sympathiques, comme l’intro du film tout droit sorti des mésestimés jeux « La guerre pour Cybertron » et « La chute de Cybertron », ou encore un combat final plutôt bien chorégraphié.

    S’il n’as pas le savoir faire de Bay au niveau des scènes d’action, Travis Knight semble en revanche plus inspiré pour ce qui est des transformations. Que cela soit pendant des combats ou pendant des scènes plus comiques, on y trouve de belles petites trouvailles.
    En parlant des scènes comiques, si celles m’ayant réellement fait rire ne sont pas si nombreuses, elles ont au moins le mérite de ne pas tout dédramatiser contrairement à beaucoup d’autres blockbusters actuels.

    Mais le film n’est pas parfait pour autant, loin de là même..
    Car s’il est plus calme et posé que ses prédécesseurs, le fait qu’il arrive seulement maintenant pose problème. En effet, le film est rempli de redite, à tel point qu’on pourrait s’amuser au jeu des comparaisons avec le premier film voir le prendre pour un remake plus qu’un « soft-reboot » (d’ailleurs en ce vraiment un ? Tant les références aux films de Michael Bay sont légions). Mais même au delà des précédents films, Bumblebee se trouve rempli de clichés hollywoodien (le voir après un Spider-Man Into the spider-verse rafraîchissant et innovant n’as pas du aider..).
    Celui qui m’as le plus agacé ? Sans doute le côté beaucoup trop tire-larmes de l’héroïne.. Le film essaie un peu trop d’émouvoir le spectateur à coup de (nombreuses) scènes ou Charlie regarde une photo ou un objet de son Papa disparu sur fond de musique triste.

    Autre cliché: le coup du final en haut d’une tour… The Amazing Spider-Man, Ninja Turtles…c’est vous que je regarde. Au moins on échappe au rayon lumineux allant vers les cieux..

    Et enfin principal reproche du film: Les deux menaces du film qui semblent être des Decepticons random qui manquent quelque peu de charisme et de personnalités.
    Pour ce qui est des personnages humains, si Hailee Steifeld campe une Charlie attachante, John Cena est savoureux en « Arnold Schwarzenegger low cost », les autres personnages sont tellement clichés et fonctionnels qu’on ne les retiendra pas..bon au moins le personnage de Memo est moins irritant que celui de Leo dans TransFormers 2 et le frère de Charlie, Otis, a quelques scènes plutôt drôles.

    Au final, Bumblebee est à plusieurs titres et malgré ses défauts, le film TransFormers qui aurait du sortir il y a 11 ans..malheureusement il arrive seulement maintenant, avec ses clichés et ses air de déjà vu. Il en demeure un métrage efficace, qui, s’il ne réinvente pas la roue, a le mérite d’être divertissant, plutôt beau visuellement et de proposer une alternative plus posée aux films de Bay.
    Reste à espérer une suite qui s’émancipe réellement des films précédents et propose des vilains plus mémorables…et plus d’Optimus Prime.

    • Je dirais que ‘Bee ne comble pas le vide de Charlies en étant un père protecteur de substitution, comme le T-800 de T2, mais plutôt en étant un copain partageant avec le reste du monde l’abandon, la solitude et un problème de communication.

      …et pour Optimus, la logique veut que…
      http://www.premiere.fr/Cinema/News-Cinema/Un-film-sur-Optimus-Prime–Ce-nest-pas-si-simple-selon-le-producteur-de-Transformers
      Il faudrait alors le traiter au niveau d’un Superman… hélas, même Warner n’y arrive pas sans alourdir sa dramaturgie.
      Niveau Batman alors ? Plus guerrier « dark », avant de retrouver l’espoir (et ‘Bee sur Terre)..? Et pas de manipulation mentale cette fois… Du coup, là on aurait des vilains à la mesure du personnage.
      Après la comédie dramatique à l’américaine (qui a des codes culturels très identifiés, d’où « clichés ») dans Bumblebee…
      l’avenir des Transformers s’écrira-t-il un jour en mode « Super Héros » ?

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here