Glass : Le box office mondial… un premier week-end à 89.1 millions de dollars !

69

Il faudra s’en contenter. Plombé par des critiques négatives, Glass a récolté 40.6 millions de dollars aux Etats-Unis. Un premier week-end inférieur aux prévisions les plus basses… mais comme le budget avancé par M. Night Shyamalan n’est que de 20 millions de dollars, c’est déjà un succès. Sauf que ce succès ne sera pas à la hauteur de Split (démarrage US : 40 millions / total US : 138.3 millions / budget : 9 millions). Sorti il y a une éternité, Incassable avait récolté 30.3 millions de dollars, pour finir sa course à 95 millions de dollars (155.1 millions de dollars en tenant compte de l’inflation). Franchir la barre des 100 millions de dollars, tel est donc l’objectif – modeste – de cette suite…

A l’international, où le film est distribué par Disney, Glass a engrangé 48.5 millions de dollars. Le dernier chapitre de la trilogie Eastrail 177 est visible dans le monde entier, sauf en Chine, où une sortie est peu probable (logique, ils n’ont pas vu les deux premiers opus). Au niveau mondial, la cagnotte de cet anti-blockbuster s’élève à 89.1 millions de dollars, soit quatre fois le budget de production. Pas mal. Mais cela semble insuffisant pour battre Incassable (248.1 millions) et Split (278.5 millions)…

————————————————-

Aquaman… Aux Etats-Unis, 10.3 millions de dollars (-40.5% ; total : 304.3 millions). Man of Steel (291 millions) est dépassé. A l’international, 14.3 millions de dollars (total : 759.1 millions). Au niveau mondial, 1.063 milliard de dollars. The Dark Knight Rises (1.085 milliard) est toujours en vue !

Bumblebee… Aux Etats-Unis, 4.7 millions de dollars (-35.4% ; total : 115.9 millions). Transformers : The Last Knight (130.2 millions) n’est plus très loin. A l’international, 20.9 millions de dollars (total : 296.4 millions). Au niveau mondial, 412.3 millions de dollars.

Spider-Man : New Generation… Aux Etats-Unis, 7.3 millions de dollars (-19.8% ; total : 158.3 millions). A l’international, 4.7 millions de dollars (total : 164.6 millions). Au niveau mondial, 322.9 millions de dollars. Batman LEGO : Le film (312 millions), qui était notre meilleur point de comparaison, s’incline !

————————————————-

Glass de M. Night Shyamalan est sorti en France le 16 janvier 2019, avec Bruce Willis (David Dunn), Samuel L. Jackson (Elijah Price/Mr Glass), James McAvoy (Kevin Wendell Crumb/la Horde), Anya Taylor Joy (Casey Cooke), Sarah Paulson (Dr Ellie Staple), Spencer Treat Clark (Joseph Dunn) et Charlayne Woodard (Mme Price).

69 COMMENTAIRES

  1. Bien bien, c’était à prévoir… Le grand public démontre une nouvelle fois qu’il préfère bouffer du blockbuster décérébré plutôt que de voir des films avec un réel travail cinématographique sur l’image et sur le scénario. Dommage.

    • Ouais, enfin, ce n’est pas parce qu’un film propose un véritable travail cinématographique sur l’image et le scénario que c’est forcément une réussite pour autant. Je préfère encore un blockbuster décérébré qui réussit pleinement ce qu’il fait. Et je dis ça alors que j’ai une horreur complète pour les blockbusters décérébrés de notre époque ^^

      Après, peut-être que je raconte n’importe quoi, je n’ai toujours pas vu Glass mais le film semble clairement quelques crans en dessous de Incassable selon les critiques.

      • « que c’est forcément une réussite pour autant »

        On s’en fou un peu de la réussite, non ?
        Tant que ça essaie, tant que ça propose quelque chose… tant que l’approche d’aller un peu plus loins est présente ?

        • Donc l’intention à elle seule peut rattraper un mauvais film ? Juste parce qu’une film a essayé, on doit tout lui pardonner ?
          Attention je ne parle pas de Glass dans le cas présent car je ne l’ai pas vu. Si un film tente mais se plante, ben c’est bien dommage mais au final on retiendra juste qu’il s’est planté.

          • Pas forcément tout lui pardonner, mais nuancer son avis

            On peux retenir les idées, les tentives entrepris, non ?

            Juste retenir qu’un film ce soit planté, quand ce dernier n’est pas réussi c’est quand même passer à côté de beaucoup de chose…

            Et personellement (moi non plus je n’ai pas encore vu glass) je préfère la tentative non réussi, plutôt qu’un truc quelconque réussi…

          • @DarkCid : Je rejoins Rastarapha. Je préfère voir un film qui tente des trucs et se plante plutôt qu’un film bien fait mais déjà vu 100 fois. C’est la différence entre une oeuvre d’art et une pièce industrielle. 😉

        • « Pas forcément tout lui pardonner, mais nuancer son avis.
          On peux retenir les idées, les tentives entrepris, non ?

          Juste retenir qu’un […] ce soit planté, quand ce dernier n’est pas réussi c’est quand même passer à côté de beaucoup de chose…

          Et personellement […] je préfère la tentative non réussi, plutôt qu’un truc quelconque réussi… »

          Ne pas faire de point Godwin, ne pas faire de point Godwin… 😅

      • @Winter Soldier : « Ouais, enfin, ce n’est pas parce qu’un film propose un véritable travail cinématographique sur l’image et le scénario que c’est forcément une réussite pour autant. »

        « Réussite » ? Tu parles de quoi ? De la qualité d’un film ou de son appréciation par le public ?
        Quant aux critiques, quand je vois que sur Rotten Tomatoes Glass est à 36% alors que Bumblebee est à 92%, je ris.
        Pour info, sur IMDB Incassable est à 7.3/10, et Glass à 7.2. Je te laisse en tirer les conclusions que tu voudras.

        • @Archer : oui, je parlais de la qualité du film en définition de « réussite » .

          Après, comme je l’ai précisé plus haut, je parle dans le vent vu que je n’ai toujours pas vu Glass. Cependant, je pense vraiment que le film n’est pas une grande réussite si les critiques du public et de la presse sont aussi mitigées / un peu négatives. Selon moi, un film ne se mange jamais de mauvaises critiques par hasard, il peut y avoir de l’exagération dans les réactions mais ça n’est jamais complètement anodin pour autant.

          Après, oui, je te rejoins sur les critiques qui surévaluent énormément les blockbusters de notre époque qui atteignent des notes similaires / plus élevées que de véritables chef-d’œuvres cinématographiques.

          • @Winter Soldier : Je te renvoie aux notes IMDB. A priori les gens estiment que Glass est du même niveau qu’Incassable. Mais je vais te dire, rien que le 7.3/10 d’Incassable va à l’encontre de ton raisonnement : c’est la preuve que tu peux pondre un chef d’oeuvre et être jugé « passable » par le grand public. Pourquoi ? Parce que la majorité des gens jugent une oeuvre en fonction de leur ressenti face à elle, et non en fonction de ses qualités réelles. Au cinéma, ça donne généralement ça : je me fais chier = c’est mauvais. Un film qui parle de super-héros et où il n’y a pas d’action ? Une hérésie !

            Bref, pour tout te dire je suis moi-même un peu mitigé sur Glass, quelques trucs me gênent et je retourne le voir ce soir pour me faire un avis plus tranché. Mais si je peux t’affirmer une chose, c’est que Glass est indéniablement un bon film. Bien meilleur que 90% de ce qu’on nous sert au cinéma en tout cas.

        • C’est pas énorme, loin de là mais je suis au moins satisfait pour une chose. Le film perd très peu de spectateurs semaine après semaine. Preuve qu’il est apprécié et que le bouche à oreille fonctionne très bien. Pour son 6eme weekend d’exploitation le film fait encore plus de 7 millions aux US alors qu’il n’a démarré qu’à 35. Ça me rend très optimiste pour une suite qui sera, je pense très attendue par bon nombre de ceux qui l’on vue. Sachant que la sortie vidéo va encore accroître son public.

          • Ma foi, je constate que les dessin-animés de façon générale se tiennent beaucoup mieux sur la durée. C’est pas mal, mais pour moi ce film mérite beaucoup mieux.

          • Oui, ça mérite mieux, mais l’essentiel pour nous spectateurs c’est que ces résultats puissent conforter Sony dans sa démarche de proposer des films innovant dans un secteur (adaptations comics) qui ne brille pas de ce point de vue ces dernières années et c’est un euphémisme.

          • Je viens de le voir car je suis abonné ugc et que je vais tout voir. donc un peu par accident et non par grande attente.

            La promo a été raté je pense … ils ont pas joué sur le coté frais, la singularité de l œuvre et le coté méta sur les BA … je me disais comme bien d autres « encore un spiderman?…..  » pourtant après visionnage je me rends compte que j étais pile la cible … ce dessin animé était fait pour les blasés de spiderman qui connaisse déjà bien tout ce que SONY a fait sur cette franchise…

            C est dommage mais c est comme ça …

    • il faut rester sur ce « principe » : pas le même genre, pas la même cible, peut-être même pas le même public, pas les mêmes attentes et surtout, pas la même vocation en définitif. C’est un des (rares) films (aujourd’hui) il faut dépasser la lecture du BO et se dire que dans peu de temps, cette trilogie deviendra culte pour beaucoup.

      • Tu as peut-être raison Forge. Ce qui me chagrine, c’est que c’est le BO qui dicte les futures décisions des producteurs. Peu de chance de voir ce genre de projets proliférer si le public n’en mange pas.

        • Le box office est essentiel mais comme je te l’ai dans mon poste précédent, les producteurs ne regardent pas que les chiffres bruts. Concernant Glass c’est de toute façon un gros succès eu égard au budget. Shyamalan n’a pas a s’en faire. Pour Spiderverse, les retours critique et le bon maintien au bo semaine après semaine assure quasiment une suite selon moi.

          • Les producteurs regardent majoritairement les chiffres bruts, même si des exceptions existent évidemment. Preuve en est : Glass ne bénéficie que d’un budget de 20M là où Incassable disposait de 75M… il y à bientôt 20 ans !!!
            Certes, vu le budget le film est un investissement très rentable. Mais ça implique aussi qu’à l’avenir on n’accordera pas plus de moyens à ce genre de projets car ils ne rapportent pas assez. Or le budget c’est quand même le nerf de la guerre. Je me demande d’ailleurs comment tu peux réunir Samuel L. Jackson, Bruce Willis et James McAvoy dans un même film avec seulement 20M de dollars de budget… Leur relation avec Shyamalan doit dépasser le cadre du simple « business partners ».

          • Je suis d’accord archer mais quelque part tant mieux. Si les studio de lancent dans la production de films sup un peu plus exigeants avec des budget raisonnable de 20 a 50 millions au lieu de tout miser sur des blockbusters c’est bien. Ça laissera plus de marge de manœuvre aux cinéastes. A condition bien sûr qu’ils aient du talent. Si c’est pour faire du Deadpool pseudo provocant, je m’en passe. A 50 millions, tu peux faire bcp de choses. Et pour les studios, l’image de marque est importante, pas autant que le BO, mais ça compte les bon retour critiques. Faut pas croire. Bien pour ça que chaque année ils filent du poignon a 1 ou 2 films de « prestige » au succès très incertain pour être présents aux Oscars.

          • Tu as peut-être raison, je suis sûrement un peu naïf d’imaginer un monde où la majorité des réalisateurs auraient à la fois la créativité et les moyens d’un Christopher Nolan. Je te l’accorde. Je trouve en tout cas vraiment dommage de voir aussi peu de Glass et autant de Bumblebee dans le paysage cinématographique. ^^

          • Tu le sais, Nolan, comme un Cameron, un Spielberg ou un Burton (et même si ce dernier enchaine les films à l’intérêt très relatif) ont fait de leur nom une marque. C’est aussi le cas de shyamalan sauf que l’enchaînement de plusieurs échecs l’ont mis un peu en marge. Mais ce sont des exceptions. Des mecs comme verhoeven, mctiernan ont jamais eu ce statut et ont du composer avec des commandes de studios pour tourner de gros budget. Un fincher a décidé de rester en marge des blockbusters après le traumatisme d’alien3. De toute façon faut pas se leurrer, même Spielberg, le cinéaste le plus connu des 40 dernières années celui qui cumule le plus d’immenses succès doit faire des compromis. On le sait, pour avoir le feu vert et tourner Schindler’s list il a accepté de faire jurrasic Park. De même qu’il fut contraint de faire le 2. C’est dire si même un Nolan a intérêt a pas se planter (les studios peuvent pardonner un ou 2 échecs…au delà..) pour continuer à faire ses blockbusters d’auteur.

          • …bon, après, Archer, blague à part (et c’est Garyus ou Frétide qui vont êt’ contents…) si Deadpool 3/X-Force sont bel et bien annulés, en terme de futur composition d’auteur(s) de renom, on aura toujours pour le remplacer, le futur film (MCU) MAJOR X !!!

          • Ah ben désolé Archer, mais là où le Deadpool institué par Reynolds est trash et irrévérencieux (du moins trop pour Disney) ce nouveau perso de Liefeld est la solution de remplacement idéale, donc malheureusement, je crains que ça ne soit pas une blague, mais le mercenaire mutant parfait pour être modelé selon le format MCU….

          • Un nouveau personnage c’est toujours une bonne chose. Bon là on dirait un Judge Dredd couleur Deadpool, rien de plus.
            Je ne m’inquiète pas outre mesure.

        • @Archer … si un Shyamalan avec un budget de 20 millions de dollars en récolte 90 en un seul W.E, le films est rentable et Shyamalan continuera à faire ses films ….
          Si par contre, Shyamalan avec un Glass à 20 millions de dollars faisait un box office à 500 millions de $, demain, on penserait à lui pour réaliser un film Young Avengers ….
          et très personnellement, je préfère voir Shyamalan faire du Shyamalan pour 20 millions, que de le voir catapulté pour faire des merdes à la Cameron ou à la Michael Bay !

          • @Forge: C’est pas tellement l’avenir de Shyamalan qui m’inquiète. Il continuera à faire les choses à sa manière et je préfère moi aussi le voir aux commandes de projets persos à petits budgets.
            Mais bon, avec un peu de chance il aura inspiré d’autres réalisateurs à se lancer dans ce genre de projets, et peut-être même encouragé des producteurs à les financer. Wait and see !

          • pour que l’underground soit underground il faut qu’il reste underground.

            Je me souviens du succès inattendu et controversé de Reservoir Dogs … il a suscité des films comme True Romance ou Killing Zoé, etc. Pas un, en dehors de Natural Born Killer, ne lui ai jamais arrivé à la cheville.

      • @blackchab : J’aimerais bien te lire nous expliquer précisément en quoi Glass est si clairement en-dessous des deux précédents opus. En te reposant sur des critères objectifs évidemment, et pas sur des « j’aime pas ci, j’aime pas ça ». Développement de thèmes, utilisation de la symbolique, oppositions entre les personnages, jeux de caméras, composition des plans, jeux de lumière, etc.

        • Je te sens un peu « salé » concernant ce film, genre son succès mitigé t’atteint… Par exemple là tu lui sautes un peu à la gorge car il n’a pas aimé en lui demandant de baser son avis sur une « oeuvre d’art » sur des critères définis par toi. Du coup ça reste… subjectif, non ?

          • Watcher, ces critères ne sont pas définis par moi. C’est juste la base du cinéma. La plupart des gens ne jugent la qualité d’un film que sur sa capacité à les divertir. Mais un film est un scénario raconté par l’image et le son. Tu veux démontrer qu’un film est mauvais ou bon ? Tu dois pouvoir expliquer pourquoi le scénario et/ou le traitement de l’image/son sont ratés. Et pour ça tu dois te reposer sur des critères objectifs, ceux que j’ai cités n’étant que quelques exemples parmi d’autres. Au-delà de ça on est tous libres d’aimer ou non une oeuvre, peu importe ses qualités objectives. Mais on ne fonde pas un jugement de valeur sur une impression. C’est une erreur de raisonnement.

            Au passage, je ne lui saute pas à la gorge. Il me répond en me disant que le film est mauvais (et pas qu’il ne l’a pas apprécié. La nuance est importante). Je lui demande justr de m’expliquer en quoi. Et je precise ensuite que ce n’est pas son sentiment vis à vis du film qui m’intéresse, mais les critères objectifs sur lesquels le film pèche.

    • J’ai toujours pensé que la plupart des films de Shyamalan sont des films qui ne méritent pas une réaction à chaud mais beaucoup de recul pour être analysé convenablement.

      • D’accord avec toi Winter Soldier. En revoyant le film hier j’ai vu tellement de choses que j’avais ratées la première fois. Et j’ai encore l’impression de ne pas avoir tout saisi !

        • Comme je l’ai déjà dit, incassable a eu un acceuillis mitigé mais a pas attendu longtemps pour être réévalué. Il a eu dès le début beaucoup de défenseurs puis rapidement est devenu culte. C’est pas un phénomène qui a pris des années. Et ça s’est souvent passé ainsi pour Kubrick. Les premiers acceuils étaient rarement dithyrambiques. Puis une fois le film digéré et revu, ils tous sont devenu des classique. C’était (la je peux m’en souvenir 😁) que c’était le cas aussi pour eyes wide shut. Beaucoup de gros défenseur (les cahiers, entre autre) mais aussi beaucoup de  » oué c’est joli mais un peu chiant » puis, au fil des mois, le film s’est imposé partout.

          • Bah concernant le statut du film d’un point de vue critique, il fait quasi l’hunanimité. C’est devenu une référence. au niveau du public quand tu sais que le film était a l’époque une relative déception au bo, et que tu vois par toi même les commentaires dithyrambiques sur le film un peu partout. En fait autant que je m’en souvienne, a part au moment de la sortie (et encore énormément de monde a défendu le film a sa sortie), je n’ai quasi jamais vu que des commentaires positifs sur le film depuis. Certains ont eu, je pense un sentiment deceptif au départ car 6eme sens avait été un tel choc pour tout le monde qu’incassable, qui aussi beau soit il ne pouvait pas reproduire cela, d’autant qu’il repose bcp moins sur son twist. Après bah, on revois le film et sauf si t’es aveugle (ou juste insensible a l’univers) t’es obligé de t’incliné. S’il existe des films parfait (au sens où tout est a sa place, pas de gras, lumière, mise en scène, acteurs,…tout fonctionne…t’as l’impression que quoi que tu y change (rajouté ou enlevé) ça sera forcément moins bien.apres imbd ou plus généralement les agrégateurs c’est particulier. T’as plein de truc incompréhensible surtout pour les films sortie il y a plus de 15 ans.

        • Pareil Archer, j’étais un peu passé à côté de pas mal de petites choses qui bout à bout changent un peu le ton global du film, c’est assez impressionnant.

          • @Chocasse : J’ai posté un commentaire sur la symbolique des couleurs dans Glass sur la page de la critique du film. Si jamais tu as le courage de lire ce pavé et d’y ajouter des choses je suis preneur. Je suis encore dans le flou sur certains points. On peut peut-être décoder tout ça à plusieurs !

            @Rom: On voit beaucoup de « puristes » parler en bien d’Incassable, mais est-ce vraiment une réévaluation du film ? Sur IMDB il est à peine mieux noté que Glass…

          • Rom, tu confonds plusieurs choses :
            Mauvais BO n’implique pas forcément mauvaise réception critique (j’aimerais bien retrouver les critiques de l’époque pour voir si c’était si mauvais que ça. Je parierais que non)
            Et surtout tu géneralises ton impression basée sur ce que tu entends ou lis par-ci par-là et tu tires une conclusion erronée : avec 7.3/10 – c’est quand même l’avis de plusieurs centaines de milliers de personnes ! – on peut difficilement parler d’unanimité, soyons honnêtes.

          • Moi j’avais lu plutôt de très bonnes critiques. Mais je lisais pas tout non plus😉. Et puis de France on a souvent un regard biaisé. Chez nous par exemple Glass est beaucoup mieux acceuillis qu’aux US. Il y a pas mal de déçus mais aussi beaucoup de défenseurs du film. Pour incassable il est a 69% sur rotten. C’est bien mais pas fou. Glass a une très bonne moyenne critique sur AlloCiné de 3.5. mais seulement 37 sur rotten.

  2. Pour moi peu importe le score au box office, le principal, c’est que le film ait été fait et qu’il m’ait apporté ce que je cherchais… Si c’est pas le kiff de la plupart de ceux qui bouffent du sup au ciné, pas de souci, perso, j’étais tranquille dans une salle quasi vide, sans personne pour me gâcher le visionnage (0 portables qui s’allument toutes les 5 minutes, 0 crounncchh crounnchhh de pop corns qui seront mal digérés, et 0 mecs qui parlent tout haut comme si’ils étaient ds leur salon) et j’ai savouré… Que demander de mieux…

  3. Ca c’est clair que c’est pas du tout le même public…

    Ceux qui aiment le clinquant et s’attendait à trouver de l’action à tout les étages vont être forcément déçu (et encore une fois, les BA sont tellement mal foutu…)

    Perso je l’ai trouvé un peu poussif dans sa 1è partie et vraiment très bon dans sa 2è (le personnage d’elijah y joue beaucoup j’avoue) avec une excellente fin.

    On ressent le manque de budget cependant. Donc évidemment qu’on ne peut pas comparé ça a Avengers ou Aquaman, ce n’est pas le même monde. Mais pour un film à petit budget (20M avec willis/McAvoy et L.Jackson ? C’est pas rien hein !) c’est clairement un très bon film qui conclu parfaitement la trilogie.

    Il sera rentable et c’est tout ce qu’on lui demande. De toute façon des mecs avec une « mauvaise » réputation comme Shyamalan, Burton, Snyder… je pense que le BO on s’en fout un peu. C’est pas ça qui vont les décourager à faire des films ^^ Ils ont leurs publics et cela suffit. Au contraire je trouve ça cool qu’il restera toujours des films qui échapperont à la « Disneyrisation » de la société quoi qu’il arrive.

    • Effectivement, shyamalan et Burton ont un parcours similaire. Et si on peut les rapprocher sur bien des points, la mauvaise réputation n’en est pas un. Au contraire, ce qui les rapproche c’est d’avoir, a un moment apporté une voix nouvelle à Hollywood. Et d’y avoir été (comme Nolan aujourd’hui) les rois du blockbuster d’auteur. Cumulant succès public, critique et imposant leur nom comme un marque. Puis d’avoir connu une forme de déchéance avec une suite de film moins bien acceuillis. Mais Snyder n’a jamais été dans cette situation. Sa carrière est plus proche d’un Russel mulcahy. Un gros succès en début de carrière. Un style visuel reconnaissable (très clipesque). Mais surtout jamais de reconnaissance public ni critique. Mulcahy et Snyder ce sont plutôt deux Michael bay mais sans le succès commercial. La chose qui rapproche shyamalan et Snyder c’est la réputation d’avoir un énorme melon. Et ce qui les rapproche tous contrairement a ce que tu dis, c’est de s’intéresser au box office de leur film. Justement parce que pour eux comme pour les autres, c’est ce qui leur permet de continuer à faire des films avec une certaine liberté.

      • et pour reprendre mon speech ci-dessus, Burton a eu bien plus de succès que Shyamalan …
        bilan, je préfère le voir nous proposer des Glass, Split, the Happening, the Village, Lady in the Water là où After earth, c’est pas du top-top.
        Et de l’autre côté, Burton, son dernier « bon » film, c’est quand même Dark shadows (et c’est vraiment pas le meilleur) parce que son Dumbo s’annonce comme une belle grosse daube, bien que je ne pense pas qu’il puisse faire pire que son Miss Peregrine’s Home for Peculiar Children (nefin, tout du moins, je l’espère)
        donc en définitive, si le succès amène à de meilleurs budgets qui te font faire, parce qu’impératifs de réussites obliges, des grosses merdes, je préfère les petits réal’ que le grand public ne calcule pas, et qui continuent à faire de la Signature

        • Justement, shyamalan et burton n’en sont que plus proche, a ceci près que pour Burton la déchéance qualitative ne s’est pas accompagné d’une déchéance commerciale. Mais par contre je les rapproche sur un point Essentiel. Leur meilleurs films traitent du même sujet principal : des héros marginaux qui cherchent leur place dans la société. Des thèmes a l’évidence intimes pour les 2 cinéastes. Or tout deux se sont retrouvés a un moment dans une situation inverse : succès public, critique…ils étaient cool, admirés… bref a l’opposé de ce qui était leur moteur créatif. Et en même temps leur films sont devenu moins intéressant, comme par hasard. Du coup peut on espérer que Burton enchaine quelques bides pour que le bonhomme se mettent a faire des films un peu plus habités ?

  4. Moui…. enfin bon sans vouloir spoiler le film, au vu de ce que le réalisateur fait des personnages dévellopés dans les deux films précédents et de son final pseudo ouvert sachant qu’il n’y aura pas de suite (dixit le réa en personne) le désamour du public et l’absence d’attente réelle explique l’ensemble.

    Incassable était une réussite parce qu’il était unique en son genre et existait à une époque où la question d’un film de super héros se limitait pour le grand public essentiellement à la vision du genre popularisée par les films DC Warner (Superman de donner, Batman de Burton puis Schumacher).

    Là où Shamalyan était précoce et pertinent au moment d’unbreakable et amenait une analyse passionante sur les comics books, aujourd’hui la plupart des spectateurs de films de super héros n’ont jamais ouvert un comic book de leur vie et comme si bien dit dans les commentaires précédents le succès des films de ce genre repose en partie sur l’affection du grand public pour les blockbusters la décennie précédent celle-ci ayant fait le choix à un moment donné de l’abreuver de projets audacieux et originaux entre biopics, drames à oscars et comédies lourdingues sans forcément toujours justifier le coût élevé d’un ticket de cinéma.

    Pour le coup quoi qu’en pense les esthètes pseudo amoureux du cinéma qui ne jurent que par l »indépendant et la prise de tête et le sombre mature , la plupart des films dits cultes des années 80 et 90 sont des blockbusters justement qui ont eu pour vocation de distraire le public et de le faire sortir de son quotidien.

    L’exemple de succès comme Aquaman ou le MCU par contraste avec les semi échecs ou les déceptions de la fox et consorts repose aussi sur cette idée que même dans l’excès et la débauche de budgets et d’intentions créatives des scénaristes et des producteurs le public peut être (parfois mais pas systématiquement au vu de certains succès comme Venom hein..) exigeant.

    En cela on en a la démonstration avec le travail depuis 20 ans d’un James Cameron qui avec ses premiers terminator et son Avatar a fait évoluer le cinéma et qui a ensuite été repris au point qu’aujourd’hui la plupart des gros films sortent en 3D voire désormais en 4DX sans pour autant apporter ce supplément d’âme qui s’est invité dans l’équation à l’époque.

    Pour en revenir à Glass, si le film reste regardable pour moi il n’est pas nécessaire et l’histoire de David et Elijah aurait pu en rester au final d’Incassable sans avoir besoin d’amener Split et encore moins pour réunir les trois protagonistes et les personnages secondaires qui gravitent autour au final pour rien tant les limites du budget certainement empêchent l’histoire pourtant ambitieuse d’être à la hauteur des enjeux et de son potentiel.

    P.S : que les « puristes » se rassurent Shamalayan a déclaré en interview qu’il ne pourrait clairement pas travailler pour Marvel. Encore que je pense que Marvel ne penserait pas à lui non plus , ormis pour phase 1 d’ailleurs ( Joe Johnston et Kenneth Brannagh) Feige ne s’est pas appuyé sur des réalisateurs confirmés et connus du grand public il me semble…

    • Oui mais bon comme shyamalan est l’exemple type du cinéaste indé inconnu qui se met a faire de grands films en passant sous le giron de Disney, il y a de l’espoir 😉, vu la politique de recrutement actuelle de feige.

      • lol. Un cinéaste indé c’est juste un réa qui ne fonctionne pas commercialement et qui est encensé par une poignée de critiques entrer dans le giron d’un grand studio permet simplement au dit cinéaste de faire connaître son travail et éventuellement sa vision au plus grand monde. C’est comme ceux qui trouvent que Snyder a une vision originale et un sens de la réalisation et qui l’opposent aux yes man de Marvel Studios. Au final à près de 15-20 € une place de ciné aujourd’hui (3d, 4dx etc…) et vu la société de consommation effrénée les enjeux sont beaucoup plus intense, et le nom d’un réalisateur à quelques exceptions près ne garantit plus ni la qualité ni l’essence et encore moins le succès commercial d’une production. Pour exemple on peut aussi bien citer les frères devenues soeurs Wachowski porté(e)s aux nues pour Matrix, dont les 3 dernières réalisations ont été des fours. Pour en revenir aux enjeux si certains médias vont insister sur le contexte d’un film DC (Wonder Woman pseudo fer de lance du féminisme parce que c’est une femme à la réa) les réalités économiques priment malgré tout et dans le confort d’un Disney/Marvel qui peut s’accomoder des sous-perfomances des Ant-Man et Doctor Strange, en parallèle la Fox essaie à coups de soubresauts d’atteindre une rentabilité à défaut d’une crédibilité en alternant des projets audacieux comme Deadpool et Logan tout en s’acharnant sur une franchise x-men dénaturée par Kinberg dont la moitié des films ne verra heureusement pas le jour malgré que des FF aient pu sortir.

        Pour finir concernant la politique de recrutement actuelle de Feige, encore une fois perso à part Favreau, Brannagh et Johnston dont je connaissais le travail de réalisateur auparavant et allez Ryan Coogler pour la plupart aucun des réalisateurs qu’il a choisi pour diriger le MCU n’était connu en dehors d’un cercle de cinéphiles et n’avait réalisé des gros succès commerciaux ou des films cultes considérés comme cultes a priori ce qui exclut d’emblée pour le futur un Shamalayan ou un Tarantino ou ce genre de réalisateurs issus de l’indé qui auraient sans doute des visions intéressantes des personnages mais à l’instar d’un Singer il y a plus de 20 ans serait désormais trop éloigné de l’esprit comics qui mine de rien est accepté dans les esprits comme étant un genre appréciable et presque banal ce qui est d’ailleurs un des sous textes du film Glass de Shamalayan 😉

        • Faut surtout se dire que la situation du cinéma indépendant US n’est pas plus reluisante actuellement que celle du cinéma commercial. Les années 90 et début 2000 a vue pas mal de cinéastes et de films émerger. Mais c’est actuellement beaucoup moins foisonnant. Faut dire que peu a peu le genre s’est « sundancisé ». Des vrai succès commerciaux issue de l’indé, ça devient de plus en plus rare. N’empêche que les studios continuent d’y faire leur marché (tout comme a la télévision), simplement on trouve moins de personnalité fortes. Ou peut-être sont elles plus bridées qu’avant et que bcp préfèrent rester éloignés des gros budget pour garder la main sur leur film.

  5. Bah moi, je l’ai adoré !!!
    James McAvoy est juste époustouflant, j’en ai eu des frissons par moment… purée la carrure du mec, c’est dingue, autant que son jeu de rôle que de son physique bestiale, vraiment épatant.
    Samuel L Jackson est encore plus cinglé que dans Incassable.
    Bruce Willis est fabuleux dans son rôle, je trouve qu’il y’a une évolution depuis incassable, surement le fait qu’il à pris pleinement conscience de son don et qu’il l’utilise à bon escient, bref, je dis ça, je dis rien !

    Quoi qu’il en soit, je ne m’attendais pas à une fin comme ça !
    Perso, je suis mitigé, mais ce n’est que mon avis !

  6. Un score juste pour un film, d’évidence, ne rentrant pas du tout dans une case de cinéaste populaire parlant à tout le public ado/adulte du monde entier… Mais dans un travail complètement personnel très particulier, ne restant lisible et cohérent que si on tient compte de ses codes particuliers…
    Et qu’on s’autorise à « délirer » gentiment, surtout pour les plus réacs. 😉
    Mais bon, voir mon analyse…
    http://lestoilesheroiques.fr/2019/01/glass-la-critique-du-film-votre-avis.html#comment-372516

  7. En tous les cas le film se maintient très bien pour son second weekend (-52%) et surtout bien mieux que les prévisions eu égard a l’accueil critique aux US assez mauvais. Into the Spiderverse, continu lui son bonhomme de chemin puisque ne perd encore que 18 % de son public. Départ moyennasse mais il risque finalement de finir pas si loin des 400 millions.

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here