Venom : Découvrez le court métrage Truth in Journalism avec un certain Eddie Brock/Venom !

17

truth-in-journalism-venom-court-metrage

Un an après The Punisher : Dirty Landry (un excellent court métrage dans lequel Thomas Jane reprenait son rôle de Frank Castle), Adi Shankar revient sur Youtube avec une nouvelle production qui plaira à tous les fans de comics : Truth in Journalism ! Profitons du week-end pour suivre Eddie Brock, un journaliste qui nous expose sa vision du métier, ainsi que… sa part d’ombre. C’est violent, c’est indépendant et cerise sur le gâteau, c’est sous-titré en français !

Pour incarner Eddie Brock, point de Topher Grace (Spider-Man 3), mais Ryan Kwanten, une des stars de la série True Blood. Et derrière la caméra, Joe Lynch, le réalisateur du maudit Knights of Badassdom. Dans Truth in Journalism, Venom peut laisser libre cours à sa vraie nature, celle d’un symbiote-tueur. Ce qui ne sera jamais possible à l’écran, autant se faire une raison ! Rappelons quand même que Venom mange des gens… Bonne chance à ceux qui seront un jour chargés de l’introduire dans l’univers The Amazing Spider-Man !

17 COMMENTAIRES

  1. Excellent, j’ai vraiment kiffė surtout le réal a la veste facon michael jackson ( rest in peace my nigga.) On aurait pu en faire un film. Mais si mais si .

  2. Wouah ! Merci pour ce magnifique court métrage ! Magistralement joué par Kwanten. Ce « C’est arrivé près de chez vous » au pays des super-héros est une petite pépite de « CINEMA ! » haha. Avec un bullseye en cameo ! Parfait. Seul vrai défaut: la qualité de la transformation d’Eddie en Venom et les FX qui vont avec… Ce court mériterait de devenir un long métrage !

  3. C’est très spécial, mais d’un côté c’est absolument génial, aussi bien artistiquement que dans la mise en scène et le scénario.
    Ryan Kwanten (que j’adore dans True Blood au passage) incarne Brock à la perfection, très dérangeant, il nous montre la face la plus sombre de Brock/Venom.

    Le seul bémol serait au niveau des effets spéciaux, un peu limite, mais c’est un court métrage indépendant en même temps.

    Et les multiples clins d’œils sont aussi bien sympas !

  4. C’est…pas mal. Le court métrage sur le Punisher était court et efficace, celui-là essaie de mettre en place une ambiance, c’est à la fois pas mal et un peu longuet…et puis l’épilogue à part le clin d’oeil j’ai pas compris…

    • Je pense que la scène de fin est juste un clin d’oeil aux films Marvel et leur scène post-générique introduisant souvent une nouvelle intrigue ou un personnage.

  5. Si c’est pas inspiré de C’est arrivé près de chez vous, j’me coupe une couille.

    Même l’équipe technique a les mêmes prénoms.

  6. Pas mal.
    C’est spécial, en noir et blanc et les effets spéciaux sont pas top mais Ryan Kwanten (True Blood) est excellent.
    Ce rôle lui va comme un gant, espérons qu’il le reprenne pour un futur Amazing Spider-Man ou pour un spin-off.

  7. J’ai kiffé le bonus avec le Tireur, Crazy Frog et Barry White en fond sonore xD

    Ça fait plaisir de voir un autre acteur de True Blood dans un rôle de chez nous, même si c’est un court métrage…

        • Y a énormément de références à C’est Arrivé Près De Chez Vous – spoiler – : Rémy, l’équipe à court de budget, le sujet du documentaire qui propose une aide financière ( sauf que l’équipe refuse dans ce cas ), y a même la comparaison Film/Vidéo ( d’ailleurs, peut-être que les mecs tournaient eux aussi un documentaire sur Bullseye … Mais ça me semble moyennement plausible ).

  8. J’avoue que je ne suis pas fan. Ryan Kwanten est pas mal en Eddy Brock… Et sa transformation en Venom c’est pas mal non plus… Mais l’histoire n’est pas claire, ça manque cruellement de bruitage et de musique…
    J’accroche pas vraiment.

  9. Roh punaise si un jour Marvel nous fait un film comme ça … Bon, faut que je vois C’est Arrivé Près De Chez Vous.

    Ryan Kwanten a un charisme monstrueux, tout à fait approprié à la conception du personnage dans ce court-métrage : un excellent baratineur, idéologiquement contestable mais impossible à détester.
    En parlant de baratin, les dialogues sont excellents également.
    Le noir et blanc, le grain à l’image, le son, le style documentaire, le montage … C’est un régal pour les yeux et pour les oreilles. Et l’atmosphère qui s’en dégage rend le tout d’autant plus captivant.
    Souvent, utiliser de la pop en tant que soundtrack, ça me hérisse le poil parce que, à quelques exceptions près, y a pas grand chose que j’aime dedans ( et les tops à la télé ne font que renforcer mon opinion ). Donc, si il y a que ça dans la soundtrack … Et en plus, ça sonne impersonnel et racoleur. D’autant plus que ce sont très souvent des chansons trop entendues. Et les paroles peuvent me gâcher une musique que je pourrais aimer si elle était seule. Mais là, c’est utilisé avec parcimonie, ça installe à merveille le cadre temporel et j’aime bien les musiques entendues.
    Avant d’être un court-métrage Marvel, c’est donc une vraie démarche artistique. Les quelques références faites à l’univers ne frustrent pas, elles sont des sortes de teaser. Bizarrement, dans les films, je vois surtout ça comme de la drague envers le public mais là elles stimulent l’imagination, font se demander à quoi ressemblerait l’univers Marvel traité comme ça. Concernant Venom au début, j’avais au début l’impression de voir un simple casque de moto mais j’ai été totalement convaincu quand je l’ai vu ouvrir sa bouche.
    Là, arrêtez de lire si vous avez pas vu le court-métrage : la mise en scène de son apparition est inventive. J’aime bien l’idée qu’il vomisse le symbiote avant que celui-ci ne le recouvre. Tout est mis en oeuvre pour le rendre effrayant. Quand il est face caméra, c’est face au cadreur qu’il est. Et on ressent bien la terreur de ce dernier. D’ailleurs, le fait qu’on ne distingue plus les sons une fois que le preneur se fait bouffer et que la perche est à terre renforce le  » réalisme  » de la scène et donc son impact. Et la scène finale est géniale : le réalisateur du snuff ne menace pas de tuer les témoins si ils diffusent la moindre image de l’exécution, il les menace d’un procès. Et Bullseye est tellement badass.

LAISSER UN COMMENTAIRE